Lord of Mysteries 2 Chapitre 19

Méditation

Traducteur : Ych
————

Madame Pualis et Aurore n’ont pas parlé longtemps. Dix minutes plus tard, elles sortirent du bureau.

Lumian raccompagna Madame Pualis à la porte avec sa sœur.

Il regarda sa sœur et lui demanda : “Qu’est-ce qu’elle voulait que tu fasses ?”

Aurore fit la moue et répondit : “Elle voulait que je sois la chanteuse principale de la célébration de la louange, mais j’ai refusé.”

Le festival de Carême du village de Cordu se déroulait en trois temps : la tournée de bénédiction des elfes de printemps, le rituel au bord de l’eau et la célébration des louanges qui se tenait dans la cathédrale. Le dernier segment consistait principalement à jouer des instruments de musique et à chanter en chœur.

Dans la région de Dariège, le chanteur principal est souvent issu de la chorale de la cathédrale, mais Cordu n’a pu trouver que des chanteurs doués pour le chant en guise d’alternative.

Quant aux instruments de musique, les villageois ne s’en préoccupaient pas. Dans les villages de bergers, la musique ou les instruments de musique étaient indispensables à la vie quotidienne.

Les bergers vivaient dans la nature toute l’année, soit dans des cabanes, soit dans des fosses. En dehors de leurs compagnons et de leurs moutons, la flûte qu’ils portaient sur eux était l’objet le plus courant avec lequel ils interagissaient.

En plus de brouter, de jouer aux cartes et de discuter, presque tous les bergers jouaient de la flûte et utilisaient la musique pour se réconforter.

C’est précisément pour cette raison que l’expression utilisée pour décrire un berger dans une situation difficile et appauvrie était “il n’a même pas de flûte”.

Avec autant de bergers, il était inévitable que les autres villageois de Cordu soient touchés. Lorsqu’ils se réunissaient et discutaient sur la place, il y avait toujours quelqu’un qui jouait d’un instrument, ce qui faisait résonner une mélodie mélodieuse.

Lumian était heureux de voir sa sœur faire preuve de fermeté. “D’accord,” dit-il avec satisfaction.

Il suffisait de participer aux célébrations. Si l’on voulait occuper le devant de la scène, ce serait une perte de temps et l’on risquerait d’attirer inutilement l’attention.

Afin de protéger sa vue, Lumian lut un moment, puis décida de se laver et d’aller se coucher tôt. Il réfléchit à la manière de tester en toute sécurité ce qu’il y avait de spécial en lui dans le rêve.

Les suggestions de la dame s’étaient avérées exactes plusieurs fois de suite, et Lumian l’avait inconsciemment crue jusqu’au bout.

Au cœur de la nuit, Lumian entra à nouveau dans le rêve et s’y réveilla.

Il vérifia ses poches et confirma que les 217 verl d’or et les 25 coppet s’y trouvaient toujours.

Lâchant un soupir de soulagement, Lumian ramassa sa hache et sa fourche d’acier et descendit vers le poêle.

Le feu était déjà éteint.

L’horloge continue de tourner quand je ne rêve pas… Lumian fronça légèrement les sourcils.

Comment pouvait-il y avoir quelque chose de spécial à son sujet dans un rêve aussi “réel” ?

“L’horloge continue de tourner” était un dicton courant en Dariège, qui signifiait que le temps n’attendait pas et ne s’arrêtait jamais.

Dans la chambre qu’il juge la plus sûre, Lumian pose ses outils et se déshabille.

Il se dirigea vers le miroir intégral fixé à l’armoire et examina son corps, centimètre par centimètre, pour voir s’il y avait quelque chose de différent de la réalité.

Rien ne sort de l’ordinaire.

Mentalement spécial ? Lumian n’était pas pressé de se rhabiller. Il se dirigea plutôt vers le lit et s’assit les jambes croisées, comme le faisait souvent sa sœur lorsqu’elle méditait.

Aurore lui avait déjà enseigné quelques techniques de méditation superficielles, sans éléments mystiques, pour favoriser les rêves lucides. Lumian voulait maintenant essayer de voir s’il pouvait ressentir quelque chose de spécial à propos de son esprit et de son corps dans cette scène complètement silencieuse.

La première étape consiste à réguler sa respiration.

Lumian approfondit sa respiration et ralentit la fréquence correspondante.

En prenant des respirations lentes, longues et rythmées, Lumian fit lentement le vide dans son esprit.

En même temps, il traça un soleil rouge dans son esprit et y concentra toute son attention et ses pensées afin d’éliminer les autres pensées parasites.

Aurore lui avait conseillé de choisir des objets représentant la lumière pendant la méditation, au cas où il serait la cible de choses viles et maléfiques.

En tant que croyant en l’éternel soleil ardent, la première réaction de Lumian fut de visualiser le soleil.

Peu à peu, son esprit s’apaisa, et dans sa perception, le monde entier semblait n’avoir plus que ce soleil rouge et ardent.

Soudain, Lumian entendit quelque chose.

Cela semblait venir d’une distance infinie et pourtant cela sonnait à ses oreilles. Le son n’était pas clair mais ressemblait à un grondement de tonnerre.

Au milieu de ce bourdonnement indescriptible, le cœur de Lumian s’emballa. C’était comme si quelqu’un lui avait enfoncé un ciseau dans la tête et l’avait remué plusieurs fois.

Une douleur intense éclata, et le soleil flamboyant devint aussi rouge que le sang, puis se teinta rapidement de noir.

La scène de sa méditation se brisa.

Les yeux de Lumian s’ouvrirent brusquement et il chercha de l’air. Il se sentait sur le point de mourir.

Au bout de vingt secondes, il se remit enfin de cette expérience de mort imminente.

Il baissa instinctivement la tête et examina son corps, remarquant quelque chose d’étrange sur le côté gauche de sa poitrine.

Un symbole ressemblant à des épines, noires comme la nuit, semblait partir de son cœur et s’étendre hors de son corps, se connectant l’une après l’autre comme des chaînes.

Au-dessus de ces épines se trouvaient des motifs ressemblant à des yeux et des lignes distordues ressemblant à des vers, le tout d’un noir bleuté.

À ce moment, les symboles ressemblant à des tatouages s’estompaient lentement.

Lumian fut d’abord choqué, puis il eut de nombreuses pensées.

Il se leva rapidement du lit et se dirigea directement vers le miroir corporel, en y pointant son dos.

Il fit ensuite de son mieux pour tourner la tête vers la gauche afin de vérifier la situation dans son dos.

Il pouvait à peine voir la chaîne d’épines noires qui s’enfonçait dans son corps depuis son dos.

En d’autres termes, cette chaîne d’épines scellait son cœur et le corps correspondant sous la forme d’un anneau.

Lumian analysa ce qu’il y avait de ” spécial ” en lui, qui ne correspondait pas à la réalité, jusqu’à ce que les symboles s’estompent et disparaissent complètement. Les symboles noir et noir bleuté sont différents, et celui qui est noir bleuté me semble familier. Oui, il ressemble beaucoup au vieil homme que j’ai aidé lorsque j’errais. C’est aussi à cette époque que j’ai commencé à faire des rêves avec de grandes quantités de brouillard.

Lumian trouva que les symboles étaient spéciaux mais sans signification, ce qui le déçut.

Le processus pour les faire apparaître fut extrêmement douloureux, le poussant au bord de la mort.

Dans un état qui l’avait presque assommé, quelle différence y avait-il entre affronter le monstre avec un fusil et lui livrer de la nourriture ?

Et s’il attendait d’avoir la force de se battre à nouveau, la caractéristique “spéciale” aurait presque disparu.

Il faisait froid dans le rêve, comme au début du printemps dans les montagnes. Lumian ne se sentait pas à l’aise lorsqu’il était nu, et il s’empressa de s’habiller.

Ce simple geste le fatigua énormément, et il eut de nouveau mal à la tête.

De toute évidence, il ne pouvait pas se remettre de l’impact de la méditation en un court laps de temps.

Dans ces circonstances, Lumian décida d’abandonner l’exploration pour la nuit et de ne pas tenter quoi que ce soit. Il dormirait bien et se concentrerait sur sa récupération.

……

Le ciel était encore sombre lorsque Lumian se réveilla.

En regardant l’obscurité dans la maison et la rougeur près des rideaux, il se rappela soigneusement ce qui s’était passé dans son rêve.

J’ai médité de nombreuses fois dans la réalité, mais je n’ai pas entendu ce son étrange et je n’ai pas ressenti de douleur…

C’est quelque chose de spécial qui n’existe que dans ce rêve ? Lumian se redressa, perplexe, et voulut confirmer.

Il suivit la procédure et tenta de méditer à nouveau.

Le soleil rouge apparut rapidement dans son esprit, et le chaos qui y régnait se calma peu à peu.

C’était une expérience de méditation familière pour Lumian. Il n’y avait pas de sons étranges, pas de douleur intense, pas d’expérience de mort imminente.

Au bout d’un moment, il mit fin à sa méditation, déboutonna sa chemise et regarda son cœur.

Il n’y avait aucun symbole.

En effet, c’est la particularité du rêve. Il ne peut pas affecter la réalité… Lumian ne savait pas s’il devait être heureux ou déçu.

Il leva la tête et regarda le rideau qui bloquait les fenêtres. Ses pensées s’éparpillaient et il se demandait si la caractéristique “spéciale” du rêve pouvait être exploitée, et comment.

À ce moment-là, il aperçut une petite ombre derrière la fenêtre.

Les pupilles de Lumian se dilatèrent et il devint nerveux, sa réaction instinctive étant d’appeler sa sœur. Mais il se souvint qu’il était chez lui et qu’Aurore avait dit qu’elle veillerait sur lui, elle aurait donc dû le sentir.

Lentement et prudemment, il s’approcha de la fenêtre, attendant que sa sœur mette fin à ses actions.

Mais Aurore n’apparut pas.

Lumian s’approcha de la fenêtre, saisit le rideau et l’entrouvrit prudemment.

De l’autre côté de la fenêtre, la nuit était calme et sombre. La lune cramoisie pendait au loin dans le ciel.

Non loin de là, sur un orme, un hibou, plus grand que la plupart de ses congénères, aux yeux ni ternes ni rigides, se tenait tranquillement face à la fenêtre de Lumian. Il regardait Lumian avec un indescriptible air de suffisance.

Ce hibou !

Il est encore là !

Lumian en eut le cœur serré.

Comme la dernière fois, la chouette regarda Lumian pendant une dizaine de secondes avant de déployer ses ailes et de s’enfoncer dans la nuit.

“…” Lumian resta sans voix.

Au bout d’un moment, il tira les rideaux et poussa un juron : ” Tu as un problème à la tête ?

“Tu viens à chaque fois jeter un coup d’œil, sans dire un mot avant de repartir !

“Es-tu muet ou as-tu un problème de QI ? N’as-tu pas appris le langage humain après tant d’années ?”

En fait, Lumian avait ses propres hypothèses sur les actions de la chouette. Il pensait que l’existence de sa sœur lui avait fait peur de faire quoi que ce soit. Après tout, Aurore avait dit que tant qu’il ne sortait pas du bâtiment la nuit, elle pouvait garantir sa sécurité. S’il avait passé la tête par la fenêtre sur un coup de tête à l’instant, la chouette ne se serait probablement pas envolée sans bruit.

Après s’être maudit pendant un moment, Lumian décida de fermer les rideaux et de dormir un peu.

Il jeta un coup d’œil à l’extérieur et se figea soudain.

À plus de dix mètres de là, à l’orée d’une petite forêt, une silhouette s’avançait lentement.

Elle portait une robe de couleur sombre faite d’un tissu grossier, et ses cheveux étaient fins et d’un blanc pâle.

“Naroka…” Lumian reconnut la silhouette.

C’était Naroka, qu’il avait interrogée sur la légende du sorcier.

Le visage de Naroka se fondait dans l’obscurité, et ses yeux reflétaient une étrange lumière sous le faible clair de lune cramoisi. Ses mouvements étaient anormalement raides, comme ceux d’un fantôme errant.


Commentaire

5 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
7 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Naroka serait le hibou?!

Evans Alley
7 mois il y a
Répondre à  ych

Merci, la suite m’a donné une réponse assez désagréable🥲

Sigurd Goudard
2 mois il y a

Merci pour le chap

error: Le contenu est protégé !
4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser