Lord of Mysteries 2 Chapitre 174

Récompense

Traducteur: Ych
——————

Le lendemain, à dix heures et demie du matin, le baron Brignais a rendez-vous avec Lumian au deuxième étage de la salle de Bal Brise.

Lumian avait choisi une tenue simple pour la journée, revêtant une chemise en lin, un gilet noir et un pantalon marron. Ses manchettes étaient retroussées jusqu’aux coudes et il arborait un chapeau brun à larges bords.

Cet ensemble lui conférait un air décontracté, presque grossier.

Le baron Brignais l’observa quelques instants mais s’abstint de tout commentaire. Au lieu de cela, il s’est contenté de rappeler à Lumian ,

“Une fois que nous aurons rencontré le Patron, il vaudra mieux que tu gardes tes mots au minimum”.

! !

“Compris”, répond Lumian en inclinant son chapeau à larges bords.

Accompagné uniquement de Lumian, le baron Brignais n’a pas fait venir Louis et les autres. Il conduit Lumian en bas et le dirige vers une voiture à quatre places qui les attend à l’entrée.

Au bout d’une demi-heure, la calèche a traversé le Quartier de la Cathédrale Commémorative et s’est arrêtée dans une rue relativement tranquille.

Le terrain de cette zone est plus élevé que celui des environs. Des villas individuelles, principalement blanches, beiges et gris-bleu, parsèment le paysage. Chacune possède une pelouse à l’avant et un jardin à l’arrière entouré de clôtures en fer barbelé.

Le regard de Lumian a balayé les panneaux de signalisation, révélant le nom de la rue des Fontaines.

Suivant le baron Brignais, Lumian arrive au 11 rue des Fontaines et regarde le baron tirer sur la corde accrochée à côté de l’entrée grillagée.

En peu de temps, un valet originaire du continent sud s’est approché et a ouvert les portes en fer.

“Monsieur Martin vous attend dans son bureau”, remarque le valet à la peau sombre, le ton empreint d’arrogance.

Sans attendre la réponse du baron Brignais et de Lumian, le valet tourne sur le talon et se promène sur un chemin de ciment flanqué de deux pelouses vertes suffisamment spacieuses pour accueillir trois carrosses.

Après avoir traversé les pelouses, Lumian et le baron Brignais atteignent la villa gris-blanc à trois étages.

La porte de la villa s’est ouverte, révélant un homme vêtu d’un costume noir et d’un nœud papillon sombre – la tenue typique d’un majordome – qui se tenait dans l’embrasure de la porte.

Le baron Brignais hâte le pas et salue l’homme d’un sourire.

“Bonjour, Faustino”.

“Bonjour, Brignais”, répond Faustino, un homme d’une cinquantaine d’années, avec un sourire.

Le baron Brignais le présente à Lumian en disant : “Voici le majordome de Monsieur Martin, Monsieur Faustino.”

Lumian salue Faustino de la manière habituelle, en respectant les règles de bienséance.

Faustino a hoché la tête et n’a rien dit de plus. Leur faisant traverser un couloir orné d’un lustre de cristal resplendissant, ressemblant à une piste de danse, il les guida dans une pièce bordée d’étagères.

En chemin, Lumian examine son environnement et remarque une série de peintures à l’huile et un assortiment d’armes ornant les murs : épées à une main, épées larges, marteaux, lances et arcs courts. La plate-forme en bois mi-haute qui aurait dû présenter des vases et des sculptures était au contraire occupée par des armures blanc argenté, des étriers, des cuirasses et d’autres objets.

Derrière le bureau, positionné à côté des fenêtres allant du sol au plafond, se tenait un homme qui mesurait près de 1,8 mètre.

Ses cheveux, d’un noir typique que l’on trouve à Intis, présentent quelques mèches argentées près des tempes. Il semblait avoir une quarantaine d’années, possédait des traits de visage marqués et ses yeux légèrement rougis contrastaient avec ses iris par ailleurs bruns.

L’homme possède des joues pleines qui contrastent avec ses traits bien marqués. Les rides étaient manifestement absentes de son visage et il dégageait un tempérament relativement aimable. Il ressemblait à un homme d’affaires qui affichait sans effort un sourire avant de prononcer un seul mot.

À ce moment-là, il porte une chemise blanche et un costume noir formel, dépourvu de nœud papillon ou de cravate.

“Bonjour, monsieur Martin”, l’expression du baron Brignais est devenue respectueuse.

Après que Lumian a présenté ses salutations, Martin a souri et laissé échapper un soupir.

“Tu es si jeune, n’est-ce pas ?

“Je commence à comprendre les paroles de l’empereur Roselle : Les héros ont souvent un comportement différent des autres lorsqu’ils sont jeunes. Dois-je m’adresser à toi en tant que Lumian ou Ciel ?”

“Ciel”, répond Lumian avec respect.

En s’éloignant des fenêtres allant du sol au plafond, Gardner Martin a fait de chaleureuses louanges,

“En seulement une semaine, tu as tué deux Beyonders de la séquence 8 et gravement blessé un Beyonder de la séquence 9. Je n’aurais pas pu réaliser de tels exploits à ton âge. Quelle est ta séquence ?”

“Séquence 8, provocateur”, a répondu Lumian avec franchise.

Gardner Martin s’est dit très satisfait de la franchise de Lumian. Il acquiesce et remarque : ” Ce que j’ai dit tout à l’heure n’était pas tout à fait complet. Quand j’étais en séquence 8, je n’aurais pas pu accomplir ce que tu as fait. Très bien. Notre Mob de Savoie aurait bien besoin d’un garçon exceptionnel comme toi.”

Sans attendre la réponse de Lumian, il entreprend de demander : ” As-tu trouvé quelque chose de notable sur ‘Hammer’ Ait ? ”

Cette personne connaît la loi de conservation des caractéristiques du Beyonder ? À en juger par son comportement, même s’il n’est pas conscient de la conservation, il croit que les Beyonders humains sont apparentés aux créatures du Beyonder. Ils manifestent des caractéristiques Beyonder à leur mort, ou des parties résiduelles ou des ingrédients qui peuvent être utilisés dans la préparation de potions… Lumian a contemplé un moment et n’a rien retenu. De sa poche, il a sorti une sphère de la taille d’un poing ressemblant aux nuages du matin et au soleil du soir.

“J’ai trouvé ça”.

Gardner Martin l’a regardé avec approbation.

“Excellent. Vends-le moi. Il n’a aucune valeur pour toi. Que dirais-tu de 18 000 verl d’or ?”

C’est nettement plus élevé que les 15 000 verl d’or du Rassemblement de Monsieur K… Lumian feint d’ignorer le prix exact des caractéristiques du Beyonder.

“Vaut-il vraiment 18 000 verl d’or ?”

Le baron Brignais, qui se tenait à côté de Lumian, n’arrivait pas à comprendre quel objet particulier avait poussé son patron à offrir une telle somme.

Quelque chose de ‘Hammer’ Ait ? Un ingrédient employé pour l’avancement ? Ou bien les Beyonders ressemblent-ils aux créatures du Beyonder ? Le baron Brignais a entretenu de nombreuses spéculations en un instant.

Il regrette soudain d’avoir accepté de remettre toutes les possessions de ‘Hammer’ Ait à Ciel la nuit précédente afin de préserver sa dignité.

“Haha”, dit Gardner Martin en gloussant bruyamment. “Elle est en effet précieuse, mais j’offre une prime. Considère cela comme ta récompense.”

Il se tourne alors vers le majordome Faustino et lui dit : ” Va chercher 18 000 en liquide. Évite les dénominations trop grandes.”

Lumian n’avait aucune objection à vendre la caractéristique du Beyonder pugiliste à Martin. Il avait l’intention de la vendre lors de la réunion de M. K.

Son espoir était d’amasser des fonds pour acquérir un objet mystique capable de contrer les effets indésirables, de compenser son manque de moyens mystiques ou de servir de déguisement.

Prenant la caractéristique Beyonder pugiliste de Ciel et jouant avec pendant quelques secondes, Gardner Martin s’adressa au baron Brignais, “Malgré le jeune âge de Ciel, il a déjà rendu d’importants services à notre mafia de Savoie et possède une force remarquable. Il est temps pour lui d’assumer des responsabilités plus importantes.”

” Oui… Tu es déjà accablé par les affaires d’usure et les autres boutiques de l’avenue du Marché. Ce n’est pas une tâche facile. Demande à Ciel de t’aider à gérer la Salle de Bal Brise. Affecte du personnel pour le soutenir, afin qu’il n’ait pas à compter uniquement sur lui-même.”

Les muscles du visage du baron Brignais se contractent très légèrement. Il réprime son mécontentement et sa déception et répond : “Très bien, Monsieur Martin.”

La Salle de Bal Brise était une véritable mine d’or, et il hésitait à s’en séparer.

Sans l’ordre direct de Monsieur Martin, il aurait choisi de confier les affaires de l’avenue du Marché à Ciel et suggéré de transférer certains des hommes de main du ” Giant ” Simon et du ” Blood Palm ” Black.

Lumian a senti la tension dans sa relation avec le baron Brignais. Il ne pouvait pas le tromper aussi facilement qu’avant.

Il pourrait même y avoir des affrontements et des conflits à l’avenir !

Gardner Martin se tourne vers Lumian et lui dit : “Prends bien soin de la Salle de Bal Brise. Si tu obtiens de bons résultats, je te confierai des entreprises plus importantes.”

“Merci, monsieur Martin”, répond Lumian en baissant la tête et en feignant d’être ravi.

Sur le chemin du retour au Marché du Quartier du Gentleman, le baron Brignais semble retrouver son calme. Il s’est engagé dans des conversations occasionnelles avec Lumian concernant la mafia de Savoie, faisant preuve de politesse, de courtoisie et de raffinement.

Lumian était plus préoccupé par le petit sac en tissu débordant de 18 000 verl d’or.

Avec cette somme, il pourrait acquérir un modeste appartement dans le Quartier de l’Observatoire !

Dans la région de Dariège, cela revenait à posséder une villa dans un quartier décent.

En entrant dans la Salle de Bal Brise, Louis et les autres s’approchent de Lumian.

Avant qu’ils ne puissent parler, le baron Brignais a tiré sur sa pipe en acajou et a annoncé,

” Louis, Sarkota, à partir de ce jour, veuillez suivre Ciel. Il est maintenant responsable de la Salle de Bal Brise.”

Louis, dont les ecchymoses du front se sont pour la plupart estompées, et Sarkota, dont les cheveux brun-rouge présentent de légères boucles naturelles, affichent des expressions de choc et de confusion.

Ils savaient que Ciel serait récompensé, mais ils n’avaient jamais prévu qu’il prenne en charge la Salle de Bal Brise et qu’eux-mêmes lui soient affectés.

Il est désormais un véritable chef de la mafia de Savoie !

Ignorant les réactions de ses subordonnés, le baron Brignais sourit à Lumian et déclare : ” Laisse-moi un bureau au deuxième étage. J’en ai besoin pour les affaires d’usure.”

“Très bien”, a répondu Lumian sans émettre d’objection.

Après une brève passation de pouvoir, le baron Brignais a conduit deux malfrats pour régler quelques problèmes concernant l’affaire de l’usure. Lumian monte au deuxième étage, avec l’intention de se renseigner sur les activités de la Salle de Bal Brise.

Louis s’est penché, parlant à voix basse. “Ciel, je veux dire patron, Red Boots est dans ton bureau. Je me demande si elle est là pour toi ou pour le baron. Veux-tu la rencontrer ?”

” Red Boots ” Franca ? Lumian a hoché subtilement la tête.

“Où est mon bureau ?”

Louis s’empresse de guider son nouveau patron à travers le café et dans le couloir du deuxième étage, pour atteindre une pièce au bout.

“Ici même”. Il a indiqué, en pointant du doigt la porte en bois rouge foncé.

Lumian acquiesce, saisit la poignée et pousse la porte.

La première chose qui a accueilli ses yeux était une paire de bottes d’un rouge éclatant, élégamment posées sur un bureau en bois brun.

Ornant les bottes, il y avait une paire de culottes blanc cassé et, plus haut encore, un chemisier blanc pour dames orné d’une multitude de fleurs brodées et de motifs en forme de vigne sur les poignets et le col. Par-dessus, elle portait un gilet fin à carreaux noirs et blancs.

En continuant à monter, le regard de Lumian tombe sur un cou gracieux et lisse, suivi de lèvres peintes d’une délicate nuance de rouge. Un nez pointu et raffiné, des sourcils arqués vers les tempes et des yeux pétillants d’une teinte lacustre vibrante et joyeuse complétaient le tableau. Ses longs cheveux de lin étaient savamment attachés en une queue de cheval haute.

Assise sur une chaise pivotante ayant appartenu au baron Brignais, “Red Boots” Franca posait nonchalamment ses pieds sur le bord du bureau, comme s’il s’agissait de son territoire personnel.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
7 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Un peu de tenue Ref boots, tu es en face d’un goat tout de même…

Sigurd Goudard
3 mois il y a

Merci pour le chapitre

Thewether Thewether
1 mois il y a

Red bouts m’a tout l’air d’être la femme fatale
Merci pour le chapitre !

error: Le contenu est protégé !
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser