How to get my husband on my side – Chapitre 15

Chapitre 15

Chapitre 15 – Traduit par : @thaneetea_

 

C’était si inattendu que je suis tombée de la selle, ce qui m’a fait m’agripper à son bras et m’appuyer sur lui.

Ah, je n’aime pas ça. J’ai peur d’être une petite fille.

Il y a eu de l’agitation autour de nous. J’ai ri sans y prêter attention, repoussant les murmures gênants.

« Hé, ne vous battez pas. »

« Quoi ? »

« Ne t’énerve pas contre elle. Ton beau visage va s’abîmer. »

Izek m’a regardé en silence pendant un moment.

Comme l’incarnation de Satan, ses yeux brillants étaient très féroces. Il a grogné lorsque j’ai agité mon corps pour me préparer à être jetée.

« Je ne suis pas fâché, bon sang. Ellen. Suis-je fou ? »

« Ce n’est pas le cas. »

Ellenia, qui répondit immédiatement, me regarda fixement. Quel genre de frère et sœur étaient-ils ? C’était absurde, mais bien sûr, je n’en ai rien dit et j’ai souri largement. Lorsque mes pieds ont touché l’herbe plate, je me suis sentie vivante.

« Merci de m’avoir emmenée. Je n’oublierai pas ce moment. »

« …… »

« Je monterai seule aussi. Tu es d’accord ?”

« ……Fais comme tu le souhaites. »

C’était dit sans sincérité, mais c’était quand même une réponse. C’était assez difficile d’être une fan.

Freya, qui me regardait avec des yeux intéressés, sourit doucement.

« Venez ici et asseyez-vous, ma Lady. Tout le monde vous attend. »

Merci pour ces paroles creuses.

Alors que je m’approchais docilement de la table et que je m’asseyais, j’ai vu que l’anse de la tasse de thé était décorée en forme de tortue avec des globes oculaires ornés de bijoux.

La journée d’aujourd’hui était dure.

“E-Ellen…”

« Je suis désolée de t’avoir montré quelque chose de laid. Il est toujours comme ça, ne t’inquiètes pas. » Ellenia, qui crachait d’un ton professionnel, poussa vers moi une assiette contenant des amuse-bouches.

C’était déjà bien, mais pourquoi y avait-il aussi une décoration de tortue sur l’assiette ?!

J’ai bu du thé autant que j’ai pu, en essayant de ne pas regarder les décorations.

Freya, assise à côté de moi, murmurait anxieusement : « Est-ce que je peux le laisser comme ça ? »

« Laisse-le tranquille. »

Ellenia était sans cœur. En un rien de temps, mon mari s’éloignait en traînant son cheval.

Je regardais les hommes qui s’approchaient de lui comme s’ils avaient attendu, quand quelqu’un m’a demandé : « Vous sentez-vous bien ? »

« Oh, oui, merci… »

“Je suis très surprises d’apprendre que vous vous êtes effondrée au port d’Elmus. J’ai entendu dire que vous aviez même saigné du nez. »

J’ai ravalé un gémissement. Bon, il y avait plus d’une personne sur place à ce moment-là, donc les rumeurs se sont forcément un peu répandues.

Mais le fait que j’avais le nez qui saignait, fallait-il le préciser ici ? Hein ? Cette dame, Consolace ou quelque chose comme ça. Elle mettait le doigt sur mes plaies depuis la dernière fois.

« C’est vrai. J’ai failli avoir des ennuis. Je vous remercie de votre sollicitude. » répondis-je, souriante avec gratitude du fond du cœur.

Lady Conolace eut une expression mitigée, fronçant les sourcils tout en souriant, mais elle essaya à nouveau : « Je suppose que ma dame se soucie beaucoup de sa silhouette. »

« Quoi ? »

« Vous êtes déjà très mince, mais je ne vous ai pas vu manger depuis la dernière fois. Vous n’aimez pas la nourriture d’ici ? »

Ses yeux gris pétillèrent, comme si elle était sincèrement inquiète.

Je suis sûre que vous ne m’avez vue que deux fois maintenant. C’est triste de penser qu’elle me reproche déjà de manger moins.

« C’est vrai ? D’habitude, je ne mange pas beaucoup. »

« Eh bien, je ne sais pas quelle est la tendance dans le Sud, mais la santé est nécessaire pour résister au climat d’ici. Comme vous le savez, il se passe beaucoup de choses, alors nous ne voulons pas nous gêner les uns les autres. »

Je vois. Une femme comme moi est une nuisance. Comme c’est amusant.

Néanmoins, j’ai souri, les yeux brillants. « Oh, je vous remercie de votre sollicitude. Vous avez été si gentille depuis la dernière fois, puis-je vous parler de choses et d’autres à partir de maintenant ? Comme vous le savez, je ne connais pas grand monde ici, donc je n’ai personne à qui demander. »

« …eh bien, n’importe quand. »

« Vraiment ? »

« …Bien sûr. » Lady Conolace, qui murmurait amèrement, hocha la tête timidement.

Elle semblait agacée.

Je sais, je comprends. Il faut que les insultes soient synchronisées pour que ce soit amusant. Ne t’inquiète pas, je ne fais pas de bêtises parce que tu me plais bien.

« Ruby. »

« Oui… ? »

« Le gâteau de Castella est délicieux. »

……Oui, le gâteau Castella est délicieux. Tu veux que je le mange ?

L’Ellenia d’aujourd’hui était effrayante pour une raison quelconque, alors j’ai commencé à grignoter le gâteau de Castella jaune vif.

Ce serait bien si je ne voyais pas cette tortue.

« Détends-toi. Pourquoi se disputer pour rien tout d’un coup ? Vous êtes de si bons frère et sœur.”

« C’est toi et ton frère qui avez une bonne relation. »

« Mon frère ? Il est gentil, mais c’est un vrai fauteur de troubles. J’aimerais avoir un frère plus fiable… »

Freya, qui s’était éloignée de manière ludique, changea naturellement de sujet de conversation en regardant dans ma direction.

« En y repensant, j’ai entendu dire que ma Lady avait une très bonne amitié avec ses frères aînés. »

Il n’y avait qu’un seul “bon” frère dans ma famille. Enzo était chevalier, pas cardinal. Mais là n’est pas la question.

« C’est normal. Mes frères ont tendance à supporter mes enfantillages. »

« Je vous envie. Vous étiez la petite dernière de la fratrie. Ils doivent beaucoup vous manquer. »

« Pour être honnête, je ne pense rien. Je me suis déjà tellement habituée à ici.”

Freya était l’une des personnes les plus proches d’Izek.

Même si ce n’est pas elle, je ferai attention à ce que je dis, juste au cas où une rumeur circulerait à mon sujet.

« Le cardinal Valentino viendra-t-il à Erendil cette année ? » C’est une question que la dame, qui a dit avoir souffert parce que la nourriture n’était pas à son goût l’autre jour, a posée avec des yeux pétillants.

Haa , à part les rumeurs, j’avais oublié à quel point Cesare est populaire.

Qu’il ne vienne pas, s’il vous plaît. Je ne veux vraiment pas qu’il vienne, mais c’est douloureux de déjà savoir qu’il viendra. « Je ne sais pas. Je n’ai pas encore eu de nouvelles. »

Le combat a eu lieu à la fin de l’automne, donc il lui restait donc encore quelques mois, mais mon avenir semblait déjà sombre. Mon corps va mourir, coincé entre Cesare et Izek, deux murs.

Après le brunch bavard, tout le monde a commencé à faire de l’équitation. Heureusement, mon mari a laissé le cheval seul et a disparu quelque part, alors j’ai enfourché le cheval snob et je me suis jointe à elle. D’une manière ou d’une autre, Freya et moi chevauchions lentement vers la route forestière.

« Ne faites pas attention à Lady Conolace. »

« Quoi ? »

« C’est juste qu’elle est grincheuse. Il y a longtemps, elle suivait Iz partout. Mais elle n’est pas méchante. »

Ça n’avait pas d’importance, mais j’ai hoché la tête comme si j’avais compris.

« Je ne pense pas qu’elle soit mauvaise. Le seigneur Izek est un homme merveilleux, alors ce n’est pas de trop d’avoir beaucoup de gens qui l’apprécient. »

« Vous êtes si gentille, ma Lady », dit Freya en penchant la tête sur le côté, les yeux fixés vers l’avant.

Assise sur un étalon blanc comme neige, elle était comme une déesse sortant d’un tableau éblouissant.

« Je ne sais pas comment vous le prendriez, mais je pensais que vous étiez une personne très difficile. »

« Moi ? Pourquoi ? »

« Vous êtes la princesse de Romagne. Ce n’aurait pas été surprenant si vous l’étiez. » Cet ajout enjoué la fit sourire, révélant ses dents blanches.

Si c’était Rudbeckia, elle l’aurait mal pris.

J’avais quand même de la peine pour la Rudbeckia d’origine.

« Mais est-ce qu’on peut aller par là ? »

« C’est bon, tant qu’on ne va pas trop loin. C’est l’endroit le plus sûr pour organiser des rassemblements en plein air, donc c’est toujours la même chose. »

« Oh… »

« Mais vous avez l’air d’être plus douée en équitation que je ne le pensais. »

« Ce n’est rien comparé à vous. C’est juste que c’est un bon cheval. »

« Oh, je ne pense pas du tout. En parlant de ça, pourquoi ne pas faire un petit concours ? »

« Un concours ? »

« Si vous allez tout droit dans cette direction, vous atteindrez le côté opposé de la route d’où nous venons. Et si nous faisions la course jusqu’à là-bas ? Qu’en dites-vous ? »

J’ai acquiescé parce qu’il n’y avait aucune raison de refuser. C’était le moment idéal pour me rapprocher de Freya.

Devrais-je gagner ou perdre ?

« Alors, ma Lady devrait partir en premier. »

« Vous y allez doucement avec moi ? »

« Je suis plus habituée à cette route, il est donc naturel de céder la place. »

C’est ainsi que j’ai commencé. Dès que j’ai fait un pas, le cheval s’est mis à galoper comme s’il attendait. Je ne savais pas comment le supporter. Mes tresses s’envolaient dans tous les sens.

Étonnamment, je me sentais plutôt bien. Peut-être était-ce parce que cela faisait si longtemps que je n’avais pas chevauché autant que je le voulais sans faire attention à quoi que ce soit. Pour la première fois depuis longtemps, j’avais envie de montrer mes talents.

Au bout d’un certain temps, la route dont Freya avait parlé est apparue. Alors que nous galopions le long de la route, je me suis arrêtée un instant. Un sentiment étrange s’est emparé de moi. Je n’entendais aucun son venant de derrière.

Où était Freya en ce moment ? Peut-être est-elle partie dans l’autre sens ?

Juste au moment où j’essayais de détecter les sons, quelque chose a littéralement surgi des buissons sans un bruit, tourbillonnant autour de ma cheville. J’ai cru qu’il s’agissait d’un serpent et j’ai poussé un cri.

Surpris par l’élan, le cheval hennit à son tour et bondit sur ses pattes avant !

« AHHHH ! »

Ma main glissa des rênes et mon corps fut projeté en l’air.

Le choc m’a donné des frissons dans tout le corps et j’ai été entraînée au loin. Je ne savais pas si c’était une liane qui s’était enroulée autour de ma cheville, mais elle s’accrochait déjà à mon corps, m’entraînant dans les buissons. Je ne me suis même pas rendu compte que je criais.

Je n’ai ressenti que de la douleur, en me cognant la tête contre quelque chose de terne.

Il y a eu une brève perte de connaissance.

 

***

 

« Kuu … »

Ma tête était lourde. De même, j’avais du mal à ouvrir mes paupières lourdes.

Il faisait sombre et le calme régnait partout. La lumière blanche de la lune brillait à travers un point.

Où suis-je ? Que s’est-il passé dernièrement ?

« ……Gah ! »

Je l’ai regardé dans les yeux alors que je luttais pour me ressaisir.

Je suppose qu’il s’agissait d’yeux.

Il se tenait à mon chevet et me regardait.

Comment exprimer ce à quoi il ressemblait ? Un lapin géant noir et monstrueux, ou un raton laveur ? Ses deux oreilles, situées au sommet de son corps de pingouin, étaient pointues comme celles d’un lapin, et une paire de joyaux verts – des yeux – brillaient sensiblement dans l’obscurité.

Et en dessous…

Si l’énorme trou dans son ventre était une bouche, je mourrais tel quel.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser