How to get my husband on my side – Chapitre 1

Chapitre 1

Chapitre 1 – Traduit par : @thaneetea_

 

« J’ai enfin trouvé un marié digne pour toi, ma chérie », annonça Père en s’essuyant les lèvres avec une serviette.

Allongée sur les genoux de mon frère aîné Cesare, j’ai ressenti le besoin de courir jusqu’à ma chambre et de vomir toute la nourriture que je venais de manger.

Mon deuxième frère Enzo, qui avait été occupé à avaler une quenelle affreusement puante, a claqué sa fourchette et a crié en signe de protestation.

« Pas encore ! Père, combien de fois cela fait-il déjà ? »

« Enzo. »

« Cela ne fait même pas trois mois que son dernier engagement a été annulé ! Indépendamment de ce que notre famille gagnerait de ce mariage, ne devriez-vous pas au moins essayer de considérer ses sentiments ? »

« Quelle surprise de te voir aux côtés de ta petite sœur. Alors préféreriez-vous combattre les barbares vous-même plutôt que d’accepter le soutien de Britannia ? »

« De quoi parlez-vous ? Ces sauvages barbares n’auraient aucune chance contre des gens comme moi, le plus grand, le plus noble soldat à avoir… »

« Ferme ta jolie bouche, mon garçon. »

Le grand et noble soldat prit le reste de la quenelle de son assiette et la fourra dans sa bouche, mâchant agressivement en signe de protestation.

La demande en mariage ne m’a cependant pas surprise : Je savais que cela viendrait tôt ou tard.

« Qui est-ce, Père ? » demandai-je joyeusement.

Mon père, qui avait regardé Enzo d’un air désapprobateur, se tourna vers moi et sourit.

« C’est le héros de Britannia, neveu bien-aimé du roi et célèbre chevalier du Nord. Il est très beau, je suis sûr que tu l’aimeras.

« Quoi ! Père, savez-vous à quel point sa réputation est mauvaise ? »

« Garçon, est-ce à toi que je m’adressais ? »

Enzo redevint silencieux.

Aucun d’entre eux n’avait la moindre idée que ce beau chevalier massacrerait un jour toute notre famille. Ô pauvres créatures misérables de ce monde…

« Ruby ? »

Comme je faisais semblant d’hésiter un instant, Cesare, qui m’avait caressé la tête, m’appela de nouveau. Cette fois, ses longs doigts glissèrent à l’arrière de ma tête. Je frissonnai de dégoût. J’avais l’impression qu’un serpent froid s’avançait sur mon cou.

J’ai lentement levé la tête et j’ai croisé les yeux de Cesare. Après avoir jeté un œil à ses étranges yeux azur, j’ai déplacé mon regard vers Enzo qui fronçait les sourcils de mécontentement, puis vers Lady Julia et Père à côté d’elle, tous deux assis bien droits, posés et dignes comme toujours.

« Merci Père. Je suis reconnaissante de pouvoir au moins vous être utile avec ce mariage. »

Cesare retroussa ses lèvres en un rare sourire doux et les pressa contre le haut de mon front.

« Parfaite comme toujours, notre adorable petite ange. » murmura-t-il.

Maintenant, j’avais vraiment envie de vomir.

Mais j’avais des choses plus pressantes à régler que de vomir. Après tout, le beau chevalier du Nord voulait aussi me tuer.

***

J’ai pensé qu’avec cet accident d’hélicoptère, ma vie fatigante était enfin terminée et que je pouvais enfin me reposer. Mais si j’avais su que je me serais réincarnée en tant que dame de la Renaissance, et en tant que personnage d’un roman que j’ai lu il y a longtemps, et, pour aggraver les choses, forcée de survivre dans un environnement qui n’était qu’aussi vil que ma vie précédente, aurais-je pensé encore de la même manière ?

Si j’allais me réincarner en personnage de ce roman, n’aurais-je pas pu au moins être née dans une famille décente ?

« Pouah ! »

Je pouvais sentir mon estomac se tendre et mes yeux commencer à pleurer. J’étais devenue assez bonne pour vomir silencieusement, pour ne pas avoir à m’inquiéter d’être attrapée par les bonnes, mais néanmoins, c’était toujours atroce à chaque fois.

Une chose en commun entre mon ancienne et ma nouvelle vie était l’anorexie, ou comme les gens l’appellent de nos jours : un TdA(=trouble de l’alimentation). Avant de devenir Rudbeckia de Borgia, je veux dire, avant ma mort, j’étais la fille adoptive d’une famille de la classe supérieure en Espagne. Je suppose que vous pourriez dire que j’étais une enfant de la charité.

Ayant été adoptée très jeune, je ne connaissais rien de la soi-disant « péninsule coréenne » où je suis née. Comme mes frères et sœurs adoptifs, j’ai fréquenté une prestigieuse école privée à Madrid et j’ai vécu une vie pleine de cours de ballet, de club de tennis, d’équitation et d’évènements caritatifs.

Je pense que la première fois où je me suis sentie différente des autres enfants autour de moi, c’était vers la 4e année, lorsqu’un garçon de ma classe s’est moqué de moi en plissant les yeux. Au début, je ne comprenais pas ce que cela signifiait, alors j’ai juste ri avec le reste des enfants de ma classe. Je pensais que mes yeux étaient ronds comme tout le monde, donc je n’avais aucune idée qu’ils se moquaient de moi.

Au fil du temps, je suis devenue insensible au racisme auquel j’étais confrontée à l’école, mais en ce qui concerne ma vie à la maison, malgré la façade sophistiquée et accueillante de ma famille adoptive, il y avait toujours une règle tacite selon laquelle je devais être traitée différemment, que j’étais une étrangère.

Chacun de mes parents adoptifs avait un amant distinct, et mon deuxième frère, qui était une étoile montante du tennis, a été publiquement dénoncé pour sa vie privée de promiscuité et sa toxicomanie. La seule personne de ma famille adoptive qui me traitait parfois bien était ma sœur aînée, et elle s’est suicidée à l’âge de vingt et un ans. Quant à mon frère aîné, j’ai vite appris qu’il était un monstre, tout comme son père.

C’est donc devenu une habitude pour moi de jouer intelligemment le rôle d’une jeune fille joyeuse et obéissante, car si jamais j’apportais la moindre honte à ma famille ou si je les offensais ne serait-ce qu’un peu, c’était l’enfer à payer. Et quand je me suis réveillée ici, c’était exactement pareil.

Au début, j’ai pensé que j’avais juste des hallucinations. Mais quand j’ai regardé dans le miroir, au lieu de voir mon visage, il y avait une belle fille occidentale qui me regardait.

Il m’a fallu quelques jours pour réaliser que j’étais devenue Rudbeckia de Borgia, un personnage du roman fantastique « Sodome et le Saint-Graal » que je lisais à l’adolescence.

Le roman se déroule à l’époque de la Renaissance et tourne autour de l’histoire d’un pape ignoble et corrompu qui a abusé de son pouvoir pour subjuguer les autres. C’était une histoire sur les pays du Nord et le clergé se levant courageusement et s’unissant pour renverser le méchant pape, sa famille et l’intégralité de la maison de Borgia.

Le nom « Sodome » dans le titre faisait référence aux habitants de la région nord de la Romagne en Italie, et le « Saint-Graal » était une métaphore du lieu saint de la Cité du Vatican. Et quant à ma chance, je me suis réincarnée en Rudbeckia, la fille unique du pape.

Moi, Rudbeckia, j’étais destinée à mourir, et à mourir non moins qu’entre les mains de mon futur mari.

Mon père et mon frère aîné, dans le but de gagner encore plus d’influence politique, étaient déterminés à faire épouser Rudbeckia. Et après trois fiançailles infructueuses et une autre annulation de dernière minute, elle a fini par être mariée à Izek van Omerta de Britannia.

Quant à savoir pourquoi quelqu’un d’aussi noble et austère qu’Izek perdrait la tête et déciderait d’assassiner toute la famille de sa femme après seulement six mois de mariage, c’est Rudbeckia qui l’a rendue fou.

Ce n’était pas de l’amour qui lui avait fait perdre la tête, c’était la haine – la haine de Rudbeckia, qui avait empoisonné sa petite sœur. Cesare avait mal calculé la gravité de la rage d’Izek.

Quand j’y pense cependant, plus que d’être fou que Rudbeckia ait tué sa petite sœur, il semble qu’Izek en ait eu marre de sa salope de femme et ait fini par la tuer.

Quoi qu’il en soit, il est clair que Rudbeckia n’avait pas non plus la plus grande des personnalités.

En fait, je me souviens qu’après avoir déménagé dans le Nord, elle était connue par ceux qui l’entouraient comme l’espion maléfique du pape, et était notoirement détestée pour avoir ignoré l’étiquette de base et traité les autres femmes comme des bonnes. Cela comprenait la précieuse petite sœur de son mari et même ses amis d’enfance.

Mais maintenant que j’ai vécu en tant que Rudbeckia pendant trois ans, j’ai commencé à comprendre pourquoi elle a agi comme elle l’a fait. « La princesse bien-aimée de Romagne », « L’ange de la chapelle Sixtine » – tout cela n’était qu’une mascarade, tout comme mon ancienne vie en Espagne.

« Ruby ? »

Entendant son coup, je fourrai ma pochette de bonbons à la menthe dans un tiroir et me levai. Il a ouvert ma porte avant même que j’aie répondu, comme il le faisait toujours.

« Cesare. »

Cesare, connu officiellement sous le nom de cardinal Valentino, portait encore la robe noire qu’il portait au dîner. Il avait les cheveux d’un noir de jais et les yeux du bleu profond de son père, et même si les gens le décrivaient comme diaboliquement beau, il me semblait plus proche du diable que du beau. C’était un petit réconfort pour moi que nous ne nous ressemblions pas du tout.

« Tu avais l’air contrariée tout à l’heure, alors je me suis inquiété et je suis venu te voir. »

J’ai joué la comédie, comme d’habitude.

« Oh Cesare, tu me connais trop bien. »

« Es-tu mécontente de la demande en mariage ? Tu peux être honnête avec moi. »

Lorsque Cesare s’est approché de moi, il s’est arrêté, tournant la tête vers la petite statue de tortue sur ma table de chevet. Il semblait la regarder avec une sorte d’affection profonde. C’était un de mes secrets bien gardé : je méprisais absolument les tortues.

« Ce n’est pas ça… je ne sais pas, c’est juste que le Nord est si loin. Je ne pourrai pas te voir beaucoup pendant que j’y serai, j’ai peur d’être terriblement seule. »

« Pourquoi serais-tu seule ? Tu seras avec ton mari. »

« Cela ne veut rien dire pour moi. Si je pouvais faire ce que je voulais, je resterais ici et je vivrais avec toi pour toujours, Cesare. »

« Je suis honoré que la plus jolie femme de Romagne se soucie autant de moi. »

Cesare vint à côté de moi et plaça sa main contre ma tête, ses lèvres retroussées en un sourire de satisfaction. Je lui avais donné la réponse qu’il voulait entendre.

Il a frotté sa main contre ma joue et j’ai continué à jouer le jeu, fermant les yeux comme un chaton errant qu’on caresse.

Il était impossible de dire quand la main qui me caressait si doucement deviendrait violente. Même si j’avais réussi à le garder, ainsi que le reste de ma famille à mes côtés jusqu’à présent, je savais mieux que quiconque que, s’ils le jugeaient bon, les gens autour de moi se retourneraient contre ma personne en un instant.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser