Trash of the Count’s Family Chapitre 117

Grand et puissant (5)

***

Auteur : Yoo Ryeo Han
Traductrice : Moonkissed

***

Il était rare qu’un elfe s’approche d’abord d’un humain. Ils n’avaient pas vraiment de raison de le faire.
Cependant, les elfes du village de la montagne aux dix doigts avaient trouvé une raison de le faire, et ils s’approchèrent de l’humain en face d’eux avec beaucoup de persévérance.
Comme on pouvait s’y attendre, cet humain était Cale.

« Est-il difficile de répondre ? »

Cale évita le contact visuel avec l’elfe qui se trouvait devant le groupe. Pourquoi les deux elfes devant le groupe devaient-ils être une grand-mère et un enfant ? Cale regarda la chef Canaria.

‘Je pensais avoir été clair sur le fait que je voulais partir discrètement.’

Canaria sourit doucement à Cale. Cale trouva ce sourire agaçant, mais ce n’était pas de sa faute.

« Je suis désolée, jeune maître-nim. Je l’ai seulement dit à ma famille. »

Cale tourna son regard vers la source des excuses. Pendrick avait l’air très désolé. C’était à cause de lui que l’heure et le lieu de leur départ avaient été révélés. Cependant, on ne pouvait pas lui reprocher d’avoir prévenu sa famille de son départ.

‘Eh bien, dans ce cas.’

Cale se dit qu’il avait au moins évité la pire situation possible, à savoir que Raon se présente et soit vénéré. C’est pourquoi il décida d’utiliser cette situation à son avantage. Ne serait-il pas plus facile d’obtenir l’accord des elfes s’il partait avec une bonne impression ?

« Non, il n’y a pas de quoi être désolé. »

Un sourire bienveillant se dessina sur le visage de Cale. Ce sourire permit à Pendrick de pousser un soupir de soulagement. Cependant, le groupe de Cale commença lentement à éviter de regarder Cale.

Cale établit un contact visuel avec le jeune elfe qui tenait la main de sa grand-mère.

« Non, il n’est pas difficile de répondre. »

Il semblait très doux envers l’enfant. Cale repensa à la question de l’enfant.

‘A-avez-vous vraiment la protection d’un dragon-nim ?’

Il pouvait voir que les elfes et les élémentaires voulaient tous une réponse. Certains Elfes le regardaient droit dans les yeux, tandis que d’autres l’épiaient secrètement au loin. Bien sûr, les élémentaires brillaient et marmonnaient quelque chose, mais Cale ne pouvait pas les entendre.

Cependant, les Elfes entendaient leurs voix.

‘Cet humain est protégé par une forte aura !’
‘Ce doit être l’aura d’un Dragon-nim. Je n’ai jamais ressenti l’aura d’un Dragon-nim auparavant ! Je m’en souviendrai toujours !’
‘Mon Dieu ! Un humain qui a autant d’auras naturelles sur lui ! Le feu, l’eau, le vent et le bois, tous les quatre ont des formes différentes sur lui !’
‘Il a aussi un pouvoir naturel supplémentaire qui n’a pas d’affinité !’

Les élémentaires criaient de façon chaotique.

‘Je n’ai jamais vu un tel humain auparavant. Ce n’est ni un Élémentaliste, ni un Elfe.’
‘Je comprends pourquoi Dragon-nim l’apprécie ! Il doit s’agir d’un humain aimé par les puissances anciennes, non, par la nature !’
‘Quel humain intéressant !’

Les Elfes devinrent encore plus pensifs après avoir entendu les paroles des Élémentaux. Il en était de même pour la chef Canaria et le Chevalier Gardien. Seul Pendrick l’ignorait, car il ne pouvait pas entendre les élémentaires.

Cale, qui était dans le même bateau que Pendrick, ne savait pas que les Élémentaux devenaient fous et commença à parler.

« Le Dragon protège les faibles.

– Ah. »

Des halètements se firent entendre dans la foule.
À ce moment, Raon, qui était invisible et collé sur le dos de Cale, comme d’habitude, commença à parler dans l’esprit de Cale.

– Je suis content que tu le saches, faible humain.

Cale ignora le commentaire de Raon et commença à sourire en regardant l’enfant elfe. Cependant, ce sourire commença à s’estomper à la réponse de l’enfant.

« Wow ! Je suis tellement jaloux ! Vous êtes le meilleur ! Vous êtes trop cool ! »

Le triple combo d’éloges de l’enfant atterrit sur Cale avant que l’enfant ne continue à parler.

« Je voulais vous rencontrer quand vous étiez dans le Jardin de l’Arbre-Monde, ce jardin de fleurs ! Cependant, vos subordonnés étaient si stricts que je n’ai pas pu y aller. Je n’ai jamais rencontré de personnes aussi effr, je veux dire, mm, aussi fortes ! Ils semblent être plus forts que les Chevaliers Royaux humains ! »

L’enfant jeta un coup d’œil vers le reste du groupe en disant cela. Il se cacha ensuite derrière sa grand-mère, comme s’il avait peur. Un elfe avait peur d’un humain.

‘Que diable ont-ils fait pour me protéger pendant ces trois jours ?’

Cale avait le sentiment que ce n’était pas lui qui évitait les Elfes, mais les Elfes qui l’évitaient à cause de ce que Choi Han et son équipe avaient fait pendant les trois jours où il était inconscient.
Ils s’étaient rassemblés ici aujourd’hui pour dire au revoir à Pendrick.

Après avoir répondu à la question de l’enfant, Cale reçut quelques autres questions. La majorité d’entre elles provenaient d’autres enfants.

« À quoi ressemble Dragon-nim ? »

La patte avant de Raon continuait de tapoter le dos de Cale.

Cale répondit avec un léger sourire.

– Je suis grand et puissant.
« Il est grand et puissant. »

Cale répondit comme Raon le lui avait demandé. Puisque les choses s’étaient terminées ainsi, ne serait-ce pas formidable d’être connu comme l’humain chanceux qui avait reçu la protection d’un grand et puissant dragon ?

Il avait l’impression de voir l’intérêt des Elfes augmenter, comme s’il jouait à un jeu.

« Wow ! Il est beau ? »

Raon lui donna naturellement la réponse.

– Il est beau et magnifique.
« Il est beau et magnifique. »

« Waouh ! »

L’admiration des enfants et les hochements de tête des adultes se poursuivent. Cale avait envie de secouer la tête. Ils tomberaient tous à la renverse et applaudiraient sans fin si un vrai Dragon apparaissait devant eux.

« Dragon-nim doit être très fort ! »
– Il n’y a rien au monde qui soit aussi fort que mon corps.
« C’est vrai. Il est très fort. »

Cale répondit comme une poupée ventriloque. La voix de Raon commençait à se faire plus forte dans sa tête.

– Je suis vraiment le grand et puissant Raon Miru ! J’ai aussi un an de plus maintenant !

Cale commençait à avoir mal à la tête à cause de tout le bruit qui l’entourait. Il réussit tout de même à faire signe à Ron avec ses yeux, et Ron s’avança avec Choi Han afin de créer un chemin pour Cale.
Cale les suivit jusqu’à l’entrée du village des elfes. Un vieil Elfe qui se trouvait avec les enfants qui avaient suivi Cale jusqu’à l’entrée commença lentement à parler.

« Serait-il possible de rencontrer Dragon-nim ? »

– Je peux me montrer tout de suite !

Cale n’avait pas l’intention de laisser les elfes rencontrer un dragon. Il prévoyait d’utiliser cette carte à l’avenir, lorsqu’elle serait à son avantage. Pour l’instant, il valait mieux laisser son identité d’humain le plus proche d’un dragon.

Cale s’arrêta de marcher et ouvrit les bras.

Les Elfes qui suivaient Cale, ainsi que ceux qui l’observaient de loin, écoutèrent tous la voix de Cale.

« Vous ne sentez pas la grande et puissante aura de Dragon-nim autour de nous ? Je pense que vous tous, Elfes-nims, qui êtes réputés être les plus proches de la nature, seriez capables de ressentir cette grande et puissante aura. »

Naturellement, les Elfes les plus âgés et les Élémentaux pouvaient sentir l’aura autour de Cale. C’était comme si un Dragon se promenait tranquillement autour de Cale. Cependant, ils pensaient qu’il était impossible qu’un Dragon suive un humain. À moins d’être fou, un dragon ne ferait jamais cela, surtout en restant invisible. Ils pensaient sentir l’aura du dragon qui protégeait l’humain en face d’eux.

Cale observa les elfes qui hochaient la tête et continua à parler.

« Je vais parler au Dragon-nim et voir si je peux créer une opportunité pour que vous puissiez parler au Dragon-nim à l’avenir. »

Les elfes relevèrent la tête et virent une expression sombre sur le visage de Cale.

« Cependant, comme vous le savez probablement tous, le village est dans une situation difficile et de nombreuses choses effrayantes se produisent sur le continent. Je dois partir rapidement pour m’occuper de certaines de ces choses. »

Certains Elfes hochèrent la tête.
Ce sont eux qui observaient Cale de loin.

Le village des elfes était dans un état lamentable. Ils avaient à peine réussi à repousser les envahisseurs qui visaient la branche de l’Arbre-Monde. Ils n’aimaient pas l’attitude des autres Elfes qui faisaient l’éloge d’un humain à un tel moment. Ce n’était pas comme si Dragon-nim était là. Bien sûr, il était normal d’accepter et de respecter une personne qui avait reçu la protection d’un Dragon, mais ils n’aimaient pas cette atmosphère joyeuse en période de troubles.

Alors qu’ils avaient de telles pensées en tête, les mots de Cale parvinrent à leurs oreilles. Ils pouvaient clairement dire que l’humain en face d’eux était celui qui les avait sauvés du désespoir.

Cale conservait toujours cette atmosphère morose. Ils pouvaient sentir un sentiment de responsabilité sur les épaules de Cale. Ce sentiment fut encore renforcé par les mots suivants de Cale.

« J’ai beaucoup à faire. Il y a plusieurs tâches qui m’ont été assignées. »

Les expressions des Elfes adultes se raidirent à ces mots.
Ils avaient l’impression de savoir ce que Cale essayait de faire, même sans qu’il le leur dise.

Tout comme lorsqu’il avait sauvé leur village, et tout comme ils avaient entendu le chef parler de l’autre fois où il avait sauvé la capitale, il avait probablement des choses similaires à faire. Il allait probablement se sacrifier à nouveau sans chercher à obtenir un quelconque gain matériel.

Cale observa la foule plus calme qui se concentrait sur lui et commença à réfléchir.

‘J’ai vraiment beaucoup de choses à faire.’

Il devait tromper Toonka et faire des bénéfices. Il devait rencontrer beaucoup de gens. Bien sûr, il ne savait pas dans quel ordre les choses allaient se dérouler, mais il devait tout faire dans un avenir proche.

« C’était un plaisir de vous rencontrer tous, les amis de la nature, mais je crois qu’il est temps pour moi de partir. »

Les enfants qui avaient encore beaucoup de questions semblaient déçus, mais les adultes les consolèrent et créèrent un chemin pour Cale.
Cale se retourna vers son groupe qui s’était arrêté pour l’attendre. Le guérisseur elfe, Pendrick, semblait plein d’admiration.

Cependant, Beacrox, Ron et les chatons faisaient de leur mieux pour se retenir de secouer la tête, tandis que Choi Han et Lock hochaient la tête comme s’ils étaient d’accord avec Cale.

– Humain, voilà pourquoi je ne peux pas te laisser seul ! Tu es inutilement faible, mais tu es un humain très utile !

Il était désormais normal pour Cale d’ignorer les bêtises de Raon. Il était sur le point de se remettre à marcher, mais s’arrêta bientôt.

‘Hmm ?’

Les élémentaires à moitié transparents qui volaient de façon chaotique autour de lui s’alignèrent pour créer un chemin pour lui. Ils ressemblaient à des lampes éclairant un chemin. Ils avaient dit quelque chose pendant qu’ils se tenaient en ligne, mais Cale n’avait aucun moyen de comprendre. Il s’était contenté d’emprunter le chemin pour quitter le village.

‘C’est quelqu’un de bien. C’est juste décevant qu’il ne soit pas un Élémentaliste. Je voudrais le présenter à mon ami.’
‘Il me rappelle les anciens héros dont ma mère m’a parlé. On dit qu’ils se ressemblent.’
‘Je pense vraiment que c’est quelqu’un de bien. Je n’ai pas pu m’en assurer tout à l’heure, mais il a l’air très pur.’

Cale se serait moqué s’il avait entendu ce que disaient les élémentaires, mais aucun des elfes ne se moquait de leurs commentaires. Seule la chef Canaria accueillit Cale à l’entrée avec une expression étrange sur le visage.

« Chef-nim, je vais me mettre en route maintenant. »

Canaria posa une question au lieu de dire au revoir.

« Jeune maître-nim, vous avez dit que votre famille se trouve dans le nord-est ?
– …Oui ? »

Elle pouvait lire la méfiance dans les yeux de Cale. Canaria se mit à sourire, car ce Cale était bien plus facile à gérer que le vaillant Cale de tout à l’heure.

« Jeune maître Cale, je crois que vous savez que vous ne possédez pas le pouvoir de la terre. Le royaume de Roan est le royaume des rochers, et c’est là que le pouvoir de la terre est le plus fort. Les rochers sont la forme la plus puissante de la terre. »

Cale ne cacha pas ses pensées en regardant Canaria dans les yeux.

‘Et ?’

Cale n’avait pas l’intention d’acquérir d’autres pouvoirs anciens. Il aurait les cinq éléments de la nature s’il obtenait le pouvoir de la terre. Il avait le sentiment sinistre que faire quelque chose comme ça le mènerait à un avenir difficile.

Canaria, qui avait remarqué que l’expression de Cale se raidissait, lui tendit prudemment le livre qu’elle tenait dans ses bras. Cale ne le prit pas et se contenta de la regarder avec confusion. Elle commença à lui expliquer de quoi il s’agissait.

« C’est un livre qui parle d’une ancienne légende liée à la terre. Elle est très ancienne. Nous ne pouvons pas en déchiffrer le sens, mais je pense que vous pourriez en avoir besoin à l’avenir. »

Cale regarda le livre que Canaria poussait vers lui.

‘Une légende ancienne ?’

Cela lui donna envie de ne pas prendre le livre. Il n’en avait pas besoin.

Cependant, les mots qu’elle continua à prononcer firent s’écarquiller les yeux de Cale.

« C’est une drôle de légende. Un héros doté d’un fort pouvoir de destruction était soi-disant extrêmement avide d’argent. Une fois ce héros mort, le héros de cette légende aurait trouvé la richesse de son ami et l’aurait gardée en sécurité. »

Canaria ricana.

« Un héros serait-il avide d’argent ? Surtout un héros qui a soi-disant sauvé le monde de la congélation et qui n’a pas cherché le pouvoir, l’influence ou la célébrité ? Comment quelqu’un comme lui pourrait-il être avide d’argent ? N’est-ce pas incroyable ? »

Elle regarda Cale pour obtenir une confirmation. Cale renifla lui aussi et hocha la tête.

« C’est vrai. Comment un héros pourrait-il être comme ça ? De plus, de nombreuses légendes anciennes sont un mélange de mensonges et de vérité.
– C’est souvent le cas. Quoi qu’il en soit, ce livre raconte la légende de l’autre héros, qui était à la fois l’ami et l’ennemi du héros cupide. Ce héros semble être celui qui a utilisé le pouvoir de la terre. »

Canaria regarda Cale, qui semblait avoir beaucoup de choses en tête. Cale tendit lentement la main et Canaria lui mit le livre dans la main.

« Pour être honnête avec vous, je ne pense pas que vous trouverez l’ancien pouvoir décrit dans ce livre. Cependant, comme nous n’avons pas besoin de ce livre, j’ai pensé qu’il serait formidable qu’il puisse même vous aider un peu, puisque vous avez aidé à sauver notre village.
– Ce n’est pas un livre précieux ?
– Pour être honnête avec vous, non. »

Canaria pensait que cela pourrait mettre Cale mal à l’aise, mais décida de dire la vérité.

« Nous avons un entrepôt où les elfes rassemblent les choses dont ils n’ont pas besoin. Je me suis souvenue que ce livre se trouvait dans cet entrepôt et je l’ai apporté. »

Cependant, elle pensait toujours que ce livre ne serait pas d’une grande aide pour Cale. En effet, elle s’était rendue à l’endroit décrit dans le livre, mais n’avait rien trouvé.

‘Mais puisqu’il a de la chance.’

Il fallait beaucoup de chance pour trouver des pouvoirs anciens, à tel point que l’on disait que les cieux déterminaient le propriétaire de chaque pouvoir ancien. Cependant, cet humain en face d’elle avait eu assez de chance pour rassembler cinq pouvoirs anciens. C’est pourquoi elle avait apporté ce livre.
Cale avait une expression gênée sur le visage alors qu’il prenait le livre.

« Mm, je vais le prendre pour l’instant, puisque tu dis que le village elfe n’en a pas besoin. Il est difficile de refuser une telle générosité. Cependant, les pouvoirs anciens ne sont pas quelque chose que l’on peut obtenir simplement parce qu’on le veut.
– Bien sûr. Il faut le mandat du ciel pour l’obtenir. Mais c’est quand même une légende incroyable et amusante, alors lisez-la au moins.
– Merci. Je le ferai. »

Cale rangea lentement le livre et serra la main de Canaria.

« Rencontrons-nous à nouveau si c’est la volonté des cieux, Chef-nim.
– J’espère que nous pourrons rencontrer Dragon-nim la prochaine fois. »

– Chef ! Je suis là !

Cale ignora le cri de Raon et dit au revoir à Canaria. Il toucha le livre dans sa poche et commença à réfléchir.

Il y a une raison pour laquelle le Feu de la Destruction était apparu près de ce village elfe.

Il pensa que le Feu de la Destruction était apparu près de ce village parce que ce livre s’y trouvait. Même s’il s’agissait d’une coïncidence, il se dit qu’il y avait peut-être quelque chose là-dedans.
Il se souvint de ce qu’avait dit le chef.

‘Un héros serait-il avide d’argent ? Surtout un héros qui a soi-disant sauvé le monde de la congélation et qui ne cherche ni le pouvoir, ni l’influence, ni la célébrité ? Comment quelqu’un comme lui pourrait-il être avide d’argent ? N’est-ce pas incroyable ?’

Bien sûr, c’était logique. Pourquoi cela n’aurait-il pas de sens ?
Cale avait fait pleuvoir de l’argent sur ce héros il n’y a pas si longtemps.

Cale était presque certain que le héros cupide de ce livre était le propriétaire du ‘Feu de la destruction’. Il avait également l’impression que l’ennemi de ce héros était le “Super Rocher”.
Bien que les rochers ne soient qu’une sous-propriété de la terre, ils faisaient toujours partie de la terre.

Alors, le propriétaire du Super Rocher avait pris l’argent du propriétaire du Feu de la Destruction ?

Le cœur de Cale battait, non pas à cause de l’ancienne puissance, mais à cause de l’argent.
Peu importe qu’il ait gagné le pouvoir ancien ou non, il ne pouvait pas simplement prendre l’argent ?
Cale se retint de sourire et fit ses derniers adieux.

« Au revoir maintenant.
– Bon voyage. »

Cale entra dans la hutte à moitié transparente qui était l’entrée de la magie d’illusion cachant le village elfe. Le reste du groupe le suivit.

Cale avait enfin quitté le village elfe pour la première fois depuis quelques jours. Il s’arrêta alors de marcher juste à l’extérieur de la frontière.

« Haaaa. »

Il poussa un soupir. Le groupe détourna lentement le regard vers le lointain à son soupir. Choi Han et Lock laissèrent échapper de fausses toux et baissèrent la tête, tandis que Ron et Beacrox restaient calmes.
On et Hong miaulèrent dans les bras de Choi Han avant de regarder au loin en direction d’une montagne.

– Humain ! Peux-tu voir les preuves glorieuses de notre combat ? Nous avons tout détruit !

cria fièrement Raon dans l’esprit de Cale.

Oui, ils avaient vraiment tout détruit. Cale s’était demandé pourquoi le chef des elfes devait aider personnellement à la restauration. Mais après avoir regardé ce qu’il avait sous les yeux, tout s’expliquait.

Beaucoup d’arbres avaient été détruits, et le sol était retourné en de nombreux endroits. Certains rochers semblaient également avoir été coupés en deux par des épées ou des auras.

Cependant, Cale ne pouvait rien dire.

– Humain, c’est ton coup de foudre qui a laissé la plus grande marque ! Peux-tu la voir ? C’est un pouvoir très utile, mais ne l’utilise plus jamais !

Il ne pouvait rien dire car c’était lui qui avait fait le plus de dégâts sur la terre. Il y avait un cratère géant sur le sol qui ressemblait à l’atterrissage d’une météorite. Tout ce qui se trouvait dans ce cratère était complètement carbonisé.

Cale regarda au loin vers le sommet d’une montagne et commença à parler.

« Allons-y. »

Il demanda alors à Beacrox avant d’utiliser le Son du vent pour s’éloigner de la vallée.

« Il n’est pas trop lourd, n’est-ce pas ?
– Non, monsieur. »

Beacrox, qui avait Balbud sur son dos, faisait comme si Balbud ne pesait pas un kilo. Balbud, dont les yeux, la bouche et les oreilles étaient couverts, était toujours inconscient.
Cale vérifia que tout le monde était prêt avant de quitter la vallée et de se diriger vers le village de Bloke. Bien qu’ils arrivèrent rapidement au village, il s’arrêta au pied de la montagne à cause de Balbud.

« Jeune maître-nim ! »

Le majordome adjoint Hans s’inclina et salua Cale. Les chatons On et Hong sautèrent des bras de Choi Han pour se retrouver dans ceux de Hans. Cale passa devant Hans et tendit la main à quelqu’un d’autre.

« Cela fait environ trois mois ?
– Oui, jeune maître Cale. »

Rosalyn, qui était revenue du royaume de Breck, sourit à Cale. Elle sortit un morceau de papier de sa poche afin de répondre au regard de Cale qui semblait lui demander comment ça s’était passé.

Il indiquait que Rosalyn serait la capitaine de l’Alliance des Mages du Royaume de Roan et du Royaume de Breck au début d’une guerre.

Cale se mit à rire en saluant Rosalyn.

« Bon retour, Mlle Rosalyn.
– C’est ce que je voulais entendre. »

Cale lâcha la main de Rosalyn avant de donner un ordre à Hans. Il devait rencontrer l’elfe noir, Tasha, une fois de plus.

« Hans, nous nous dirigeons d’abord vers la capitale. »


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser