Trash of Count’s Family Chapitre 151

Vers l’Empire (1)

***

Auteur : Yoo Ryeo Han
Traductrice : Moonkissed

***

– Je suppose que les bâtards de l’Empire pensent que je suis vraiment ennuyeux.

Pourquoi le prince héritier se critiquait-il soudainement ?
Cale attendit tranquillement que le prince héritier continue à parler.

C’est parce que le prince héritier avait l’air extrêmement heureux.

‘Je ne l’ai jamais vu dans cet état.’

Cale commença soudain à se sentir mal à l’aise.

– J’étais le prince héritier qui cherchait la justice pour mon royaume en recherchant l’organisation responsable de l’incident de la bombe magique dans notre royaume de Roan.

L’expression de Cale s’aggrava encore.
D’un autre côté, l’expression du prince héritier Alberu devint encore plus brillante, comme s’il était très heureux.

– J’avais l’air d’un prince héritier qui s’était fixé pour objectif de se débarrasser de ces maudits bâtards du continent occidental plutôt que de prêter attention à ce qui se passait. J’avais montré de la sympathie à l’Empire pour avoir subi un incident similaire et je les avais exhortés à travailler ensemble pour trouver les coupables.

Cale prit la parole.

« L’Empire a probablement eu un gros mal de tête. »
– Oui. J’ai apprécié.

Alberu affichait un sourire radieux devant Cale pour la première fois depuis longtemps. Cale évita son regard et commença à penser que l’Empire était dans une position délicate.

Le royaume de Roan.
C’était un royaume moyen qui n’était ni fort ni faible. Cependant, il s’agissait d’un royaume ayant une longue histoire sur le continent occidental.

Si le prince héritier de ce royaume se mettait à faire preuve de justice et provoquait une scène, l’Empire ne pourrait pas l’ignorer. Cependant, ils ne pourraient pas non plus crier ‘justice’ avec lui.

Puisqu’ils étaient complices.

Ni Cale ni Alberu ne pouvaient confirmer si l’Empire de Mogoru était de mèche avec l’organisation secrète Arm et leur attentat à la bombe magique contre le Royaume de Roan.

Cependant, l’Empire était certainement impliqué dans l’attaque de l’organisation secrète contre l’Église du Dieu Soleil et ils avaient également essayé de tuer le Saint et la Sainte Vierge.

C’est pourquoi ils voulaient repousser les incidents de terreur aussi discrètement que possible.
Ainsi, ce prince héritier qui continuait à en parler les ennuierait au plus haut point.

Cependant, Alberu agissait ainsi afin de dissimuler leur alliance avec les autres royaumes.

« Mais quel est le rapport avec le fait de faire quelque chose de grand ? »
– Alors que j’agissais de la sorte.

Cale secoua la tête aux paroles d’Alberu.

« Agissait ? Votre altesse a toujours été une telle personne. Vous êtes juste et pur. »
– Assez de bêtises !

Alberu commença à froncer les sourcils, alors Cale se tut. Alberu commença à parler à la personne qui était encore pire que lui.

– Quoi qu’il en soit, j’ai demandé jour et nuit qu’une enquête soit menée sur le lieu de l’attentat.
« Une enquête ? »
– Oui. J’ai dit que je voulais trouver le moindre indice et j’ai dit que je voulais examiner le Vatican de l’église du Dieu Soleil et la place qui se trouve devant. J’ai continué à demander, même quand ils étaient en guerre.
« L’Empire ne s’est-il pas mis en colère ? »
– Je les ai relancés lentement.

Cale ne le croyait pas du tout. Cale retint sa moquerie et demanda.

« Votre altesse, d’après le fait que vous m’ayez contacté, je suppose que l’Empire a accepté votre enquête ? »
– Un an s’est déjà écoulé depuis l’incident. Ils semblent avoir accepté en pensant que je ne parviendrai pas à trouver quoi que ce soit.

Alberu tapota sur la table et continua à parler.

– Ce ne serait pas génial d’observer un peu d’alchimie pendant qu’on cherche, non ?

Ce n’était pas génial du tout.
Il avait un mauvais pressentiment depuis que son dos avait commencé à le démanger.

« L’Empire n’est pas de mauvaise humeur parce qu’il a perdu un château au profit du Royaume de Whipper ? »
– Oui. C’est pourquoi je pense qu’ils essaient de changer l’attention des citoyens en parlant de la façon dont ils coopèrent avec nous pour enquêter sur l’incident terroriste.

Alberu regarda Cale tout en continuant à parler.

– L’Empire a probablement pris tout ce qui avait de la valeur au nom de l’enquête. N’est-ce pas ?
« … Je suppose que oui ? »
– Le Saint et la Sainte Vierge se portent-ils bien ?
« Ils sont… »

Cale eut soudainement une idée et s’arrêta de répondre. Il se mit alors à sourire.

« Votre Altesse. »
-Oui.

Alberu regarda Cale, qui ne semblait plus frustré, et l’incita à continuer.

« Vous pensez qu’il y a peut-être un trésor caché dans l’église ? »
– Tu ne crois pas ?

Absolument pas.
Cale était presque certain qu’il y aurait quelque chose.
C’était son intuition de lecteur de romans fantastiques depuis de nombreuses années.

L’Église du Dieu Soleil avait survécu en tant que religion officielle de l’Empire pendant des centaines d’années.
Elle avait forcément caché quelques-uns de ses précieux trésors quelque part. L’Empire n’avait pas encore détruit les bâtiments de l’église qui n’avaient pas été touchés par le bombardement.

Raon, qui écoutait tranquillement dans un coin, commença à parler dans l’esprit de Cale.

-Humain, humain ! Sommes-nous en train de chasser un trésor ? Je suis très doué pour la chasse au trésor !

Cale se mit à sourire encore plus.

Même si le Saint était un peu perdu et que la Sainte Vierge avait des sentiments négatifs à l’égard de l’église…

Ils ne sauraient pas au moins s’il y avait des compartiments secrets ?

Cale entendit la voix d’Alberu tandis qu’il organisait ses pensées dans sa tête.

– 5 contre 5. Je prends les 5.

Le regard de Cale se dirigea vers Alberu.

– Je suis très généreux.
« Vous n’allez pas remettre le trésor au palais ? »
– Je le remettrai et j’obtiendrai de l’argent. Mes finances personnelles sont bien maigres après avoir payé toutes ces potions.

La voix de Raon résonna à nouveau dans l’esprit de Cale.

– Humain, toi et le prince héritier souriez de la même façon ! Vous riez même de nouveau comme ça !

Cale se redressa et posa une question au prince héritier.

« Quand est-ce que ce sera ? »
– En décembre. Ils ont dit que nous devrions venir célébrer la fin de l’année avec eux. Je suppose qu’ils veulent montrer leur richesse.
« Leur richesse ? L’Empire n’est-il pas en train de cacher sa force ? »

L’Empire avait caché sa force principale, y compris l’Alchimie, même pendant la guerre contre Toonka. Ce n’était même pas drôle.

– Quoi qu’il en soit, nous nous rendrons dans l’Empire au début du mois de décembre.

Nous étions à la mi-novembre et au début de l’hiver.
Cale se prépara à éteindre le dispositif de communication vidéo et fit ses adieux à Alberu.

« Je vous verrai à la capitale, votre altesse. »

Comme prévu, Alberu raccrocha dès qu’il entendit la réponse de Cale. Ce prince héritier ne semblait jamais changer.

* * *

Cale se déplaçait plus vite que les autres avec Raon et Choi Han à ses côtés.
Il était en train de rencontrer son père dans son bureau au château de Henituse. Il n’était pas venu ici depuis longtemps.

« Père.
– Oui. »

Le comte Deruth ne put s’empêcher de sourire après avoir vu son fils pour la première fois depuis longtemps.
Le comte pensait que Cale vivait en ermite dans la villa du village de Harris jusqu’à ce qu’il se rende dans un autre royaume pour exécuter les ordres du prince héritier.

« Vous voyez, je…
– Parle à l’aise. »

Ce n’est pas pour rien que Cale était revenu ici avant les autres.

« J’ai l’intention d’amener quelques personnes que je connais sur notre territoire. »

Des gens que je connais.
Il parlait naturellement de la tribu des tigres. Il serait difficile et ennuyeux de les cacher en raison de leur nombre et de leur taille.

Le comte Deruth vit le sérieux sur le visage de son fils et commença à parler.

« Combien de personnes ?
– Environ vingt. Ce sont des gens pauvres et pitoyables qui ont perdu leur maison.
– Est-ce une famille ?
– Oui, monseigneur. »

« Hmm. »
Le comte Deruth se mit à réfléchir.
Le début de l’hiver. Des gens qui erraient sans maison. Il était sûr que ces gens erreraient sans avoir pu récolter quoi que ce soit à l’automne.

« Il y a des adultes, des enfants et des personnes âgées. »

Le comte Deruth fronça davantage les sourcils après avoir entendu les paroles de Cale.
Il pensait à ces gens pitoyables qui grelotteraient en cherchant une nouvelle maison.

Le comte Deruth prit une gorgée de thé pour se calmer. Il regarda son fils Cale après que le thé l’ait un peu réchauffé.
Il comprenait pourquoi son fils voulait les amener ici. Son fils était vraiment un homme au grand cœur.

Cale observa la réponse de Deruth et dit d’un ton aussi pitoyable que possible.

« Père, c’est pourquoi j’espère les laisser immigrer au Village de Harris. Cela vous convient-il ? »

C’était au seigneur du territoire de décider si de nouveaux résidents pouvaient s’installer sur le territoire. Cale était prudent parce qu’il n’amenait pas seulement quelques invités, mais leur offrait une résidence sur leur territoire.

‘Mais je suis sûr qu’il l’autorisera.’

Il pensait que Deruth ne s’y opposerait pas en raison de sa personnalité. Le comte reprit lentement la parole.

« C’est un peu difficile. »

Cale tressaillit.

« Excusez-moi ? »

Il ne s’attendait pas à ce que Deruth dise non.
Il ne s’y attendait pas du tout. Le comte Deruth continua de parler à ce moment-là.

« Le village de Harris est la partie la plus septentrionale de notre territoire. L’Alliance du Nord devrait s’y rendre au printemps. »

Le Comte Deruth se considérait comme une personne égoïste, mais il se montrait tout de même chaleureux envers les habitants de son territoire.

« C’est pourquoi j’ai l’intention de déplacer les habitants du nord avant le printemps. Nous ne pouvons pas les laisser dans un endroit dangereux. »

Clac.

Deruth posa sa tasse de thé sur la table et continua à parler.

« Amène ces gens au château. Je leur donnerai un endroit où s’exprimer. »

Cale observait le comte Deruth sans pouvoir dire quoi que ce soit. Le comte reprit la parole après avoir vu l’état de Cale.

« Tu n’as pas à t’inquiéter de quoi que ce soit d’autre. Notre territoire possède de nombreuses mines et est développé dans le domaine des arts, nous ne nous sommes donc jamais méfiés des étrangers. Le château s’est également agrandi depuis que nous avons renforcé ses murs. Je peux même les aider à subvenir à leurs besoins financiers.
– Père. »

Cale coupa prudemment la parole au comte Deruth, qui semblait vouloir continuer à parler, et répondit.

« Il s’agit de la tribu des Tigres.
– Hmm ?
– Ce sont les hommes-bêtes de la tribu du Tigre. »

Le comte Deruth regarda son fils en se demandant pourquoi il parlait soudainement de la tribu des Tigres.

« Père, les personnes que j’amène sont de la tribu du Tigre. »

Cale expliqua généreusement au Comte Deruth, qui semblait confus.

« Ils sont très forts. Ils nous seront d’une aide précieuse pour nous préparer à la guerre. Je pense les amener ici parce qu’ils errent sans foyer. »

Le comte Deruth reprit la parole après un long moment.

« Tu as bien travaillé.
– Oui, monseigneur. »

Cale accepta avec joie les éloges du comte.

« Père. La restauration du village de Harris est terminée, mais nous n’avons pas de résidents qui y vivent. »

La tribu des tigres avait besoin d’être entourée d’une forêt.

« Je pense qu’il serait bien de leur donner le village comme nouvelle maison.

– Tu as raison, tu as raison. »

Le comte hocha la tête à plusieurs reprises en guise de réponse.
Un autre type de sourire se dessinait sur son visage. Raon, qui observait le duo père-fils tout en restant invisible, commença à parler dans l’esprit de Cale.

– Humain, le comte sourit comme tu le fais quand tu arnaques les gens ! C’est incroyable ! C’est très similaire !

Cale ne prêta pas attention aux paroles de Raon et agit comme s’il s’agissait d’une musique de fond. Le comte donna un ordre à son fils en tant que seigneur du territoire.

« Je te laisse faire.
– Oui, monseigneur. »

Cale discuta avec le comte de quelques autres sujets avant de se lever. Le comte Deruth reprit la parole alors que Cale se dirigeait vers la porte.

« Montre-toi de temps en temps, même si tu es occupé. Ta mère et tes frères et sœurs t’attendent.
– Je comprends. J’essaierai de passer le début de l’année ici.
– Bien. »

Cale sort du bureau.
Kim Rok Soo, qui était devenu Cale. N’ayant plus de parents de sang depuis longtemps, ces conversations le mettaient toujours un peu mal à l’aise.

Cependant, il n’avait pas le temps de continuer à ressentir ce genre de gêne.

Cale se rendit au salon de thé de la ville pour la première fois depuis longtemps.

< Le Parfum du thé avec de la poésie >

Il s’agissait du salon de thé tenu par Billos de la guilde marchande de Flynn. Un ouvrier s’en occupait depuis que Billos était parti pour la capitale, mais il restait toujours au même endroit.

Et aujourd’hui, le propriétaire était revenu à la boutique pour la première fois depuis longtemps.

« Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus.
– Vous allez bien, jeune maître-nim ? »

Le visage de Billos, semblable à une tirelire, était plein de joie.
Il utilisait actuellement les appareils magiques que Cale lui avait remis, ainsi que les bénéfices qu’il avait tirés de la Guerre Civile du Royaume de Whipper, pour augmenter son influence au sein de la Guilde Marchande Flynn.

« Cousi-cousa. Je ne m’attendais pas à ce que tu viennes tout de suite après que je vous ai contacté.
– Il se trouve que j’étais dans le coin. De toute façon, je devrais venir tout de suite quand vous m’appellerez, jeune maître-nim. »

Billos partagea ses sentiments honnêtes. La raison pour laquelle il n’avait pas d’autre choix que de venir était que Cale ne lui faisait jamais perdre son temps.

Son intuition de marchand lui disait quelque chose.
Elle lui disait qu’il se passait toujours quelque chose lorsque Cale l’appelait.
Il s’était précipité tout de suite parce qu’il était curieux de savoir de quoi il s’agissait cette fois-ci.

Cale commença lentement à parler.

« Allons à l’Empire.
– … L’Empire ? »

Billos n’était pas choqué. C’est parce qu’il s’était préparé à tout ce que Cale pourrait dire.
Cale ajouta avec désinvolture.

« Oui. Mais connais-tu des alchimistes ?
– …Excusez-moi ? »

Tap. Tap.
Cale tapa sur la table tout en continuant. Il parlait d’un ton contemplatif.

« Je suis sûr qu’il y a des alchimistes qui ont été mis de côté par l’Empire sans avoir pu faire partie de la Tour de la Cloche des Alchimistes. Comme dans le Royaume de Whipper. »
Comme dans le Royaume de Whipper.
À l’époque où la Tour Magique régnait sur le pays, certains mages s’étaient éloignés de la Tour Magique après avoir vu les expériences cruelles et l’oppression du peuple, tandis que d’autres avaient été expulsés après avoir demandé à la Tour Magique de changer ses méthodes.

Même si la Tour de la cloche des alchimistes était plutôt calme en ce moment, elle menait également des expériences cruelles.
Il y avait forcément des gens qui ne supportaient pas de telles expériences et qui agissaient ou s’en allaient de leur propre chef.

Cale regarda Billos ouvrir lentement la bouche. Billos commença à parler.

« Bien que je ne connaisse personne, je trouverai quelqu’un.
– Oui. C’est le genre de réponse que j’aime. »

Il était facile de parler à Billos. Billos demanda prudemment à Cale, qui semblait satisfait.

« Mais que comptez-vous faire si vous trouvez un tel alchimiste ?
– Le mettre au travail.
– —Excusez-moi ? »

Cale ignora la question de Billos et dit ce qu’il avait à dire.

« Sais-tu où acheter des ingrédients pour l’alchimie ?
– … Il y en a beaucoup dans l’Empire.
– Alors achète beaucoup de choses que je te dis d’acheter.
– … Uhh, mm. Oui, monsieur. »

Raon commença à parler dans l’esprit de Cale.

-Humain ! Est-ce que nous allons aussi fabriquer cette colonne de feu ?

L’ancien dragon millénaire possédait lui aussi de nombreuses connaissances en alchimie. Eruhaben avait regardé le liquide qui créait la colonne de feu et avait commencé à parler.

‘Hoo, les humains ont créé quelque chose d’assez divertissant.’

Eruhaben était en train de faire des recherches dans son repaire après avoir été intrigué.
Cale avait prévu de se procurer tout ce dont il avait besoin pendant son séjour dans l’Empire.

– Humain, ça a l’air amusant !

Il n’y avait pas de raison qu’ils ne puissent pas le faire quand l’Empire le pourrait.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser