the beginning after the end Chapitre 78

Alliés ?

POINT DE VUE DE CYNTHIA GOODSKY :

Debout devant les lourdes portes de fer, j’ai pris une profonde inspiration. Au-delà de cette entrée se trouvaient les six anciens rois et reines de ce continent. Ce n’était pas leur titre qui me faisait peur, mais plutôt le fait qu’ils étaient ceux qui allaient façonner ou détruire l’avenir de ce continent.

Même avec un sort d’amélioration de l’ouïe, je n’ai pas pu entendre clairement ce qui se discutait de l’autre côté, ce qui m’a amené à me demander quel était leur plan d’action.

Que devais-je leur dire ?

Qu’est-ce que j’étais capable de leur dire ? Je devais vraiment être méticuleuse dans les mots et les gestes que j’utilisais.

Je n’avais eu qu’un aperçu des conséquences que j’aurais à subir si je ne respectais pas les règles et je savais qu’il n’y avait pas d’autre solution.

Ça n’en valait pas la peine… pas à ce stade.

N’y avait-il vraiment aucun autre moyen d’éviter cela ? Devais-je rester assise et regarder ce continent paisible que j’avais appris à aimer s’effondrer sans pouvoir rien faire ?

Je n’y pouvais rien, je m’étais trop éloignée de ce que j’étais censée faire à l’origine.

J’espérais que moi-même et les fondations de l’Académie Xyrus atteindraient leur niveau actuel pour le bien de ce continent. Que nous puissions avoir un peu d’espoir…

Cela faisait trop longtemps depuis l’époque de la guerre, cependant. Les étudiants voulaient devenir forts, non pas pour protéger et se battre pour ce qui était juste, mais pour leur propre fierté. C’était une lutte constante pour non seulement améliorer le niveau de magie sur ce continent, mais aussi pour inculquer les bonnes valeurs.

La seule chose que je pouvais faire pour ce pays maintenant était de préparer la prochaine génération et de me défaire de tout ce qui pouvait entraver leurs plans. Je m’étais personnellement débarrassée de plus en plus d’espions qui étaient envoyés par ma patrie.

Ils s’impatientaient. Je pouvais dire par certaines des traces toxiques affectant les donjons qu’ils commençaient leur prochaine phase.

Il commençait à devenir assez difficile pour moi de garder mon rythme actuel. Je remarquais qu’Arthur devenait assez méfiant par moments. J’avais été négligente en exposant la blessure que j’avais reçue d’une des bêtes de mana affectées.

Je n’étais juste plus sûre…

Est-ce que je faisais la bonne chose ? Ce que je faisais nous donnerait-il une chance ?

Je l’avais un jour cru, mais je n’étais plus aussi optimiste.

Soupir…

Les deux mages qui montaient la garde de chaque côté de la porte m’observaient attentivement, se demandant probablement pourquoi je n’entrais pas. J’ai remarqué que l’un d’entre eux était au stade initial du noyau d’argent, tandis que l’autre, un mage un peu plus mince, était au stade moyen du noyau d’argent. Ils seraient considérés comme des sommets sur ce continent, mais seulement sur ce continent.

J’ai fait signe aux gardes que j’étais prête à entrer, les laissant informer le Conseil.

« Vous pouvez entrer. » ont annoncé les chevaliers, en ouvrant complètement les portes.

« -ET J’AI DIT QUE NOUS NE POUVIONS PAS RESTER LÀ, SUR LE CUL, À ATTENDRE D’AUTRES MORTS ! ALDUIN, MERIAL, POURQUOI VOUS NE DITES RIEN ?! UNE DE VOS LANCES EST MORTE ! » Je vis Dawsid Greysunders, ancien roi des nains, se lever et pointer du doigt Alduin Eralith, ancien roi des elfes, qui était assis, les bras croisés et les yeux fermés.

« Calmez-vous, Dawsid. Avant d’essayer de traquer celui ou celle qui a tué Alea, nous avons besoin de plus d’informations. Cela pourrait être lié d’une manière ou d’une autre aux échecs de communication avec les Dicatheous. Et si, comme nous le soupçonnions, le continent inconnu était impliqué et que nous nous retrouvions… Ah, directrice Goodsky. Nous avons reçu votre transmission sonore. S’il vous plaît, asseyez-vous. » Blaine Glayder, l’ancien roi des humains, a tendu le bras pour me diriger vers un siège vide à proximité.

« Oui, mais il semble que mon message était inutile. » ai-je répondu en faisant une petite révérence avant de m’asseoir. Le roi Greysunders a également pris place à contrecœur dans le fauteuil qui semblait un peu trop grand pour lui.

« Oui, Alduin a été alerté presque immédiatement après la mort d’Alea, malheureusement, nous n’avons aucun moyen de savoir comment elle a été tuée. Savez-vous quelque chose par hasard, directrice Cynthia ? » m’a demandé Merial Eralith, ancienne reine des elfes, ainsi que la mère de mon unique disciple.

J’aurais dû réaliser qu’ils auraient pu déjà le savoir grâce aux artefacts dont je connaissais l’existence.

« Je m’excuse. À vrai dire, ce n’est pas moi qui ai trouvé son corps. » J’ai sorti l’étiquette en adamantium qui appartenait à Alea et l’ai remise à Lady Eralith.

« Qui a trouvé son corps ? Nous devons faire venir cette personne ici. » Glaundera Greysunders, ancienne reine des nains, fit claquer ses paumes sur la table autour de laquelle nous étions situés.

« Cela… peut être un peu embêtant. » ai-je dit, hésitante. « Vous voyez, la personne qui a trouvé son corps était un de mes étudiants, et ce n’était qu’un accident. »

« Peu importe ! Amenez juste cet étudiant ici. Nous avons besoin d’autant de détails que possible sur cette catastrophe avant de pouvoir commencer à la dévoiler lentement au public. » a poursuivi Dame Greysunders.

« Je vous assure que l’étudiant n’en sait pas plus que ce que nous pourrions deviner. Cet étudiant est simplement arrivé par hasard sur les lieux après que la bataille se soit terminée depuis longtemps. » ai-je répondu en secouant la tête.

« Quand même, êtes-vous sûr qu’il ne vous cachait rien ? » Le roi Eralith a pris la parole de façon solennelle.

« Cet étudiant n’est qu’un enfant qui s’est inscrit récemment. Il n’a aucune raison de me cacher des détails. Je crains qu’il ne soit que plus intimidé si nous l’amenons ici, ce qui l’amènerait à inventer des détails pour gagner les faveurs du Conseil. » ai-je menti.

Je ne voulais pas impliquer Arthur dans tout ça. Pas encore. Il n’était pas prêt.

« Cynthia offre un point valable. Il ne sert à rien d’interroger un élève qui pourrait inventer des faits pour se sentir un héros. D’ailleurs, elle a déjà interrogé l’élève. » s’est défendue Priscilla Glayder, ancienne reine des humains.

« Oui, j’ai même pu trouver le lieu de la mort d’Ale… Code Aureate. » répondis-je précipitamment. Peut-être seraient-ils capables de trouver quelque chose. Les aider indirectement de cette façon pourrait s’avérer fructueux.

Le plan dont j’avais été informé avant de venir ici semblait s’être accéléré pour une raison quelconque, mais je savais pertinemment qu’il faudrait encore des années avant que le premier cours ne porte ses fruits. D’ici là, je devais d’une manière ou d’une autre les aider indirectement à se préparer à ce qui allait arriver. Avec un peu de chance, j’avais assez de temps.

« Très bien. Alors la suite des opérations est réglée. » Le roi Glayder a fait signe à un secrétaire de venir. « Envoyez nos meilleurs mages pisteurs. Nous leur demanderons de trouver toutes sortes de preuves que le coupable aurait pu laisser. En attendant, quel est le statut actuel des Lances restantes ? »

« Oui, Votre Altesse, nos meilleurs traqueurs sont déjà rassemblés et prêts. Quant aux Lances, les Codes Zéro, Ohmwrecker et Balrog ont été les premiers à arriver. Nous avons appris que le Code Thunderlord et le Code Phantasm sont entrés dans les lieux il n’y a pas si longtemps. » annonça précipitamment le secrétaire, tête baissée.

« Bien. Nous les mettrons bientôt au courant. D’ici là, assurez-vous que pas un seul mot ne sorte que l’une des Lances a été tuée. » le Roi Glayder a terminé sa déclaration en me regardant.

« Rassurez-vous, l’étudiant n’est pas du genre à laisser sortir cette information si facilement. Je veillerai à ce qu’il garde secrètes les informations qu’il détient. » ai-je répondu au Conseil qui attendait ma réponse.

Après avoir été escorté vers la sortie, Dame Eralith m’a suivi et m’a tiré à part, loin des regards de tous. « Directrice Cynthia. Comment va ma Tessia ? Je n’ai toujours pas de nouvelles de mon beau-père. » sa voix tremblait d’inquiétude.

Je secouai la tête. « Je n’ai pas été mise au courant de la situation non plus. Cependant, Tessia a Arthur et Virion qui s’occupent d’elle. Elle devrait s’en sortir, Merial. »

« Mm, je l’espère. J’ai à peine été capable de me concentrer sur tout ce qui se passe à cause de l’état de Tessia. Faites-moi savoir dès que vous en saurez plus. De cette façon, au moins Alduin et moi aurons la tranquillité d’esprit pour nous concentrer sur cette pagaille. » dit-elle en me tendant un parchemin de transmission sonore.

Les appareils de transmission sonore étant extrêmement coûteux, la plupart des gens n’y avaient pas accès, mais le Conseil en avait toujours en stock pour envoyer et recevoir rapidement des informations.

« Je ne manquerai pas de vous le dire dès que je le saurai. » Je lui ai adressé un sourire rassurant avant de la laisser repartir dans la salle de réunion.

_________________________________________________________________

On pouvait voir cinq silhouettes attendant dans la chambre faiblement éclairée de l’étage le plus bas. Bien que les ombres couvraient les visages des cinq personnes, leurs voix pouvaient être clairement entendues.

« Alors Alea est déjà morte ? » se moqua un homme bien bâti qui s’appuyait contre le mur du fond, les bras croisés.

« Bairon… surveille ton langage. » résonna une voix autoritaire et glaciale provenant d’une silhouette élancée et proportionnée, assise une jambe au-dessus de l’autre.

« Je ne peux pas m’empêcher d’être irrité. Sa mort si pitoyable piétine le nom des Lances. » répondit l’homme.

« Pauvre Alea. Mica a de la peine pour elle. » a dit une voix douce provenant d’une personne dont le corps ressemblait à celui d’un enfant.

« Moi aussi. Ça va me manquer de partager des choux à la crème avec Alea… » soupira une femme, dont la silhouette séduisante ne pouvait être cachée par les ombres.

« Si elle est morte, cela signifie simplement que c’était son destin. C’était son destin par les divinités pour ses crimes passés. » une silhouette musclée secoue la tête en signe de déception tout en s’étirant.

« Ce n’est pas très gentil de dire ça, vieil homme » répondit le personnage enfantin en faisant la moue.

« Et mon travail n’est pas d’échanger des plaisanteries avec un petit enfant » a-t-il répliqué.

« Olfred, espèce d’abruti ! »

« Ne t’en prends pas à notre mignonne Mica. » réprimanda-t-elle en entourant Mica de ses bras.

« A-Aya, tes grumeaux de graisse-mmmph étouffent Mica ! »

« Arrêtez d’agir comme des enfants hyperactifs. En tant que mages les plus forts de ce pays, ça ne devrait pas nous perturber ! »

« Oh mon dieu, Bairon est encore grincheux aujourd’hui. »

« Tch… dit la vache qui n’a pas la notion du temps, arrivant ici la dernière. »

« Assez. Que dit le Conseil à propos de notre prochaine action ? »

« Ces vieux fous discutent encore de ce qui va se passer là-dedans. Ils sont plutôt déficients comparés à mon Roi, Dawson Greysunders. Il serait sage pour le roi humain et le roi elfe de suivre son exemple. »

« Mica n’est pas d’accord. Le roi Greysunders est assez égoïste aussi. »

« Le bon sens veut que, en tant que roi ayant le plus d’influence sur tout le continent, le roi Glayder tienne bien compte des elfes et des nains. »

« Mica pense que Bairon devrait arrêter d’agir comme s’il était notre chef. »

« Et je pense que vous devriez savoir où est votre place. Vous n’avez ni l’expérience ni la force de parler ainsi au prochain chef des Wykes… »

« Tout le monde… entendons-nous bien. Ne mettons pas Varay en colère. » a gentiment encouragé Aya.

« … »

« Désolé… »

« Tch… »


Commentaire

4.5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
7 mois il y a

Les lances sont d’un pathétique, ils sont là ils se prennent pour des anciens. Pire encore un Wykes est parmi eux un Lucas 2.0…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser