the beginning after the end Chapitre 76

Destinées évidentes

Le monde de mon passé, le monde d’où je viens, me vient encore souvent à l’esprit. C’était une vie d’isolement pour moi, mais ce n’est pas comme si j’avais détesté chaque moment de mes presque quarante ans là-bas. J’aimais particulièrement visiter les orphelinats et jouer avec les enfants. Bien sûr, la plupart des garçons considéraient le combat à l’épée et l’entraînement au ki comme des formes de jeu, alors chaque fois que j’y allais, je finissais par passer des heures à leur enseigner.

Je me suis souvenu de manière assez explicite d’un jour où un garçon de l’orphelinat – ah oui, il s’appelait Jacob – m’avait posé une question.

« Frère Grey, croyez-vous en Dieu ? » avait-il demandé en levant les yeux au ciel tout en tirant sur ma manche.

Je n’ai jamais cru en Dieu, ni en aucun être supérieur auquel les gens croyaient. Comment pouvait-il y avoir un Dieu dans un monde où votre niveau de force martiale déterminait la façon dont vous pouviez vivre votre vie. Les parents qui donnaient naissance à des bébés physiquement faibles ou infirmes étaient considérés comme des humiliations, souvent ridiculisés par les autres dans leur dos. Ces bébés, même s’ils dépassaient l’adolescence, n’étaient jamais capables d’arriver à quoi que ce soit. Ils avaient autant de reconnaissance qu’une mouche qui bourdonne devant le visage de quelqu’un : ennuyeux, mieux vaut être mort, inutile.

Même une femme, aussi belle et charismatique soit-elle, ne serait qu’une prostituée de haut rang si elle n’avait pas au moins la force minimale requise pour être considérée comme « médiocre » parmi les pratiquants. Même ces vieux salauds du conseil, qui restaient assis toute la journée et utilisaient tout le monde comme des pions, étaient autrefois de grands combattants et des personnages célèbres.

Comment un Dieu pourrait-il exister dans un monde comme celui-là ? Même si un Dieu ou une divinité existait dans mon monde précédent, il n’était certainement pas très miséricordieux ou aimant, et encore moins juste.

Lorsque cet enfant, Jacob, m’a demandé si je croyais en Dieu, je n’ai pas pu répondre. Ces enfants croyaient, comme moi autrefois, qu’il y avait une puissance supérieure qui veillait sur eux… qui les protégeait.

Encore une fois, dans ce monde, on m’a posé une question similaire, mais par quelqu’un de beaucoup plus âgé que moi.

Est-ce que je croyais en des divinités… des sortes de puissances supérieures qui étaient au-dessus de nous et inaccessibles ?

« … »

« Je ne suis pas sûr. Les divinités existent-elles ? » Les mots « …dans ce monde ? » ont failli s’échapper de ma bouche.

« Haha ! Je me suis posé cette question toute ma vie, mais j’ai commencé à penser que les divinités pouvaient encore exister. » Grand-père Virion a laissé échapper un rire franc.

« Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ? » J’ai incliné la tête par curiosité.

« Elle. » J’ai cru que Virion pointait son doigt vers Tess, mais j’ai réalisé que c’était sur Sylvie, endormie, qu’il dirigeait son regard.

« Attends, Sylvie ? Tu penses que Sylvie est une divinité ? » Manquant de m’étouffer avec ma salive, j’ai dirigé mon regard vers Papy.

« Gamin, les déités sont différentes de ce que les livres religieux disent des Dieux. Les déités sont des êtres qui sont capables de s’élever de ce que nous considérons comme leurs corps mortels et de s’harmoniser pleinement avec le mana. Les dragons, du moins, d’après ce que j’ai lu à leur sujet, sont des êtres qui peuvent naturellement devenir des déités. Ils ne peuvent pas être classés comme des bêtes de mana de classe S ou SS. Si tu les compares aux noyaux de mana, les déités seraient au niveau que l’on atteint après avoir dépassé le stade du noyau blanc. » Grand-père Virion a baissé les yeux sur ses deux mains en disant cela, laissant échapper une moquerie.

« Nous voici, elfes, humains et nains confondus, tout au plus capables de puiser dans la puissance d’un noyau de mana de stade blanc. Pourtant, il existe peut-être encore des êtres qui peuvent facilement raser des montagnes et inonder des vallées… Haaa~ » Encore une fois, Grand-père Virion avait ce regard lointain.

Il a fermé les yeux un moment avant de les rouvrir lentement, son regard se tournant vers moi.

« Tu as lu des articles sur la guerre entre les trois races, ainsi que sur la guerre la plus récente entre les humains et les elfes, mais comparé à ces deux guerres, ce continent était beaucoup plus chaotique et dangereux dans les temps anciens. Les trois races étaient nomades à l’époque, toujours en train de fuir les bêtes de mana. Les humains, les elfes et les nains voyageaient tous séparément en raison de leurs différences d’apparence et de culture, mais chaque fois que l’une des races se rencontrait, nous étions en assez bons termes… nous devions l’être. Nous échangions des informations et des ressources brutes que nous ramassions en chemin. C’est ce qu’on appelle maintenant l’ère des bêtes, où les bêtes de mana sévissaient et régnaient sur le continent. »

« Je ne comprends pas. Pourquoi n’avons-nous pas utilisé la magie pour chasser les bêtes de mana ? Je pourrais comprendre que l’on évite les bêtes de mana de classe A et plus, mais je ne vois pas pourquoi nous étions si impuissants. » Mes sourcils se sont froncés de confusion.

« Ce n’est pas qu’on n’a pas voulu, c’est qu’on n’a pas pu. Mon petit, as-tu déjà remarqué le tableau dans le hall principal du palais royal d’Elenoir ? » Il a soudainement changé de sujet.

« Tu veux dire cette énorme peinture dans le salon ? Je l’ai remarqué au début, mais je n’arrivais pas à lui donner un sens, alors je l’ai ignorée. » J’ai laissé échapper un rire gêné, en me grattant la tête.

« Chacun des trois palais royaux possède une peinture similaire à celle-ci, c’est la représentation d’une divinité puissante nous offrant l’outil pour vaincre les bêtes de mana et mettre fin à l’ère des bêtes. » Je ne pouvais pas dire ce que Virion ressentait en disant tout cela, son expression étant toujours un mélange de diverses émotions.

Même si cela me paraissait ridicule, le ton de Papi me montrait qu’il ne plaisantait pas en disant cela, alors je suis resté silencieux et je l’ai laissé continuer.

« Cette divinité est apparue devant trois personnes, et elles étaient les ancêtres de ce qui est maintenant les trois familles royales. Il a accordé à nos ancêtres six artefacts, qui ont été répartis équitablement entre les trois ancêtres qui ont été choisis par la divinité pour devenir rois. Pour les humains, le chef de la famille Glayder de l’époque en a reçu deux, pour les nains, le chef de la famille Greysunders en a reçu deux, et enfin, pour les elfes, l’ancêtre de ma famille Eralith en a également reçu deux. » Virion n’a pas pu s’empêcher de sourire après avoir regardé mon expression.

« Hein ? Pourquoi cette soi-disant ‘divinité’ donnerait-elle ces trésors aux trois races ? » J’ai bafouillé incrédule, ne pouvant me retenir.

« Laisse-moi continuer, morveux. » a-t-il réprimandé.

« Rappelle-toi, c’était bien avant ma naissance. Ce savoir est transmis de roi en roi et je suppose que les informations ont pu être exagérées ou déformées sur certains points en cours de route, mais c’est ce qu’on m’a appris. Les trois rois n’étaient pas censés utiliser les trois paires d’artefacts conférés par la divinité elle-même, mais étaient plutôt censés les confier à leurs deux sujets les plus puissants en vertu d’un serment d’âme lors d’une sorte de cérémonie de chevalerie. Avec ces puissants artefacts donnés à leurs guerriers les plus forts, les trois races étaient censées utiliser le pouvoir des artefacts pour se protéger et prendre le dessus sur les bêtes de mana et autres monstres anciens de l’époque. » a-t-il expliqué.

« Je pense que donner à trois races des artefacts super puissants ne peut qu’engendrer le chaos et la guerre, plutôt que la protection. Je ne suis pas sûr pour les elfes, mais si tu regardes au moins certains humains, la cupidité n’est pas vraiment une chose rare. » ai-je gloussé en secouant la tête.

« Eh bien, c’est drôle que tu dises ça parce que c’est ce qui s’est passé. Les artefacts ont en effet permis aux elfes, aux humains et aux nains de travailler ensemble pendant cette période pour étendre leur zone de domination. Beaucoup de bêtes de mana ont été tuées ou chassées vers ce qui est maintenant connu comme les Clairières des Bêtes, mettant fin à l’ère des bêtes. Cependant, peu de temps après, la cupidité s’est emparée des trois rois et de leurs sujets. Outre l’incroyable pouvoir que les artefacts conféraient à leurs utilisateurs, ils leur ont permis de comprendre comment utiliser la source d’énergie qui compose le monde, que nous appelons aujourd’hui le mana. Les utilisateurs des artefacts ont donc enseigné cette technique à ceux qu’ils jugeaient capables, donnant ainsi naissance à la toute première génération de mages. Ivres de pouvoir, le concept d’harmonie s’est affaibli et a rapidement conduit à des conflits internes dus à la cupidité. » Virion m’a regardé avec un sourire douloureux avant de poursuivre.

« Les trois paires d’artefacts octroyés avaient des attributs différents et ont été répartis entre les humains, les elfes et les nains respectivement, nous ségrégant tous encore plus. Les caractéristiques distinctes de spécialisation entre les trois races que nous avons aujourd’hui sont censées être dues aux artefacts. Les nains, qui argumentaient que parce qu’ils étaient les êtres les plus proches de la terre, pensaient qu’ils devaient naturellement être les dirigeants du continent. Nous, les elfes, avons raisonné que parce que nous étions les plus proches de tous les êtres vivants, nous devions être les dirigeants du continent, tandis que les humains, qui étaient capables de former et d’utiliser les quatre éléments majeurs, ont cru que la divinité voulait naturellement faire d’eux les dirigeants du continent. » Virion se retourna vers Tess pour s’assurer qu’elle était toujours endormie.

« La première guerre, qui a duré plus longtemps que le moment où ils ont chassé les bêtes de mana dans les Clairières des Bêtes, est ce qui a conduit à la ségrégation des trois races ainsi qu’à la formation des trois royaumes. La deuxième guerre, que tu connais mieux, a eu lieu entre les humains et les elfes. Donc… pour en revenir à la question de l’origine des Six Lances, peux-tu deviner ? » a-t-il testé.

« Attends… donc ces six artefacts qui ont été accordés à vos ancêtres par la soi-disant divinité ont été donnés aux Six Lances ? » mon esprit s’emballa alors que les pièces du puzzle commençaient à s’emboîter. « Et les artefacts sont la raison pour laquelle ils ont pu dépasser le stade de noyau d’argent et devenir des mages de noyau blanc, ainsi que la raison pour laquelle ils ne peuvent pas aller à l’encontre du Conseil puisqu’ils sont liés à l’âme, tout comme les utilisateurs précédents qui étaient liés aux premiers rois. » me suis-je exclamé après avoir eu une révélation. Tout était clair.

« Les Lances ont probablement été choisies parmi des candidats qui ont été élevés de près par la famille royale de leur race respective, et après avoir été jugés dignes, ils ont reçu l’artefact ainsi que le serment de l’âme qui liait leurs vies aux rois. » ai-je poursuivi.

« Exactement. Ils ont été secrètement élevés comme candidats pour manier chacun un artefact. Cependant, ce n’est qu’après la découverte d’un autre continent que les trois races ont décidé qu’elles devaient s’unifier. » Grand-père Virion avait un regard lointain sur son visage pendant qu’il expliquait.

« Une dernière question. Les artefacts ont-ils aussi été donnés à des personnages dans le passé ? Comment se fait-il que nous n’ayons jamais entendu parler d’eux ? » À ce moment-là, j’étais assis, concentré sur la conversation et penché en avant comme s’il était possible de recevoir des informations plus rapidement de cette façon.

« Oui, mais c’est la première fois qu’ils ont été rendus publics. Dans le passé, les détenteurs d’artefacts protégeaient toujours le roi et sa famille dans l’ombre. Ce n’est qu’aujourd’hui, après l’unification du continent, que nous avons décidé de faire connaître les manieurs. Bien sûr, personne d’autre ne sait qu’ils ont acquis leur force grâce au pouvoir des artefacts. Si ce secret devait être révélé, cela provoquerait très probablement un coup d’État. L’avidité de nombreux mages au noyau d’argent désireux de dépasser leurs limites n’est pas à négliger. Qui sait jusqu’où certains pourraient aller ? Peut-être même détruire toute la lignée royale dans l’espoir d’être les nouveaux maîtres des artefacts. » Virion a fait une nouvelle pause avant de se tourner vers Sylvie pour la fixer à nouveau.

« J’imagine que ton lien a la capacité de devenir une divinité. Je ne sais pas combien de temps cela prendra et si nous serons encore en vie quand cela arrivera, mais Arthur, tu dois devenir plus fort. Appelle ça l’intuition d’un homme sénile mais je sens que des changements vont bientôt se produire… d’énormes changements. J’espère juste que je me trompe. » C’était la première fois que je voyais grand-père Virion avec un regard si inquiet sur son visage.

J’ai repensé au message que Sylvia avait laissé en moi après m’avoir téléporté dans la forêt d’Elshire – comment j’entendrais à nouveau parler d’elle lorsque j’aurais atteint le stade du noyau blanc. Je commençais à penser que ces soi-disant divinités n’étaient peut-être pas aussi fictives que je le croyais.

« Mmmm… qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi est-ce que je dors sur le sol ? »


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Parce que… T’es Tess!

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser