the beginning after the end Chapitre 49

Souvenirs

Il n’a fallu que quelques instants pour que les lianes enveloppent complètement Jack. Alors qu’il luttait pour se libérer, les lianes se sont resserrées, transformant son visage en une horrible nuance de violet.

Alors que la plupart étaient confus, Charles semblait savoir exactement ce qui se passait car son visage pâlissait et il s’éloignait immédiatement de l’agitation qu’il avait créée. Elijah était un peu surpris aussi, sa tête tournait à gauche et à droite pour voir qui avait utilisé le sort, mais la personne responsable ne s’était pas encore montrée.

Debout, j’ai fait face à l’étouffant Jack, qui avait abandonné sa lutte contre les lianes. L’atmosphère dans la salle à manger est devenue tendue, tout le monde restant silencieux, attendant que l’auteur du sort se montre. Jetant un regard significatif à Elijah, j’ai silencieusement levé mon bras, plaçant ma paume sur les lianes et libérant le sort. En limitant la quantité de mana que j’utilisais, j’ai fait sortir de ma paume une violente bourrasque de vent.

[Torrent]

Les groupies de Ravenpor derrière Jack se sont couverts contre le coup de vent violent, car ils ont également été pris dans l’attaque. Avec le sort, j’ai si gracieusement libéré Jack des lianes qui l’étouffaient, mais dans le processus, j’ai aussi déchiré ses vêtements, le laissant dans l’état où il est sorti du ventre de sa malheureuse mère.

Jack s’est mis à genoux, toussant et cherchant à respirer. Sans un mot ni un changement d’expression, je me suis retourné et me suis dirigé vers Charles, qui essayait toujours de sortir discrètement du réfectoire. Il était près du mur, presque en face des portes principales, lorsque j’ai dégainé le couteau du Comité Disciplinaire que j’avais reçu du directeur, j’y ai imprégné du mana de vent et je l’ai lancé. Le couteau a fendu l’air et a transpercé son blazer, le plaquant contre le mur.

« C’est quoi ce bordel ? » Il a glapi quand je me suis retrouvé face à face avec lui.

« Peut-être que ce n’est que moi, mais je trouve pathétique que des morveux comme vous qui viennent de familles nobles se frappent la poitrine pour un statut que vous n’avez même pas gagné de vous-mêmes. Avant de te vanter de la puissance de ta famille, sois assez compétent pour au moins ne pas leur faire honte. » J’ai sorti le couteau qu’il s’efforçait d’enlever d’un seul coup et je suis parti par la porte, sans me retourner.

L’air vif de l’automne m’a accueilli lorsque j’ai fermé la porte, mon souffle devenant visible dans un nuage devant moi.

« C’est maman ! » La tête de Sylvie s’est levée du haut de ma tête.

J’ai ignoré mon lien, levant les yeux vers le ciel nocturne illuminé par d’innombrables étoiles alors que je parlais à voix haute. « Tu sais, tu aurais pu le tuer si je n’avais pas interrompu le sort. »

A quelques mètres sur ma gauche, la voix familière a répondu. « J’allais l’annuler une fois qu’il se serait évanoui. En plus, je savais que tu allais t’en occuper. »

« Oh, maintenant tu me laisses faire ? Qu’est-ce qui t’a empêché de faire la même chose ce matin après la cérémonie ? » J’ai ricané.

« … »

Je me suis dirigé vers la silhouette qui était adossée au mur du bâtiment, son visage et ses autres traits reconnaissables masqués par l’ombre de la nuit étoilée.

Par son silence, je pouvais déjà imaginer la sorte d’expression troublée qu’elle avait sur le visage. Je me suis placé devant la silhouette, assez près pour voir son visage, mais elle regardait vers le bas et je ne pouvais voir que la couronne de ses cheveux argentés qui semblaient briller au clair de lune.

« Ahem. » j’ai maladroitement toussé, couvrant ma bouche avec un poing. Le silence entre nous a semblé durer une éternité. Finalement, elle a levé les yeux, révélant son visage alors qu’elle tripotait ses mains derrière son dos.

« … »

« Je suis désolé… Oww ! »

L’atmosphère gênante qui nous entourait s’est instantanément dissipée lorsque nous nous sommes donné des coups de tête en essayant de nous incliner en même temps pour nous excuser.

Je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire en frottant ma tête lancinante. « Je crois que j’ai entendu mon crâne craquer à l’instant. »

« Tais-toi. » Tess s’est aussi massé la tête alors qu’elle continuait à regarder en bas, ses épaules se sont mises à trembler et j’ai entendu un reniflement.

Je me suis accroupie pour pouvoir voir le visage de mon amie d’enfance. « Tess. Est-ce que tu pleures ? » Je l’ai taquiné, en essuyant doucement ses larmes avec l’intérieur de ma manche.

« C’est parce que ça fait mal… » Elle a reniflé, ses yeux continuant à éviter les miens alors qu’elle me laissait essuyer son visage.

« Ça t’a fait si mal que ça ? » J’ai adouci ma voix en me relevant, tapotant doucement l’endroit où ma tête l’a heurtée.

« Oui ! Ça fait très mal ! » En repoussant ma main, elle a enfoui son visage dans ma poitrine, enroulant ses bras autour de ma taille alors qu’elle se mettait à pleurer.

Les secondes semblaient s’allonger alors que je sentais son corps trembler à cause de ses respirations erratiques et de ses hoquets. J’ai regardé le ciel nocturne, sentant mon visage brûler alors que je lui rendais maladroitement son étreinte.

« Je pensais que tu me détestais. » J’arrivais à peine à comprendre ce qu’elle disait avec son visage toujours enfoui dans ma poitrine entre ses reniflements

« Même s’il y a des moments où je suis en colère contre toi, je ne te détesterais jamais, Tess. » ai-je dit doucement.

« Je ne veux pas de ça. »

« Je ne veux pas quoi ? »

« Je ne veux pas non plus que tu sois en colère contre moi ! » a-t-elle marmonné dans ma poitrine.

« Eh bien cette fois, j’avais tort. Je n’aurais pas dû m’en prendre à toi comme ça. » J’ai soudainement réalisé que je n’avais pas vraiment traité Tess comme tout le monde. Alors que je n’avais aucune raison de me mettre en colère contre la plupart des gens – à part ma famille et Elijah – Tess était probablement la seule personne capable de me faire agir sincèrement, même si c’était parfois immature.

« Non ! J’avais tort aussi ! Je n’aurais pas dû t’interpeller comme ça devant tous ces gens ! Mais c’était parce que je devais être la présidente du conseil des élèves la plus stricte devant tout le monde, tu sais ? ». Son visage avait l’air désespéré quand elle a finalement levé son regard, ses yeux inquiets étaient rouges et un peu gonflés par les larmes.

« Art ! Tu aurais dû voir les visages de tout le monde après que tu… Oh mon Dieu… » Elijah, qui ne voyait que le contour ombragé de mon dos, est venu en courant vers moi, jusqu’à ce qu’il repère avec qui j’étais.

Réalisant que Tess était toujours serrée contre moi, je n’ai pu m’empêcher de lui lancer un regard embarrassé.

« Je te verrai au dortoir… » balbutia-t-il avant de s’enfuir, trébuchant presque sur ses propres pieds.

« Haha. Tess, je pense qu’il est temps que tu me lâches. » J’ai souri en regardant son visage devenir cramoisi.

« O-Oh d’accord. » Elle m’a immédiatement lâché, faisant un pas en arrière alors que son regard se déplaçait vers le bas, trop gênée pour me regarder.

Je n’ai pas pu m’empêcher de laisser échapper un léger rire en voyant que mon amie d’enfance n’avait vraiment pas changé. « Tu veux faire une petite promenade avec moi ? » Je lui ai fait un sourire alors que Sylvie sautait du haut de ma tête pour se retrouver dans ses bras.

« Kyu ! » « Ça fait longtemps, maman ! »

POINT DE VUE DE TESSIA ERALITH :

Chacun de ses pas était léger et assuré, comme s’il était toujours certain de sa direction et de son but… Était-ce la façon dont il marchait ?

Ces yeux qui semblaient calmes et posés, tout en étant un peu espiègles… Était-ce son regard ?

La façon dont il brillait même quand il faisait si sombre dehors… C’était son sourire ?

Qu’est-ce qui m’a rendu si bêtement attiré par lui ? C’est juste un autre garçon ! Un autre garçon, plutôt talentueux, plutôt bien élevé et légèrement plus beau. C’était ça !

Qu’est-ce qui, chez lui, me rendait si stupide en sa présence et pourquoi je continuais à faire des choses qui m’embarrassaient devant lui ?

J’ai inconsciemment laissé échapper un soupir de défaite.

« Quelque chose ne va pas ? » Il m’a regardé avec inquiétude. Sa voix douce m’a donné des frissons.

« N-Non ! Tout va bien, haha ! » Je sentais que mon visage devenait de nouveau rouge, alors j’ai commencé à caresser Sylvie plus rapidement pour me distraire. Bon sang de bonsoir !

Je pouvais sentir ses yeux m’étudier alors que nous marchions le long du chemin de marbre, la seule source de lumière étant la lune, qui se faufilait entre les arbres arpentant la passerelle. La dernière fois que nous nous étions rencontrés, plus tôt dans la journée, nous avions à peine passé quelques seconds ensembles avant que les choses ne tournent mal, alors cela faisait vraiment presque quatre ans que nous ne nous étions pas vus. J’aurais bien voulu le dévisager moi aussi, mais je savais que j’allais devenir rouge vif, alors je me contentais de baisser le regard.

Je me demandais s’il regardait une autre fille comme ça. Je voulais avoir son attention pour moi toute seule, comme maintenant. Je me suis arrêtée avant de soupirer à nouveau.

Nous avons commencé à parler de ce que nous avions fait tous les deux ces dernières années. Son temps en tant qu’aventurier était vraiment passionnant, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être un peu déçue qu’il ait été avec cette fille nommée Jasmine pendant tout ce temps.

« Pfft ! » Les coins des yeux d’Art se sont plissés alors qu’il révélait son sourire éclatant.

« Q-Quoi ? ! » J’ai tenu Sylvie devant moi sur la défensive.

« C’est juste que j’apprécie les différentes expressions que tu me montres pendant que je te raconte mon histoire. » J’ai entrevu ses yeux, ce qui m’a fait rougir à nouveau. Ça devenait ridicule.

J’aurais eu plutôt froid si je n’avais pas eu Sylvie comme bloc chauffant, mais Art n’avait pas l’air d’avoir froid du tout. Je me suis demandé si le fait d’être un dompteur de bêtes rendait son corps plus fort dans ces situations. J’ai commencé à être gênée en me rappelant que je l’avais serré dans mes bras pendant si longtemps.

Il était vraiment chaud, cependant.

Au fur et à mesure que nous parlions, je devenais un peu moins tendu. Je lui ai parlé un peu de mon entraînement avec grand-père, mais je me suis surtout concentré sur l’époque où grand-mère Cynthia était ma professeure.

« Tu l’appelles ‘Grand-mère’ ? » Sa tête s’inclina un peu par curiosité.

En hochant la tête, j’ai répondu : « Elle m’a dit de l’appeler ainsi puisque j’étais son seul disciple et qu’elle n’avait pas d’enfants. »

« Je vois… » Il a réfléchi.

J’ai continué à parler de l’entraînement strict que j’ai dû suivre et de la difficulté d’améliorer ma magie des plantes en raison du manque de professeurs fiables. Bien qu’il n’y ait pas d’autres races capables de manipuler le mana d’attribut végétal, même parmi les elfes, il y avait très peu de gens qui étaient adéquats dans cette magie. Bien que certaines lignées nobles aient eu la capacité de l’apprendre, elles ont fini par se concentrer sur un autre élément à cause de la difficulté qu’elles avaient à apprendre la magie des plantes.

« Alors tu as fini par devenir une double spécialiste des plantes et du vent, hein ? Wow, je savais que tu serais une mage si talentueuse. » Son regard sincère m’a rendu fier. J’ai souvent reçu des éloges enjolivés de toutes sortes de personnalités importantes différentes, mais un simple compliment de sa part m’a rendu bien plus heureuse.

Il a continué « Il est logique que la Directrice Goodsky t’enseigne alors. »

Je voulais que le temps s’arrête quand nous arrivions devant les dortoirs. Pourquoi les dortoirs ont-ils été construits si près de la salle à manger ? Ils auraient dû être de l’autre côté de l’école…

« On devrait tous les deux aller dormir. Il se fait tard et demain est un grand jour. » Il m’a tapoté la tête.

J’aurais apprécié beaucoup plus si je n’avais pas eu l’impression qu’il me traitait comme un enfant.

« O-Ouais, tu as raison. Félicitations pour être devenu membre du Comité Disciplinaire, Art. » J’ai fait de mon mieux pour sourire mais j’ai commencé à trop penser à mon apparence.

Heureusement, il a juste souri en retour quand Sylvie a sauté sur le dessus de sa tête. « Merci. » J’ai regardé son dos alors qu’il commençait à se diriger vers son dortoir. Mais à ma grande surprise, il s’est retourné.

« J’ai failli oublier ! » Il a pris ma main et l’a remontée, plaçant quelque chose de sa poche dans ma paume.

« Tiens ! Cela va probablement beaucoup t’aider. » Lâchant ma main, il m’a fait un clin d’œil enjoué avant de se retourner vers les dortoirs alors que Sylvie me faisait signe de sa petite patte.

Il ne m’a même pas laissé la chance de le remercier.

En baissant les yeux, j’ai étudié le petit orbe vert terne. Il ne semblait pas spécial du tout, mais il signifiait beaucoup pour moi, juste parce qu’il venait de Art. Le connaissant, ce n’était pas seulement une sorte de décoration qu’il voulait me donner.

« Je me demande… » J’ai envoyé un peu de mana dans l’orbe et j’ai failli le laisser tomber par surprise, mes mains tremblant de façon incontrôlable.

« C-C’est… ! »

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

« Papa, tu es vraiment heureux. C’est parce que tu t’es réconcilié avec maman ? » Sylvie m’a taquiné alors que je montais les escaliers et retournais à mon dortoir.

« La ferme, Sylv. Et tu peux arrêter de l’appeler « Maman » ? » J’ai pincé l’oreille de mon lien dragon, la faisant se tortiller.

« Chambre 394 ! Enfin… » Tessia et moi avions marché assez lentement et nous étions arrêtés entre deux pendant que nous parlions, il était donc assez tard dans la nuit. J’ai ouvert la porte avec précaution, au cas où Elijah serait endormi, mais j’ai presque sauté de surprise en le voyant assis les jambes croisées, face à la porte, les yeux injectés de sang.

« Err… Je vois que tu es toujours réveillé. » J’ai fait un signe maladroit.

« Bon sang oui, je suis réveillé. » Il a croisé les bras et a utilisé son menton pour désigner mon lit, me faisant signe de m’asseoir.

« Haa… Continue. » Je soupirais d’impuissance en laissant mon meilleur ami lâcher son flot de questions.

___________________________

Il était presque quatre heures du matin quand il a terminé, nous étions tous les deux étendus sur nos lits, fatigués physiquement et mentalement alors que Sylvie s’était endormie depuis des heures.

« Je ne peux pas croire que tu l’étreignais. » Je l’ai vu secouer la tête alors qu’il était allongé sur le dos.

« Je te l’ai dit, je la connais depuis qu’elle a cinq ans. Il n’est pas surprenant qu’elle soit plus à l’aise avec moi. » ai-je simplement déclaré.

Il secoua à nouveau la tête. « Après ton départ, certains élèves ont soupçonné que c’était la présidente qui avait utilisé le sort de vigne, car elle était la seule à pouvoir l’utiliser à ce degré. Sais-tu toutes les choses que les élèves lui ont dites ? » Il s’est levé et m’a regardé.

« Comment l’appelaient-ils ? » J’ai demandé, un peu intéressé.

« Il y en a deux que j’ai le plus entendus. » Il s’est penché plus près. « Un : la princesse intouchable. » a-t-il déclaré.

« « Intouchable » ? Pourquoi ? Est-elle tellement plus forte que les autres ? » J’ai demandé.

En m’ignorant, il a dit l’autre. « Deux : Déesse lunaire ».

« Huh ? Pourquoi la déesse lunaire ? » J’ai gloussé devant ces surnoms juvéniles.

« Parce qu’elle est comme la lune, Art. La lune semble si proche que tu peux l’attraper, mais tu as beau essayer, tu ne pourras jamais la toucher. Mais toi ! Tu as touché la Lune ! Tu as étreint la Lune ! » Il a battu des bras en signe de défaite et s’est recouché dans son lit.

« Va dormir. » ai-je rétorqué.

Nous étions tous les deux trop fatigués pour essayer de nous laver, et ma tête me faisait déjà mal à l’idée de la fatigue que j’allais ressentir demain matin, mais les souvenirs de ce qui s’est passé ce soir m’ont empêché de dormir. Je n’arrêtais pas de me demander si j’avais fait ce qu’il fallait dans le réfectoire. C’était une habitude que j’avais prise en tant que roi : repenser à mes actions passées et toujours planifier mes actions futures. A côté de moi, je pouvais entendre Elijah qui dormait profondément, marmonnant quelque chose à propos de la lune encore une fois.

_____________________________________

« Réveille-toi ! » J’ai donné une claque à Elijah sur l’estomac alors que je finissais d’attacher la bandoulière du couteau qui représentait mon statut de membre du Comité Disciplinaire.

« Oof ! » Elijah se leva d’un bond, surpris, mais gémit lorsqu’il réalisa à quel point il était fatigué et avait mal.

« Je comprends pourquoi tu n’aimes pas être réveillé comme ça. » a-t-il marmonné en se frottant le ventre.

En souriant à mon ami, je me suis dirigé vers la porte. « Je pars maintenant, alors dépêche-toi de te préparer. Je te verrai en première heure. » Sans me retourner, je lui ai fait un signe de la main et je me suis dirigé vers l’auditorium. J’étais censé rencontrer officiellement tous les autres membres du Comité Disciplinaire dans la petite salle d’attente à l’intérieur de l’auditorium, alors j’étais un peu excité à l’idée de savoir quel genre de personnes ils pouvaient être.

Sylvie a « Kyu-é » d’excitation, en balançant sa tête d’un côté à l’autre. Après aujourd’hui, tout le monde allait savoir que je faisais partie du Comité Disciplinaire. Je me suis fait un sourire en imaginant le visage du groupe Ravenpor après avoir pris conscience de la signification de mon uniforme différent aujourd’hui.

Arrivé à l’entrée arrière de l’auditorium, j’ai redressé ma chemise, mon gilet et ma bretelle, et j’ai ouvert la porte, me sentant fatigué, endormi, curieux et un peu excité.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser