the beginning after the end Chapitre 397

SOUS TAEGRIN CAELUM

NICO SEVER

Mes pieds martelaient le sol nu du long couloir. C’était si, si long… Avait-il été aussi long auparavant ? Les lumières pâles qui clignotaient, allumées et éteintes, allumées et éteintes…

Je pouvais les entendre, les idiots dans la foule, applaudissant comme si mon monde entier n’était pas sur le point de s’écrouler, comme s’il n’allait pas la tuer. Quand mon ami est-il devenu si aveuglé par son désir de régner? Au loin, je pouvais juste voir l’arc minuscule d’une lumière plus pâle au bout de ce tunnel qui semblait s’étendre du début de ma vie jusqu’à sa fin.

Quelque chose a bougé sur ma droite, et j’ai sursauté, puis j’ai ralenti, mes pas précipités se transformant en un traînement latéral maladroit alors que j’essayais à la fois de rester immobile pour regarder et de continuer à avancer.

A travers une sorte de fenêtre dans le mur du couloir, une image était diffusée. Un groupe d’aventuriers était rassemblé dans une petite clairière dans les bois. La Clairière des Bêtes, je me suis souvenu. Des présentations étaient faites à un jeune garçon portant un masque blanc qui couvrait son visage, mais pas les
cheveux auburn révélateurs qui l’entouraient.

“Elijah Knight. Classe A, conjureur orange sombre. Spécialisation unique en terre.” La voix m’a fait frissonner comme un choc électrique.

C’était ma voix, sauf que… ça ne l’était pas non plus. C’était ma mémoire, mais pas vraiment. Elijah
Knight avait été mon faux nom en grandissant à Dicathen, quand mon vrai moi était soumis, caché – ou plutôt, on me l’avait enlevé.

Je pensais que la plupart de ces vieux souvenirs étaient enterrés. Je les avais purgés. Le but d’Elijah avait été de se rapprocher d’Arthur, mais il était faible, un outil qui avait servi son but et avait été mis de côté. Ce n’était pas moi. Il n’était pas moi. Ce n’était pas mes souvenirs.

Je pouvais entendre Grey et Cecilia se battre au loin. Le son de leurs lames martelant l’une contre l’autre, chaque bruit résonnant comme un coup presque mortel dans mon esprit électrifié et nerveux. J’ai commencé à courir à nouveau.

D’autres souvenirs de la brève vie d’Eiljah Knight ont défilé de part et d’autre : Le Tombeau Funeste, l’Académie Xyrus, son lien croissant avec Arthur, la gentillesse des Leywins et des Helsteas, Tessia Eralith…

Assez avec ces choses, j’ai ordonné. Je m’en fiche. Je ne veux pas de ces souvenirs.

“Quel gâchis”, a dit l’une des lumières, en vacillant nerveusement.

J’ai ralenti à nouveau, en la regardant fixement. Depuis quand les lumières parlent-elles?

“Ça ? Je pensais que c’était assez bien nettoyé. Quelques heures de plus et il ne saura même pas qu’il a été ouvert”, a dit un homme, sa voix provenant d’un écran de télévision caché dans un coin entre le plafond peu profond et le mur sans ornement de l’interminable couloir.

“Tu n’as pas entendu ? Vechor a été attaqué. Une zone de déploiement pour la guerre de Dicathen complètement rayée de la carte,” répondit la lumière avec une impulsion de luminosité.

“Tu sais que je suis ici depuis des jours. Je n’ai rien entendu. Quelle heure est-il, au fait ?” L’homme à la télévision a regardé autour de lui, une expression comiquement lasse sur son visage.

“Nous sommes les seuls ici depuis des heures. Je suis aussi fatigué qu’un verrat après la saison des amours.”

“Souverains. Vous êtes dégoûtants parfois, vous le savez?”

Sous l’écran, une fenêtre vers un autre souvenir montrait le jeune Arthur entrant dans la chambre que nous avions partagée à l’Académie Xyrus.

“Arthur !”

Elijah a crié, en attrapant Arthur fermement.

“Là, là. Oui, je suis toujours en vie. Tu ne peux pas te débarrasser de moi si facilement”, fut la réponse sarcastique.

“Je sais”, dit Elijah avec un reniflement humide.

“Tu es comme un cafard.”

J’avais été si heureux de retrouver mon meilleur ami. La bile est montée dans ma gorge. Mon meilleur ami qui a assassiné mon seul véritable amour…

“Non”, ai-je dit en serrant les dents, les larmes coulant au coin de mes yeux. “Je ne me soucie pas de tout cela. Où est Cecil? Montre-moi Cecilia !”

J’ai senti la lumière devenir plus vive, comme si elle se penchait vers moi.

“A-t- il dit quelque chose ?” m’a-t-elle demandé.

“Merde, finissons de le nettoyer et ramenons-le dans sa chambre”, dit l’homme à la télévision.

“Agrona ne sera pas content s’il se réveille sur la table, et je ne veux surtout pas être celui qui devra expliquer ce qui s’est passé.”

Se réveiller? J’ai pensé, en me répétant les mots. Pourquoi… Un rêve, ai-je réalisé en sursaut. Seulement un rêve stupide.

Réveillez-vous !

Mes yeux se sont ouverts brusquement. La pierre humide et sombre d’un plafond bas remplissait ma vision. Deux artefacts lumineux aveuglants, montés sur des supports mobiles, éclairaient mon torse nu et couvert de sang.

Il y avait une incision en forme de croix au-dessus de mon sternum, les bords étaient à vif alors que la chair se reconstituait lentement, la plaie entière brillait d’une pommade à l’odeur chimique.

Une femme en robe blanche s’est approchée, concentrée sur le fait de mouiller un carré de tissu dans un bol sur une table à côté de moi. Puis, elle a croisé mon regard et s’est figée. Sa bouche s’est ouverte, mais aucun son n’en est sorti.

J’ai essayé de bouger et j’ai réalisé que mes poignets étaient enchaînés à la table. En donnant un coup de pied expérimental, j’ai confirmé que mes jambes l’étaient aussi. Je me suis tendu. Le cuir épais et usé a craqué lorsque j’ai tiré dessus.

Un sentiment de panique s’est installé en moi alors que mes forces faiblissaient, puis les liens ont finalement cassé, et il y a eu un bruit fort comme un rivet qui a ricoché sur le mur.

La femme a laissé échapper un cri de surprise, et l’autre voix a juré alors que quelque chose de métallique s’écrasait sur le sol.

“F-Faux N-Nico, la femme bafouilla, fit un pas en arrière et s’inclina. De ma main libre, j’ai détaché mon autre poignet et me suis assis.

Je reposais sur une table métallique froide au centre d’une pièce stérile et pratiquement vide. L’air se pressait autour de moi, lourd d’humidité. La femme a lentement replacé son chiffon dans son bol, qui se trouvait sur un petit banc à côté d’un plateau d’outils, dont certains étaient encore couverts de sang.

Une table plus grande était appuyée contre un mur, et plusieurs outils que je n’ai pas immédiatement reconnus étaient disposés dessus, ainsi qu’un carnet ouvert.

Du métal a raclé le sol, et je me suis retourné pour voir un homme portant les mêmes robes blanches. Il remettait lentement plusieurs épingles en métal sur un plateau qu’il avait dû laisser tomber à mon réveil.

“Qu’est-ce que tu as dit ?” J’ai demandé, mais quand l’homme a pris un air confus, j’ai réalisé que cela faisait un certain temps que personne n’avait parlé.

“Qu’est-ce que tu ne veux pas expliquer ?”

Je n’étais pas sûr de ce qui se passait ni de l’endroit où je me trouvais. La dernière chose dont je me souvienne, c’est que j’étais à Vechor, et… Grey !

Ma main s’est dirigée vers la croix plantée dans mon sternum. J’ai cherché mon mana, un cauchemar dont je me souvenais à moitié, celui de la destruction de mon noyau, me trottait dans la tête.

Mon noyau était étrange. Distant, à la fois le mien et pas le mien. Tout comme les souvenirs d’Elijah. J’ai serré les dents contre cette pensée. Une pointe de fer sanglante sortit des ombres sous la table et s’enfonça dans la poitrine de l’homme.

Ses yeux s’écarquillèrent alors qu’il s’acharnait sur le pic, mais ses mouvements devinrent rapidement léthargiques, et en quelques secondes son corps mou s’affaissa, son sang coulant en petites rivières le long
du métal noir lisse avant de s’égoutter sur le sol humide.

Des griffes de glace ont rongé mes entrailles, mon noyau étant une lourde boule de douleur dans mon sternum, et c’est tout ce que je pouvais faire pour m’accrocher à la magie.

“Qu-Qu’est-ce qui m’est arrivé…” Je me suis retourné vers la femme, me tenant sur un coude tremblant.

“Qu’est-ce que tu m’as fait ?”

Elle avait reculé d’un pas mais était paralysée par mon regard. “Le Haut S- Souverain, il… il…”

Ses deux mains se sont levées, et un faible bouclier de mana bleu clair transparent s’est créé entre nous.

Elle s’est retournée pour courir et a heurté un deuxième pic. De mon point de vue, la pointe tranchante a traversé le bas de son dos, et un anneau cramoisi a commencé à tacher sa robe blanche.

Une sueur froide perlait sur mon front à cause de l’effort fourni pour lancer un sort et de la douleur que cela me causait. Mes bras ont tremblé lorsque j’ai cassé mes entraves aux chevilles, et j’ai dû m’appuyer sur la table latérale pour me déplacer vers l’avant de la femme.

La pointe était entrée juste au-dessus de sa hanche et la maintenait en place, mais elle était mince, sa forme était faible et tremblante, tout comme moi. Malgré la douleur et la fatigue, je lui ai pris le menton et l’ai forcée à me faire face.

“Que m’as-tu fait ?”

“Je voulais comprendre… examiner votre… noyau,” elle a haleté.

“Elle… l’a guéri. Mais c’est… imparfait…”

J’ai à nouveau pressé mes doigts sur les marques d’incision. Ces deux-là m’avaient ouvert et fouillé dans mon corps. Ils n’avaient pas demandé, ils n’avaient même pas prévu de me le dire. Je n’ai ressenti aucune colère à ce sujet, ce qui en soi semblait remarquable.

J’étais toujours en colère, maintenant. Mon tempérament brûlait comme un feu de forge juste sous ma peau, et toute rafale d’adversité le faisait flamber.

Sauf que…

J’ai regardé la femme. Je l’ai vraiment regardée. Elle avait des yeux d’un brun fade, sans particularité, et des cheveux ternes qui leur correspondaient presque exactement. Des rides d’inquiétude étaient gravées sur son visage, et elle avait des plaques de peau mâchée sur ses lèvres, que je l’imaginais mordre avec une
curiosité nerveuse en regardant mes entrailles comme si j’étais une grenouille épinglée à la table.

“Que s’est-il passé à la Victoriade ? Avons-nous capturé Grey? On l’a tué ?”

J’ai lu la réponse sur le visage de la femme. Ses yeux se sont dilatés, laissant échapper des larmes d’effroi qui se sont mélangées à la morve qui coulait de son nez. Ses lèvres se sont ouvertes puis refermées, les muscles de sa mâchoire fonctionnant en silence.

Et j’ai ressenti….Rien.

Le feu de l’âme sauta sur le métal de la pointe, puis courut le long de la trace de son sang et dans son corps. Ses yeux bruns se sont révulsés et elle a crié, mais seulement pendant un instant. Le feu de l’âme était dans ses poumons un instant plus tard, et elle était morte.

Pas parce que j’étais en colère, mais simplement parce qu’elle ne comptait pas.

J’ai écarté les deux pointes de fer sanglantes que j’avais invoquées, laissant les corps tomber sans cérémonie sur le sol, puis je me suis effondré contre le mur et j’ai glissé le long de celui-ci pour m’asseoir. Là, je ne pouvais qu’attendre que la douleur et la faiblesse s’estompent.

Mon attention s’est tournée vers la pièce. Il y avait deux sorties. Par une porte ouverte, je pouvais voir une petite pièce avec un bureau et des étagères remplies de parchemins et de journaux.

Après quelques minutes de repos, je me suis hissé sur le mur et j’ai cherché à en examiner le contenu, mais il n’y avait rien d’intéressant. Cela m’a cependant ramené au livre ouvert sur la table de la salle d’examen.
Les notes étaient en sténographie runique. J’ai feuilleté plusieurs pages jusqu’à ce que je comprenne l’essentiel, puis j’ai passé quelques minutes de plus à parcourir le contenu.

Il a seulement confirmé ce que j’avais déjà deviné. Cecilia m’avait sauvé. Elle avait utilisé ses pouvoirs de l’Héritage – son contrôle absolu sur le mana – pour guérir mon noyau après que Grey l’ait détruit. Mais il
n’était pas aussi fort qu’il l’était avant. Avec le temps, peut-être pourrais-je retrouver ce que j’avais.

Agrona m’autoriserait une ou deux runes de plus, j’en étais certain. Cela forcerait mon noyau à se purifier davantage.

“Et si ce n’est pas le cas…” J’ai dit à haute voix, mais je me suis arrêté, surpris que l’engourdissement que je ressentais soit capturé si clairement dans ma voix.

J’étais certain que la faiblesse de mon noyau et de ma magie me rendrait furieux plus tard, mais pour l’instant, dans le moment, dans cet endroit, dans les séquelles de ce que ces chercheurs m’avaient fait, je ne ressentais que du calme.

Non, même pas calme. Je ne ressentais… rien. Sauf, peut-être, un léger sentiment de curiosité.

La deuxième porte était fermée et barrée. J’ai tiré la barre de son logement et l’ai laissé tomber lourdement sur le sol, puis j’ai ouvert la porte.

Je me suis retrouvé dans un large couloir, avec de hauts plafonds. Je pouvais sentir le poids du mana de l’attribut terre qui se pressait autour de moi ; où que je sois, ce devait être profondément sous terre.

À ma droite, le couloir s’ouvrait sur un grand espace qui ressemblait à un croisement entre un laboratoire scientifique et un donjon. J’avais été dans trop d’installations similaires à Taegrin Caelum, où l’on me piquait, me poussait et me testait.

De la bile amère a brûlé le fond de ma gorge, et j’ai craché sur le sol. Le laboratoire n’était pas occupé pour le moment, et je n’ai rien senti d’intéressant dans cette direction, alors j’ai tourné à gauche.

Plusieurs sources de mana rayonnaient faiblement plus loin dans le couloir, et je n’étais pas pressé
de retourner à la forteresse au-dessus. Les plaies chirurgicales sur mon torse nu me démangeaient, et mon noyau me faisait mal.

Je n’étais pas encore prêt à affronter tout cela, ni la déception d’Agrona, ni l’inquiétude de Cecilia. Ici, dans la fraîcheur des donjons, je me sentais chez moi dans la solitude. C’était difficile à admettre, même pour moi-même, mais j’appréciais la catatonie apathique qui avait remplacé la rage omniprésente qui
brûlait toujours dans ma poitrine.

J’ai donc suivi le couloir, curieux de savoir quels secrets pouvaient être enterrés sous Taegrin Caelum.

La pierre du sol et des murs était parfois entaillée de rainures, comme des marques de griffes, et du vieux sang la décolorait en stries et en taches. Des laboratoires, des bureaux et des salles de chirurgie s’ouvraient des deux côtés,

certains fermés et verrouillés, d’autres ouverts, mais tous vides et sans intérêt. Puis j’ai atteint la première cellule. Une barrière vibrante de force répulsive séparait la cellule du couloir. À l’intérieur de ce carré de dix mètres sur dix, trois cadavres nains nus étaient suspendus la tête en bas par des crochets dans les jambes.

Leurs corps étaient ouverts de façon grotesque, la chair de leurs ventres fixée par des épingles et
des pinces sur les côtés, révélant que la cavité béante de leur torse avait été évidée, tous les organes retirés.

J’ai scanné les détails de leurs visages, cherchant dans mes souvenirs d’Elijah submergés un lien quelconque avec ces cadavres.

Les deux hommes, je ne pouvais pas m’en souvenir, mais il y avait quelque chose de familier dans les lignes dodues du visage de la troisième personne.

Maintenant, pendue comme un morceau de viande de boucherie, la mâchoire ouverte et la langue gonflée remplissant sa bouche, elle avait l’air monstrueuse et irréelle, mais le souvenir que j’avais d’elle était différent.

Dans ce souvenir, elle était ferme mais pas méchante. Une femme travailleuse qui avait aidé à me
former quand j’étais jeune, une servante de Rahdeas. Même si elle était un professeur sévère, elle ne m’avait jamais battu ou fait d’expérience sur moi, contrairement à tant d’autres à Taegrin Caelum.

J’aurais dû me souvenir de son nom.

Mais je ne l’ai pas fait.

Je me suis détourné des cadavres et du tortillement inconfortable qu’ils provoquaient dans mes tripes, pas encore prêt à abandonner l’impassibilité qui s’était enroulée autour de moi comme une lourde couverture de laine.

Chaque cellule des couloirs contenait une scène similaire des cadavres d’hommes, de femmes, d’humains, d’elfes, d’Alacryens, de bêtes mana, et même un homme à écailles et à cornes qui, selon moi, devait être un basilisks à moitié transformé.

Les murs des cellules étaient bordés de tables contenant des piles de notes et de plateaux avec des os et des abats empilés et numérotés, des morceaux de chair, et toutes sortes d’outils pour récolter ces objets.

C’est de là que venait le véritable pouvoir des Vritra, qui n’acceptaient aucune barrière dans leur quête de connaissances. Rien n’était trop cruel, trop inhumain, pour eux, tant que cela faisait progresser leur compréhension du monde.

Ce couloir se terminait à l’intersection avec un couloir perpendiculaire, à nouveau rempli de cellules. Je n’ai rien senti d’intéressant sur ma droite, et j’ai donc suivi les vagues signatures de mana sur la gauche.

J’ai été arrêté à la toute première cellule à laquelle j’ai abouti. A l’intérieur, à travers la barrière de mana transparent qui scellait la pièce, une jeune femme était enchaînée au mur. D’après la couleur orange flamboyante de ses yeux, la façon dont ses cheveux roux tombaient en feuilles plates comme des plumes, et le crépuscule fumé, gris-violet de sa peau, je savais qu’elle devait être un asura de la race des phénix.

“Pas jeune alors”, me suis-je dit, ma voix sonnant fort dans les couloirs silencieux du donjon.

Le phénix s’est déplacé, et ses yeux flamboyants ont semblé m’engloutir.

“Pas comparé à toi, enfant d’un autre monde…” Sa voix était comme des charbons chauds. Une fois qu’elle avait flambé, j’en étais certain, mais elle se refroidissait à mesure que l’asura elle-même s’affaiblissait.

“Tu me connais ?” J’ai demandé, sincèrement surpris.

Elle a secoué la tête, le seul mouvement réel permis par le serrage des épaisses chaînes noires qui la liaient.

“Non, mais je sens la renaissance dans tes cellules. Tu es un réincarné.”

Mes sourcils se sont levés et j’ai fait un pas de plus vers la barrière de mana.

“Que sais-tu de la réincarnation ?”

Elle inclina légèrement la tête en me regardant, me rappelant soudainement l’image de l’oiseau souvent utilisé pour représenter les phénix.

“Mon espèce en sait beaucoup sur la renaissance. Souhaites-tu mieux comprendre ce que tu es ?
J’échangerai mon savoir contre la liberté, réincarné. Libère-moi, aide-moi à m’échapper de cet endroit, et je te conduirai aux membres les plus sages de mon clan, ceux qui ont eux-mêmes parcouru les chemins de la mort et sont revenus.”

Une lueur de ma vieille colère brûla sous ma peau, et je fis un pas pour m’éloigner de la cellule. Ma curiosité s’était éteinte.

“Je ne suis pas intéressé par un marchandage avec toi, asura, et je ne vais certainement pas travailler contre Agrona pour t’aider. Si tu ne veux pas de cette conversation, tu peux retourner dans le silence qui t’avale lentement.”

Sa tête tomba sur sa poitrine en laissant échapper un soupir défait, puis se releva lentement pour pouvoir me regarder dans les yeux.

“Va donc. Suis ta queue à la poursuite de l’approbation du basilisk fou, petit animal stupide et jappant. Quand tu te retrouveras là où je suis, peut-être comprendras-tu.”

La rage omniprésente s’est enroulée autour de mes entrailles comme un serpent d’hadès, mais je l’ai repoussée et j’ai refermé la lourde couverture de l’apathie autour de moi. Au lieu de m’agiter davantage en me disputant avec le phénix, je lui ai tourné le dos et me suis éloigné.

Les cellules suivantes sont passées sans que je m’y attarde, si ce n’est pour constater qu’elles contenaient d’autres prisonniers. Personne d’aussi intéressant que l’asura phénix, mais je regrettais de m’être arrêté pour lui parler. Ses tentatives de troquer sa liberté avaient instantanément perturbé l’équilibre fragile de mes émotions, et je pouvais sentir la tranquillité bénie être dévorée par ma colère.

Reconnaître cela n’a fait qu’accélérer le processus. Petit animal stupide qui jappe, j’ai entendu dans ma tête, répété encore et encore.

L’idée de faire demi-tour et de la tuer là où elle était, enchaînée au mur et sans défense, m’a traversé l’esprit. M’appelleraient-ils le “Tueur d’Asura” si je le faisais, je me suis demandé, cette pensée ne servant qu’à m’énerver davantage.

Parce que non, bien sûr qu’ils ne le feraient pas. Cadell avait tué un vieux dragon à moitié mort, et cela faisait de lui le “Tueur de Dragons” pour quinze ans de plus, mais si je faisais la même chose ? Non, Agrona ne ferait que me punir pour mes actions.

Même si je courais vers lui maintenant pour lui dire que son prisonnier asura tentait de s’échapper, il ne ferait que me gronder pour ma présence ici ou me dirait que cela n’avait pas d’importance car cela ne
concernait pas son précieux Héritage.

Je me suis arrêté et j’ai dégrisé instantanément.

“Je ne te laisserai pas m’obliger à la détester aussi”, dis-je dans le silence, levant les yeux au plafond comme si je pouvais voir à travers les tonnes de pierre qui nous séparaient à cet instant.

Tout ce que j’avais fait pour Agrona dans cette vie avait pour but d’assurer la réincarnation de Cecilia. Tout. Rien ne comptait, sauf que nous avions une chance de vivre ensemble au-delà de ce monde.

Agrona veillerait à ce que…

Suis ta queue, avait-elle dit. Tu comprendras.

Mes pieds ont commencé à bouger d’eux-mêmes, suivant le couloir tandis que mes pensées se bousculaient dans mon crâne.

Quelque chose était différent en moi. Ma main est remontée jusqu’à mon sternum et mes doigts ont pressé la chair encore cicatrisée, mais ce n’était pas mon noyau que je sentais. C’était comme si… une porte s’était ouverte, laissant une brise chaude souffler dans les coins sombres de mon esprit.

Comme avec les souvenirs d’Elijah – des souvenirs enterrés et supprimés depuis des années maintenant – je ressentais et me souvenais des choses différemment de ce que j’avais avant la Victoriade.

Quoi que Cecilia ait fait, cela a altéré plus que mon noyau. Cela a brisé le sort qu’Agrona avait jeté sur mon esprit.

Un malaise sourd et déplacé s’est emparé de mes tripes. Combien de ce qui est dans ma tête est moi, et combien est Agrona ?

Je comprenais son pouvoir, je savais qu’il l’avait utilisé sur moi de nombreuses fois, mais cela m’avait toujours semblé être une bonne chose. Je n’avais jamais pris d’alcool, mais j’avais vu des gens qui s’y donnaient entièrement, s’enfonçant dans une bouteille pour apaiser la douleur du passé et oublier. Le pouvoir
d’Agrona était un peu comme ça.

Mais maintenant, en regardant en arrière avec l’esprit clair… Cecilia…

J’avais fait ça à Cecilia. J’avais laissé Agrona manipuler son esprit, l’aider, faire des suggestions, exiger des choses…

Le malaise sourd s’est transformé en nausée, et je me suis effondré contre le mur entre deux cellules.

J’avais tellement voulu qu’elle me fasse confiance que j’avais supplié Agrona d’implanter cette confiance dans son esprit, de changer même les souvenirs de notre vie passée ensemble. Tout ce que j’avais toujours voulu, c’était d’être avec elle, de la protéger et de lui offrir une vie exempte de la douleur et de la torture qu’elle avait endurées à cause de son réservoir de ki parce que certains imbéciles pensaient qu’elle était ce qu’on appelle “l’Héritage”.

Mais je n’avais pas confiance en elle. Je ne lui ai jamais fait confiance pour qu’elle soit capable
de prendre soin d’elle-même, de savoir ce qui était le mieux pour elle. Elle avait besoin de savoir. Je devais lui dire.

Le bouclier de mana le plus proche bourdonna horriblement lorsque l’occupant de la cellule s’y appuya, et je sursautai, le cœur battant. J’ai dû plisser les yeux et m’y reprendre à deux fois pour m’assurer que je
voyais les choses correctement.

“S’il te plaît, dis à Agrona que je suis désolé. Faux Nico, dis-lui, dis-lui que je me rattraperai, je te le promets!”

“Souverain… Kiros ?” J’ai demandé, abasourdi.

Le grand asura était vêtu de haillons en lambeaux, et ses cheveux pendaient en mèches sales et hirsutes autour de ses cornes, dont les pointes crépitaient d’énergie là où elles touchaient la barrière de mana qui le contenait.

“Tu lui diras, oui ?” Ses yeux rouges clignotèrent, les pupilles se rétrécissant en fentes, et des écailles dorées ondulèrent sur sa peau.

“Dis-lui !”

C’était trop. Le poids des souvenirs – un tumulte contradictoire de Nico de la Terre, d’Elijah, et de ma vie à Alacrya – la culpabilité, et la fureur et la terreur de l’asura, menaçaient de me mettre en pièces, alors je me suis retournée et j’ai couru. J’ai couru le long du couloir à l’aveuglette, comme si j’étais à nouveau un enfant dans la rue, poursuivi par un commerçant ou un garde municipal en colère parce que j’avais volé un livre ou une poignée de baies…

Les cellules ont défilé à mes côtés. J’avais l’impression que le couloir se déroulait autour de moi, qu’il s’ouvrait et me laissait à découvert, le sanctuaire de sa froide obscurité devenant soudain un piège auquel je ne pouvais échapper.

Je me suis arrêté en glissant, la respiration difficile. J’avais atteint le bout du couloir.

Le monde semblait se remettre en place autour de moi. La peur, l’anxiété, la frustration et le dégoût de soi étaient toujours là, s’accrochant à moi comme un million de petites araignées, mais chaque respiration chassait un peu plus la panique de mon corps, et l’envie de fuir se transformait en une fatigue profonde.

Sans ce que je voyais, j’aurais pu m’allonger et fermer les yeux sur le sol.

Mais je ne pouvais détacher mes yeux du contenu de la cellule devant moi.

J’ai dû passer devant l’intersection des couloirs précédents et prendre le bon chemin sans m’en rendre compte. Au bout, il y avait une énorme cellule, d’au moins sept mètres carrés.

La forme enroulée d’un dragon adulte remplissait l’espace. Ses écailles blanches scintillaient dans la lumière douce qui baignait la cellule, et la façon dont son énorme tête reposait sur ses bras avant donnait l’impression qu’elle dormait.

Mais… je ne pouvais sentir aucun mana ou intention de sa part. Son corps ne se soulevait et ne s’abaissait pas régulièrement, il n’y avait pas d’expansion et de contraction des respirations, même superficielles. Elle était entièrement, parfaitement immobile.

Dans mes souvenirs d’Elijah qui refaisaient surface, j’ai trouvé une description familière de cet asura.

Arthur m’avait tout raconté sur le dragon blessé qui lui avait sauvé la vie et lui avait donné l’œuf qui avait donné naissance à Sylvie. En faisant un pas sur le côté et en m’accroupissant, j’ai pu voir l’ancienne blessure qui marquait la poitrine du dragon. Autour, des écailles avaient été enlevées, mais je ne voyais pas assez bien pour deviner ce que les chercheurs d’Agrona avaient pu faire d’autre sur le corps.

“Grand-mère Sylvia.” Le nom a glissé de mes lèvres sans intention, mais une fois que je l’ai entendu, j’étais certain qu’il était correct.

Poussé par une curiosité morbide, je me suis approché de la barrière de mana et j’ai posé ma main dessus.

Elle a résisté. Je poussai plus fort, imprégnant ma main de feu de l’âme malgré la douleur, et la barrière ondula et s’éloigna des flammes. Je l’ai traversée et elle s’est refermée autour du trou que j’avais fait.

Un vertige secoua tout mon corps, et je me jetai en avant pour me rattraper sur le nez froid du cadavre du dragon.

Il y avait une sorte de magie puissante dans la pièce. J’ai plissé les yeux contre le vertige, attendant qu’il passe, et quand il est passé, j’ai fait un cercle lent autour de la forme massive.

Autour de la barrière à l’intérieur de la cellule, et dans les joints entre le mur, le sol et le plafond, de fines runes étaient gravées dans la pierre. Une structure complexe de sorts était entrelacée pour maintenir la barrière, entre autres choses, mais les runes étaient si compliquées que je ne pouvais pas suivre tout
ce qu’elles faisaient.

Une partie du sort, cependant, maintenait une sorte de stase dans la pièce, empêchant son contenu de se dégrader avec le temps. Plusieurs tables avaient été laissées contre le mur du fond, mais elles étaient
pour la plupart vides. Un grand tome de parchemin relié était ouvert à la première page, qui disait: “Observation sur les restes du dragon Sylvia Indrath.”

Une étiquette de tissu marquait un endroit à environ un tiers du tome. Lorsque j’ai tiré sur l’étiquette, le lourd parchemin s’est ouvert sur une deuxième page de titre. Celle-ci disait :

“Observations sur la physiologie des dragons, les noyaux et la manipulation de l’éther.”

À côté du livre, reposant sur un cadre métallique, se trouvait un objet rond de la taille de mes deux poings réunis.

La sphère blanche avait une texture organique légèrement rugueuse à sa surface, et était légèrement transparente, révélant une légère teinte violette à l’intérieur.

C’était un noyau. Le noyau d’un dragon. Le noyau de Sylvia Indrath. Mais il semblait vide et sans vie, comme si le moindre soupçon de mana qu’il contenait avait été éliminé. La volonté du dragon, je le savais, avait été donnée à Arthur juste avant sa mort. Alors qu’est-ce que c’était ? Serait-ce vraiment rien
de plus qu’un organe vide et mort, comme un cœur dont on aurait extrait tout le sang?

En tendant la main, j’ai laissé mes doigts effleurer la surface du noyau, et un choc électrique brillant a parcouru mon bras.

Ma vision a changé, révélant des particules d’énergie grouillantes se déplaçant à l’intérieur et autour du noyau, comme des lucioles violettes.

J’ai retiré ma main, et les particules ont disparu. Avec précaution, j’ai tendu la main et pressé le bout d’un doigt contre le noyau.

Mais… rien ne s’est produit. La vision ne s’est pas reproduite. Pas de particules violettes, pas de vision ondulante. Avec précaution, j’ai ramassé le noyau et l’ai retourné dans ma main. Il était très léger, presque en apesanteur, mais sa surface était dure et inflexible.

Je n’ai cependant pas exercé de pression dessus, de peur qu’il ne soit fragile. Je ne pouvais pas vraiment m’expliquer pourquoi, mais je ne voulais pas le casser.

Et je ne voulais pas non plus le laisser dans cet endroit froid, oublié et abandonné.

Bien que je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire avec le noyau, j’ai pris la décision téméraire de le prendre pour moi. Avec une impulsion de mana, j’ai activé mon anneau dimensionnel et y ai caché le noyau.

Ce petit acte de rébellion m’a donné un sentiment de légèreté inattendu, qui a contribué à atténuer le flot d’émotions que j’avais ressenti quelques minutes auparavant.

Avec un sourire complice aux restes du dragon, j’ai brûlé la barrière pour me libérer de la cellule, en ressentant moins de tension cette fois, et j’ai commencé à chercher mon chemin pour sortir du donjon et remonter dans Taegrin Caelum.

J’avais besoin de trouver Cecilia.

Nous devions parler.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
1 année il y a

Il arrive encore à le faire plus détestable, incroyable

L B
L B
9 jours il y a

Nn la c trop

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser