the beginning after the end Chapitre 369

LA VICTORIADE II

ARTHUR
Contrôlant mes émotions d’une main de fer, je refusais de me laisser envahir par la rage à la vue des bêtes de mana déchirant des personnes désarmées et sans magie… mon peuple.

Mon estomac s’est retourné à cette vue tandis que le reste de mon corps ne voulait rien d’autre que de propulser avec God Step sur le terrain et tuer les bêtes.

J’avais le pouvoir de défier la réalité, mais je ne pouvais même pas sauver ces gens.

Je me suis dit que me retenir maintenant était pour le bien de tous, que c’était le prix à payer pour avoir perdu la guerre.

Mais cela ne rendait pas plus facile le fait de rester assis et de regarder mes camarades dicathiens se faire massacrer. Et puis il y avait les acclamations qui roulaient comme un tonnerre de haine des dizaines de milliers de spectateurs qui se délectaient du spectacle tout comme les loups se délectaient des innocents…

Pendant un seul et sombre moment, je les ai tous détestés.

J’ai imaginé la Destruction s’élançant de mes mains pour réduire en cendres le stade entier et tous ceux qui s’y trouvaient… mais il n’y avait ni acclamations ni rires en provenance de notre zone de rassemblement. Bien que je ne puisse me résoudre à détourner le regard des derniers instants de ces Dicathiens, je pouvais entendre la respiration faible et laborieuse de mes élèves, le craquement de leurs articulations lorsqu’ils s’agrippaient aux rails, les gémissements silencieux de dégoût pendant que les loups festoyaient…

Puis les poils de ma nuque se sont dressés lorsqu’une force familière a envahi la pièce, rompant le charme du massacre.

Les élèves ont commencé à se mettre à genoux en suivant la source de la pression jusqu’au mur du fond de l’aire de rassemblement, où une silhouette cornue habillée tout en noir nous observait.

Regis s’est hérissé, l’équivalent mental de ses poils.

Seris Vritra était bien différente de ce qu’elle était ce jour-là sur le champ de bataille, quand Uto a failli nous tuer Sylvie et moi. Au lieu d’un général de guerre, elle avait l’allure royale d’une impératrice drapée dans une robe de combat en écailles noires, bien qu’elle portait la même cape noir nuit que lorsque je l’ai vue arriver à Darv.

À côté de moi, Seth est resté debout, bouche bée, le regard fixe. Alors que le reste de la classe a eu le bon sens de se mettre à genoux, Seth semblait figé sur place. L’apparition soudaine de la Faux a confirmé une information que je n’avais fait que deviner jusqu’à présent : Nico n’était pas le seul à connaître ma véritable identité.

Seris regardait Seth comme s’il était une petite créature amusante. Quelle que soit la raison de sa venue ici, je n’avais pas besoin que les élèves y soient mêlés, aussi ai-je posé une main sur l’épaule de Seth et l’ai-je poussé à genoux.

“Faux Seris”, ai-je dit. “Quel plaisir de vous revoir.”

“Professeur Grey de l’Académie Centrale. Dame Caera de Haut-sang Denoir.” Un tremblement a parcouru les étudiants agenouillés au son de la voix ensorcelleuse de Seris “Avec moi.”

Elle tourna sur elle-même, sa cape flottant comme un liquide autour d’elle, et disparut par l’unique porte encastrée dans le mur de pierre au fond de l’aire de rassemblement. Caera a sauté pour la suivre, mais je suis resté où j’étais.

‘Oui, parce que ce dont cette situation avait vraiment besoin, c’était d’une nouvelle couche de complication’ pensa Regis, notre lien transmettant clairement sa résignation hésitante.

Le fait que Seris ait également découvert mon identité n’était pas vraiment une surprise puisque Nico était manifestement au courant, mais je devais me demander pourquoi elle me contactait maintenant, et si ouvertement.

Même sans Seris, les étudiants étaient toujours pétrifiés. Leur choc et leur effroi étaient tangibles, flottant dans le silence visqueux que l’apparition et le départ soudain de la Faux avait créé. Même le bruit de la foule était étouffé, comme s’il était importun dans ce lieu.

“Briar, Aphene.”

Les deux jeunes femmes ont tressailli lorsque ma voix a brisé le silence, leurs têtes se sont levées pour regarder la pièce avec des yeux écarquillés. Les yeux de Briar ont cligné plusieurs fois derrière son masque, comme si elle se réveillait d’un rêve long et incertain.

“Vous êtes en charge jusqu’à ce que je revienne “, ai-je dit rapidement, puis je suis parti derrière Caera et Seris.

La Faux était silencieuse alors qu’elle nous guidait dans les entrailles du Colisée. Elle marchait avec détermination, et pourtant ses mouvements conservaient une grâce et une élégance fluides qui laissaient supposer un contrôle sans faille de sa forme physique. Son rythme confiant ne s’interrompait jamais, pas même pour regarder en arrière et s’assurer que nous la suivions. Alors que nous la suivions, nous n’avons vu personne d’autre malgré l’agitation constante des responsables, des ouvriers et des esclaves qui devaient remplir les souterrains.

Après une minute ou deux, j’ai remarqué que Caera me regardait du coin de l’œil. Elle a ouvert la bouche, mais l’a refermée sans parler.

“Qu’est-ce que tu as ?” J’ai demandé, ma voix sonnant creux dans les tunnels souterrains, mais elle a seulement secoué la tête en réponse.

La tête de Seris s’est tournée de quelques centimètres pendant que je parlais. Je me suis demandé quelle tension inexprimée pesait sur les épaules de Caera, mais j’ai gardé le silence.

J’étais méfiant, mais pas effrayé. Bien que Seris soit trop distante et mystérieuse pour être considérée comme une alliée, je ne la comptais pas non plus parmi mes ennemis. Si elle voulait me faire du mal, elle avait eu de nombreuses occasions de le faire avant la Victoriade.

Lorsque nous sommes arrivés dans une loge privée surplombant le champ de bataille, j’ai immédiatement scruté la pièce à la recherche d’une quelconque menace – comme s’il pouvait y avoir quelque chose de plus dangereux que la Faux à l’intérieur – mais je n’ai trouvé qu’un salon cossu d’où regarder les matchs en contrebas. Le décor ne m’intéressait pas, et mon attention s’est immédiatement tournée vers Seris.

“Mettez-vous à l’aise”, a dit Seris, son ton léger contrastant avec sa présence dominante. Comme je ne faisais aucun geste en ce sens, elle a fait un geste de la main comme pour balayer ma méfiance. “Je ne t’ai pas amenée ici pour te faire du mal, Grey, mais tu le sais déjà. Tu as l’air en forme, d’ailleurs. Des yeux dorés… très subtils. Pourquoi ne pas enlever ce masque pour que je puisse voir ton visage correctement ?”

“Merci pour l’hospitalité”, ai-je répondu, faisant ce qu’elle demandait. “Bel endroit, bien qu’un peu solitaire. Où est Cylrit ? Tapi dans le placard, prêt à bondir pour me donner un avertissement ?”

Seris a rigolé joyeusement. “Mon serviteur s’occupe d’autre chose pour moi en ce moment. Pas d’avertissement aujourd’hui, mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas d’affaires à discuter. Je suis sûr que tu ne seras pas surpris d’apprendre que je te surveille de près depuis que tu es apparu comme par hasard dans les Relictombs.”

Caera a tressailli, regardant légèrement devant moi, sans rencontrer mon regard. “Je suis désolé, Grey. La Faux Seris, c’est mon guide – mon mentor, comme je l’ai déjà mentionné – et au début, bien sûr, je n’avais aucune idée que vous pouviez vous connaître, mais je lui ai parlé de toi seulement parce que tu étais si…”. Elle a fait une pause, se mordant le côté de la joue. “Si curieux et intéressant, et puis elle a voulu en savoir plus sur toi, et elle m’a demandé de garder un œil sur toi, mais je te l’ai dit, donc j’espère que tu sais que je…”

Pendant qu’elle parlait, j’avais remarqué que Seris scrutait mes yeux de son côté et me faisait un sourire timide et complice. Quand je lui ai rendu son sourire, Caera a hésité, son inquiétude faisant place à un froncement de sourcils confus.

“C’est bon, Caera. Je veux dire, ton mentor est une puissante Faux qui a un intérêt inhabituel pour moi ?” J’ai fait un geste vers Seris, ne pouvant réprimer un sourire coupable. “Je ne t’ai jamais demandé plus de détails parce que je n’en avais pas besoin. Ce n’était pas si difficile à comprendre.”

Caera a laissé échapper une profonde inspiration et a fait passer une mèche de cheveux bleus entre ses doigts. “Merci de ta compréhension. Vous pouvez arrêter de vous faire les yeux doux maintenant.”

“Caera de Haut-sang Denoir, est-ce une façon de parler à votre mentor ?” demanda Seris avec seulement un léger air moqueur. “Ta mère adoptive serait consternée.”

‘Plutôt classe, la façon dont tu as géré ça. Mais j’imagine que ce serait assez puéril de ta part de lui en vouloir de ne pas te l’avoir dit, vu le nombre incalculable de mensonges que tu as raconté sur ta propre identité’ se moqua Régis.

‘C’est juste,’ je me suis dit. ‘Et aussi, tais-toi.’

Seris s’est allongé contre la vitre blindée qui faisait face à la chambre. “Tu es devenu prévisible, Grey.”

“Oh”, ai-je demandé, en fronçant un sourcil vers la Faux. “Quelle part de ce que j’ai accompli avez-vous prédit, exactement ?”

Ses lèvres se sont ouvertes pour répondre, mais j’ai vu ses yeux se tourner vers Caera, et elle a semblé réfléchir à ce qu’elle allait dire. Finalement, elle a dit seulement, “Assez.”

J’ai rencontré les yeux perçants de la Faux, qui ne souriait plus. “Que veux-tu de moi maintenant, Seris ?”

“La même chose que j’ai toujours voulu.” Elle s’est retournée pour faire face à la fenêtre. En bas, une douzaine d’esclaves nettoyaient les dégâts laissés par les black-fanged wolves. “Voir ton potentiel grandir.”

La Faux se dirigea vers une chaise longue et s’y installa en indiquant que nous devrions prendre le canapé en face d’elle. Caera n’a pas hésité à se conformer à la demande tacite de son mentor. Je me suis placé derrière le canapé, mais je ne me suis pas assis et j’ai posé mes mains sur le dossier rembourré.

“En parlant de potentiel,” dit Seris, en se concentrant sur mon sternum, “Caera me dit que tu as échangé ta capacité à manipuler le mana contre de mystérieux arts de l’éther que même elle ne comprend pas.” Caera se déplaça inconfortablement aux mots de Seris. “Comment en est-on arrivé là ? J’espère que mon dernier cadeau n’a pas été entièrement gaspillé, n’est-ce pas ?”

‘Le mana d’Uto n’a pas été gaspillé du tout, si tu veux mon avis’ pensa Régis avec l’équivalent mental de laisser sa langue s’échapper de sa bouche avec contentement.

“Mes blessures pendant la guerre ont été catastrophiques”, répondis-je, mon corps picotant au souvenir de la sensation de sa décomposition due à l’utilisation prolongée du troisième stade de la volonté de bête de Sylvia. “J’ai dû m’adapter.”

“Oui, eh bien, c’est certainement quelque chose que je n’aurais pas pu prévoir”, dit-elle à voix basse, plus pour elle-même que pour Caera ou moi.

“Que veux-tu de moi ?” J’ai demandé à nouveau, plus fermement cette fois. Un soupçon soudain m’a envahi, et j’ai ajouté : “Tu m’as amenée ici ? A la Victoriade ?”

Les lèvres peintes de Seris se sont retroussées. “J’avoue que ça m’a fait mal de te voir rester si longtemps assis dans cette université. Un professeur, vraiment ?” Elle m’a lancé un regard désapprobateur, comme si je me souciais de ce qu’elle pensait de mes actions à Alacrya. “Comme je l’ai dit, prévisible. Mais tu as aussi raison, j’ai fait en sorte que ta classe soit là.”

“Pourquoi ?” J’ai demandé, en essayant d’intégrer cette nouvelle information à tout ce que je savais déjà.

“Parce que je voulais te rappeler qui tu es, et ce qu’est-ce qui est en jeu”, a-t-elle dit, sa voix lourde d’autorité, un changement de ton très net par rapport au reste de notre conversation. “À cette fin, j’ai organisé ta présence ici pour te demander quelque chose. Considère ça comme un appel à la dette que tu me dois.”

“Une dette ?” J’ai demandé, pas sûr que j’aimais où cela allait. ” Tu ne m’as donc pas simplement aidé par bonté d’âme ? C’est choquant…”

Caera s’est retournée lentement, me fixant avec des yeux de la taille d’une pleine lune. Sa mâchoire était si serrée que j’ai cru qu’elle allait se casser une dent.

Seris, cependant, s’est seulement ajustée pour être plus à l’aise. “Je veux que tu défies Cylrit pour être mon serviteur.”

Cela semblait être trop pour Caera, dont la bouche s’ouvrit de surprise. Elle arracha son masque, faisant claquer le cordon, et le laissa tomber sur le canapé à côté d’elle. “Qu’est-ce qui se passe en ce moment ?”

J’ai dissimulé ma propre surprise derrière un sourire en coin. “Et qu’est-ce que j’ai à gagner en faisant ça ?”

“Je vais supposer que c’est une question rhétorique, car nous savons tous les deux pourquoi tu es vraiment ici”, a-t-elle dit, comme un juge qui rend son verdict.

‘Dis-lui Faux ou rien’, a dit Regis. ‘On ne joue les seconds rôles pour personne.’

“Tu ne veux pas que je sois ton serviteur”, ai-je deviné, considérant rapidement les différents objectifs qu’elle pouvait poursuivre avec cette ligne de conduite. “Tu veux que j’attire l’attention sur moi.”

Elle a acquiescé, en inclinant légèrement sa tête cornue. “En battant Cylrit et en refusant le rôle de serviteur, tu enverras un message très clair.”

Agrona sait que je suis ici, j’ai réalisé avec une certitude absolue, me demandant si Seris pourrait même lui avoir dit elle-même. Après tout, à qui d’autre aurait-elle besoin d’envoyer un message ? Mais il a déjà ce qu’il veut, et il ne se soucie plus de moi.

Cette prise de conscience m’a frappé comme un coup de tonnerre. Pendant tout ce temps à Alacrya, j’avais toujours supposé qu’il ferait de moi une priorité s’il découvrait que j’avais survécu à mon combat contre Nico et Cadell. J’avais craint que les Faux ne défoncent la porte de ma classe ou ne fassent pleuvoir le feu et le fer noir sur le Hall Windcrest pendant que je dormais.

Mais découvrir qu’Agrona avait découvert que non seulement j’avais survécu mais que je vivais sur ses propres terres, et qu’il s’en fichait…

J’étais en conflit, c’est le moins qu’on puisse dire.

‘Si Agrona ne pense pas que nous sommes une menace, c’est une erreur de calcul de sa part’, pensa Regis avec un grognement. ‘Mais si la déesse cornue, là-bas, veut que nous nous exposions…’

Cette information a remis tout mon plan en question. Même si le fait qu’Agrona sache que je suis en vie – et où je suis – n’était pas vraiment génial, Regis avait raison. M’écarter était une erreur de sa part, dont j’étais heureux de tirer profit. Mais si j’attire son attention maintenant, si je lui montre mon pouvoir avant d’être prêt…

“Ce plan me semble mauvais pour moi, et je ne suis pas sûr qu’il te soit bénéfique non plus,” j’ai hésité, curieux de savoir quelle part de son plan Seris abandonnerait avant de me faire confirmer mes intentions.

“Oh, allez, mets ton esprit intelligent au travail”, a-t-elle insisté, l’autorité écrasante ayant disparu de sa voix, qui était à nouveau légère et taquine. “Combien de temps as-tu l’intention de courir et de te cacher ?”

Assise en face de moi, Caera restait silencieuse, bien qu’elle arborât toujours un froncement de sourcils confus, et je pouvais voir les engrenages de sa tête tourner alors qu’elle s’efforçait de donner un sens à la conversation.

Me tenant droit, j’ai baissé les yeux sur la Faux. “Je ne vais pas défier Cylrit.” La bouche de Seris s’est transformée en une ligne dure.
“Mais je vais quand même envoyer ton message”, ai-je poursuivi, ne prenant mes décisions qu’en prononçant les mots à voix haute. “Il sera fort et très clair.”

Seris s’est redressée, puis s’est levée. Même si elle était un peu plus petite que moi, quand elle me regardait dans les yeux, j’avais l’impression qu’elle me regardait de haut. “Je préférerais que tu me dises exactement ce que tu fais. Je pourrais être en mesure de t’aider.”

“Allez, Seris”, ai-je dit, en imitant la même expression taquine qu’elle arborait il y a un instant, “mets ton esprit intelligent au travail”.

***

Entendant les pas de Caera s’arrêter, je me suis arrêté et tourné pour lui faire face. Nous étions au plus profond des souterrains, et la pierre autour de nous vibrait du bruit des acclamations et des combats venant d’en haut.

Le regard de Caera était fixé sur le sol à mes pieds, le peu de ses traits que je pouvais voir derrière son masque était discret.

“Trilby t’a lié la langue ?” J’ai demandé, sans chercher à deviner quelle partie de ma conversation avec Seris lui avait fait tourner la tête. Je ne pouvais pas imaginer quel genre d’histoire délirante elle était en train de créer dans son esprit.

Caera a fredonné nerveusement en levant les yeux pour croiser mon regard. “Je veux que tu saches que tu peux me faire confiance. Il est évident qu’il y a beaucoup de choses que je ne connais pas sur toi, et d’après ce que je viens de voir entre toi et une Faux, toutes les notions fantaisistes que j’avais jusqu’à présent sont terriblement inexactes.”

J’ai scanné le sombre tunnel où nous nous étions arrêtés. Il se terminait par une jonction juste devant, où tourner à gauche nous ramènerait vers le champ de bataille et la zone de rassemblement, tandis que le chemin le plus à droite nous ramènerait à l’extérieur.

Après avoir calculé rapidement le temps qu’il nous restait avant le début du tournoi, j’ai souri et tendu le bras. Caera me regarda d’un air incertain avant de laisser sa main se poser dans le creux de mon coude.

“Faisons une promenade et vidons un peu nos esprits avant de nous soumettre aux millions de questions qui se bousculent dans la tête de mes élèves”, ai-je dit en gloussant.

“Je ne suis pas sûre que moi, humble sang-mêlé d’origine Vritra, je mérite d’être vue bras dessus, bras dessous avec une personnalité aussi mystérieuse et bien connectée que vous”, m’a-t-elle taquiné.

“Peut-être pas, mais je vais te faire cet honneur juste pour cette fois”, lui ai-je répondu en la conduisant vers la sortie.

Le bruit à l’extérieur était assourdissant après le calme étouffé des souterrains. Les marchands hurlaient, les bêtes de mana criaient, et des milliers d’Alacryens excités criaient les uns sur les autres pour être entendus.

Nous sommes sortis de la foule, empruntant des allées moins denses, bien que cela ait l’inconvénient de faire de nous des cibles plus faciles pour les nombreux vendeurs et joueurs.

“Ho, monsieur aux yeux d’or, arrêtez-vous ici pour faire gagner un beau prix à votre belle dame”, chantait un homme au masque d’argent étincelant, nous faisant signe de nous diriger vers son chariot.

Un gros homme s’est incliné en passant devant nous, puis nous a pratiquement crié au visage. “Des pierres précieuses ! Des pierres précieuses ici ! Les plus belles coupes, les plus belles couleurs ! Des saphirs pour aller avec les beaux cheveux de la dame, ou peut-être des rubis pour ses yeux enchanteurs.”

Pour la première fois depuis longtemps, ça me manquait vraiment d’être un mage quadri-élémentaire. Un simple sort de barrière de vent aurait rendu la promenade bien plus paisible.

“Pourquoi tu souris ?” a demandé Caera.

Je me suis figé le visage. “Rien, je me demandais juste… comment tu en étais arrivé à être sous la tutelle de Seris.”

“Oh vraiment ? ” a-t-elle demandé, son regard suivant la ligne de charrettes, de bâches et de tentes colorées. “Tu en sais déjà plus sur moi que n’importe qui d’autre dans le monde, alors que tu es un livre fermé dont les pages sont en désordre, codées et probablement écrites à l’encre invisible…” Elle s’est tue, m’a lancé un regard ironique, puis a soupiré. “Mais par tous les moyens, parlons de moi. Les enfants de sang Vritra, ceux d’entre nous qui ont un sang assez pur pour manifester potentiellement la magie Vritra, ne sont pas communs, mais nous ne sommes pas non plus si rares que chacun d’entre nous obtienne sa propre Faux. ” Une femme qui a reconnu Caera, une vendeuse d’articles en cuir extrêmement chers, a crié, et Caera lui a fait un petit signe de la main tandis que nous poursuivions notre chemin. “Elle a prétendu m’avoir choisie à cause de la réputation des Denoir, qui n’a fait que croître après qu’on lui ait confié une fille adoptive de sang Vritra, mais je me suis toujours demandé…”

“Si elle savait quelque chose ? Que tu…” J’ai fait un geste vers sa tête, où ses cornes étaient rendues invisibles par le pendentif en forme de larme qu’elle portait autour du cou.

“C’est vrai”, a-t-elle répondu. “J’avais… huit, peut-être neuf ans quand elle a commencé à me former, faisant de moi non seulement un sang Vritra et un sang élevé adopté, mais aussi la protégée d’une Faux. Cela a fait une enfance… conflictuelle.”

“Pourquoi penses-tu qu’elle a aidé à te garder caché ?” J’ai demandé, en baissant la voix alors qu’un groupe de Hauts-Sang passait, habillés si brillamment qu’on aurait pu les prendre pour des paons. “Que veut-elle de toi ?”

Caera m’a regardé avec curiosité. “Tu demandes ça dans mon intérêt, ou dans le tien ? Peut-être essaies-tu de comprendre ce qu’elle veut de toi à long terme ?” Elle a secoué la tête. “Je n’arrive toujours pas à croire qu’elle t’ait demandé d’être son serviteur.”

“Mais elle ne l’a pas fait, vraiment. Elle veut seulement que je le combatte, tu te souviens ?” Je lui ai fait remarquer.

“Ce qui ne fait que rendre les choses plus confuses, du moins pour moi,” dit Caera, l’air exaspéré. “Je ne te mettrai pas la pression pour que tu expliques quoi que ce soit – bien que j’écouterai volontiers quand tu décideras de le faire – et je te promets de ne pas t’en vouloir si tu choisis de garder certaines choses pour toi ” – Regis laissa échapper un grognement mental – “mais pourquoi voudrait-elle que tu attires l’attention sur toi ? De qui ? Dans quel but ?”

Caera se mordit la langue pendant une seconde avant de continuer, donnant manifestement une voix à une pensée qui l’avait dérangé. “Es-tu… le concubin de la Faux Seris ?”

J’ai failli m’étouffer de surprise, la question m’ayant pris totalement au dépourvu.

‘Tu parles d’un tout nouveau niveau de “rapprochement entre ennemis”,’ pensa Regis en riant aux éclats.

“Non”, ai-je finalement répondu en me frottant la nuque. “Rien qui ressemble de près ou de loin à ça.”

Elle m’a fait un signe frustré de la tête. “Alors je ne comprends pas.”

“Je sais”, ai-je dit, semblant soudainement fatigué, même à mes propres oreilles, “mais tu comprendras un jour.”

“Il faudra que ça suffise alors, je suppose”, a-t-elle dit avec un sourire en coin. “Quoi qu’il en soit, nous ferions mieux de retourner auprès de ta classe. Leurs combats devraient bientôt commencer.”


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ranga Tempest
9 mois il y a

Caera>Tess je me demande comment elle réagira à la vérité

Toto Lulu
7 mois il y a

Boulot

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser