the beginning after the end Chapitre 21

Tout le monde gagne

« Non ! Absolument pas moyen ! Arthur ! Sais-tu à quel point il est dangereux de devenir un Aventurier ? Tu viens juste de revenir alors que nous pensions tous que tu étais mort et maintenant tu dis que tu veux aller te faire tuer là-bas ? Pas question ! Absolument pas. »

Ma mère était au bord des larmes en disant cela. Elle n’avait jamais été douée pour contrôler ses émotions. Eleanor était à côté d’elle, s’accrochant à sa jambe.

« Maman, te fâche pas. Frérot est pas une mauvaise personne ! Uuu… Mama, pleure pas. »

La directrice Goodsky avait quitté le manoir après mon annonce. Je pouvais voir qu’elle voulait encore me poser beaucoup de questions, mais nous nous sommes excusés pour avoir une discussion en famille. Nous étions actuellement dans la chambre de mes parents, ma mère se tenant devant moi et m’interdisant de penser à faire quoi que ce soit de dangereux.

Père était un peu plus rationnel. Je voyais bien qu’il n’aimait pas non plus l’idée, mais il ne voyait pas vraiment de raison pour que je ne sois pas un aventurier, à part mon âge.

Je n’allais pas débattre avec ma mère. Elle disait tout cela parce qu’elle était inquiète et je ne pouvais pas lui en vouloir pour cela. C’était une chose à laquelle je m’attendais et je voulais l’habituer lentement à cette idée, mais la réunion avec la directrice Goodsky avait tout chamboulé…

Après avoir été silencieux pendant tout ce temps, mon père a finalement pris la parole. « Chérie, écoutons au moins Arthur. Je ne dis pas que je suis d’accord pour qu’il devienne un aventurier mais ne penses-tu pas que nous devrions au moins écouter ce qu’il a à dire ? »

« Comment peux-tu encore dire ça après ce qui s’est passé ce jour-là ? » a crié ma mère en éclatant en sanglots.

J’ai regardé mon père pour obtenir des réponses, curieux de savoir de quoi elle parlait, mais il a simplement secoué la tête et réconforté ma mère.

Il a fallu une bonne heure avant qu’elle ne se calme suffisamment pour que nous puissions parler à nouveau.

J’ai attrapé les mains de ma mère. « Maman. Je n’avais pas prévu de partir demain. J’avais hâte de passer quelques mois à la maison avec vous. »

Elle était toujours silencieuse, mais son visage s’est un peu adouci à ce moment-là et je lui ai simplement adressé un sourire chaleureux, Sylvie a fait de même et a commencé à lécher sa main.

« Ce que je voulais dire en devenant un aventurier, c’est que je peux acquérir de l’expérience. Après avoir passé trois ans dans le Royaume des Elfes, j’ai raté beaucoup de choses sur ce que je devrais savoir sur notre monde. J’ai pensé que devenir un aventurier serait le meilleur moyen d’acquérir une expérience pratique » ai-je insisté, sans lâcher les mains de Mère.

« Je comprends ce que tu veux dire, Arthur. Bien que j’étais un peu plus âgé, j’avais aussi envie d’acquérir une véritable expérience du combat dès que je me suis éveillé en tant que mage. » se souvient-il. « Mais ta mère a aussi raison de dire que c’est dangereux et imprévisible. »

Ma mère a hoché vigoureusement la tête à ce sujet.

Je suis resté silencieux pendant un petit moment alors que je réfléchissais.

« Papa. Maman. Et si j’avais une sorte de garde ou de superviseur avec moi ? Est-ce que ça vous mettrait un peu plus à l’aise avec cette idée ? »

« … »

« Hmm… Tu sais, ce n’est pas une mauvaise idée. » Je pouvais presque voir les engrenages dans la tête de mon père s’enrouler alors qu’il commençait à penser à des candidats potentiels.

« M-mais… je ne pourrai toujours pas te voir pendant trois ans ! » Ma mère a recommencé à protester.

En secouant la tête, je lui dis. « Maman, je ne vais pas faire de longs voyages ou partir en mission dangereuse dans des endroits lointains. J’essaierai de revenir tous les deux ou trois mois, peut-être même plus fréquemment que ça, selon ce que je fais. »

« Frérot, tu pars ? » Ma sœur avait une expression comme si on venait de lui dire que le Père Noël n’existait pas.

J’ai commencé à paniquer. « Non non Ellie, je reste ici. Tu verras beaucoup ton frère à partir de maintenant, d’accord ? »

Apparemment, mon père et ma mère avaient raconté à Ellie beaucoup d’histoires sur moi et sur le fait que j’étais fort et intelligent. L’une des histoires préférées d’Ellie à l’heure du coucher racontait que j’avais sauvé ma mère d’une bande de méchants en haut d’une falaise et que je m’étais blessé et qu’il me faudrait du temps pour revenir à la maison. Finalement, j’étais devenu une sorte de héros pour ma sœur.

Je me retournai vers ma mère. Son visage était beaucoup plus détendu après avoir parlé de ça. Je suppose qu’elle avait imaginé le pire scénario et pensé que je voulais tuer le mal le plus puissant du monde à l’âge de huit ans ou quelque chose comme ça.

« Pourquoi veux-tu devenir un aventurier avant même d’aller à l’école de toute façon ? N’est-ce pas plutôt le contraire ? » a doucement marmonné ma mère.

« La raison de papa en fait partie ; je veux tester mes compétences dans des situations réelles. Et puis, maman, je veux au moins essayer de m’intégrer normalement quand j’irai à l’école. Il serait beaucoup plus difficile de s’intégrer si je commençais l’école à l’âge de huit ans. Je ne pense pas que je pourrai me faire beaucoup d’amis avec une si grande différence d’âge. »

C’était une excuse très pitoyable, mais, pour une fois, ma mère m’a jeté un regard de compréhension. Je suppose que c’était le pire cauchemar d’une mère que son enfant devienne un solitaire.

Ce n’était pas un mensonge complet car je l’ai dit en pensant aux dernières volontés de Sylvia. Elle voulait que je profite de la vie et que je n’aie pas qu’une vie d’entraînement. C’était une promesse que j’avais l’intention de tenir quoi qu’il arrive.

« De plus, je vais rester ici pendant quelques mois de toute façon. Qui sait, peut-être que tu en auras marre de moi d’ici là et que tu me jetteras dehors avant même que j’aie la chance de partir. » ai-je fait un clin d’œil à ma mère.

Ça m’a valu un coup sur la tête mais elle a aussi gloussé. « Toi ! Tu es exactement comme ton père dans des moments pareils. Dieu merci, tu as au moins mon intelligence. » Elle m’a serré dans ses bras, me laissant avec une sensation de chaleur à laquelle je n’étais pas encore habitué.

« Hé ! Et mon intelligence alors ! Il a été doté de mes capacités d’adepte du feu aussi ! » a protesté mon père.

« Hmph ! Mon fils tient ses pouvoirs déviants de moi. » La mère m’a juste détourné de mon père et lui a juste tiré la langue.

« Ellie aussi ! Bleh ! » Ma sœur a copié ma mère et a tiré la langue à mon père dévasté.

« Sniff ! Personne n’est de mon côté. » Il s’est contenté de pleurer malicieusement, en essayant de serrer sa fille dans ses bras. Cela nous a tous fait rire aux éclats.

Le lendemain était un dimanche, laissant à mon père un jour de congé. Les familles Leywin et Helstea prenaient le petit-déjeuner ensemble. « Alors, vous avez décidé de ce que vous allez faire d’Arthur ? » a demandé Vincent, en mâchant à moitié son omelette.

Tabitha secoua la tête : « Je le jure. Parfois, j’ai tellement de mal à croire que tu es un noble avec tes horribles habitudes culinaires, mon cher. »

« Kukuku, ne t’inquiète pas. Au moins, ton mari est meilleur que le mien. Tu te souviens de ce dîner où Rey a recraché sa nourriture en riant si fort ? J’ai dû utiliser Ellie comme excuse pour quitter la table tellement j’étais gênée. » a soupiré ma mère.

« Tousse ! Quoi qu’il en soit ! Oui, après en avoir parlé hier soir, nous avons accepté de le laisser devenir un aventurier sous certaines conditions, Vince. » Mon père venait de rougir légèrement en essayant de changer de sujet.

« Oh ? Quelles conditions ? » a répondu la curieuse Tabitha alors qu’elle coupait l’omelette en petits morceaux pour Lilia.

« Il ne deviendra un aventurier qu’après son anniversaire, c’est-à-dire dans trois mois. Nous avons également décidé qu’il serait accompagné d’un garde lors de ses missions. A part ça, je pense qu’il sera assez intelligent pour gérer le reste tout seul. Bien sûr, la dernière condition est qu’il nous rende visite aussi souvent que possible. » a expliqué mon père, en travaillant sur le reste de son rosbif.

« Avez-vous quelqu’un en tête pour sa garde ? Heck, y a-t-il même un garde capable de le garder ? J’ai l’impression qu’Arthur serait celui qui protège le gardien ! » Il a juste gloussé devant le ridicule d’un enfant de huit ans protégeant un aventurier adulte et vétéran.

Ma mère lui a répondu en regardant mon père : « Nous n’avons pas vraiment pensé à une personne qui réponde aux critères. Rey et moi avons pensé que nous pourrions utiliser l’un des gardes de la vente aux enchères d’Helstea, mais nous n’avons pas vraiment trouvé de personne. »

« Je peux avoir plus d’omelette s’il vous plaît ? » a ajouté ma soeur sa fourchette en l’air.

« Je sais ! » Mon père s’est levé de sa soudaine révélation, me faisant presque m’étouffer avec le morceau de viande qui était dans ma bouche.

« Les Twin Horns vont bientôt revenir d’une expédition dans un donjon. J’ai reçu une lettre du Hall de la Guilde des aventuriers qui dit qu’ils devraient être de retour dans les deux mois ! C’est parfait ! Pourquoi ai-je mis si longtemps à y penser ? Nous pouvons demander à l’un des Twin Horns de s’occuper de toi. Arthur ! Tu te souviens encore d’eux, n’est-ce pas ? » Les yeux de mon père brillaient d’excitation.

« Hé ! Ce n’est pas une mauvaise idée ! » a dit ma mère depuis la cuisine, sa voix impliquant la rareté de mon père ayant une bonne idée.

Tendant un morceau de viande à Sylvie qui était perchée sur mes genoux avec ses deux pattes avant sur la table, je répondis aussi. « Bien sûr que je me souviens d’eux. C’est une excellente idée, papa. Est-ce qu’ils savent que je suis de retour ? »

« Non, malheureusement, je n’ai pas encore eu l’occasion de leur envoyer un courrier. J’avais prévu de le faire aujourd’hui. » Mon père s’est rassis, se grattant la tête.

Vincent a pris part à la conversation après avoir terminé son petit-déjeuner.

« Arthur, tu as dit hier à la directrice Cynthia de ne montrer tes pouvoirs à personne avant de t’inscrire à l’Académie Xyrus, n’est-ce pas ? Comment comptes-tu faire ça lorsque tu seras un aventurier ? »

« Ah oui. J’avais l’intention d’y venir. » ai-je dit en prenant une fraise avec ma fourchette. « J’avais prévu de cacher mon identité d’aventurier. J’ai lu qu’il y avait beaucoup de membres de la Guilde des Aventuriers qui utilisaient des pseudonymes, ne révélant pas leur identité au public. » Malheureusement, comme il n’y avait aucun moyen de masquer l’apparence de Sylvie, je devais simplement faire un bon travail pour la cacher. Heureusement, elle est assez petite pour tenir dans une cape si la poche est assez grande.

« Mmm… Je vois. » Vincent et Tabitha ont tous deux hoché la tête à ce sujet.

Sur ce, le petit-déjeuner s’est terminé et nous nous sommes tous séparés.

Mon père est allé au Hall de la Guilde pour envoyer une lettre aux membres de son ancienne équipe tandis que ma mère et Tabitha sont allées faire des courses, emmenant Ellie et Lilia avec elles. Elles m’ont demandé de venir aussi mais j’ai poliment décliné l’offre d’endurer la souffrance qu’elles appellent un événement de loisir.

Je me suis lavé et je me suis dirigé vers l’aile droite du manoir, où se trouvait le bureau de Vincent.

*Knock* *Knock*

« Oui ? »

« C’est Arthur. » ai-je répondu.

La porte s’est ouverte pour révéler Vincent avec un regard curieux sur son visage. « Ah, entre ! Qu’est-ce qui t’amène ici Arthur ? Tu n’es jamais vraiment venu dans mon bureau avant. »

« Ah oui. Il y a un certain sujet dont je souhaite vous parler aujourd’hui, c’est la raison de ma visite » ai-je dit en regardant les piles de documents sur le sol et sur son bureau.

POINT DE VUE DE VINCENT HELSTEA :

Cet enfant n’avait-il vraiment que huit ans ?

Des frissons ont parcouru ma colonne vertébrale au ton de sa voix. Pourquoi étais-je si nerveuse à la mention d’une « certaine affaire » dont il voulait me parler ?

« De quoi s’agit-il ? » ai-je demandé, mon visage devenant un peu plus sérieux.

« J’aimerais que vous m’aidiez à obtenir quelques articles qui pourraient être difficiles à trouver ailleurs. » Continuant, il s’est assis et a dit avec ses yeux me regardant droit dans les yeux. « J’ai besoin d’une cape ou d’une robe à capuche solide et d’un masque qui puisse couvrir tout mon visage. Il est impératif que le masque ait la fonction de changer ma voix. »

Il n’était pas difficile de comprendre pourquoi il voulait ces objets. En tant que propriétaire de l’hôtel des ventes Helstea, qui attirait les plus grands nobles et même la famille royale, il ne devrait pas être trop difficile d’obtenir ces objets. Le masque pourrait être un peu délicat car il faudrait un artisan élémentaire du son pour le fabriquer, mais c’était faisable.

Pourtant… pourquoi y avait-il un sentiment si lourd dans cette pièce ?

Je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus…

C’est ça !

Pourquoi cet enfant de huit ans dégageait-il la même pression que lorsque j’étais à côté du roi de Sapin lui-même ?

Non. L’atmosphère était encore plus lourde que lorsque j’étais avec le roi.

Il me demandait clairement une faveur. Mais j’ai eu l’impression qu’il me jaugeait, presque comme s’il essayait d’évaluer où me mettre sur sa liste de « personnes à garder en vie ».

Je n’avais jamais ressenti cela de sa part, mais c’était probablement parce que je ne l’avais jamais vu qu’avec sa famille.

J’ai répondu rapidement, voulant en finir avec ça. « Bien sûr, ça ne devrait pas être un problème d’obtenir ces choses. Le masque pourrait prendre un peu de temps mais je suis sûr que nous l’aurons avant que tu ne deviennes un aventurier. »

Son léger hochement de tête m’a rempli de soulagement. J’avais des nobles qui faisaient la queue pour se présenter à moi, mais ce gamin…

« Y a-t-il quelque chose pour lequel vous auriez besoin de mon aide en échange ? Je me sentirais mal de vous demander ça sans aucune compensation. » Il a répondu.

J’ai senti une petite sueur se former au-dessus de mes sourcils. « C’est bon, vraiment. Je dois beaucoup à ton père, en fait. Il travaille peut-être pour moi, mais la façon dont il forme mes gardes a vraiment réduit le nombre de problèmes qui se produisent pendant les ventes aux enchères. »

C’était réellement la vérité. Rey est devenu un élément irremplaçable de la salle des ventes d’Helstea. Son leadership et son charisme parmi les gardes qu’il forme sont de première classe. Je lui étais redevable quand il m’a sauvé la vie et je lui suis redevable à lui et à sa famille maintenant. Même avec le salaire généreux, bien supérieur à la moyenne, et le fait de laisser sa famille rester dans notre maison, j’ai toujours eu l’impression que c’était une bonne affaire de ma part. Tabitha et Lilia sont plus heureuses que jamais depuis que Rey a emménagé avec Alice et a eu Ellie. Je me suis toujours senti coupable de ne pas pouvoir passer autant de temps qu’elles le souhaitaient avec ma famille, mais les choses vont beaucoup mieux maintenant.

« Hmm, en parlant d’entraînement, ça me donne une idée. » a-t-il marmonné en baissant les yeux.

J’ai remarqué depuis un certain temps que, lorsqu’Arthur se mettait à réfléchir, il avait ce regard… ce regard où son attention se fixait au loin et où ses sourcils se fronçaient ; le pli subtil près de ses lèvres et le léger tressaillement de son nez donnaient l’impression qu’il réfléchissait à quelque chose qui dépassait l’intelligence humaine normale. C’était le regard d’un véritable intellectuel. Soupir. C’est difficile de croire qu’il avait le même âge que ma petite Lilia.

« Permettez-moi de commencer à former votre fille pour qu’elle devienne un mage. » Il a posé cette mine comme s’il ne faisait que parler de la météo.

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

« J’avais l’intention de commencer à enseigner à ma petite sœur la manipulation du mana bientôt. Ce ne serait pas trop difficile d’inclure Lilia dans ces leçons. J’ai remarqué que vous et Dame Tabitha n’êtes pas des mages, il pourrait donc être impossible pour elle de s’éveiller toute seule, mais si nous commençons maintenant, je pense qu’elle sera capable de s’éveiller vers l’âge moyen. » ai-je dit.

Ma déclaration a été accueillie par un silence. J’ai levé les yeux pour voir Vincent laisser tomber la pile de papiers qu’il avait tripotée nerveusement. Son visage était figé sur place et je pouvais entendre son cœur battre plus vite.

« Puis-je vraiment croire ce que tu viens de dire ? Peux-tu vraiment permettre à ma fille de devenir un m-mage ? » a-t-il demandé après un long moment de silence.

« Bien sûr. Ce sera un long processus mais c’est tout à fait possible. Euh… Je vais devoir vous demander de garder les leçons sous silence. Je ne voudrais pas être bombardé de parents enthousiastes demandant à faire de leurs enfants des mages. » ai-je juste gloussé, essayant de détendre la tension.

Il hocha furieusement la tête après avoir échoué à former une phrase cohérente.

« Sincèrement… il n’y aurait pas de plus grand bonheur que de voir ma fille devenir un mage. » parvint-il à balbutier, les larmes au bord de la chute.

« Super ! Alors je vous laisse les éléments dont nous avons discuté ! Maintenant, permettez-moi de m’excuser. Désolé de m’être immiscé dans votre travail. »

Je suis sorti de la pièce en ramassant sur mes genoux une Sylvie endormie.

Je suis content que ça se soit bien passé.


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser