Supreme Magus chapitre 999

Les liens de la confiance Partie 1

Traducteur: Ych
———

Les mages éveillés et leurs lignées régnaient sur les seules villes humaines restant sur le continent Jiera, mais les choses ne se passaient pas mieux pour Thrud là-bas. D’une manière ou d’une autre, les Éveillés devenaient méfiants à son égard dès qu’elle utilisait ses pouvoirs et refusaient de lui accorder l’hospitalité.

À l’insu de Thrud, cela était dû au vortex que son noyau de mana arc-en-ciel générait pour imiter les effets de l’Invigoration et lui fournir un mana illimité. Sa longue existence couplée à une vie de meurtres et de secrets a pesé lourdement sur sa psyché.

Thrud était en fuite depuis qu’elle se souvenait, pour protéger l’héritage de son père des griffes de Tyris et réaliser son rêve d’unifier le continent de Garlen sous l’égide d’un souverain immortel.

“J’étais censée profiter de ma richesse et trouver un moyen d’étendre le don de l’immortalité à la future famille impériale, pas chercher de la nourriture et coudre mes propres vêtements ! À quoi servent l’or et les bijoux dans un endroit où un morceau de pain frais est un mythe ?”

Ses diatribes se faisaient de plus en plus fréquentes, pour tenter de combler le silence qui l’entourait.

Elle était une chasseuse et une couturière extraordinaire, des compétences qui lui permettraient d’être la bienvenue dans n’importe quel établissement humain, mais seulement si Thrud cessait d’utiliser sa magie et vivait comme un roturier.

Faire cela signifierait piétiner sa fierté de véritable reine du royaume du griffon et renoncer au luxe auquel elle estimait avoir droit. Tous les Éveillés humains du continent Jiera étaient en fait dans le même bateau qu’elle, mais elle s’en moquait.

Avec la perte des artisans, les fermiers et les éleveurs étaient devenus les nouveaux riches. Même les éveillés les tenaient en haute estime, car toute la magie de Mogar ne pouvait pas créer de nourriture.

De plus, transmettre les connaissances pratiques nécessaires pour faire pousser toutes les plantes et tous les légumes comestibles prendrait des années.

Si, autrefois, le principal souci des anciens mages avait été de développer leurs compétences, aujourd’hui, ils s’efforçaient d’éviter qu’une seule mauvaise récolte ou un simple rhume n’anéantisse ce qu’il restait de la race humaine.

Les bêtes et les plantes n’avaient pas de tels soucis. Elles se déplaçaient généralement nues et considéraient comme de la nourriture quiconque s’aventurait sur leur territoire. L’empire des bêtes qui était né après la chute de la civilisation humaine était maintenant le plus avancé et le plus riche de Jiera, mais les humains avaient du mal à s’adapter aux mœurs des bêtes.

Les bêtes empereur accueillaient n’importe qui, mais seulement s’il se comportait bien. Les bêtes apprennent aux enfants à lire et à écrire, et aux adultes à chasser, à cultiver ou à exercer n’importe quel métier pour lequel ils sont doués.

En même temps, le concept de rédemption, de procès équitable ou de prison n’existait pas dans leur société. Dès que quelqu’un commettait un crime sans raison valable, il était abattu comme un chien enragé.

Certaines personnes ne pouvaient pas accepter un ordre social aussi dur et sauvage où chacun devait soit se rendre utile, soit se défiler dès qu’il atteignait l’âge adulte. Pourtant, la plupart restaient parce que les bêtes leur offraient un abri contre les intempéries, une protection contre les monstres qui étaient maintenant libres de parcourir les terres, et des soins de santé.

Les humains avaient essayé d’Éveiller tout le monde pour repeupler le continent plus rapidement et rendre tous les humains capables de manier la magie, mais cela avait été un désastre. Les enfants ne tombaient pas malades, mais ils se tuaient ou tuaient leurs parents en utilisant des sorts comme des jouets.

De nombreux adultes doux et gentils, une fois qu’ils avaient goûté au véritable pouvoir, devenaient autoritaires envers leurs pairs moins doués et appliquaient la loi de la jungle jusqu’à ce que leurs victimes ou leurs maîtres les tuent.

Pour ne rien arranger, très peu avaient la patience de pratiquer l’Accumulation pendant des années pour devenir plus forts. Avec la menace constante du mauvais temps, des monstres, de la famine et de leurs propres voisins, beaucoup ont précipité le développement de leur corps et ont explosé comme d’effroyables feux d’artifice.

Au final, moins d’un dixième de ceux qui s’étaient éveillés sans tuteur à plein temps avaient survécu, si bien que l’expérience fut considérée comme un échec et reportée à un moment où les maîtres pourraient consacrer plus de temps aux cours.

Tous les humains restants avaient été rassemblés dans quelques mégalopoles qui ne pouvaient pas survivre sans leurs dirigeants éveillés qui faisaient respecter la loi, traitaient les maladies avant qu’elles ne se transforment en fléaux et protégeaient les champs.

“Je n’arrive pas à croire qu’ils ont éveillé même ces infirmes inutiles dont le seul talent est d’être naturellement immunisés contre la peste alors qu’ils ont refusé de m’apprendre !” Thrud rugit. ‘Je suis si proche, si sacrément proche, et pourtant je n’arrive jamais à comprendre la dernière pièce du puzzle.’

“Toutes les créatures vivantes ont un noyau qui agit comme un cœur pour le flux de mana, mais seuls ceux que l’on appelle les Éveillés sont capables d’entraîner leur noyau et de le rendre plus fort au fil du temps.

‘J’utilise la machine de mon père pour alimenter mon noyau avec ceux des autres, mais je n’ai jamais réussi à sentir le pouls du mana.

“La machine renouvelle ma force vitale et débarrasse mon corps des impuretés qui font vieillir les gens, au point que j’ai atteint la perfection humaine. Ma chair n’offre aucune résistance au mana.

“Je peux lancer d’innombrables sorts sans exercer la moindre contrainte sur mon physique, alors il ne peut s’agir d’un problème de corps ou d’un manque de talent. J’ai maîtrisé toutes ces foutues spécialisations, pour l’amour de Dieu ! Qu’est-ce qui me manque ?”

Seul son écho répondit à la question et Thrud finit par craquer. Elle psalmodia son sort, détestant chaque mot qu’elle prononçait et chaque signe de main qu’elle dessinait, considérant chacun d’entre eux comme un rappel de ses échecs constants.

Des flammes violettes envahirent les couloirs vides de la maison qu’elle avait mis des années à construire tandis que la magie de la terre provoqua un tremblement qui fendit le sol et fit s’écrouler les murs. Pour elle, le bruit de la destruction était désormais une meilleure alternative au silence.

Thrud marcha ensuite à travers les décombres et commença à détruire Hervor, la capitale de son propre grand-duché qu’elle avait nommé en l’honneur de sa mère. Il avait fallu à Thrud des générations pour atteindre une telle position.

Elle s’était présentée comme mage, était devenue noble, puis avait simulé son vieillissement tout en présentant l’une de ses marionnettes de viande comme sa fille avant de prendre sa place, recommençant le cycle de la jeunesse à la vieillesse.

Elle connaissait chaque pierre et chaque arbre d’Hervor parce qu’elle avait façonné la ville selon les souvenirs de son lieu de naissance. Elle l’aimait de tout son cœur car elle lui rappelait le bon vieux temps, à l’époque où elle était encore la princesse du royaume des griffons et où son avenir était gravé dans la pierre.

Tyris était censée reconnaître le génie de son père et devenir son épouse. Les réalisations d’Arthan auraient dépassé même celles de Valeron et, avec son aide, il aurait unifié le continent de Garlen.

Puis, une fois qu’il se serait lassé de porter le poids de la couronne et des responsabilités qu’elle impliquait, Thrud aurait pris le trône et se serait assurée que ses sujets prospèrent. Pourtant, aujourd’hui, sa capitale était comme toutes les histoires que la mère de Thrud lui avait racontées lorsqu’elle était enfant, un mensonge vide de sens, et la Reine Folle détestait Hervor pour cela.

Il n’y avait plus personne pour la servir, plus personne pour admirer sa beauté ou son talent. Thrud avait l’impression que Mogar lui avait tourné le dos une fois de trop.

“Pourquoi tout le monde me quitte à la fin ?” Même ses sanglots déchirants n’entravèrent pas les jets de sorts de la reine folle, qui rasa la ville qui avait jadis été sa fierté et sa joie.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser