Supreme Magus chapitre 844

Le désespoir, partie 4

Traducteur: Ych
———-

Les Grendelings commencèrent à mordre les arbres environnants, se nourrissant de l’essence de l’aubier qui les traversait tandis que les vrilles qui sortaient de leurs pieds creusaient assez profondément dans le sol pour atteindre les racines de l’aubier.

Entre la corruption qui se répand dans son corps et le grabuge des Grendelings, l’aubier souffrait comme cela n’était jamais arrivé depuis des millénaires.

‘Mes conditions sont simples. La voix de Gremlik envahit le lien mental entre Leannan et l’arbre ancien. ‘Tue tous les humains, rends-toi à moi et emprisonne toutes les plantes de Laruel.’

‘Si tu fais cela, je te laisserai vivre et je respecterai le même accord que celui que tu as passé avec Erlik. Mes tissus peuvent prolonger ta vie aussi bien que la sienne. Une fois que Laruel sera sous ma domination, nous nous éveillerons ensemble. Refuse et je te tuerai.’

‘Pourquoi te ferais-je confiance ? L’esprit de l’aubier était rempli de douleur et d’indignation. ‘Éveillé ou pas, je serais toujours sous ta coupe. Tu ne veux pas d’un partenaire, tu veux un esclave!’

‘S’il te plaît.’ dit Gremlik en ricanant. ‘Comment pourrais-je te faire confiance ? D’abord, tu as trahi ta propre famille, puis Erlik. Je veux juste m’assurer que la troisième fois sera la bonne. D’ailleurs, je pourrais dire la même chose de toi.

Sans ma mesure d’urgence, qu’est-ce qui t’empêcherait de me tuer une fois que j’aurais épuisé mon utilité ?’

‘C’est pour la même raison que j’ai eu besoin d’Erlik.’ L’aubier répondit. ‘Comme tu l’as dit, j’ai trahi ma famille. Une fois que je me serai éveillé, je deviendrai un paria et les morts-vivants seront ma seule famille possible !’

Ces mots ébranlèrent Leannan jusqu’à la racine, lui faisant comprendre à quel point la folie qui tordait l’esprit de l’aubier était profonde.

‘Je ne suis pas Erlik ! Je ne me soucie ni de ma famille ni des morts-vivants, seulement de moi. Cela fait trop longtemps que je n’ai pas eu un vrai festin et j’ai hâte de manger des plantes. Maintenant, plie le genou ou meurs !’ dit Gremlik.

‘Petit insolent. Si j’interromps mon sommeil, j’aurai tout le pouvoir nécessaire pour te tuer’. L’aubier l’a réprimandé.

‘Avec tes racines qui pourrissent et mes Grendelings, je suis sûr que je parviendrai à m’échapper, alors qu’il ne te resterait que quelques années à vivre. Contrairement à toi, je n’ai rien à perdre.’

La rage et le désespoir dans les pensées du Grendel frappèrent l’aubier comme une gifle. Tous deux étaient comme les deux faces d’une même pièce. Gremlik avait la vie éternelle mais rien à vivre, tandis que l’aubier avait peu de temps à vivre et trop à perdre.

Pourtant, cette pensée ne suscita aucune pitié de la part du Grendel, mais seulement un peu plus de méchanceté.

L’aubier du monde tenta de tuer l’insolent mort-vivant à l’aide de ses réseaux, avant de découvrir que la peste n’affectait pas seulement son corps, mais aussi son esprit. Pour la première fois depuis des millénaires, l’ancien peuple végétale était impuissant.

Au moment où l’Arbre avait conféré à Erlik les runes de communion, Gremlik avait utilisé l’anomalie créée par la présence simultanée de deux souverains pour perturber l’esprit de l’Arbre sans qu’il s’en aperçoive.

Pendant que l’esprit du Grendel lançait l’ultimatum, son corps a profité du chaos qui régnait sur le champ de bataille pour s’éloigner du groupe de Lith et courir vers Leannan. Avec sa mort, l’ancien folk végétal perdrait son dernier moyen de défense et serait contraint de se rendre.

‘Il n’y a pas d’autre solution, ma souveraine élue. Tu dois tuer le mort-vivant et me libérer de son emprise.’ Le ton autoritaire de l’aubier, comme si rien n’avait changé entre eux, sidéra Leannan.

Pendant ce temps, à l’extérieur, les Grendelings se révélaient être des ennemis plus redoutables qu’un Draugr ne pourrait jamais l’être. Ils ne pouvaient ni voler ni Warp, mais rien de ce qu’avaient tenté les défenseurs de la ville ne leur avait laissé une égratignure.

Leur taille rendait les attaques physiques inutiles et la quantité d’énergie élémentaire qui leur donnait du pouvoir annulait facilement les sorts de niveau cinq.

“C’est une lutte inutile.” dit Kalla-Trouble. “Tant qu’ils peuvent se nourrir de cabanes dans les arbres, même si nous parvenons à les endommager, ils pourront facilement s’en remettre.”

“Pourtant, nous devons les arrêter.” Marth dit. “On ne peut pas laisser de telles créatures en vie. Elles constituent un désastre ambulant. Une fois qu’elles auront fini de détruire Laruel, elles consumeront tout sur leur passage.”

“Je me demande pourquoi Erlik ne les a pas activées plus tôt.” Quylla réfléchit. La réponse était qu’ils n’avaient été conçus que comme un dernier recours pour s’échapper au cas où l’aubier ne serait pas d’accord avec Erlik ou que Leannan parviendrait à le trouver avant qu’ils ne concluent l’affaire.

De telles monstruosités constituaient une rupture du pacte entre les morts-vivants et l’aubier. Elles étaient la preuve vivante de la capacité d’Erlik à infecter non seulement les plantes, mais aussi l’aubier.

Pour ne rien arranger, elles n’auraient jamais pu entrer dans le château, et Erlik n’aurait même pas pu les utiliser pendant la bataille finale.

“Notre seul espoir est que ce ne sont pas des Grendel à part entière et qu’ils n’ont muté que récemment”. dit Kalla. “Ils sont un hybride vivant-mort-vivant, et les morts-vivants sont les plus faibles pendant leur enfance. Nous devons les terrasser avant que leur état ne se stabilise.”

L’œil noir du mort-vivant Balor se transforma en soleil noir, estompant le ciel nocturne de sa lumière noire. Il émit un pilier d’énergie de la taille d’un train de marchandises qui planta un Grendeling en pleine poitrine.

La créature s’effondra sur le sol tandis que la transformation se défaisait partiellement, transformant le haut de son corps en arbre. Une volée de sorts de glace et de ténèbres s’abattit sur le Grendeling tombé à terre.

L’assaut massif de sorts de niveau 5 parvint à empêcher la créature de se retransformer en Grendel et la tua sur le coup.

“C’est incroyable ! Pourquoi n’as-tu pas fait ça plus tôt ?” demande Quylla.

“Parce qu’il m’a fallu tout ce que j’ai pour projeter autant d’énergie. Un peu plus et ce corps redeviendra un cadavre. Je suis trop loin pour le relever s’il tombe.” Kalla répondit. Les ailes du Balor battaient maladroitement maintenant que l’élément des ténèbres qui l’animait était presque épuisé.

“La bonne nouvelle, c’est que les Grendelings ne sont pas immunisés contre la magie comme ils voudraient nous le faire croire, la mauvaise, c’est que pour percer leurs défenses avec des sorts conventionnels, il faut trop d’énergie.”

“Es-tu en train de suggérer que nous devrions simplement abandonner ?” demande Marth.

” As-tu une meilleure idée ? ”

Avant qu’ils ne puissent continuer, l’un des mages du sol les a interpellés.

” Regardez ça. ” Une femme d’âge moyen pointa du doigt les racines de l’aubier qui étaient maintenant visibles sous le revêtement de la route. Elles étaient noircies et pleines de cloques qui éclataient comme si quelque chose les brûlait de l’intérieur.

Le long du chemin de la créature morte, il y avait plusieurs trous dans le sol, correspondant à chacun de ses pas. Pour donner vie à une créature aussi gigantesque, le symbiote de Gremlik a eu besoin de beaucoup d’énergie.

Se nourrir des cabanes dans les arbres ne suffisait pas, alors les Grendelings ont utilisé les racines de l’aubier comme source d’énergie. Tous les guérisseurs sont immédiatement arrivés à la même constatation.

“Ils ne sont pas invincibles. Si nous les éloignons du sol ou si nous leur coupons les pieds, ils ne tiendront pas longtemps.” dit Marth.

“En effet. La question est : comment ?” Kalla ricane.

“Eh bien, nous pouvons soit provoquer un tremblement de terre assez fort pour les faire tomber, soit tuer ce maudit Aubier”. La réponse de Marth a laissé tout le monde abasourdi, mais elle était logique. Sans la trahison de l’aubier, rien de tout cela ne serait arrivé.

“Je ne pense pas que nous puissions tuer une créature aussi puissante avec notre petit nombre, mais je pense que nous pouvons faire la meilleure chose suivante.” Quylla leur expliqua son idée, obtenant leur approbation unanime.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser