Supreme Magus chapitre 804

Écran de fumée, partie 2

Traducteur: Ych
———–

“Exactement. Maintenant, notre problème est de savoir comment partager ces informations sans révéler l’existence de Solus. Je suis ici depuis plus de deux semaines et je n’ai pas réussi à faire la moindre percée, comme n’importe qui d’autre.

“Je ne peux pas m’attribuer le mérite de la découverte tout simplement parce que je ne saurais pas comment l’expliquer. Et toi ?” demande Kalla.

“Je suis déjà trop célèbre et je ne suis même pas censée être ici. Ils ont demandé Quylla, pas moi. Je n’ai pas d’excuse plausible non plus et je ne veux pas plus de renommée. Nous allons devoir mener le groupe de recherche par le bout du nez et faire en sorte qu’ils tombent sur la découverte.”

Kalla acquiesça et le guida vers l’étage. Elle réfléchit à la révélation, à la recherche d’un moyen de la partager ou au moins de l’utiliser pour trouver un remède.

***

Erlik, le quartier général du Draugr Treant, maintenant.

Même si plus d’un siècle s’est écoulé depuis qu’Erlik est devenu un Draugr, il déteste toujours les entrailles de sa condition. S’il n’était pas mort depuis longtemps, il n’aurait jamais accepté d’être transformé.

Comme tous les Draugr, il était une créature avide. Pendant la journée, il était obligé de rester à l’intérieur de sa sépulture pour surveiller ses biens, même si son corps et son esprit étaient paralysés par la présence du soleil.

Ses serviteurs étaient même obligés de lui parler à travers la lourde porte de ses appartements, tant Erlik craignait que quelqu’un ne le vole après avoir posé les yeux sur ses trésors.

L’avidité d’un Draugr ne se reflétait pas seulement sur ses habitudes de sommeil, mais aussi sur la façon dont il se nourrissait. Les Draugr ne se contentaient pas d’épuiser la vitalité de leurs victimes, ils devaient aussi leur voler quelque chose de précieux.

La chambre d’Erlik était remplie de bibelots de ses anciennes victimes, qu’il avait dévorées entières dans son envie de tout ce qu’elles avaient et qui lui était désormais dénié. Ses nouvelles demeures à Laruel étaient remplies de la terre de sa sépulture d’origine de Jiera.

Une autre partie de sa malédiction était son incapacité à s’en éloigner sans que ses pouvoirs ne s’affaiblissent d’heure en heure.

“Où en sont nos recherches sur les Bugbears, Gremlik ?” demanda-t-il. Pendant la journée, même parler nécessitait une volonté à toute épreuve et une maîtrise de son noyau sanguin qu’Erlik avait mis des décennies à acquérir.

“Un échec total, maître.” Répondit la dryade Grendel à travers la porte. “Les animaux ne semblent pas capables d’atteindre une symbiose avec tes tissus. Ils n’obtiennent aucun pouvoir après avoir été infectés.

“Au contraire, plus tes tissus se renforcent, plus les infectés s’affaiblissent, jusqu’à ce que leur corps soit vaincu par tes jeunes pousses et qu’ils meurent.”

“Que deviennent les jeunes pousses ?” Les expériences d’Erlik étaient doubles. Il voulait vérifier si la méthode qu’il comptait utiliser pour conquérir les villes des plantes pouvait aussi s’appliquer à celles des humains et si elle permettait de surmonter la stérilité des morts-vivants.

Il n’avait aucun désir de descendance, mais s’il parvenait à engendrer artificiellement des Treantlings qui partageraient une partie de ses capacités, ils feraient d’excellents pions. Erlik ne se contentait pas de Laruel.

Son véritable objectif était de se servir de la ville comme d’un tremplin pour accéder à un siège élevé au sein des Cours des morts-vivants, puis de s’en servir pour changer leur politique. Erlik avait déjà perdu un foyer à cause de la bêtise des humains et il ne voulait pas que cela se reproduise.

Les humains n’étaient que des bêtes stupides qu’il fallait apprivoiser et il était prêt à être celui qui les mettrait en laisse une bonne fois pour toutes.

“Ils meurent en même temps que leur hôte”. Gremlik répondit. “Certains des plus gros spécimens te ressemblaient presque, mais aucun n’a réussi à se stabiliser. Il manque quelque chose, mais nous n’avons aucune idée de quoi.”

Le problème était en fait simple. Erlik avait utilisé la magie de la lumière et des ténèbres pour fusionner ses tissus avec la peste de Jiera, les rendant capables de prospérer même à l’intérieur d’un corps étranger.

La non-mort a boosté leur vitalité tandis que la peste leur donne la capacité de fusionner avec des êtres vivants, mais ni l’un ni l’autre ne pouvait changer le fait que les tissus seuls ne pouvaient pas créer un véritable noyau sanguin.

Une fois leur hôte mort, la monstruosité d’Erlik suivait en raison de l’instabilité de son pseudo-noyau sanguin et du manque de nourriture. Contrairement aux Abominations, qui pouvaient se nourrir de n’importe quelle énergie, les morts-vivants étaient des mangeurs très pointilleux.

Les monstres ou même les humains fournissaient au Draugr un repas si pauvre que ses jeunes pousses devaient se nourrir de la flore locale pour survivre. C’était la raison pour laquelle la grotte du Bugbear que Friya avait trouvée était complètement dépourvue de végétation.

“Merde !” Erlik rugit, mais même s’il était plus que furieux, son corps ne bougea pas d’un pouce. “J’ai investi la plupart de mes richesses dans ces recherches. Si nous ne parvenons pas à capturer Laruel, il ne me restera plus rien.

“Pas de maison, pas de statut, et plus important encore, pas d’argent !” La radinerie d’un Draugr était telle que, comparée à eux, Lith était un dépensier.

“J’ai d’autres mauvaises nouvelles, monsieur.” Gremlik s’éloigna de la porte, une fraction de seconde seulement avant qu’un rugissement inhumain ne le fasse trembler. Erlik était certain que le Grendel ne lui livrait de mauvaises nouvelles que le matin, pour être à l’abri de la colère de son maître.

Et il avait raison.

Erlik avait un caractère bien trempé, mais lorsque le soleil se serait couché, il aurait retrouvé à la fois sa capacité à bouger et son sang-froid.

“Un autre Éveillé est arrivé à Laruel aujourd’hui. Nous l’avons identifié grâce à la Cour de la Nuit. Il est prêt à aider Leannan lui aussi, mais le bon côté des choses, c’est que c’est un humain.”

Erlik put enfin rire un bon coup après tant de jurons. Il enviait les Éveillés par-dessus tout. Ils avaient le pouvoir, une endurance illimitée et la longévité. Erlik n’avait jamais pardonné à ses parents, quels qu’ils soient, de l’avoir abandonné, ni aux Éveillés qu’il avait rencontrés de son vivant de ne pas avoir partagé leur secret avec lui.

Il savait qu’il était hors de question de voler le secret de l’Éveil, mais avoir l’occasion de tuer non pas un, mais deux Éveillés était trop beau pour être vrai.

***

La technologie est un appendice de la magie sur Mogar et n’est utilisée que par ceux qui travaillent dans le domaine de la recherche magique de pointe. Ainsi, seule Quylla savait comment utiliser les outils alchimiques et les appareils forgés pour analyser plus en profondeur les divers échantillons enfermés dans des cristaux.

Pour Friya et Phloria, tous ces boutons à pousser et toutes ces manettes à tourner n’avaient aucun sens. Alors que tout le monde travaillait, passant d’un instrument à l’autre, elles restaient muettes en attendant les instructions.

Elles se sont senties mises à l’écart et ont reconsidéré leur offre d’aide.

“Je trouve que Kalla a vraiment l’air bien sous sa forme humaine”. Friya dit, espérant faire un peu de conversation pour passer le temps.

“Que veux-tu dire par sa forme humaine ?” demanda Phloria, recevant un grognement d’assentiment de la part de Quylla qui étudiait tous les échantillons à sa disposition avant de lire les conclusions des autres Guérisseurs sur la maladie.

Elle voulait affronter le problème avec un esprit ouvert, sans se laisser influencer par leurs conclusions.

” Sérieusement ? Tu ne sais pas ? Je veux dire, combien de Kalla qui appellent Lith Fléau connais-tu ?” Friya était choquée. Elle avait toujours pensé qu’après avoir côtoyé sa sœur aussi longtemps, Lith se serait au moins un peu ouvert à elle.

“Tu veux dire que cette femme est notre Kalla ? L’ours, je veux dire le Byk, je veux dire le Wight ?” demande Phloria.

“Oui. Les bêtes empereurs peuvent se transformer en humains. Prot…” Ce n’est qu’à ce moment-là que Friya se souvint qu’elle était la seule à avoir été témoin des retrouvailles de Lith avec son vieil ami.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser