Supreme Magus Chapitre 25

Vraie et fausse magies (2)

—-
Traducteur: TheCounterspell
—-

Quand ils ont fini de comparer leurs notes sur l’explication de Solus concernant la vraie magie, il était déjà tard. Lith a dû se dépêcher de sortir des bois avant qu’il ne fasse trop sombre. Il n’avait pas peur des prédateurs nocturnes, mais sa mère Elina, c’était une autre histoire.

« Si je rentre trop tard, je vais être puni pendant des semaines. Bon sang, je déteste tellement les couvre-feux ! »

Il ne voulait pas revenir à la maison les mains vides, alors il sortit de sa dimension de poche quelques gros blinkers qu’il avait gardées pour des moments comme celui-là.

Le lendemain, Nana l’informa que le comte avait accepté de l’aider, et que certains de ses meilleurs livres étaient en route.

Lith fut obligé de faire semblant d’être toujours absorbé par le livre d’histoire de Nana, il était trop gros pour le finir en une seule fois. Il passa cette journée à abréger tous les sorts de niveau 1 de son grimoire, ne gardant que le nom, les signes de la main et les instructions de prononciation ainsi qu’une courte description pour chaque sort.

« Je n’ai pas besoin de gaspiller de précieuses pages sur ces conneries. Je peux simuler les signes de la main en bougeant mes mains rapidement, mais je dois toujours me souvenir de chaque nouveau mot magique lorsque je prétends utiliser de la fausse magie.

De plus, si Nana veut me mettre à l’épreuve, je dois lui montrer mes compétences. Ahh ! Toute cette mémorisation sans cerveau va me rendre fou. Le bon côté des choses, c’est qu’en apprenant tout ça, je peux prédire le sort d’un ennemi et le contrer si nécessaire. »

Plus d’une fois, Lith se surpris à souhaiter que Solus puisse bouger son corps à volonté. Elle avait une bien meilleure mémoire, et cela lui ferait gagner beaucoup de temps et d’efforts.

Le seul sort que Lith avait vraiment envie d’essayer était la magie aérienne Corps flottant. Avec cette incantation, on pouvait faire flotter dans l’air toute personne pesant moins de cent kilo.

Elle avait de nombreux usages, comme freiner une chute libre, déplacer un patient gravement blessé sans heurts, ou se déplacer sans laisser de traces et sans faire de bruits lors d’une chasse ou d’un repérage.

C’était quelque chose que Lith avait essayé plusieurs fois par lui-même, mais sans succès. Il pouvait facilement faire flotter les autres avec la magie spirituelle, mais pas lui-même. Il était vraiment difficile d’équilibrer tout son corps tout en se concentrant sur le sort, la même chose pouvait être dite en utilisant la magie de l’air au lieu de la magie de l’esprit.

Une erreur mineure pouvait le faire flotter à l’envers ou le faire tourner comme dans une machine à laver.

Lith n’a jamais réussi à flotter correctement, et encore moins à se déplacer.

« Si Solus a raison et que la fausse magie est requière juste beaucoup d’entraînement, je peux utiliser ce Corps Flottant pour apprendre à flotter pour de bon. Ensuite, l’étape la plus naturelle est de le faire évoluer vers un sort de vol. J’ai hâte de m’envoler dans les cieux comme les héros de mon enfance ! »

Juste après le déjeuner, Lith retourna dans les bois et commença à s’entraîner. Le mot magique de Corps Flottant était “Brezza Ri Lak”, donc il n’avait aucun problème de prononciation. Les signes de la main, par contre, étaient assez compliqués.

Ayant appris de ses erreurs, Lith s’est d’abord assuré qu’il avait bien prononcé le mot magique avant de passer aux signes de la main. Il n’avait pas besoin d’apprendre à le lancer rapidement, mais seulement à apprendre comment distribuer l’énergie.

Après seulement quelques essais, Lith réussi à lancer Corps Flottant correctement. C’était une sensation étrange, bien différente de ce à quoi il s’attendait.

Pour flotter, il ne fallait pas un seul courant ascendant puissant, mais des centaines en même temps, chacun poussant vers le haut avec la même force pour maintenir l’équilibre.

« C’est bien pire que ce que j’avais prévu. Pas étonnant que j’ai toujours échoué dans le passé. Maintenant, selon le livre, le corps flottant me rend apte à l’apesanteur, debout sur place. Pour bouger, j’ai besoin d’un soutien extérieur ou d’une magie de corvée d’air. »

Lith commença à générer des vents faibles, se déplaçant comme un drone.

« C’est génial ! Ce sort a d’innombrables applications, je me demande pourquoi il n’est que de niveau 1 malgré qu’il soit si élaboré. »

« Parce qu’il ne dure qu’une minute » lui a rappelé Solus alors que Lith tombait déjà au sol.

Après avoir expérimenté Corps Flottant plusieurs fois, Lith utilisa son propre flux de mana pour reproduire le sort. Il se rendit vite compte qu’il ne pourrait pas le faire en une après-midi. La vraie magie, après tout, était vraiment plus difficile que sa fausse contrepartie.

Furieux et frustré, il se mit à grommeler sans arrêt.

« C’est tellement ennuyeux de devoir apprendre deux sortes de magie pour chaque foutu sort. Je te le dis, Solus, j’ai sérieusement envisagé d’utiliser Corps Flottant à la place. Mais si je suis assez stupide pour le faire, je serais forcé d’apprendre toutes ses versions supérieures, et qui sait à quelle étape se trouve le vol réel.

De cette façon, au contraire, une fois que j’aurai acquis des bases solides, tout le reste devrait venir facilement. Du moins, je l’espère. »

Lith passa toute la journée et la nuit à pratiquer son nouveau sort, la lévitation, mais le matin venu, il n’avait toujours pas réussi.

Le jour suivant, une petite caisse de livres fut livrée chez Nana, qui la tendit à Lith.

« S’ils étaient à moi, je ne te permettrais jamais de les sortir de chez moi. Mais le comte m’a explicitement dit que tu es libre de les ramener chez toi comme bon te semble. Lark est un homme très généreux, n’abuse pas de sa ça. »

Au début, Lith était vraiment énervé. Il avait complètement oublié son appel à l’aide, et maintenant il était inondé de livres inutiles qu’il devait faire semblant de lire. Après deux jours entiers d’enfermement, son corps avait besoin d’un peu d’action.

Mais il remarqua alors qu’il n’y avait pas beaucoup de livres d’histoire, la plupart d’entre eux étaient des biographies et des autobiographies de mages, d’archimages et de mages éminents passés et présents. Il avait à présent à portée de main les informations dont il avait besoin pour savoir combien de talents il pouvait révéler en toute sécurité.

Lith pouvait enfin voir une lumière au bout de l’un des nombreux tunnels dans lesquels il était coincé. Jusqu’à présent, son apprentissage n’avait fait qu’ajouter plus de problèmes à sa vie, avoir de la chance pour une fois, le faisait se sentir vraiment bien.

Il nota dans son grimoire tous les exploits que ses modèles avaient accomplis et à quel âge ils y étaient parvenus. Puis vint la partie la plus sérieuse, décider jusqu’où pousser son numéro.

« Je suis d’origine modeste et sans soutien. Imiter un Mage, c’est courir à la mort. Si même révéler moins de talent que Nana a amené un noble à essayer de me tuer, montrer autant de compétences me mettrait sur la liste des cibles de toutes les grandes familles. »

« Je suis d’accord. » Ajouta Solus.

« Le meilleur choix est de continuer à te montrer en dessous du talent de Nana. Si le Comte Lark commence à te protéger, alors tu pourras t’élever à son niveau. Un mage mâle de cette compétence serait certainement remarquable. A partir de là, il est préférable d’ajuster ta puissance en fonction de l’évolution de la situation. »

« C’est exactement ce que je pense. » L’esprit de Lith a hoché la tête.

Les semaines suivantes, chez Nana, Lith et Solus ont partagé les tâches à accomplir. Lith s’occupait de tous les sorts de niveau 1 tandis que Solus lisait les livres du comte et prenait note de chaque détail pertinent.

Lith lui donna le contrôle de la magie de l’esprit et de l’eau, ce qui lui permit de feuilleter des livres et d’écrire une annexe au grimoire.

L’après-midi, ils allaient plutôt essayer de faire fonctionner la Lévitation. Petit à petit, ils résolvaient tous les problèmes, améliorant même parfois les fondations du Corps Flottant.

Lith maîtrisa la technique de la Lévitation après plus d’un mois de travail acharné, et à ce moment-là, il avait également compris tous les sorts de niveau 1, mais il fut obligé d’attendre. Selon les livres du comte, c’était un exploit digne d’un futur archimage.

Il dut donc attendre encore un demi-mois avant de révéler à Nana le fruit de ses efforts. Elle était vraiment impressionnée par l’habileté et la détermination de Lith.

Elle lui a raconté qu’à l’époque, il lui avait fallu moins d’un mois pour mémoriser tout le livre, et bien que Lith soit moins doué, il avait réussi à obtenir le même résultat avec seulement deux semaines de retard.
Nana s’attendait à ce que cela lui prenne pas moins de deux mois entiers.

Elle lui a proposé de l’aider pendant les heures de travail, et Lith a accepté avec plaisir. Jusqu’à l’achèvement de la lévitation, il n’avait pas chassé depuis plus d’un mois. Non seulement la réserve de gibier qu’il gardait dans la dimension de poche était presque épuisée, mais cette énorme pause lui avait aussi coûté beaucoup d’argent.

Lith avait besoin de rattraper le temps perdu. Officiellement, il ne connaissait que deux sorts légers de niveau 1, Vinire Rad Tu (le sort de détection des maladies/blessures) et Vinire Dan, un sort de guérison de base, capable de soigner la toux, les rhumes légers et les coupures pas trop profondes.

Ainsi, la plupart du temps, il ne recevait que les frais de diagnostic, puisque c’était Nana qui traitait les patients. Il ne pouvait que guérir des blessures mineures, mais ses profits n’étaient pas si mauvais.

L’entreprise de Nana avait des racines profondes, les gens de tous les villages voisins venaient chercher son aide.

En passant plus de temps dans le bureau, Lith découvrit que Nana était bien plus qu’une guérisseuse pour les gens de Lutia. Elle était aussi leur protectrice et la plus forte force de loi.

Par sa seule présence, la plupart des bandits évitaient le village, et ceux qui étaient assez courageux pour attaquer rencontraient rapidement le créateur avant de faire de réels dégâts. Nana était également le bouclier de tous les marchands locaux et de la population.

Aucun marchand étranger, aucun jeune maître ou jeune maîtresse ne pouvait intimider les habitants de Lutia sans encourir sa colère. Parfois, on l’appelait même pour mettre fin à une bagarre d’ivrognes.

Lith avait du mal à croire qu’elle avait de telles dispositions envers les gens qu’elle servait, se tenant toujours prête à intervenir quand il le fallait.

Un jour, après que Nana ait donné une leçon à un jeune noble et à ses gardes du corps, croyant qu’il pouvait prendre de force n’importe quelle jeune fille à son goût, Lith décida de découvrir la vérité.

La vieille sorcière avait déjà prouvé qu’elle se souciait de l’argent plus que tout. Lith s’était laissé prendre à son jeu plus d’une fois, alors il voulait savoir ce qu’elle voulait vraiment.

Être impoli envers son mentor n’était certainement pas une bonne idée, il a donc opté pour une approche plus subtile.

« Maître, je ne sais vraiment pas comment exprimer mon admiration pour vous. Vous vous occupez de la sécurité du village, pratiquement toute seule, et vous ne demandez rien en retour. C’est vraiment impressionnant de votre part. »

Nana a éclaté de rire, avec un air sinistre comme le plombier, de retour sur Terre, qu’une fois Lith avait été obligé d’appeler pendant une fête nationale.

« Tu es vraiment hilarant, petit. Parfois, tu es si sage que j’en oublie presque que tu n’as que six ans. Mais quand tu sors ces bêtises, tu as vraiment l’air d’un enfant naïf. Bien sûr, je reçois quelque chose en retour. Tu t’es déjà demandé pourquoi mes traitements sont si chers ? »


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser