Supreme Magus Chapitre 18

Le cœur à l’ouvrage

Jusqu’à ce moment, l’entraînement martial de Lith avait été vraiment bâclé. Malgré tous ses efforts, en une année entière de pratique, il avait à peine réussi à retrouver le niveau d’un 4e kyu de ju-jitsu (l’équivalent d’une ceinture orange de karaté).

Les seuls aspects qu’il avait réussi à faire passer au niveau du 3ème kyu (l’équivalent d’une ceinture verte de karaté) étaient le jeu de jambes et les techniques de chute. Mais même cela n’avait été possible que parce que la progression initiale dépendait entièrement de lui.

Sans sparring-partner, quelqu’un qui pouvait observer ses mouvements et l’aider à corriger ses erreurs, il ne pouvait pas faire grand-chose.

Il pouvait soit faire bouger un mannequin de boue, soit s’entraîner lui-même, mais il n’en était pas encore au point de pouvoir faire les deux en même temps. Faire faire à une poupée de boue brute des mouvements semblables à ceux d’un humain demandait beaucoup de concentration.

Cela signifie qu’il ne pouvait que mettre les mannequins en position et ensuite s’entraîner pendant qu’ils étaient encore une fois immobiles. Le corps de Lith était encore plus maladroit que son corps original sur Terre. Pour faire de réels progrès, il avait besoin d’être frappé, d’être projeté et de pratiquer tous ses mouvements sur une cible en mouvement.

Mais Lith ne pouvait demander de l’aide à personne. Comment pouvait-il expliquer qu’il voulait pratiquer les arts martiaux extraterrestres ? Quelle aide pourrait-on lui apporter, sans même connaître les bases des bases ? C’est pourquoi il s’entraînait généralement au milieu de la nuit.

Solus était la solution parfaite à son problème. Après avoir fusionné davantage leurs esprits, ils avaient découvert de nouvelles utilisations du noyau de la tour. Lith n’avait eu qu’à la planter dans une poupée de boue pour la transformer en quasi-golem, obtenant enfin son sparring-partner.

Solus avait tous les sens humains et plus encore. Tant qu’elle avait la permission de Lith, elle pouvait consommer son mana pour exécuter les sorts qu’il connaissait à sa place. Sa nature était celle d’une tour magique, elle était censée superviser d’innombrables étages et appareils.

Même dans son état de faiblesse, déplacer cette pauvre excuse de golem de boue était que de la tarte. Solus améliora encore l’idée de Lith, réussissant à faire ramollir le corps du golem aux bons moments, avant de le frapper ou d’être frappé.

De cette façon, elle a pu exercer une pression suffisante sur le corps de Lith pour l’entraîner, et éviter toute blessure accidentelle.

Elle avait également accès à tous les souvenirs de Lith, y compris tous les enseignements de ses maîtres.

Solus pu utiliser ces souvenirs pour corriger les erreurs de Lith et l’aider à s’améliorer à pas de géant.

Grâce à Revigoration, Lith pouvait maintenant rester éveillé pendant un mois entier avant que ses performances ne commencent à décliner et ne l’obligent à se reposer.

Grâce à Solus, chaque fois qu’il rencontrait un goulot d’étranglement, il s’entraînait aux arts martiaux.

Il n’avait besoin que de faire une courte pause lorsque la fatigue devenait trop grande. La magie lumineuse réparait ses muscles, les faisant récupérer et devenir plus forts en quelques minutes, dissipant en même temps l’acide lactique accumulé.

Pendant ces moments, Lith et Solus discutaient à cœur ouvert.

« Alors, qu’est-ce que tu comptes faire dans le futur ? Pourquoi fais-tu tant d’efforts pour tout cet entraînement ? Magie, arts martiaux, chasse. Pourquoi ne t’arrêtes-tu pas de temps en temps, juste pour sentir les roses ? » Demanda Solus.

« Dès que je fais une pause, je commence à penser à l’avenir. Cela me fait mourir de peur. Je sais déjà que la mort est un piège qui m’oblige à échanger un enfer contre un autre. Je ne veux pas vivre toute ma vie dans un petit village, rien que l’idée équivaut à la peine de mort. Faire la même chose tous les jours, dans une prison sans barreaux où je suis obligé de m’allonger chaque jour, en attendant de mourir et de tout recommencer. Je ne peux pas supporter cette pensée. Mon plan est de tester les limites de ce corps, de devenir aussi fort que possible, pour qu’une fois adulte, je puisse explorer ce monde et voir s’il vaut la peine d’y vivre. »

« Si ce corps ou ce monde répondent à mon attente, je m’efforcerai toute ma vie de trouver un moyen de m’empêcher de passer dans un autre monde après ma mort. »

« Comment? » demanda Solus.

« Je ne sais pas, je suis encore aussi ignorant qu’un bébé en matière de magie. Tout ce que je connais, c’est son utilisation pratique. Je n’ai aucune idée s’il est possible de créer des artefacts magiques. Si mon hypothèse est juste, je pourrais devenir un liche. Mieux encore, je pourrais trouver un moyen de lier mon âme à ce monde, de sorte qu’en cas de mort, je resterais ici, possédant le cadavre disponible le plus proche. J’espère qu’en cas d’urgence, j’aurai aussi trouvé le moyen de conserver mon noyau de mana et ma mémoire musculaire. » Se disait Lith.

« Et si le monde et ton corps te lâchent ? »

« Dans ce cas, ça ne me dérangerait pas de recommencer mon voyage. Si je dois vivre une vie minable dans un monde minable, autant partir tôt.

Je continuerai à voyager jusqu’à ce que j’aie 100 ans et que je naisse comme un jeune maître en parfaite santé d’une famille riche, un élu, ou autre. C’est juste une question de chance. »

« Et ta famille ? Tu vas les abandonner comme ça ? » La question de Solus a poussé Lith à réfléchir sérieusement à ce sujet.

« Bien sûr que non. Leur faire perdre leur fils, leur frère sans raison, sans même leur donner un corps à enterrer est trop cruel, même pour moi. Je resterai jusqu’à ce que ma famille ait besoin de moi avant de partir. »

Solus gloussa.

« Tu ne vois pas ? Les choses ne sont pas aussi noires et blanches que tu le dis. Quand tu t’es réveillé dans ce monde, tu avais hâte de mourir. De “relancer les dés” comme tu le dit.

Puis tu a choisi de rester pour la magie. Maintenant, tu es prêt à continuer cette vie pour le bien de quelqu’un d’autre. Donne-toi un peu de temps.

Les mauvaises personnes que tu as rencontrées ont renforcé tes préjugés sur la vie, mais les bonnes personnes te changent aussi lentement. Au début, tu ne te souciais pas du tout de la vie de Tista, alors que maintenant tu ne penses qu’à ça.

Tu détestais Elina et Raaz avant même de les connaître, à cause de tes problèmes avec les figures parentales.
Ce ne sont pas les parents qui ont ruiné ta vie sur Terre et cette planète n’est pas la Terre. Donne-lui une chance avant de faire quelque chose d’aussi extrême. »

« Comment je peux savoir que tu ne me dis pas tout ça pour garder ton hôte ? » Demanda Lith.

« C’est facile, il suffit de lire dans mes pensées. Après l’avoir vérifié trois fois, Lith n’a trouvé aucune intention cachée ou raison égoïste. »

« Merde, toute cette histoire de lien mental est si irritante. Je ne peux pas sortir de cette discussion avec de la méfiance ou des doutes. C’est ma perte. Pour l’instant, du moins. Tu as à peine un mois, la vie va te changer. Elle le fait toujours. »

Solus a encore gloussé.

« Ou peut-être qu’elle te changera, et que tu commenceras à t’intéresser à moi. Alors tu devras t’occuper de moi toute ta vie, mon petit. »

Lith a ressenti un froid glacial le long de sa colonne vertébrale.

« S’il te plaît, ne m’appelle pas comme ça. Je suis prêt à reprendre. Ne me ménage pas ! »

« Je ne le fais jamais. »Lui répondit Solus, ce qui mis Lith sur les nerfs, déjà secoués.

Grâce à l’exercice, Lith a rapidement surmonté les blocages, et bientôt il a pu sentir les impuretés accumulées qui cherchaient à sortir.

Lith s’était demandé s’il ne fallait pas se débarrasser des impuretés de la même manière qu’il le faisait pour le reste de sa famille, mais après en avoir discuté avec Solus, il y avait renoncé.

Le traitement de purification qu’il avait conçu pour Tista était une méthode artificielle. Même s’il donnait les mêmes avantages en termes d’apparence physique et de résistance aux maladies, leur puissance magique et leurs prouesses physiques n’étaient jamais améliorées.

Lith n’avait aucune idée de la raison pour laquelle les impuretés devaient voyager jusqu’au noyau de mana avant d’être expulsées, infligeant une douleur si atroce. Mais ça en valait la peine.

C’est arrivé pendant une de leurs séances d’entraînement. Dès que Lith a réalisé ce qui se passait, il s’est rapidement déshabillé pour ne pas souiller ses vêtements.

Cette fois-ci, il n’a opposé aucune résistance et a découvert que ce n’était pas si douloureux que ça.

Lith expulsa beaucoup plus d’impuretés que la fois dernière, les laissant sortir de tous ses pores et orifices.

La puanteur était telle qu’il fut sur le point de s’évanouir avant de réussir à les détruire avec de la magie noire.

Il était complètement épuisé, cette fois-ci même Revigoration ne pouvait pas reconstituer ses réserves d’énergies, il avait besoin de dormir.

« Même après un bain. Je pue tellement que je pourrais ressusciter des morts. »
Solus a ignoré la remarque évidente.

« C’est exactement comme dans tes souvenirs. Quoi qu’il t’arrive, c’est comme si une épée était trempée et purifiée en même temps. Ton corps et ton noyau de mana ont subi de nouveaux changements qualitatifs. »

« Je pense que ton potentiel est monté en flèche. Tu es maintenant plus fort que mes exigences minimales. Mais tu dois encore travailler dur pour développer tes capacités. »

Et ainsi, Lith a continué sa routine jusqu’à ce que le jour du festival de printemps arrive.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser