Supreme Magus Chapitre 13

Nouvelles solutions, nouveaux problèmes.

—-
Traducteur: TheCounterspell
—-

Lith a continué à courir jusqu’à ce qu’il soit hors des bois. De temps en temps, il tournait la tête, utilisant Vision de Vie pour vérifier s’il était suivi.

Il n’y a aucune trace du Ry, mais mieux vaut prévenir que guérir. J’ai bien peur d’avoir sérieusement énervé cette chose. Il vaut mieux lui laisser le temps de se défouler et de chercher des proies plus faciles.

Il était près de la maison de Selia lorsqu’il se souvint enfin de la pierre magique qu’il avait en main. De nouveau, Lith activa la vision de vie, pour la voir plus précisément.

La première chose qu’il remarqua fut que les bords rugueux de la pierre s’étaient adoucis, elle ne lui piquait plus la peau. La surface était toujours rugueuse, mais maintenant elle ressemblait à une pierre en marbre.

Le bourdonnement s’était arrêté depuis un moment, et la force vitale de la pierre magique, bien qu’elle soit toujours au même niveau, avait changé de manière significative.

Lorsqu’il l’a vue pour la première fois, sa force vitale était comme une bougie sur le point de s’éteindre, alors que maintenant elle est devenue stable.

Prévenir Selia de la présence de la bête magique était prioritaire, il a donc caché la pierre dans une pochette en cuir qu’il portait toujours autour du cou avant de frapper à sa porte.

Lith lui a tout expliqué. Il lui a décrit en détail la taille et la puissance de Ry, la laissant pantoise. Bien sûr, il n’a jamais parlé du combat.

Lith lui a dit qu’il s’était enfui dès que leurs regards s’étaient croisés et qu’il ne s’en était sorti que grâce à sa magie. Il lui a montré ses manches en lambeaux comme preuve.

« Grands dieux, petit. » Elle refusait toujours de l’appeler par son nom. « Tu as vraiment de la chance que ça ait été facile pour toi. Si le Ry avait décidé de donner la chasse, nous n’aurions pas cette conversation. Néanmoins, merci de m’avoir prévenu en premier, au lieu d’aller directement voir tes parents. »Selia lui ébouriffa les cheveux.

« Comment as-tu su que j’étais venue ici en premier ? »

« Parce que si tu ne l’avais pas fait, tes parents t’auraient probablement enfermé chez toi et l’un d’eux serait venu ici pour me prévenir à ta place. »

Lith s’est figé. Il venait d’esquiver une balle bien plus effrayante que n’importe quel Ry.

« Tu as raison. Il vaut mieux ne pas leur dire, sinon mes journées de chasse pourraient être terminées pour toujours. »

« Oui. Je te suggère de prendre le reste de la matinée. Trouve toi une excuse pour ces manches et rentre chez toi. » Selia se dirigea vers le hangar près de sa maison où elle conservait ses prises.

« Prends ça pour te remercier de m’avoir prévenu. » Elle lui tendit un lapin et un Blinker, prêts à être cuisinés.

« J’étais sur le point d’aller dans les bois. Je crois que je vais plutôt suivre mon propre conseil et continuer à tanner les peaux restantes. J’irai chasser dans l’après-midi, quand ça devrait être plus sûr. »

Lith la remercia d’une profonde révérence, il savait à quel point la viande était précieuse à Lutia, même pour une chasseresse aussi douée que Sélia. Sans compter qu’elle venait de le sauver d’une assignation à résidence perpétuelle.

Il passa le reste de la matinée à essayer de comprendre comment utiliser la pierre magique. Elle semblait se nourrir du mana de Lith. Pas comme un parasite, mais plutôt en grignotant le mana qu’il dégageait naturellement.

La pierre respirait simplement ce que le corps de Lith expirait, rien de plus.

Lith a essayé d’injecter du mana dans la pierre, mais en vain. Il a ensuite lancé des sorts élémentaires en tenant la pierre, pour vérifier si leur force, leur vitesse d’incantation ou leur zone d’effet étaient affectées d’une quelconque manière.

Toutes ses expériences n’ont donné aucun résultat. La pierre ressemblait à n’importe quelle autre.

Les pierres n’ont pas un flux de mana aussi clair, et elles n’ont certainement pas de force vitale. Peut-être que cette chose a besoin de temps pour guérir, pour se recharger, ou quelque chose comme ça. Le Ry l’a bien abîmé, espérons qu’elle n’est pas cassé. A moins qu’elle ne commence à me faire du mal, je la garde.

Peut-être que c’est une sorte de trésor, ou peut-être que je peux trouver quelque chose à ce sujet dans l’un des livres de Nana. Je dois juste être patient.

Les derniers jours de l’automne s’écoulèrent sans incident jusqu’à l’arrivée de l’hiver.

Ayant atteint l’âge de cinq ans, Lith révéla un peu plus ses talents de magicien, se révélant précieux pour sa famille.

Il se réveillait le premier et réchauffait toute la maison avec la magie, même les sols.

À ce moment-là, la cheminée n’était allumée que parce qu’elle était confortable, et parce que se regrouper autour du feu, surtout pendant les soirées d’hiver orageuses, était une tradition familiale.

Même la cuisine était confiée à Lith. Elina préparait le repas, et Lith le faisait cuire plus vite et mieux qu’un four ventilé, en gardant la soupe au chaud pour tout le monde pendant tout le repas.

Il ne pouvait plus aller à la chasse à cause du mauvais temps, ses parents avaient été catégoriques à ce sujet. Lith pouvait toujours aller chez Selia pour effectuer les tâches ménagères à sa place.

L’année dernière, elle était devenue si paresseuse qu’elle dépendait de Lith pour garder sa maison propre et ses outils stérilisés.

C’était une façon pour Lith de faire d’une pierre deux coups. Il avait maintenant une excuse pour aller chercher son stock privé de viande quand il avait faim, et Selia devait le payer pour les corvées.

Lith l’aurait fait gratuitement, juste pour sortir de la maison, mais ses parents n’étaient pas d’accord.
Alors, Selia le payait quelques pièces de cuivre pour nettoyer sa maison, et un peu plus pour qu’Elina fasse sa lessive.

Elina et Raaz se réjouissaient de tout revenu supplémentaire, et faire la lessive pour huit personnes au lieu de sept n’était pas un gros effort. D’autant plus que Lith lui fournissait une réserve inépuisable d’eau chaude.

‘Enchanté, je suis Lith, chef de chaudière.’  Grommelait-il intérieurement à chaque fois.

Dans les premières semaines de l’hiver, Lith fit une percée très importante. Il compris enfin comment utiliser l’imagerie corporelle d’Invigoration sur les autres.

Il était maintenant capable de laisser son mana s’infiltrer dans le corps d’une autre personne, et de prendre lentement le contrôle de son flux de mana. Cela lui permettait de tout savoir sur la condition physique de son sujet.

Le seul moyen d’arriver à un tel résultat était de garder le contact physique, en cherchant les voies que le mana pouvait utiliser pour envahir le corps du patient sans le blesser.

Lith l’a immédiatement utilisé sur Tista, et ses conclusions ont été effrayantes.

Son corps était rempli d’une substance ressemblant à du goudron, qu’il a appelé impuretés, par manque d’un meilleur terme Et la cause de cela était ses poumons.

A peine la moitié des poumons de Tista étaient constitués de tissus sains. Le reste apparaissait à Lith comme une masse noire et brune qui produisait activement des impuretés. Avec le temps, les impuretés se sont répandues dans les tissus sains des poumons et de la trachée.

Au début, l’obstruction ne faisait que la faire tousser, mais il n’a pas fallu longtemps pour qu’elle se transforme en pneumonie.

Après avoir réfléchi, Lith était sûr d’avoir trouvé une solution meilleure que tout ce qu’il avait fait auparavant, mais c’était très embarrassant.

Même si son âge réel était celui d’un homme de trente ans, il était toujours dans un corps de cinq ans. Il trouvait extrêmement inconfortable de parler de certains sujets, surtout avec les femmes de sa famille.

Après quelques respirations profondes pour se calmer, il a appelé Raaz et Elina pour leur demander leur aide et leur permission.

Il a dû beaucoup simplifier la procédure pour qu’ils comprennent.

« Je ne peux pas guérir Tista, pas encore. Mais j’ai découvert un moyen qui devrait lui permettre de se sentir beaucoup mieux. Dans le meilleur des cas, elle pourrait même se débarrasser de la plupart de ses symptômes. »

« Et dans le pire des cas ? » Demanda Raaz, plein d’inquiétude.

« Au pire, elle sera la même. Mais j’ai besoin que vous me fassiez confiance. »

Contrairement à ses attentes, ils ne firent aucunes objections et n’ont posé aucunes questions.

Leur confiance dans la maîtrise de la magie de Lith était sans limite, et à leurs yeux, il n’était qu’un enfant de cinq ans, alors que Tista en avait à peine sept.

Elle n’avait encore aucune maturité, pour eux c’était comme hier quand ils se baignaient ensemble dans la baignoire.
La première phase était la plus facile. Lith prenait le contrôle du flux de mana de Tista et surchargeait son corps de son mana. Puis il forçait les impuretés à s’éloigner de ses organes internes et à se diriger vers la peau.
Pendant tout ce temps, elle était chaude, comme si elle avait une légère fièvre.

Une fois que la plupart des impuretés étaient sur le point de remonter à la surface, Lith a demandé qu’on lui bande les yeux et qu’Elina ou Rena soit témoin du processus.

Tista n’était qu’une enfant, et Lith craignait qu’avec le temps, des soupçons ne naissent. Au Moyen-Âge, les relations incestueuses étaient monnaie courante sur Terre, et il rejetait l’idée même d’être considéré comme un pervers.

La deuxième et dernière phase exigeait que Tista fasse trempette dans la bassine, qui avait été préalablement rempli par Lith avec de l’eau chaude et du savon.

Il se souvenait bien de la puanteur que dégageaient les impuretés, et en hiver, ventiler la maison était difficile, surtout dans l’état de Tista.

Le froid était son pire ennemi.

Alors, il pouvait enfin extraire les impuretés en utilisant la magie de l’eau. Il créa et manipula des flux qui massèrent le corps de Tista sur toute sa surface. Lith détruisait les impuretés le plus rapidement possible avec la magie noire, les empêchant de libérer leur odeur.

C’était un processus difficile qui nécessitait l’utilisation de la magie de l’eau et de la magie noire, tout en maintenant Invigoration active. Après le traitement, il utiliserait également la magie de l’eau pour enlever toute l’eau encore sur son corps, puis mélangerait la magie du feu et du vent pour créer un sèche-cheveux de fortune.

Quand ce fut enfin terminé, Tista semblait revenir d’un spa, tandis que Lith semblait revenir d’une exploitation minière. Il était trempé de sueur et essoufflé.

« Comment te sent-tu ? »

Tista pris plusieurs grandes respirations.

« Je ne me suis jamais sentie aussi bien ! Genre, jamais ! De plus, j’ai toujours rêvé de prendre un bain d’hiver, au lieu de me contenter de serviettes imbibées d’eau chaude. Merci, petit frère, tu viens de réaliser deux de mes souhaits ! » Elle essaya de l’enlacer, mais il a levé les bras pour se défendre.

« S’il te plaît, non. Je suis dégoûtant en ce moment, ne ruine pas mon dur labeur. J’ai besoin d’un bain, de nourriture et de deux heures de repos. Minimum. »

Sa mère et sa grande sœur ont hochèrent la tête.

« Lith, chéri, c’était quoi ce truc avec l’eau que tu as fait ? » Demanda Elina.

« Tu veux dire le… »

Bon sang, je ne peux pas lui dire que j’imitais un hydromassage, ils n’ont pas le latin ici. Je ne peux pas non plus appeler ça un jacuzzi ou autre. Peu importe, je suis trop fatigué pour d’autres manigances. Pensa t-il

« … hydromassage ? »

« Oui, ça ! Ça avait l’air tellement relaxant. Tista s’était endormie plusieurs fois pendant son traitement. C’est sûr que ça doit être agréable. » Les mots de Rena étaient remplis d’attentes.

« Et ce truc pour sécher ses cheveux, tu pourrais le refaire aussi ? » Elina avait fait monter les enchères, rendant leur objectif de plus en plus évident à chaque seconde.

Lith était sur le point de s’effondrer, il n’avait pas de temps à perdre avec des subtilités.

« Vous voulez dire que vous aimeriez aussi un massage à l’eau chaude ? »

D’autres hochements de tête ont suivi, alors que Rena et Elina joignaient leurs mains dans un plaidoyer silencieux.

« Mais… » Lith a bégayé. « Vous êtes toutes les deux… »

Il essayait de trouver une façon polie de dire “mature”. Lith se souvenait encore du corps nu d’Elina quand il était enfant, et elle avait très bien vieilli.

Rena avait maintenant onze ans. Peut-être était-ce dû au mode de vie de la campagne, peut-être était-ce lié au nouveau monde, mais elle avait déjà commencé sa poussée de croissance, développant quelques courbes. Elle devenait belle et douce à tous les bons endroits.

Lith avait déjà tant de scrupules à faire un massage d’eau à Tista alors qu’elle était aussi plate qu’une planche à pain. Seuls ses cheveux longs laissaient deviner qu’il s’agissait d’une fille et non d’un garçon.

« Nous sommes une famille. Nous avons tous rêvé de pouvoir prendre un bain pendant l’hiver sans attraper un rhume ou pire. Tu n’as aucune idée de l’odeur que nous dégageons après avoir travaillé dans l’étable, entourés de l’odeur du bétail et de ses excréments. »

« Parfois, la puanteur est si forte que nous ne pouvons même pas dormir la nuit. Ne pourrais-tu pas nous aider aussi ? » Elina, sa mère, n’a absolument pas tenu compte des inquiétudes de Lith et a essayé de jouer la carte de la culpabilité.

Lith a abandonné.

« Très bien. Laisse-moi juste me reposer un peu et ensuite je vous aiderai. Mais tu dois quand même me bander les yeux, et j’exige un témoin ! »

Ils ont tous les deux commencé à rire aux éclats.

« Pourquoi t’inquiètes-tu autant ? Tu n’es qu’un bébé, pas un voyou. »

‘J’aimerais dire que je suis un gentleman, mais je ne connais pas le mot pour le dire. Je pourrais dire que je suis un homme, mais cela les ferait encore plus rire. Stupide corps de cinq ans.’ Pensa-il.

Bon sang, cet hiver va être sacrément long.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser