Supreme Magus chapitre 1008

La marque d'un génie Partie 2 |

Traducteur: Ych
———

Le Bastion de la Mort s’est transformé en un étau qui réduit les squelettes en poussière et les zombies en pâte de viande. Après avoir perdu leur infanterie, les Goules stoppèrent l’attaque et battirent en retraite. La barrière les empêchait de se faufiler dans le camp par le bas, tout comme le soleil rendait suicidaire l’attaque par le haut.

“Tout cela est de ta faute !” Le capitaine Kortus a déclaré avant que les gens puissent avoir une idée claire de ce qui s’était passé. “Si tu n’avais pas ordonné aux mercenaires de quitter le camp, cela ne serait pas arrivé. Ta soif de gloire nous a laissés ouverts à une attaque !”

Le crochet du droit de Phloria mit fin à l’argument, brisant la mâchoire de Kortus, sa pommette, et l’envoyant dégringoler sur le sol jusqu’à ce qu’un chariot l’arrête.

“Au cas où tu l’aurais déjà oublié, il y a encore des gens dans les grottes qui ont besoin de notre aide. Que tous ceux qui sont prêts au combat me suivent. Nous devons ouvrir cette porte !” Elle regarda le ciel, espérant voir revenir les guildes de Friya.

Ils étaient tous mages et Phlroia aurait bien besoin de renfort. Pourtant, elle ne pouvait pas se permettre d’attendre et chargea l’entrée désormais scellée par la pierre. Un sort de magie de terre de niveau 3, Implosion, fit s’effondrer le mur en toute sécurité, avant qu’il ne se reforme une seconde plus tard.

Cela aurait été assez long pour que Phloria puisse clignoter à l’intérieur, mais cela signifiait aussi laisser les soldats sans chef ni ordre à suivre.

‘Mon Dieu, j’aimerais que Lith soit là. Il trouverait les goules dans les murs en un rien de temps avec Vision de vie, alors que je dois perdre du temps à lancer un réseau.’ Pensa-t-elle en espérant que Friya puisse lui faire gagner suffisamment de temps.

Pendant ce temps, à l’intérieur des grottes, Quylla se battait pour sa vie. Les tueurs de mages étaient fidèles à leur nom et il fallait un combattant talentueux pour les battre. Jusqu’à cet instant, les soldats d’élite avaient réussi à éviter les pertes en se regroupant et en buvant des potions.

La première leur permettait de dominer les morts-vivants par le nombre et la seconde de combler la majeure partie de l’écart entre leurs prouesses physiques. Pourtant, la situation s’aggrave peu à peu.

Les tueurs mages ne se fatiguaient pas et, même s’ils ne pouvaient pas être blessés à moins que leur cœur ne soit touché, chaque petite coupure que les soldats mages subissaient drainait leur énergie plus rapidement. Les Prospecteurs étaient des gardiens, et les réseaux nécessitaient non seulement un long temps d’incantation, mais affectaient également leurs alliés.

Un combat de mêlée était trop chaotique pour lancer un sort au hasard et espérer qu’il atteigne la bonne cible. Même les soldats qui utilisaient des anneaux ou des baguettes pour conjurer instantanément les balles de ténèbres finissaient par ne toucher que la brume orange qui composait les corps des Tueuses.

Pour ne rien arranger, les morts-vivants étaient capables de conjurer des sorts sans préavis, simplement en balançant leurs armes.

‘Réfléchis, Quylla, réfléchis. C’est un problème facile. Tout ce que j’ai à faire, c’est de révéler leurs cœurs sans utiliser la magie puisque cela les renforcerait ni le maniement de l’épée parce que je suis nulle en la matière.’ Ses pensées suintent le sarcasme.

Il n’est pas question de toucher au sol, car ce sont de sacrés gaz. La magie de l’air ferait disparaître la brume si elle ne se nourrissait pas de mana. Mais qu’est-ce que je peux faire ? Les seules parties physiques d’un tueur de mages sont le cœur et l’arme…’

Une idée folle se forma dans sa tête alors qu’elle esquivait un éclair parasite et sortait sa baguette de maître de forge royal de sa poche.

“Gardez-le immobile une seconde !” Quylla hurla aux trois soldats qui entouraient le mort-vivant qui était en fait une femme.

Ils avaient déjà du mal à esquiver la lame de la tueuse de mages et les sorts qu’elle conjurait, mais les soldats mages obéissaient malgré tout. Quylla portait l’uniforme des professeurs adjoints de l’académie du Griffon blanc, ils ont donc supposé qu’elle devait être compétente.

De plus, toutes les attaques qu’ils avaient lancées jusque-là avaient échoué, ce qui laissait les soldats mages ouverts aux suggestions. Noor émit un son qui ressemblait à un rictus et reprit son assaut.

Même si le corps d’un tueur de mages était fait de brume, la force derrière chacune de leurs frappes était supérieure à celle de n’importe quel mortel et chacun d’entre eux dans la vie avait été un maître de la lame.

Sans les potions d’amélioration corporelle que les soldats avaient bues, ils n’auraient même pas été capables de suivre les mouvements de Noor. Les soldats mages ne pouvaient qu’esquiver ou dévier, car le dernier à avoir tenté un blocage s’était fait casser le poignet à l’impact.

L’un d’entre eux se déplaça derrière la morte-vivante et lança un sort de ténèbres de niveau 2 visant sa tête, qui dispersa la brume. Il n’infligea aucun dégât, mais perturba suffisamment les perceptions de la tueuse de mages pour que les deux autres bloquent sa lame flottante avec une manœuvre de ciseaux.

Quylla savait que même en unissant leurs efforts, ils ne pourraient pas tenir longtemps face à un ennemi implacable. Pourtant, une seconde lui suffit. Un fil argenté ressemblant à un mince fouet sortit de sa baguette et enveloppa la lame.

Lorsque Quylla activa son sort de maître de forge, Ardoise propre, qui voyagea à travers la baguette et son fil, affectant la lame magique comme si Quylla la touchait.

Ardoise propre générait une impulsion combinée de magie de lumière et de ténèbres qui court-circuitait temporairement l’empreinte d’un objet magique. Dans le cas de la tueuse de mages, sa lame était sa propre vie.

Contrairement à ce que beaucoup croyaient, l’arme d’un tueur de mages faisait partie de son corps après avoir été transformée en mort-vivant. Le noyau de sang et le pseudo noyau étaient liés, ce qui permettait à la lame enchantée de gagner en force au fil du temps, en même temps que son maître.

Le court-circuit magique provoquait l’inondation de la lame par la force vitale du tueur de mages pour tenter de relancer son pseudo-noyau. Pourtant, jusqu’à ce que les effets de l’ardoise propre s’estompent, leur lien resterait brisé.

La brume orange disparut soudain et sans sa couverture, il ne fallut à Quylla qu’un sort de niveau 1 pour détruire le cœur de Noor.

” Oubliez les cœurs et détruisez leurs armes. C’est leur vrai point faible !”

Le mage soldat échangea leurs lames avec des masses, de sorte que chaque coup délivré ou encaissé affaiblisse les armes fines qu’utilisaient les morts-vivants.

“C’est bon à savoir, frangine.” Friya apparut juste à côté de Quylla, enveloppée par l’aura bleue de la Garde complète et les éclats de lumière dorés de son sort personnel de niveau cinq, Règle dimensionnelle.

Le premier est un sort courant de chevalier mage, qui crée une aura bleue sphérique d’un rayon de 1,65 mètre autour de son lanceur.

Grâce à la garde totale, un chevalier mage n’a pas d’angle mort. Tout ce qui entrait dans la sphère était détecté, ce qui permettait à Friya de contre-attaquer et d’esquiver avec une précision chirurgicale sans même regarder.

La seconde, au contraire, fait exactement ce que son nom implique, en pliant les règles du champ de bataille à ses caprices. Utilisés conjointement, ils confèrent à Friya une conscience dimensionnelle complète et une maîtrise de l’espace qui n’est limitée que par son imagination.

Les Mages tueurs n’appréciaient pas que Quylla divulgue un secret passé inaperçu depuis des millénaires et étaient déterminés à ne laisser aucun témoin de la révélation en vie. Même les bêtes et les Éveillés ignoraient à quel point le lien entre les morts-vivants et leurs armes était profond.

Devant un cœur de chair qui bat et un morceau de métal qui pouvait être aussi durable que l’Orichalque, personne ne prenait la peine d’attaquer l’arme. Ceux qui étaient suffisamment forts ou habiles pour trouver le cœur triomphaient, tandis que tous les autres mouraient.

C’était ce que les Mages tueurs considéraient comme l’ordre naturel des choses et ils feraient tout pour qu’il en soit ainsi.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser