Supreme Magus Chapitre 03

Une pratique incessante

—–
Traducteur: TheCounterspell
—–

Dans les semaines qui suivirent, les journées de Lith étaient rythmées par une routine stricte.

Pendant la journée, quand il était tout enveloppé, il ne se concentrait que sur les techniques de respiration et sur l’apprentissage de tout ce qu’il pouvait sur sa famille et leur langage.

La nuit, il pratiquait la magie jusqu’à ce que l’épuisement l’endorme. Puis quand il se réveillait le matin, il continuait jusqu’à ce qu’Elina se lève.

Plus d’une fois, il essaya de faire une pause, mais elle ne durait que peu de temps. Vivre en tant que bébé n’était pas facile. Au contraire c’est très stressant.

Il ne pouvait pas dire les mots qu’il avait déjà compris pour ne pas effrayer sa famille. Il ne pouvait pas bouger. Il ne pouvait rien faire d’autre que regarder, dormir, manger et délivrer des petits cadeaux.

Il n’était pas habitué à être si inutile et dépendant des autres pour de si petites choses. Trop de temps libre l’amènerai au bord de la folie.

En conséquence, il s’entraînait, s’entraînait, essayant de s’adapter à sa nouvelle réalité sans trop réfléchir à l’absurdité et à l’irrationnel de sa situation.

Les pouvoirs de Lith augmentaient, tout comme son contrôle sur la magie. Après quelques semaines, il se sentait assez confiant pour essayer la magie de terre et d’eau.

Il faisait toujours très attention ; ne conjurait jamais plus que quelques gouttes d’eau ou qu’une poignée de terre. Il découvrit qu’il était possible de faire léviter les matériaux dans l’air, en changeant leur taille et leur forme, ce qui utilisait du mana.

Après ça, il changea son entraînement de nuit, se concentrant davantage sur le contrôle plus que la puissance.

Sa réserve de mana était très limitée. Il préférait donc lancer peu de sorts mais plus élaborés et sans erreurs plutôt que de jouer sur la quantité et risquer de griller sa couverture.

Peu importe à quel point la magie était commune, Lith pensait que le fait qu’un bébé la pratique serait pour le moins choquant, si ce n’est terrifiant.

Lith avait peur d’être abandonné par sa famille ou pire, tué.

Il était d’autant plus terrifié par la mort, puisqu’il avait dorénavant quelque chose à perdre. Quelles étaient ses chances de renaître au sein d’une famille aimante dans un monde doué de magie ?

Zéro, aucune, nul, impossible.

Il ne devait pas montrer ses atouts prématurément. Avant de révéler ne serait-ce qu’un soupçon de ses talents, il devait connaître les standards de ce monde.

A quel le point le talent magique est considéré comme bon ? Où se trouve la ligne qui sépare le génie du monstre ?

Son esprit était le nid de toutes ses pensées inquiétantes, et seul l’entraînement lui permettait de se vider la tête.

Après trois mois, il était devenu assez bon magicien pour essayer la magie silencieuse de feu sur la cheminée.

Le feu était déjà allumé, et alors que tout le monde était occupé à parler ou à prendre le petit déjeuné, il essaya de faire danser les flammes selon sa volonté.

Cela se solda par un échec. Son mana n’avait aucune influence sur les flammes à cause de la distance qui le séparait de l’âtre et de la puissance des flammes.

Il continua tout de même d’essayer car il pouvait ressentir le flot de magie qui s’écoulait de son corps jusqu’au foyer. Cela lui faisait un bon entraînement pour sentir le mana et l’expulser de son corps avec la plus grande portée possible.

Le seul point négatif de cet entraînement était que Lith devenait vite affamé. Heureusement, il n’était pas le premier glouton d’Elina qui n’était jamais à court de lait.

Un autre mois passa, et Elina commença à le sevrer.

Cet évènement marqua un tournant dans sa vie pour deux raisons. La première était que Lith remarqua que la nourriture n’était pas abondante dans cette maison. Malgré son vocabulaire limité, il pouvait lire l’anxiété sur le visage de ses parents à chaque fois qu’il devait être nourri.

Bien qu’il soit toujours un misanthrope cynique au cœur froid, Lith ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable à ce sujet.

Ils l’aimaient comme leur enfant, alors que lui les considérait comme des hôtes, tel un parasite. Les seules exceptions étaient Elina et Rena sa grande sœur, la seule qui, à part sa mère, prenait soin de lui.

Avec le flot d’amour, d’affection et d’attention dont il faisait constamment l’objet, ils commencèrent à faire craquer la coquille émotionnelle que Lith s’était forgé. Plus il passait de temps avec eux, plus il les considérait comme sa famille plus que de simples personnes à manipuler.

Finalement, il limita sa quantité d’entraînement pour ne pas augmenter la précieuse quantité de nourriture qu’on lui donnait.

Mais cela lui demanda de la réflexion, car manger trop peu ne ferait qu’inquiéter davantage ses parents.

La seconde raison fut des découvertes qui changèrent son monde.

Être forcé de limiter son entraînement amena Lith à pratiquer la technique de respiration qu’il avait nommé « Accumulation » pour combler son temps libre.

De cette façon, son énergie intérieur qu’il avait pour habitude d’appeler : « noyau de mana », augmenta au point de se heurter à un maximum, une sorte de goulot d’étranglement.

Apparemment, son corps n’était pas assez grand et/ou assez fort pour contenir une plus grande quantité de mana.

Lith ne l’avait jamais remarqué car son corps de bébé grandissait rapidement et qu’il n’avait eu auparavant que très peu de temps pour développer son noyau de mana.

Alors, sans qu’il s’en aperçoive, son corps et son noyau de mana s’étaient développé en même temps. Mais maintenant, la balance avait été brisé, et pratiquer l’Accumulation réduirai en cendres chaque fibre de son corps. Il fut donc forcé de s’arrêter.

Heureusement pour lui, il était toujours bien nourri et se développait vite, il ne serait donc pas retenu très longtemps par ce « goulot d’étranglement ».

Une deuxième découverte résultat de son arrêt dans la pratique de la magie et de l’Accumulation.

Alors qu’il étudiait le statut de son goulot d’étranglement, il découvrit qu’il était possible de modifier la technique de respiration en supprimant l’étape d’apnée. De cette façon, l’énergie extérieur entrait et sortait de son corps, le revigorait comme une bonne nuit de sommeil.

Lith nommât cette technique : « Revigoration »

Après de nombreux essais, il découvrit que le mana environnant pouvait lui permettre de rester éveillé quelques jours tout au plus mais pas indéfiniment.

A chaque fois qu’il utilisait Revigoration, l’effet énergisant durait moins longtemps que la précédente fois, seul le sommeil redonnait à la technique de récupération toute sa puissance.

Ceci dit, la découverte la plus importante fut faite par chance.

Après avoir ajusté sa consommation de nourriture, le plus grand ennemi de Lith était devenu la faim. Pas le léger appétit qui peut être fixé par une barre chocolatée ou la faim ressenti après une matinée bien remplie.

C’était le type de faim qui ne part jamais, toujours cachée, même après un repas. Même si Lith n’était pas affamé, c’était quelque chose qu’il n’avait jamais vécu.

Parmi tous les malheurs de sa première vie, la nourriture n’avait jamais été un problème. Il avait toujours été capable de manger à sa guise, se permettant même d’être pointilleux sur la nourriture. Mais là, il était si affamé qu’il mangeait chaque plat avec avidité jusqu’à la dernière miette, et si son corps lui avait permis, il aurait léché les plats.

Dans les bons jours, quand les portions étaient plus grandes, c’était un bruit de fond, ennuyeux mais facilement ignorable. Pendant les mauvais jours, soit parce que les rations étaient plus petites, soit parce qu’il s’était adonné à la pratique de la magie trop intensément, cela devenait une grosse épine dans sa tête.

Parfois, il avait si faim qu’il en avait des maux de tête toute la journée, se sentant souvent étourdi et incapable de se concentrer. La nourriture était alors la seule chose à laquelle il pouvait penser ou rêver.

Évidemment, il n’était pas le seul à avoir faim dans la famille. Hormis Elina, seul Orpal et Rena étaient chargé de le nourrir.

Et tandis que Rena avait un grand cœur et s’efforçait d’être comme sa mère, Orpal était de plus en plus affamé. Il rêvait des jours ou lui et sa sœur jumelle était les seuls enfants de la famille.

Maintenant, il devait non seulement se battre pour l’attention de ses parents mais également pour la nourriture et les habits.

Avant il avait une chambre pour lui tout seul, mais maintenant il devait la partager avec Trion. Et ce n’était qu’une question de temps avant que Lith ne vienne lui prendre le peu d’espace qu’il lui restait.

Orpal n’arrivait pas à comprendre pourquoi une famille si pauvre que la leur continuait à faire des enfants.

C’était l’hiver, il n’y avait pas beaucoup de travail disponible. Par conséquent, il n’y avait que très peu d’occasion de regarnir les placards et cela durerait jusqu’au printemps.

L’hiver est la pire des saisons pour les familles de fermier car il faut, en plus des enfants et des parents, nourrir les bêtes.

Orpal était malade de voir Lith engloutir toute la nourriture au point de l’appeler « Sangsue ».

Du coup, quand venait son temps de nourrir la petite vermine, il prenait quelques cuillères pour lui. Mais Lith ne se faisait pas avoir si facilement.

Dès qu’il voyait que la cuillère ne lui était pas destinée, il commençait à crier follement, ce qui attirait Elina et ruinait les plans d’Orpal.

Lith ne criait que lorsqu’il avait besoin d’être nourrit ou que l’on change ses couches. Ce qui rendait ses parents à la fois heureux et anxieux qu’il ne crie en cas de danger. Du coup, lorsqu’il criait, ils le prenait très au sérieux.

Ce jour là fut un très mauvais jour pour Lith. Il était affamé à cause de sa poussée de croissance et c’était au tour d’Orpal de le nourrir.

Ses deux parents étaient dehors. Une des vaches semblait souffrir du froid.

Orpal prit le plat plein de soupe crémeuse prévu pour le bébé et avala une cuillère.

Lith commença immédiatement à crier mais il n’y avait personne pour l’entendre.

« Pleure autant que tu le souhaite, sangsue. » Lith était maintenant capable de comprendre la plupart des mots communs mais également l’insulte d’Orpal. « Aujourd’hui c’est juste toi et moi. Pas de maman dans son armure de chevalier blanc pour te sauver. » Après avoir dit ça il ingurgita une autre cuillerée.

Lith se sentait devenir fou. Encore une fois il était impuissant. Sa prétendue magie était inutile dans ce moment où il en avait besoin ? Que pouvait-il vraiment faire sinon griller sa couverture ?

Le ventiler ? Le mouiller ? L’utilisation du feu était trop dangereuse. Un seul repas ne vaut pas une maison.
La faim de Lith le rongeait, amplifiant sa colère et la faisant atteindre des sommets qu’il ne pensait pas possible.

Espèce d’enfoiré! Il hurla intérieurement. Tu te sens bien de voler un enfant ?

Puis il vit la troisième cuillère voler vers le visage suffisant d’Orpal. Une bonne moitié de son repas était perdu pour lui.

La colère de Lith atteint un nouveau sommet, sa haine brûlait comme du feu.

Tu n’es pas mon frère ! Il criait dans sa tête. Tu n’es rien de plus qu’un fieffé voleur. Ordure !

Puis, à la place d’une résonance, il sentit quelque chose se briser en lui, comme un barrage qui ne pouvait plus retenir les eaux déchaînées.

J’ESPÈRE QUE TU VAS T’ETOUFFER AVEC CETTE CUILLÈRE, SALE ENFOIRÉ ! Lith agita son bras vers Orpal dans une lutte finale, et c’est ainsi que ça arriva.

Lith senti le mana irradier de son corps, atteignant la cuillère, déjà dans la bouche d’Orpal, et l’enfonçant, puissamment.

Orpal commença à s’étouffer, et après avoir retiré la cuillère de sa gorge, il recracha le contenu de ses intestins.

Lith était bouche bée, à tel point qu’il en oublia sa colère comme sa faim.

Il avait découvert quelque chose de merveilleux, un pouvoir que personne d’autre dans sa famille ne semblait posséder.

Lith avait découvert la magie des esprits !


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser