Reverend Insanity Chapitre 807

Ceux qui refusent d'être ordinaires

Traducteur saruke trad
——————-

‘Les Légendes de Ren Zu’, chapitre trois, section dix-huit affirme :

Ren Zu s’est engagé sur son propre chemin de vie, il a quitté la porte de la vie et de la mort, mais il s’est retrouvé dans un abîme ordinaire.

Il marchait au fond de l’abîme, avançant sans but, après un long moment, même s’il voulait sortir de l’abîme ordinaire, il ne pouvait pas trouver la sortie.

Dans son angoisse, le Gu Cognition lui donna des indications : “Humain, oh humain, tu as marché sur les traces d’autres existences, bien que cette route soit simple et sûre, si tu veux devenir extraordinaire et sortir de l’abîme ordinaire, il y a peu d’espoir si tu suis les traces d’autres personnes. Puisque tu as emprunté ton propre chemin de vie, toutes les difficultés doivent être surmontées par toi personnellement, tu dois innover et tailler tes propres empreintes.”

Après avoir reçu ce conseil, Ren Zu se rendit compte qu’il était heureux de suivre les instructions du Gu Cognition.

Il sortit des traces qui existaient déjà, et commença à marcher sur un sol qui n’était pas trop ferme.

Le sol de l’abîme ordinaire n’était pas facile à fouler.

Certains endroits étaient marécageux, il était facile de s’enliser dans la boue, et l’odeur était nauséabonde. Certains endroits étaient pleins d’épines, des pointes acérées étaient partout, Ren Zu était plein de blessures. A certains endroits du sol, il y avait aussi des Gu lames. Lorsque Ren Zu marchait sur le sol, ses semelles étaient blessées par les lames tranchantes, ses blessures s’agrandissaient au fur et à mesure que le sang coulait, lorsqu’il marchait, la douleur pouvait être ressentie comme frappant au plus profond de lui-même.

Les blessures sur ses pieds lui causaient une énorme douleur, Ren Zu décida de marcher doucement.

Mais en marchant, Ren Zu se perdait dans l’abîme ordinaire, plusieurs fois, il se retrouvait sur le même chemin, et gaspillait des efforts supplémentaires pour parcourir le même chemin.

Ren Zu découvrit peu à peu ce problème, il était perplexe.

Comment pouvait-il ne pas se perdre dans l’abîme ?

Le Gu Cognition lui dit : “Ren Zu, si tu ne veux pas te perdre, cela ne dépend que de toi. Tu avais peur de la douleur, donc tu as marché doucement, les empreintes que tu as créées étaient trop superficielles. Lorsque des vents ordinaires souffleront dans cet abîme ordinaire, de la poussière mortelle sera soufflée, et lorsque la poussière se déposera, tes empreintes seront recouvertes. Si tu ne veux pas te perdre, tu dois laisser des empreintes profondes, tu comprends ce que je veux dire ?”

Ren Zu hocha la tête, il avait compris.

Ainsi, il commença à marcher en utilisant des pas lourds, à chaque fois, il marchait fort sur le sol, créant une empreinte profonde.

De cette façon, chaque pas qu’il faisait avait une marque profonde et claire laissée par lui. Tant que Ren Zu verrait ces marques, il saurait que ces chemins ont déjà été explorés, et qu’il n’y a pas de sortie de l’abîme ordinaire à cet endroit.

Mais les bonnes choses ne duraient pas, au bout d’un moment, même les empreintes les plus profondes seraient recouvertes par la poussière.

Ren Zu était extrêmement troublé, il demanda au Gu Cognition.

Ce dernier lui donna une autre suggestion : “Oh humain, même si tu as laissé des empreintes profondes, tu as délibérément évité ces épines et ces lames. Chaque fois que tu les vois, tu fais un détour. Tu ne peux pas demander à être extraordinaire tout en menant une vie confortable. ”

Ren Zu comprit l’allusion et serra les dents, il fit exprès de marcher sur les chemins remplis d’épines et de lames.

Chaque fois qu’il faisait un pas, il laissait une empreinte profonde derrière lui, aussi douloureuse soit-elle, aussi profonde soit la cicatrice.

Sa sueur et son sang s’infiltraient dans le sol ordinaire lorsqu’il y posait le pied.

Lorsqu’il levait son pied et avançait, il y avait une petite tige d’herbe sur son empreinte.

Le nom de cette herbe était “accomplissement”.

Dans chacune de ses empreintes, il y avait une petite tige d’herbe.

Les tiges d’herbe ne tombaient pas lorsque le vent soufflait, elles ne pouvaient pas être enterrées sous la poussière, elles poussaient obstinément et pouvaient être conservées bien plus longtemps que les empreintes de pas.

“Ainsi, je n’aurais plus à craindre de me perdre.” Ren Zu était fou de joie, il serra les dents et endura la douleur, il marcha avec ténacité sur une route remplie d’épines et de lames, il n’avait pas peur de saigner ou de transpirer.

Il a marché de plus en plus loin, il ne s’est plus perdu, il n’a plus tourné en rond, il s’est enfoncé dans des territoires inexplorés.

Il utilisait son sang et sa sueur pour nourrir les herbes sous lui, elles commençaient à pousser avec plus de vitalité et devenaient plus grandes.

Peu à peu, ce n’était plus de l’herbe qui poussait sous ses pas, mais des arbres.

Avec le temps, les petits arbres devinrent plus grands, les feuilles étaient luxuriantes et vertes, et ils portaient même des fruits.

Ren Zu était fatigué de marcher, il s’appuya sur un arbre pour se reposer, il mangea les fruits sucrés et juteux pour récupérer son endurance.

Au fil du temps, il avait presque parcouru tous les coins de l’abîme ordinaire, il avait créé une immense forêt qui s’étendait partout où il avait voyagé.

Ren Zu regarda la forêt derrière lui et ressentit de la joie et du bonheur, mais même si la forêt couvrait la totalité de l’abîme ordinaire, il ne trouva pas le moyen d’en sortir.

Il se sentait anxieux et déçu.

Il cueillit un fruit et le mit dans sa bouche, le fruit n’avait plus le goût sucré, au contraire, il était amer et difficile à avaler.

Ren Zu se sentit bizarre, il essaya de trouver la raison et se rendit compte : Sans le savoir, un deuxième cœur s’était développé dans son corps.

Ce cœur s’appelait le mécontentement.

Avec lui, tout ce qu’il mangeait n’avait pas un goût sucré.

Ren Zu mangea le fruit amer en regardant la forêt sans limites, il ne ressentait plus de joie ou de bonheur.

C’est alors que son cœur originel, le cœur de solitude, prit la parole par la voix du Gu Soi : ” Oh humain, j’ai pensé à un moyen de quitter l’abîme. Tu peux planter un grand arbre d’accomplissement, tant que cet arbre est plus grand que l’abîme ordinaire, tu pourras quitter cet endroit en grimpant sur cet arbre. ”

Ren Zu y réfléchit et ses yeux brillèrent : ” C’est vrai, c’est une bonne idée. ”

Mais il fut à nouveau troublé : ” Mais comment puis-je planter un arbre si grand, plus haut que l’abîme ordinaire ? ”

Le Gu Soi répondit : “Tu as utilisé le sang de tes pieds pour planter cette forêt, ce sont tous des arbres ordinaires. Si tu utilises le sang de ton cœur, tu devrais être capable de planter un arbre de grande envergure. De nombreuses lames sont enfouies sous le sol de l’abîme ordinaire, pourquoi ne pas utiliser ces lames pour poignarder ton cœur, ainsi le sang du cœur qui en sort pourra être utilisé pour arroser les arbres.”

Ren Zu essaya la méthode indiquée par le Gu Soi.

La lame s’enfonça dans son cœur, provoquant une immense douleur.

Cette douleur était des centaines et des milliers de fois supérieure à celle de son corps.

Finalement, les arbres qui avaient été arrosés devinrent grands et larges, ils étaient bien plus grands que les arbres originaux.

Ren Zu ressentit de la douleur mais aussi de la joie, il continua à planter des lames dans son cœur, faisant couler plus de sang cardiaque.

Plus il plantait de lames, plus le sang du cœur s’écoulait, et plus les arbres qu’il plantait étaient grands.

Mais même l’arbre le plus grand n’atteignait que la moitié de la hauteur de l’abîme ordinaire.

Ren Zu continua à persévérer, accompagné par le Gu Espoir.

Lorsque la couronne de l’arbre qu’il avait planté atteignit la même hauteur que l’abîme ordinaire, le tronc de l’arbre s’ouvrit, et une fille en sortit.

“Père, père !” La fille se jeta dans les bras de Ren Zu, elle était très adorable.

C’était le quatrième enfant de Ren Zu, appelé Samsara la Forêt Sans Limite.

Ren Zu était également ravi, il jouait avec sa fille. Lorsque Samsara la Forêt Sans Limite avait faim, il lui donnait des fruits à manger.

“Si doux, si doux.” Samsara la Forêt Sans Limite aimait manger des fruits, elle devint saine et bien nourrie.

Elle jouait dans la forêt tous les jours, éprouvant une joie immense.

Ren Zu voulait toujours sortir de l’abîme ordinaire, Samsara la Forêt Sans Limite le pressa plusieurs fois : “Père, pourquoi dois-tu t’épuiser ? N’est-ce pas formidable de rester ici, il y a des arbres pour nous abriter, des fruits pour nous nourrir, nous pouvons jouer ici pour toujours, la vie sera paisible jusqu’à ce que nous mourions de vieillesse. ”

Ren Zu secoua la tête, son attitude était ferme, il planta un arbre encore plus grand et les branches des arbres quittèrent complètement l’abîme ordinaire.

Samsara la Forêt Sans Limite pleura, elle s’accrocha aux mains de Ren Zu en le suppliant : “Père, ne m’abandonne pas. Je ne sais pas grimper aux arbres, si tu pars, je resterai seule ici, je ne sais pas comment planter des arbres, il y a peu de fruits, un jour, je mourrai de faim.”

Ren Zu dit : “Pourquoi t’abandonnerais-je ? Tu es ma fille, je vais te porter et quitter cet endroit.”

Ainsi, le père et la fille grimpèrent à l’arbre.

Plus ils montaient, plus Ren Zu se sentait épuisé. Samsara la Forêt Sans Limite était un lourd fardeau, même sans elle, grimper à l’arbre seul était très dangereux, sans parler de porter une personne qui ne pouvait pas du tout grimper à l’arbre.

Le plus gros problème était que l’arbre commençait à vaciller et à faire des bruits de craquement.

Le Gu Cognition informa Ren Zu : ” Oh non, Ren Zu, tu portes ta fille, il est impossible de sortir de l’abîme ordinaire. C’est ton arbre d’accomplissement, il ne peut pas aider les autres à devenir extraordinaires, même ta fille ne fait pas exception.”

Ren Zu secoua la tête : “Je ne veux pas abandonner.”

Le Gu Espoir l’exhorta également : “Pose-la, sinon tu ne pourras pas quitter cet endroit. Même si tu as des cœurs de solitude et de mécontentement, après avoir planté tant d’arbres, le sang de ton cœur est déjà sec. C’est ton dernier espoir ! Regarde, l’arbre est sur le point de s’effondrer !”

Ren Zu fit un geste de la main : “Je veux encore essayer.”

Le Gu Soi vit que Ren Zu était têtu d’après ses actions, et voyant que les autres vers Gu ne parvenaient pas à le convaincre, il s’envola.

” Ah, ça me tue ! ” le Gu Soi ne discuta pas avec Ren Zu, il mordit la main de Samsara la Forêt Sans Limite.

Samsara la Forêt Sans Limite cria de douleur, elle était furieuse, elle voulait tuer le Gu Soi.

Mais de cette façon, elle lâcha ses mains, avec l’arbre qui tremblait, elle tomba du dos de Ren Zu, s’écrasant et dégringolant, après avoir brisé sa chute de plusieurs branches, elle atterrit sur le sol, elle était en grande douleur et se mit à pleurer.

“Ma fille !” Ren Zu cria, voulant descendre.

“C’est trop tard, l’arbre va tomber !” Le Gu Soi poussa Ren Zu, il fit un grand pas en avant inconsciemment, il quitta l’abîme ordinaire !

L’arbre tomba.

Ren Zu était au bord de la falaise, il avait perdu le chemin du retour, il cria d’impuissance : “Ma fille, je reviendrai pour te sauver.”

Samsara la Forêt Sans Limite pleurait, elle disait avec beaucoup de tristesse et d’impuissance : “Père, comment as-tu pu être si cruel en m’abandonnant pour vivre seule ici, j’ai si peur !”

Ren Zu entendit ses cris et se sentit extrêmement angoissé, il vérifia autour de l’abîme ordinaire, mais ne trouva pas de moyen d’y entrer.

“Ça ne sert à rien.” le Gu Soi dit : ” Ton arbre de la réussite, même s’il est tombé, est la preuve de ta grandeur. Une grande personne est extraordinaire, comment une personne qui n’est pas ordinaire peut-elle entrer dans un abîme ordinaire ?”

Terre bénie de l’Immortelle Hu, palais de Dang Hun.

Fang Yuan referma ‘Les Légendes de Ren Zu’ entre ses mains, il soupira en affichant une expression complexe.

L’eau s’écoule vers le bas, tandis que les humains se déplacent vers les hauteurs. Ils étaient mécontents d’être ordinaires, c’était un trait de caractère humain normal. Dong Fang Chang Fan était comme ça, Fang Yuan aussi.

“Sur ce plan, toi et moi sommes le même type de personnes.” dit clairement Fang Yuan.

Devant lui, l’âme de Dong Fang Chang Fan était retenue, il souriait froidement en essayant de parler – mais comme il avait perdu son corps, il ne pouvait émettre aucun son. Cependant, la résonance causée par son âme fut captée par Fang Yuan.

Il entendit l’Immortel Gu de la voie de la sagesse numéro un des Plaines du Nord dire : ” Si tu veux fouiller mon âme, vas-y ! Mais pour recevoir mon héritage, héhé, c’est plus difficile que tu ne le penses.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser