Rebirth Of The Apocalypse Queen: On Your Knees, Young Emperor! Chapitre 129

Déception

***

Auteur : The Glass Pearl

Traductrice : Moonkissed

***

Il y avait beaucoup de monde dans la maison et la pièce, à l’origine propre et ordonnée, était en désordre. Lorsqu’ils arrivèrent, quelques personnes fouillaient dans leurs sacs, où Qin Yi avait l’habitude de ranger quelques aliments, qui étaient actuellement dans leurs bouches.

Le visage de Qin Yi devint immédiatement froid. Elle était obsédée par la propreté et détestait que d’autres personnes touchent à ses affaires. Son apparence douce à l’origine était devenue plus maléfique.

Wang Wenwen était stupéfaite, son cœur rempli de joie lorsqu’elle les vit. Cependant, après avoir vu leurs actions, ses sourcils gracieux se froncèrent : « Tante Yang, que faites-vous toutes ? Cette maison appartient à d’autres personnes. »

En effet, les personnes présentes dans la maison étaient des villageois de Wang Wenwen. Elle était ravie de voir qu’ils étaient sains et saufs, mais elle avait dû s’exprimer lorsqu’elle avait vu leurs actions. Dans son souvenir, la maison appartenait à Qin Yi et à son groupe. Comment pouvaient-ils toucher aux biens d’autrui sans leur permission ?

Wang Qin fut ravie d’entendre la voix de sa fille et s’avança immédiatement pour l’accueillir. Lin Bai lui avait dit qu’elle n’était pas en mesure d’aider avec le boss Fan, alors elle était revenue discrètement.

Elle était reconnaissante que sa fille soit revenue saine et sauve, et que le Ciel ne l’ait pas trop maltraitée. Wang Qin était émue en voyant Wang Wenwen, mais avant qu’elle ne puisse parler, la dame appelée Tante Yang répliqua la première.

« Hé, pourquoi ne pouvons-nous pas entrer ? Nous sommes des villageois et toutes les maisons sont partagées entre nous. Il n’y a pas de problème pour entrer ici. »

Tante Yang vit les vêtements de Wang Wenwen et son regard devint aussi acéré qu’une épine, « Nous ne sommes pas des ingrates pour prendre le parti des malfaiteurs. Qui sait si de telles personnes feront des cauchemars la nuit ? »

En entendant ces mots, Wang Wenwen devint folle et son visage entier devint rouge. Son sourire clair devint encore plus émouvant lorsqu’elle dit : « Tante Yang, de qui parles-tu ? S’il te plaît, parle directement et ne tourne pas autour du pot. »

Elle jeta un regard dédaigneux au groupe de villageois derrière Tante Yang jusqu’à ce qu’ils baissent la tête. Son cœur battait de déception à cet instant, « N’oubliez pas que sans ma mère, qui volait souvent de la nourriture pour vous tous, vous seriez morts de faim. Comment pouvez-vous dire cela à ma mère ? Lorsque ces gens sont arrivés, vous n’avez pas tous poussé ma mère à aller les voir. Quoi, maintenant vous nous blâmez ? »

Wang Wenwen était vraiment déçue, les villageois avaient exigé qu’une dame soit une taupe et avaient poussé sa mère dehors, mais ils lui avaient tourné le dos quand cela les arrangeait. Wang Wenwen sentit soudain qu’elle était aveugle pour être réellement heureuse en les voyant.

Il y avait encore des gens qui avaient une conscience et qui baissaient la tête de honte après avoir entendu les paroles de Wang Wenwen. En effet, ils n’étaient pas consciencieux à l’époque, mais qui ne voudrait pas penser par lui-même ? Ils pensaient qu’il s’agissait d’un acte d’auto-préservation.

Tante Yang ne se sentait pas du tout honteuse, mais pensait au contraire que c’était la bonne chose à faire. Elle fixa Wang Wenwen droit dans les yeux et répondit froidement : « C’est vraiment triste que nos familles n’aient pas eu une jolie fille comme une charmeuse de renard, qui a su charmer les autres pour qu’ils lui donnent toutes les bonnes choses. Mais heureusement pour moi, je n’ai pas de jolie fille. Si ma fille était touchée par de telles personnes, je préférerais me frapper la tête et mourir. »

Le visage de Wang Wenwen devint blanc et elle s’agrippa fermement à ses menottes. Les mots de Tante Yang lui rappelèrent l’épreuve qu’elle venait de traverser. Bien qu’elle soit encore pure, combien de personnes la croiraient ?

En voyant le visage de Wang Wenwen, le cœur de Wang Qin se refroidit. Auparavant, elle ne se souciait que du retour sain et sauf de sa fille et se sentait heureuse. Après l’avoir soigneusement examinée, elle découvrit la marque de morsure sur son cou et ses vêtements. Était-il trop tard ?


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser