Lord of Mysteries 2 Chapitre 476

Géant de la calamité

Traducteur : Ych
———–

Le comte Poufer fonça dans la tempête, affrontant des vents violents, des pluies torrentielles et des éclairs. Pendant ce temps, la Pixie au béret bleu distinctif – la surveillante de l’auberge, positionnée près du linceul de ténèbres qui entoure la Salle de Bal Brise – profite du moment et se glisse par l’énigmatique porte couleur de fer.

Pleinement consciente du péril qui l’attend à l’intérieur, elle se sent poussée par la volonté d’une divinité. Même la perspective de la mort ne l’effraie pas. Elle ne pouvait que gagner les faveurs de la divinité et retourner dans le royaume éternel de la fantaisie.

Malheureusement, à son arrivée, elle se retrouva suspendue au milieu de la tempête déchaînée, au milieu de la fumée et des flammes.

La silhouette colossale se reflétait clairement dans ses yeux.

Elle ressemblait à un horrible géant carbonisé, dont l’extérieur charnu était désormais absent. Le squelette de métal carbonisé, englouti dans des flammes violettes flamboyantes, formait ce qui semblait être un corps intact, mais des fissures criblaient sa structure. Émanant continuellement des symboles illusoires – la foudre, la grêle, le brouillard – les majestueuses flammes pourpres et le squelette de métal noir comme le fer renfermaient des connaissances insondables, représentant d’innombrables phénomènes réels.

Goutte à goutte, goutte à goutte. Du pus couleur sang, semblable à du magma, suintait des fissures, se transformant en flammes pourpres noires et en divers phénomènes météorologiques en plein vol.

Témoin de cette situation, la Pixie au béret bleu s’enflamma de l’intérieur.

Une peur instinctive brilla dans ses yeux tandis qu’elle tendait désespérément la main dans le vide, entrant dans un état intangible.

Pourtant, sa forme physique ne changea pas pour autant.

Dans un souffle rapide, chaque cellule de l’être de la Pixie s’enflamma, y compris les ailes translucides de libellule qu’elle portait dans le dos.

Après avoir subi d’atroces contorsions, elle se métamorphosa en une Pixie faite de flammes cramoisies. Des yeux sans vie fixaient son regard désormais vide.

À l’intérieur des ailes de libellule enflammées, la Pixie métamorphosée dansait autour de la silhouette du géant, comme si elle l’escortait.

Rumble !

Le comte Poufer fut frappé par des éclairs et des flammes violettes jaillirent à proximité.

Trempé par la pluie incessante, endurant des grêlons qui le frappaient jusqu’au sang, il persévéra à travers l’épaisse fumée.

Peut-être parce que le sang de la famille Sauron coule en lui, il n’a pas été affecté par le chaos ambiant.

Lorsque la fumée s’est dissipée et que la tempête s’est calmée, Poufer a regardé avec impatience le géant imposant, haut de plusieurs dizaines de mètres.

À l’intérieur du crâne noir comme le fer et au milieu des flammes violettes, un visage de douleur déformé clignotait par intermittence.

Ce visage ressemblait un peu à celui de Poufer, sauf que ses yeux, usés par le temps et d’un noir de sang, étaient d’une immobilité et d’une vacuité mortelles.

En apercevant le géant, le comte Poufer s’enflamma à son tour.

Une douleur atroce l’étreint, mais son regard reste fixé sur le visage du géant.

Au milieu des flammes violettes qui l’encerclaient, des visages remplis de venin, de haine et de folie, comme s’ils maudissaient tous les êtres vivants, se succédaient. Des hommes et des femmes, ressemblant à la fois au géant et au comte Poufer, émergeaient à la surface de cœurs flétris flottant dans les flammes.

Poufer entrevit les ancêtres de la famille sur les peintures à l’huile. Malgré la difficulté, sa bouche se retroussa, son visage se contorsionna sous l’effet des flammes.

Dans la tourmente, il se transforma lui aussi en pixie enflammé. Cependant, au lieu d’encercler le géant déchaîné, il fut attiré par la lignée de sa famille dans les périlleuses flammes violettes sur la tête noire comme le fer, dans le visage de Vermonda qui clignotait à l’intérieur et à l’extérieur.

En un instant, les deux ont fusionné.

La bouche de Vermonda tressaillit, un soupçon de vivacité dans ses yeux.

Il ouvrit la bouche et laissa échapper un cri rempli de désir destructeur et de folie.

Avec ce cri, le sol, brûlé par les flammes violettes, trembla considérablement, et des marionnettes de terre en sortirent.

Ces marionnettes, hautes de trois à quatre mètres, carbonisées avec une teinte de fer, étaient tachetées de sang rouge foncé.

Se transformant au fur et à mesure qu’elles se tortillaient, les marionnettes de terre devinrent des soldats, gardant la zone avec un semblant de vie.

Presque simultanément, un météore enflammé descendit des cieux.

Traversant le ciel, il plongea vers la lisière du brouillard.

Bang !

Au milieu du fracas de la météorite et des tremblements qui s’ensuivirent, une silhouette émergea, debout.

C’était Snarner Einhorn, vêtu d’une armure noire comme le fer et tachée de sang.

L’ange de 1,8 mètre de haut, aux longs cheveux rouge foncé et aux boucles d’oreilles flamboyantes, n’a pas hésité. Son corps se dilata, dévoilant une forme de créature mythique rappelant l’état actuel de Vermonda Sauron.

C’était un géant, une représentation de la calamité, façonnée à partir de flammes et de divers éléments symboliques.

Sous le brasier silencieux de flammes invisibles dans le ciel, à travers la nature sauvage, Pualis de Roquefort, drapée dans une élégante robe noire et un chapeau voilé, fixait son regard sur la majestueuse cité non loin de là.

Elle n’a pas fait entrer son mari, son majordome et ses enfants dans l’auberge. Au lieu de cela, elle s’est arrangée pour qu’ils quittent temporairement Trèves et résident dans une ville de banlieue au-delà de l’enceinte de la ville.

Après une brève inspection, Madame Pualis porte son attention sur l’homme qui se trouve à 20 ou 30 mètres d’elle.

Bien qu’il ait l’air d’avoir la cinquantaine, ses cheveux blonds denses ne présentent que de légères traces de gris et ses yeux bleus lacustres sont clairs.

Entourant soigneusement sa bouche, la barbe encadrait les traits inhabituellement profonds de son visage. Il était évident qu’il avait été un bel homme dans sa jeunesse.

C’était l’habitant du cercle des pécheurs, Voisin Sanson !

Le père de Roche Louis Sanson.

Madame Pualis reporta son regard sur la ville qui semblait sans limites, sentant un appel inexplicable venant de quelque part. Elle se contractait et se dilatait progressivement, comme l’étreinte d’une mère oubliée depuis longtemps.

Elle fit un pas en avant.

Franca n’avait pas prévu de rencontrer Gardner Martin dès sa sortie du monde miroir.

En tant qu’agent secret du club de tarot et de la secte des démones, elle a instinctivement ressenti un sentiment de culpabilité. L’envie de le saluer avec un “quelle coïncidence” est apparue inconsciemment. Cependant, elle n’était plus la débutante naïve de sa première transmigration. Son expérience du monde et du combat la classait parmi l’élite de la société de recherche sur les babouins à poils bouclés. Réagissant rapidement, elle cria à Anthony Reid : ” Esquive ! ” et, devenant invisible, s’élança sur le côté.

Presque simultanément, des douzaines, voire des centaines, de boules de feu d’un blanc flamboyant se matérialisèrent autour de Gardner Martin. Ses yeux étaient profonds, son corps revêtu d’une armure argentée, alors que les boules de feu hurlaient et éclataient à l’endroit où se trouvaient Franca et Anthony Reid.

Anthony, dont le regard était fixé sur la silhouette du général Philip vêtu de noir, a entendu l’avertissement de Franca, “esquive”, résonner dans ses oreilles.

Expérimenté, mais ne sachant pas trop à quoi s’attendre, il suit le conseil de sa coéquipière. Ajustant son corps en plein vol, il a donné un coup des deux pieds, se précipitant vers le général Philip sans choisir son camp.

Au milieu du chaos explosif, le général Philip fut étonné de voir un homme d’âge moyen légèrement gras, vêtu d’une tenue de camouflage vert militaire, lui jeter un regard haineux et se lancer vers lui.

A-t-il une dent contre moi ? se demanda Philippe, ses yeux s’assombrissant à mesure que la concentration lui échappait.

Il “voit” une myriade de destins entremêlés et discerne les origines approximatives des fils.

Alors, tu es un survivant de la compagnie sacrifiée… Tu as eu la chance de t’échapper à l’époque, et maintenant tu oses revenir pour te venger ? Le général Philip ricana avec dédain.

En tant que Faucheur de la séquence 5 du sentier des chasseurs, il a pris la décision de placer sa foi en la grande déesse du destin et de recevoir la bénédiction correspondante. Ce choix découlait de sa reconnaissance directe des limites et des problèmes de sa voie d’origine dans le domaine du mysticisme, ainsi que de l’apocalypse imminente qu’il ne pouvait pas éviter.

Son objectif était clair : s’élever rapidement au rang de demi-dieu et s’assurer la protection d’une puissante existence pour supporter l’apocalypse imminente. Les canaux ordinaires ne pouvaient tout simplement pas lui fournir ce dont il avait besoin.

Malgré les faiblesses et les contraintes initiales de la voie de la déesse du destin, il l’accepta sans hésiter.

Il convient de noter que la bénédiction correspondant à la séquence 9, Sans rêve, lui a simplement accordé un état sans rêve et la capacité de ressentir le flux du destin. Par conséquent, il a renoncé à la possibilité d’obtenir des révélations sur sa spiritualité par le biais des rêves.

Les Musiciens de la Séquence 8 représentaient une légère amélioration. Dans certains mondes, les musiciens s’aveuglent souvent pour mieux se concentrer sur la voix du destin avant de la jouer comme une symphonie. Cependant, cette méthode exigeait une longue préparation et suffisamment de temps pour orchestrer la mélodie afin d’influencer le destin d’une cible.

Quant aux Prieurs du destin de la séquence 7, ils partageaient des similitudes essentielles avec les Voyants. Cependant, contrairement aux voyants, ils n’avaient pas besoin d’un médium pour percevoir ou entendre directement les révélations du destin.

À partir de la séquence 6, les personnes ayant reçu la bénédiction de la déesse du destin ont finalement acquis des capacités relativement puissantes. Ceux qui entrevoyaient le destin pouvaient le transmettre et avoir un impact direct sur une cible, mais chaque utilisation s’accompagnait d’un inconvénient important : un silence qu’ils s’imposaient pendant une période prolongée.

Cette séquence est connue sous le nom de Muet.

Ce n’est qu’après avoir simulé sa mort et s’être libéré de son destin initial que le défunt de la Séquence 5 ne subissait plus les restrictions précédentes. Ils pouvaient désormais fonctionner relativement normalement.

En tant que double Séquence 5, le général Philip a démêlé les fils du destin, discernant l’origine de l’animosité d’Anthony Reid. Il gloussa, libérant une voix qui semblait confinée depuis une éternité.

“Le destin ne peut être évité. Tu finiras par devenir mon sacrifice.”

Au milieu de ces mots et du tumulte explosif, l’esprit d’Anthony Reid repassa la scène déchirante de l’attaque du camp, ce qui le fit éclater en tremblements.

Il atterrit sur le sol et s’agrippe la tête, effrayé.

Non loin de là, cachés derrière un pilier de pierre gris-blanc à moitié effondré, Lumian et Jenna entendirent tous deux le cri pressant de Franca qui demandait d'”esquiver”.

Franca est entrée elle aussi ? Comment a-t-elle fait ? se demande Lumian, un sentiment d’inquiétude l’envahissant.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

Someone
26 jours il y a

Nouvelle voie… Intéressant

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser