Lord of Mysteries 2 Chapitre 466

Rencontre

Traducteur : Ych
———–

Franca se fondit dans l’ombre et s’y déplaça silencieusement, les yeux fixés sur le couloir éclairé d’une lumière cramoisie.

Elle commençait même à soupçonner que Ciel n’avait pas réussi à la trouver et qu’il avait demandé l’aide de madame la magicienne pour téléporter Gardner Martin au loin. Sinon, comment aurait-il pu disparaître sans qu’elle s’en aperçoive ?

Le troisième étage de la villa gris-blanc restait immobile. Franca écouta attentivement, ayant l’impression d’être la seule à rester dans le bâtiment. Le majordome, le valet, la femme de chambre, le jardinier et le chef cuisinier semblaient s’être volatilisés.

Elle s’approcha prudemment de la chambre du valet, tendit sa paume droite et tourna silencieusement la poignée.

Grâce à sa Vision Noire, Franca aperçut deux personnes allongées sur le lit, enlacées l’une dans l’autre et recouvertes d’une fine couverture.

Presque simultanément, les pupilles de Franca se dilatèrent.

Les deux personnes étaient sans tête, le cou blotti l’un contre l’autre, leurs blessures tachées de sang.

D’abord décontenancée, Franca se souvint de la description que Ciel avait faite du superviseur Olson de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang. Elle soupçonna que le valet de Gardner et son amante avaient vécu une situation similaire. Leurs têtes avaient apparemment “pris vie” et quitté leurs corps.

Sans plus d’examen, elle ferma discrètement la porte et se fondit dans les ombres denses de l’escalier.

Franca voulait voir si quelqu’un d’autre dans l’immeuble avait subi un sort similaire.

En descendant dans le hall du premier étage, ses yeux se sont figés.

Les armures et les armes qui s’y trouvaient ont disparu !

Quel changement radical… P*tain, comment j’ai fait pour ne pas le remarquer ? Franca, qui avait confiance en ses capacités, son expérience et ses réactions, ne put s’empêcher de vaciller.

L’instant d’après, la porte des toilettes du premier étage s’ouvrit et une femme de chambre vêtue d’une vieille chemise de nuit en sortit.

La servante secoua le liquide qu’elle avait dans la main et reprit lentement le chemin des quartiers des domestiques, la tête vide et le cou taché de rouge.

Cachée dans l’ombre, Franca jeta un regard par la fenêtre. Les deux gardes qui patrouillaient avaient également perdu la tête, et l’ombre qui se reflétait dans la vitre ressemblait à une bouteille de bière grossie.

Franca, ayant à peu près confirmé la situation au 11 rue des Fontaines, n’hésita pas et se faufila rapidement hors de la villa.

Elle prévoyait de faire immédiatement un rapport à Madame Jugement et d’utiliser la figurine de la démone primordiale pour informer Browns Sauron et la démone du noir Clarice de l’anomalie qui régnait ici.

Ce dernier point nécessitait un rituel. Franca craignait que le tenter dans ce bâtiment anormal ne déclenche des changements inutiles et n’apporte un danger imprévisible, aussi décida-t-elle de s’échapper de l’environnement anormal avant de prendre les mesures correspondantes.

Dans l’obscurité de la nuit, la démone du plaisir se tapit dans les ombres d’une maison vide. Elle sortit du bâtiment par le côté et fit le tour de la pelouse devant elle.

Sous Trèves, Blazing Danitz ouvrit avec force la porte de pierre.

Derrière eux, ils découvrirent une petite mine, avec trois lampes à huile classiques encastrées dans le mur de pierre – une haute et deux basses.

Au centre de la mine, un escalier descendait dans l’obscurité. Le bas de l’escalier était caché dans l’ombre et semblait ne pas avoir de fin.

Danitz rétracta son poing et tourna son corps, faisant signe à la vingtaine de marins qui le suivaient d’entrer dans la mine et de coopérer.

Parmi eux se trouvaient des Chasseurs chargés d’observer l’environnement et de détecter les pièges cachés et les traces subtiles. Les Voyants utilisaient des tirages à pile ou face ou des pendentifs en cristal pour déterminer la direction et le danger de la poursuite. Un marin de la séquence intermédiaire était prêt à aider ses coéquipiers et à faire face à toute mésaventure….

Grâce à cette coordination, l’équipe de Danitz se fraya rapidement un chemin à travers les escaliers et le tunnel, et leur vision s’éclaira soudain.

Ils se sont retrouvés dans une grotte de carrière creusée, parsemée de nattes de paille, de chiffons, de pots de poterie et d’autres objets.

Danitz balaya la zone du regard et gloussa.

“On en a fait une cache d’armes… Il n’y a pas si longtemps, des dizaines de rebelles vivaient ici”.

Son regard se porta sur l’extrémité de la grotte de la carrière, où un large tunnel menait à une destination inconnue.

Un marin qui se tenait à côté de Danitz fit claquer sa langue et remarqua : “Il doit y avoir beaucoup de caches militaires similaires dans les environs. Les principales forces rebelles dirigées par les Carbonari sont-elles toutes ici ?”

“Je ne suis pas aveugle. Je peux voir !” Blazing Danitz poussa un juron. “La question est maintenant de savoir où ils sont allés. Le chaos est-il sur le point de commencer ?”

Dans le quartier du marché, à l’Auberge du Coq Doré, chambre 305,

Anthony Reid a été réveillé par le tremblement de terre précédent.

Depuis son évasion cette nuit-là, il était devenu sensible à divers mouvements, sans pour autant être aussi craintif que lorsqu’il entendait des coups de feu.

Compte tenu des signaux dangereux fournis par les renseignements dont ils avaient discuté plus tôt, il ne pouvait pas s’endormir rapidement.

Anthony Reid est sorti du lit et s’est versé un verre de bière légère pour apaiser son anxiété.

Après avoir utilisé le Placate sur lui-même, il avait l’intention de se forcer à dormir un peu plus longtemps.

À ce moment-là, il entendit des coups de poing à l’entrée du motel.

Qui rentre si tard dans la nuit ? C’est un peu urgent… Anthony Reid a écouté attentivement, sentant que quelque chose se préparait en secret.

Très vite, des pas s’approchent de sa porte,

Anthony Reid l’ouvre immédiatement pour jeter un coup d’œil dans le couloir faiblement éclairé.

Il aperçoit un homme impatient vêtu d’un uniforme d’ouvrier gris-bleu et d’une casquette.

Il s’agissait d’un informateur qu’il avait développé sur les docks.

“Que s’est-il passé ?” Anthony Reid demande d’une voix calme et douce.

Ayant été apaisée, l’anxiété de l’informateur se dissipa, et il jeta prudemment un coup d’œil autour de lui avant de baisser la voix.

“Il y aura une énorme grève sur les docks demain. La rumeur dit que des armes seront distribuées.”

“Des armes distribuées…” L’esprit d’Anthony Reid s’est instantanément rempli d’images de barricades, de bombes incendiaires, de grenades fumigènes, de fusils et de chariots à deux roues symbolisant le chaos de Trèves.

À Trèves, en raison de la forte résistance des citoyens et de leur habileté dans les manifestations et les batailles, de tels événements n’étaient pas trop inhabituels, ils se produisaient tous les deux ou trois ans, parfois même deux ou trois fois par an. La seule différence résidait dans leur ampleur. Cependant, compte tenu de la situation critique qui précède une catastrophe terrifiante, une grève massive distribuant soudainement des armes conduisit Anthony Reid à envisager la possibilité qu’elle ait été préméditée et qu’elle fasse partie de la catastrophe imminente.

Le courtier en informations produit un Louis d’or et donne les instructions suivantes à l’informateur : “Ton info est très importante. Trouve une excuse pour ne pas aller sur les quais demain et cache-toi chez toi.”

Instinctivement, l’informateur croqua dans le Louis d’or rutilant, fit ses adieux joyeux à Anthony Reid et quitta l’Auberge du Coq Doré.

Anthony ne perdit pas de temps et descendit rapidement au deuxième étage, arrivant à la chambre de Lumian.

Il frappa légèrement à la porte en bois de la chambre 207, mais alors que le son se répercutait, il n’y eut aucun mouvement à l’intérieur. C’était si silencieux, comme si personne n’avait vécu là depuis longtemps.

Anthony Reid s’arrêta et fronça les sourcils.

Dans le monde de la peinture, le soleil se couchant jetait son éclairage sur la rue Anarchie, gardant le ciel lumineux.

Lumian et Jenna se dépêchèrent de passer devant les lampadaires à gaz cassés et de sprinter en direction de l’avenue du Marché.

Ils ne savaient pas quand la chambre 7, où réside la famille de Voisin Sanson, découvrirait leur destination de téléportation. Leur objectif était d’atteindre le trou noir représentant la Salle de Bal Brise avant que l’autre partie ne puisse se verrouiller à nouveau sur eux.

De cette façon, même si leurs autres plans échouaient ou ne pouvaient être réalisés à temps, il leur restait une dernière option : entrer dans le trou noir et tenter leur chance pour voir où ils apparaîtraient.

Thud ! Thud ! Thud ! Lumian conduit Jenna vers l’avant et l’avenue du Marché devient visible. Il saisit l’épaule de Jenna et cracha des flammes cramoisies de son corps, les enveloppant tous les deux dans une énorme boule de feu.

La boule de feu fila vers l’avant à une vitesse incroyable.

Lumian entraîna Jenna avec force sur une distance de sept à huit mètres vers l’intersection de la rue Anarchie et de l’avenue du Marché.

Pendant ce processus, Jenna, contrairement à Lumian, n’était pas immunisée contre les flammes. Ses cheveux et sa peau ont brûlé, mais elle ne s’est pas violemment débattue. Au lieu de cela, elle a rétréci son corps et créé du givre pour résister aux flammes cramoisies, atténuant ainsi la douleur.

En un clin d’œil, ils atteignirent le bord de l’avenue du Marché.

De là, ils avaient une vue dégagée sur la Salle de Bal Brise au loin et sur l’obscurité totale.

Cela permit à Lumian d’identifier sa destination sans avoir besoin de coordonnées.

Ce qu’il a vu, c’est l’endroit où ils arriveront !

La marque noire sur son épaule droite émit une fois de plus une faible lumière.

Traversée du monde des esprits !

En un instant, Lumian et Jenna sont apparus à côté des ténèbres.

À ce moment-là, un mur cristallin se matérialise devant eux.

Il s’étendait vers le haut, enfermant toute la salle de bal brise comme un couvercle transparent.

Lumian et Jenna regardèrent inconsciemment vers le haut et virent deux silhouettes dans les airs.

L’une était une jeune femme portant un béret bleu, une chemise blanche nouée et un pantalon sombre. Son gilet beige était ouvert et son corps était couvert de peinture. Ses cheveux orange étaient courts et ses yeux jaunes étaient profonds et éthérés, comme s’ils cachaient un monde.

L’autre homme, âgé d’une trentaine d’années, portait une tenue similaire mais avec un pantalon rouge pour le bas du corps. Il avait des traits de visage doux, des sourcils clairs et des yeux bleus éthérés et lointains.

Il tenait encore un pinceau épais à la main, avec une palette de peinture pour la plupart usagée.

Derrière eux, une paire d’ailes translucides ressemblant à des libellules battait doucement, les aidant à planer dans les airs.

Des peintres ? Ces Pixies ? supposent Lumian et Jenna.

L’homme regarde Lumian avec surprise et parle d’une voix qui semble venir de loin,

“Bienvenue à l’auberge, chambre 1”.

Chambre 1… Les yeux de Lumian se sont figés.

Chambre 1 ? Jenna ne put s’empêcher de se tourner vers son compagnon, choquée.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser