Lord of Mysteries 2 Chapitre 428

Incinération

Traducteur : Ych
———–

Le cloître du Sacré-Cœur ? Le plus grand cloître de l’église du Soleil éternel de Trèves ? Pourquoi Albus Medici s’y est-il rendu ? Serait-il un agent secret envoyé par les Purificateurs au sein de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang ? Ou bien Gardner Martin l’a-t-il chargé de surveiller le cloître du Sacré-Cœur ? L’esprit de Lumian est rempli de questions et de suppositions.

Alors qu’il s’avançait, serrant une lampe à carbure, Iraeta s’empressa d’intervenir pour donner plus d’informations.

“J’ai un ami au cloître du Sacré-Cœur. J’y vais souvent pour boire avec lui.”

Lumian, détournant momentanément son attention d’Albus Medici, plaisanta : “Les moines du cloître peuvent-ils boire ?”

Ils avancèrent tous deux dans le passage ombragé, guidés uniquement par la lueur jaunâtre de la lampe à carbure.

Iraeta a radoté : “Bien sûr qu’ils peuvent, mais ils ne peuvent pas prendre de liqueur ou s’enivrer. Le vin brassé par le cloître du Sacré-Cœur est le meilleur que j’ai jamais goûté.”

“Ton ami est-il un moine ?” Lumian marchait à un rythme modéré, ses pas résonnant dans le passage qui semblait interminable.

Iraeta semblait content de converser avec Ciel et ne cachait rien.

“Oui, il est membre de la confrérie mineure et a servi de prêtre de baptême à mon neveu. Plus tard, il ne pouvait plus tolérer que le clergé de la cathédrale s’adonne aux plaisirs et a choisi de devenir moine. Il a rejoint le cloître du Sacré-Cœur et supervise actuellement la brasserie.”

Un membre de la Fraternité mineure, des champions de la tempérance et de l’ascétisme… Lumian en déduit ceci et réoriente leur conversation.

“À quelle fréquence ton ami et toi avez-vous vu Albus Médicis ? Quelle était la raison de sa visite au cloître du Sacré-Cœur ?”

“Juste une fois”, marmonne Iraeta. “Je ne me préoccupe pas de ces questions. Il n’y a pas de religieuses là-bas. Quand je l’ai vu, il marchait dans le couloir avec un moine et est entré par l’arrière du cloître.”

Il semble qu’Albus Médicis ne soit pas entré clandestinement ou avec la crainte d’être découvert… Lumian l’a déduit du récit d’Iraeta.

Au milieu de la recherche acharnée de sujets par le poète Iraeta, tous deux traversèrent enfin l’inquiétante salle des statues de cire, laissant derrière eux le hall aux portes énigmatiques de l’Espoir, de la Folie et de la Mort. Ils revinrent sur leurs pas jusqu’au palais souterrain.

Iraeta poussa un long soupir de soulagement et se détendit. Il grommela : “Le palais souterrain est si dangereux, et il y a des créatures aux capacités surnaturelles. Poufer nous a vraiment entraînés dans une aventure ici !

“Est-ce qu’il essaie de nous faire tuer ?”

Vous avez tous été corrompus par le jeu de la tarte du roi à de nombreuses reprises. Je me demande si vous êtes vraiment vivants… Lumian s’est abstenu de répondre directement aux doléances d’Iraeta, optant pour un sourire enjoué en faisant la remarque,

“On dirait que plus tu es effrayée et tendue, plus tu aimes parler”.

“C’est ce qui me fait me sentir vivant”, avoue Iraeta. Il éteignit la lampe à carbure alors qu’ils sortaient du palais souterrain par l’escalier en colimaçon.

Lumian fit demi-tour, revenant sur ses pas jusqu’à la porte de la folie.

Il n’avait pas refermé la porte en partant. Même s’il ne s’était pas encore approché, la lumière jaunâtre de la lampe à carbure faisait apparaître faiblement les statues de cire, comme si elles attendaient dans l’obscurité.

Lumian s’arrêta devant la porte, se baissa lentement et posa la lampe à carbure sur le sol devant lui.

Puis il se redressa et balaya du regard les visages des statues de cire, dont les expressions étaient figées dans l’agonie et enveloppées d’ombres.

Des corbeaux de feu cramoisis commencèrent à se matérialiser autour de lui, l’un après l’autre.

Puisque le comte Poufer avait fait preuve de mauvaise volonté en les conduisant dans les profondeurs périlleuses du palais souterrain – n’importe quelle personne ordinaire serait déjà morte – il n’y avait aucune raison de faire preuve de courtoisie envers un membre de la famille Sauron, le propriétaire du château du Cygne rouge !

Le plan de Lumian était simple : mettre le feu aux statues de cire. Cela avait plusieurs objectifs. Tout d’abord, cela pourrait l’aider à digérer sa potion. Ensuite, il pouvait éliminer préventivement les menaces potentielles, en empêchant les statues de cire de s’animer et d’attaquer à un moment critique. Enfin, il pourrait créer une situation chaotique qui perturberait le plan secret du comte Poufer, semant le doute et la confusion pour la suite de leur exploration.

Le chaos crée souvent des opportunités.

Swoosh ! Swoosh ! Swoosh ! D’un geste rapide, il libéra une flopée de corbeaux de feu cramoisis qui foncèrent vers les statues de cire.

Après avoir envoyé deux groupes de corbeaux de feu, Lumian s’est agenouillé et a appuyé ses mains sur le sol.

Des serpents de feu sortent de ses paumes, se frayant un chemin à travers la pile de statues de cire et les enflammant rapidement.

Une cacophonie d’explosions s’ensuivit lorsque les têtes des statues de cire éclatèrent et que leurs extrémités inférieures furent englouties par les flammes, créant une cage de feu cramoisie.

La cire blanche comme la chair qui composait leurs corps fondit rapidement, se transformant en gouttelettes liquides ou se ramollissant et s’effritant, les rendant fragiles sous le double assaut de l’explosion et de la combustion.

Smack !

Les “muscles” de l’une des statues de cire se désintégrèrent complètement, révélant un nouveau visage.

C’était un visage humain !

C’était un homme qui avait perdu ses yeux et qui était mort il y a longtemps, le visage empli de douleur !

En silence, d’autres statues de cire se ramollissent et s’effritent.

Sans exception, il y avait un cadavre humain à l’intérieur de chacune d’entre elles.

Parmi les cadavres enfermés dans les statues de cire, il y avait des hommes et des femmes, certains avec la chair et la peau à vif, d’autres avec des têtes et des corps qui semblaient avoir été grossièrement recousus après la mort. Certains avaient le ventre ouvert, leurs intestins emmêlés et remplis de cire blanche, créant un spectacle grotesque….

Ce qu’ils avaient tous en commun, c’était l’expression obsédante de la douleur gravée sur leur visage, comme s’ils avaient vécu des horreurs indicibles ou avaient été piégés dans le plus sombre des cauchemars.

Pendant que Lumian observait, la cire fondue se transformait en un liquide visqueux qui suintait des visages des humains décédés. C’était comme si ces âmes torturées pleuraient des larmes de soulagement en affrontant l’étreinte purificatrice des flammes.

À l’intérieur des statues se trouvent en fait de vraies personnes… Lumian, qui avait eu sa part de scènes horribles, ne put s’empêcher de se crisper, se sentant instinctivement repoussé et effrayé.

Il savait enfin où étaient passés les gens ordinaires du château du Cygne rouge qui étaient devenus fous et s’étaient mutilés dans ses cauchemars.

Lumian se leva, agrippant la lampe à carbure. Des flammes cramoisies jaillirent de son corps, se transformant en météores flamboyants qui s’élancèrent vers tous les coins de la chambre remplie de statues de cire, la transformant en un véritable brasier.

La cire blanche comme de la chair commença à brûler avec ferveur, se nourrissant d’elle-même jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’espace à consumer pour le feu.

Les yeux de Lumian reflétaient la conflagration cramoisie et les larmes visqueuses de cire sur son visage pâle.

Il ne détourna pas le regard, mais observa attentivement.

À cet instant, il acquit une nouvelle compréhension de ses capacités pyromanes. Le principe de la troisième action, autrefois vague, devint clair.

Le pyromane fait des ravages et provoque des catastrophes !

Quant aux Pyromaniacs, ils peuvent volontairement déclencher le désastre et la destruction sur n’importe qui.

Lumian souhaitait ardemment que les hérétiques et ceux qui étaient devenus “fous” et ne pouvaient que nuire aux autres soient engloutis par les flammes !

Après avoir amalgamé ses différents actes à ce principe, Lumian eut le sentiment très net que sa potion Pyromane avait été entièrement digérée. Il pouvait même entendre un bruit imaginaire d’éclatement.

Dans une série de bruits sourds, les corps sans vie, dépouillés de leur support de cire, tombèrent un par un sur le sol. Ils s’entassèrent et brûlèrent avec encore plus d’ardeur.

Tout à coup, la porte en bois s’ouvrit en grinçant depuis la sortie opposée à la chambre de la statue de cire.

L’artisan de la statue de cire, sa barbe épaisse et ses cheveux ressemblant à un lion humanoïde, se tenait devant Lumian.

Ses yeux d’un noir de fer étaient teintés de cramoisi par les flammes qui montaient vers le plafond. Sa voix semblait éthérée lorsqu’il demanda : ” Pourquoi… as-tu… mis le feu à mes statues de cire ? ”

Lumian ne répondit pas ; à la place, il activa la marque noire sur son épaule droite.

Traversée du monde des esprits !

Une lumière spectrale scintilla dans ses vêtements, et sa forme se matérialisa rapidement à côté de l’artisan des statues de cire.

Presque simultanément, Lumian ouvrit les lèvres.

“Ha !”

Une lumière gazeuse jaune pâle sortit de sa bouche et frappa la tête de l’artisan de la statue de cire.

L’artisan de statue de cire, vêtu d’une robe gris-noir, oscilla visiblement, comme s’il perdait momentanément l’équilibre. Il ne perdit pas complètement connaissance ; c’était plutôt comme s’il avait subi une perforation psychique et se trouvait dans un état de choc induit par la douleur.

Lumian ne se fie pas uniquement au sort d’Harrumph. Il leva sa paume gauche préparée et lança une boule de feu cramoisie, étroitement comprimée en couches, dans la bouche et le nez de l’artisan des statues de cire avec Infusion de feu.

La boule de feu, devenant progressivement blanche, s’engouffra dans la bouche et les narines de la cible, envahissant son cerveau.

Boum !

La boule de feu blanche et flamboyante explose de l’intérieur tandis que Lumian observe la tête de l’artisan des statues de cire qui se dilate rapidement avant d’exploser.

De la chair enflammée et du sang ont jailli. Lumian, déjà préparé, se protégea le visage avec la lampe à carbure de sa main droite, laissant le dos de sa main taché de sang.

Dans un bruit sourd, l’artisan des statues de cire, à qui il ne restait plus qu’une petite moitié de tête, vacilla et s’effondra sur le sol.

Lumian, qui avait méticuleusement préparé une séquence d’attaques, se trouva momentanément décontenancé. Il ne s’attendait pas à ce que la situation se résolve aussi facilement.

Il avait prévu que l’énigmatique artisan des statues de cire pourrait représenter un formidable défi, et il s’était préparé à se “téléporter” instantanément si les choses prenaient une mauvaise tournure.

Il faut dire que la statue de cire qui s’était réanimée précédemment avait été plus redoutable que l’artisan des statues de cire lui-même. Le simple fait d’être en sa présence avait pesé lourdement sur le corps et l’esprit de Lumian, le rendant presque incapable de résistance.

Possédait-il la capacité unique de créer ces statues de cire, mais manquait-il de puissance inhérente ? Ou bien avait-il besoin de puiser sa force dans le palais souterrain de la famille Sauron pour donner vie à ces menaçantes figures de cire ? Peut-être mon attaque a-t-elle été trop rapide, ne lui laissant pas le temps de réagir. Il a péri sur place avant d’avoir pu puiser dans une force extérieure ? Lumian regarde l’artisan de la statue de cire et évalue la situation.

Dans les profondeurs du palais souterrain, à l’intérieur d’une salle ornée de bougies blanches,

Poufer Sauron, assis dans un coin, ouvrit brusquement les yeux et fixa son regard sur le cercueil de bronze situé au centre de la salle.

Autour du cercueil, de nombreuses bougies s’éteignent étrangement sans prévenir.

Qu- Poufer se leva, l’expression légèrement tordue par la consternation.

À la sortie de la chambre des statues de cire, Lumian fut témoin d’un éclat cramoisi émanant du corps de l’artisan des statues de cire.

Initialement, la luminescence se dirigeait vers la tête, mais il ne restait plus qu’un petit fragment de la tête de l’artisan en statue de cire. Par conséquent, la luminescence s’est déplacée vers sa poitrine, mais elle n’a pas pu se dissiper.

Lumian ressentit une pointe de surprise. Il déchira la robe gris-noir du maître des statues de cire, dévoilant sa poitrine.

Il y avait là une sinistre blessure d’un noir absolu, et l’espace où aurait dû se trouver son cœur était creux !

Le cœur a disparu… Elros avait mentionné que les cœurs des membres de la famille Sauron devaient être envoyés au plus profond du palais souterrain… Lumian saisit vaguement la raison de la nature à la fois formidable et fragile de l’artisan des statues de cire.

Finalement, la lumière cramoisie s’est transformée en une entité éthérée avec une myriade de rigoles, ressemblant à un cerveau rétréci de couleur sang.

Incertain de sa signification, Lumian la rangea et sortit.

Les flammes dans la pièce continuaient à brûler, mais pour une raison inconnue, elles ne parvenaient pas à se propager.

Dans la salle aux piliers de pierre où s’est déroulée la confrontation avec l’araignée noire.

Albus et Elros observent Lumian qui revient, portant une lampe à carbure émettant une faible lueur jaunâtre.

Presque simultanément, ils remarquèrent les taches de sang sur le corps de Lumian.

“Tu as tué le poète ?” demanda Albus, amusé.

Lumian secoua la tête et répondit calmement : ” J’ai tué celui qui fabriquait les statues de cire. ”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
24 jours il y a

Merci pour le chapitre

Someone
18 jours il y a

Il semblerait qu’il ai vraiment obtenu une caractéristique de conspirateur quelques secondes après avoir digéré la potion de Pyromane… Le HASARD fait décidément bien les choses… ou plutôt la Loi de convergence ?

error: Le contenu est protégé !
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser