Lord of Mysteries 2 Chapitre 380

carillons

Traducteur: Ych
—–

À la fin du désastre de Cordu, Lumian s’est retrouvé non seulement aux prises avec le sceau à l’intérieur de son corps et l’aura de l’Inevitabilité qui l’entourait, mais il a également été plongé dans un rêve vif et réaliste. Étonnamment, même les enquêteurs, Ryan et les autres, ont succombé à un sommeil incontrôlable lorsqu’ils sont entrés dans une zone spécifique, s’empêtrant dans son rêve.

Pendant ce temps, Lumian, qui n’était pas encore familiarisé avec les subtilités du mysticisme, n’a rien senti d’anormal. Ce n’est que plus tard, lorsqu’il demanda l’aide de M. Poète pour déchiffrer les significations symboliques tissées dans le rêve, qu’il réalisa que ses origines n’étaient pas liées au pouvoir de Termiboros ou au sceau de M. Fou. Il avait une autre source, une source de protection et de réconfort.

Depuis ce moment, Lumian réfléchissait inlassablement à l’origine de ce rêve réaliste, mais il n’avait jamais trouvé de réponse définitive. Les possibilités étaient infinies. Cependant, grâce au récit détaillé de Franca sur le chemin de Evernight et à ses propres expériences lors du rassemblement, une révélation soudaine l’a frappé.

Le chemin de Evernight, connu pour provoquer des visions cauchemardesques, pouvait aussi tisser la toile de rêves réalistes !

Se pourrait-il que Madame Hela, en apprenant le destin tragique d’Aurore à Cordu, soit arrivée trop tard pour intervenir directement ? Peut-être avait-elle eu recours au pouvoir d’un artefact scellé pour m’attirer dans un rêve réaliste, afin de réconforter mon âme tourmentée ?

Non, elle n’a pas besoin de me cacher cela et de feindre l’ignorance. Qu’y a-t-il à cacher ?

De plus, si elle était responsable, il n’y aurait pas de traces persistantes de la puissance du sommeil…

Se pourrait-il que l’utilisation continue de l’incantation impliquant des pouvoirs de dissimulation pendant les rassemblements ait en quelque sorte marqué ou corrompu Aurore avec l’influence de l’artefact scellé ? Lorsque son corps s’est désintégré, l’artefact scellé a senti la perturbation et, bien qu’il n’ait pas réussi à la sauver, il m’a conduit dans le royaume de ce rêve réaliste ?

Oui, c’est logique. Léa et les autres ont été contraints de dormir sur le pic de la montagne couleur sang, situé près du terrain de sacrifice, à proximité du géant à trois têtes et six bras. Cela correspond à ma théorie. La source du pouvoir du rêve est intimement liée au destin d’Aurore…

Franca observa le silence prolongé de Lumian, réalisant qu’il était profondément absorbé dans sa contemplation. Elle s’est sagement abstenue de l’interrompre, lui permettant de revenir au présent avant de lui demander gentiment : “Quelles pensées t’ont traversé l’esprit ?”

“Tu te souviens du désastre de Cordu dont j’ai parlé ? Il y a une zone autour du terrain de sacrifice, qui est devenue le pic montagneux couleur sang. Quiconque s’y aventurait tombait dans un profond sommeil et faisait l’expérience d’un rêve réaliste”, expliqua Lumian de façon succincte.

Plus Franca absorbait ses paroles, plus l’étonnement et la trépidation l’envahissaient.

“Se pourrait-il que le problème vienne aussi de Madame Hela ?”

“Je ne pense pas.” Lumian secoua la tête en guise de réponse et exposa les aspects cruciaux de sa conjecture.

Le soulagement envahit Franca, et elle ne put cacher ses émotions.

“Cette théorie semble bien correspondre aux circonstances.”

“C’est vrai, tu as remarqué ? La partie initiale de l’incantation comporte un nom honorifique de trois lignes. Cela implique que l’artefact scellé possède les caractéristiques d’une entité vivante ou qu’il a déjà été vivant. Il est raisonnable qu’il influence instinctivement ceux qui implorent son pouvoir.”

Après avoir mûrement réfléchi, Lumian reconnut la validité de ce point.

Tous deux poursuivirent leur conversation et décidèrent finalement que Lumian devrait trouver un moment propice pour rendre visite au Bar Alone.

De retour à l’Auberge du Coq Doré, Lumian tira les rideaux et s’installa à la table. Baigné par la douce lueur de la lampe à carbure, il commença à rédiger une lettre adressée à Madame la magicienne.

La lettre portait principalement sur la performance de l’Ombre Blindée et sur sa réaction. Lumian souhaitait particulièrement recueillir des informations sur l’Ancien Dieu Soleil et son lien avec l’Ordre Aurora.

Cependant, conscient de l’heure tardive, il décida d’attendre de se réveiller “naturellement” le matin, de prendre son petit déjeuner, puis d’envoyer la lettre.

À midi, Lumian reçut une réponse de Madame la magicienne, et il éprouva un sentiment de satisfaction d’être retourné à dessein dans la chambre 207 de l’Auberge du Coq Doré.

“La réponse de l’Ombre Blindée et son état actuel nous offrent de précieuses indications sur la situation concernant ____.”

Lumian fut décontenancé par la première phrase.

Son regard se fixa sur la partie vierge de la phrase, incertain de savoir si Madame la magicienne avait intentionnellement injecté de l’humour dans sa lettre ou si une forme de déformation avait affecté le message.

Puisant dans sa connaissance de Madame la magicienne, Lumian a d’abord supposé qu’elle avait d’abord composé la phrase en entier, mais qu’elle s’était ensuite rendu compte que certaines informations ne pouvaient pas être divulguées à ce moment-là. Au lieu de l’expurger ou de recommencer, elle avait employé un moyen mystique pour effacer la phrase.

Pourquoi ne puis-je pas avoir accès à ces informations ? C’est simplement un autre monde, n’est-ce pas ? Lumian réfléchit en lisant la phrase suivante.

” Bien qu’il s’agisse d’une acquisition précieuse, son utilité immédiate risque d’être limitée, même si monsieur le pendu sera sans aucun doute ravi.

” En temps voulu, lorsqu’il le jugera opportun, il pourra te demander d’invoquer à nouveau l’Ombre Blindée. Il sera chargé de fournir une compensation en or pour avoir la chance de poser des questions.

“Laisse-le déterminer les questions. Ton rôle est de faciliter la communication, et le Deux de Coupes se chargera de la traduction. Oh, et n’oublie pas de demander une récompense à M. Pendu.”

Monsieur Pendu… Lumian répéta le nom de code, ses yeux continuant à parcourir le contenu de la lettre.

“Le problème de l’Ancien Dieu Soleil est compliqué, et mes connaissances en la matière sont limitées. Pour l’instant, je ne peux vous offrir que ceci : Il était le souverain de la troisième époque, celui qui a mis fin au règne tyrannique des anciens dieux brutaux et qui a inauguré une ère de lumière pour l’humanité.

“L’entité vénérée par l’Ordre Aurora entretient un lien compliqué avec lui. Comprendre ce lien comporte des risques. Considère-le comme l’héritier de la moitié de Son héritage, tandis que l’autre partie est partagée entre des membres choisis des sept divinités. Cette division a directement donné naissance à ce que nous appelons communément l’âge des dieux, également connu sous le nom de la quatrième époque.”

Si des vestiges d’histoire, de légendes, de documents et d’artefacts étaient encore disponibles de la Quatrième Époque, les Troisième et Deuxième Époques antérieures existaient surtout dans les écritures de diverses Églises, voilées dans une obscurité presque mythique. Lumian ne possédait que de maigres connaissances, reconnaissant la troisième époque comme l’époque du cataclysme et la deuxième époque comme l’époque des ténèbres.

Dans les paroles de Madame la magicienne, Lumian a perçu la majesté et l’attrait de l’histoire ancienne qui se déroulait devant lui.

Les anciens dieux brutaux, l’Ancien Dieu Soleil qui a mis fin à l’âge sombre de l’humanité, le dirigeant de la Troisième Époque dont la disparition reste entourée de mystère, et l’Âge des Dieux qui a émergé de son cadavre….

Pourquoi une divinité aussi ancienne donnerait-elle naissance à quelqu’un comme Amon ? Et qui est la mère d’Amon ? Pourrait-il y avoir un lien entre Amon et la figure vénérée par l’Ordre Aurora ? Plus Lumian y réfléchissait, plus il discernait des problèmes dans la méthode utilisée par l’ancien dieu du soleil pour élever sa progéniture.

Il avait une impression favorable de cette divinité, non seulement à cause de son rôle dans la fin de la domination des anciens dieux et de la lueur d’espoir qu’il offrait à l’humanité, mais aussi parce qu’il soupçonnait qu’il pouvait être un transmigrant antérieur du même monde qu’Aurore et l’empereur Roselle.

Simultanément, Lumian commença à comprendre pourquoi M. K et l’Ordre Aurora méprisaient avec tant de véhémence les hérétiques. Celui qu’ils vénéraient était l’héritier légitime de l’héritage de l’Ancien Dieu Soleil.

Une flamme jaillit, enflammant la lettre dans la main de Lumian.

Il remit tout en ordre et fixa la boucle d’oreille argentée Lie, apportant de subtils ajustements à son apparence pour s’assurer qu’il ne ressemblait en rien à Lumian Lee.

Cela fait, il retira Lie et la glissa dans une poche dissimulée.

Ses récentes connaissances indiquaient que ses transfigurations à partir de Lie ne s’arrêteraient pas lorsqu’il en serait séparé. Il s’agissait d’une reconstruction en chair et en os. S’il voulait revenir à son état d’origine, il devait utiliser Lie pour l’ajuster à nouveau.

Lumian attrapa sa sacoche et quitta l’Auberge du Coq Doré.

Alors qu’il se dirigeait vers l’avenue du Marché, il entendit le carillon d’une cloche, signalant qu’il était 13 heures.

Lumian récupéra la montre à gousset en or qu’il avait empruntée à la Salle de Bal Brise et la synchronisa avec le son lointain de la cloche.

La montre à gousset perdait une minute tous les quelques jours.

Après un trajet de plus d’une demi-heure, Lumian arriva à la rue Ancienne.

Ses pas le conduisirent vers le Bar Alone, et son regard se porta naturellement sur la Salle de Bal Unique.

À cet instant, l’établissement n’avait pas encore vu beaucoup de clients. Trois gardes, portant chacun un monocle sur l’œil droit, se prélassaient dans divers coins, engagés dans des conversations sporadiques ou se laissant aller à la rêverie.

Un facteur vêtu d’un uniforme bleu distinctif orné de motifs floraux a garé sa bicyclette au bord de la route et s’est approché de la boîte aux lettres de la Salle de Bal Unique, en serrant une pile de lettres.

Comme les gardiens, il portait lui aussi un monocle sur l’œil droit….

Un frisson inexplicable parcourut le cuir chevelu de Lumian, l’incitant à détourner le regard et à poursuivre sa course dans le Bar Alone.

À l’intérieur, l’atmosphère faiblement éclairée persistait, projetant une ambiance d’ombre même à midi. Pour l’instant, Lumian est le seul client.

Le barman posté derrière le comptoir du bar n’était pas le même individu qu’auparavant. Il s’agit de Leah, l’enquêtrice du Bureau 8, que Lumian a reconnue !

Elle était vêtue d’une chemise blanche, d’un nœud papillon et d’une robe noire au genou. Ses cheveux avaient été élégamment attachés en un simple chignon, orné de minuscules clochettes d’argent – une différence par rapport à son apparence précédente, dégageant un charme distinct.

“Gin avec glaçons”, dit Lumian en s’installant sur un tabouret de bar au comptoir, tapotant légèrement la surface.

Un petit rire lui échappa alors qu’il poursuivait : ” Pourquoi avons-nous un nouveau barman ? ”

Leah lui jeta un regard amusé et plaisanta : “Monsieur, il n’y a pas de règle stricte qui dicte qu’un bar ne doit employer qu’un seul barman. Cela les conduirait sûrement à l’épuisement.”

” Très juste “, acquiesce Lumian, qui paie huit licks pour sa boisson et attend patiemment l’arrivée de son gin glacé.

Après avoir savouré son breuvage pendant près de dix minutes, il demanda nonchalamment : “Y a-t-il une machine à écrire disponible ici ? Je viens de me souvenir d’un document que je dois compléter.”

Léa, essuyant un verre, répond : “Dans la pièce à côté du théâtre, dans la cave, il y a une machine à écrire réservée aux scénarios. Elle coûte 2 licks et 1 coppet pour chaque feuille de papier.”

“C’est assez cher…” Lumian grommela en se levant et en entrant dans la cave avec son verre de gin.

Il évita le théâtre de marionnettes, gardant un certain malaise de sa précédente rencontre. Il s’aventura plutôt dans une pièce voisine.

Il y avait là une machine à écrire mécanique en laiton et un homme occupé à lire un journal à côté d’elle.

Lumian, conformément à ce qu’il avait préparé, commença à taper un bref document.

Certaines des lettres usées de la machine à écrire correspondaient aux informations fournies par Loki avec une précision troublante.

Satisfait de son travail, Lumian offrit à l’homme silencieux de le payer pour l’utilisation de la machine à écrire et du papier avant de sortir rapidement de la pièce quelque peu sinistre du sous-sol.

Alors qu’il retournait dans le hall du bar, il fut brusquement accueilli par une fugue, en entendant le faible tintement d’une cloche.

Lumian reprit rapidement son sang-froid et dirigea son regard vers Léa, remarquant qu’elle n’affichait aucun signe d’alarme ou de surprise.

“Tu as entendu la cloche ?” demande Lumian en posant son verre sur le comptoir du bar.

Léa fronce les sourcils. “L’heure n’a pas encore sonné. Pourquoi la cloche sonnerait-elle ?”

Réprimant sa perplexité, Lumian finit son verre et quitta le Bar Alone.

En passant devant la Salle de Bal Unique, il observa que seuls deux gardes munis de monocles restaient postés à l’entrée. Le facteur était manifestement absent.

Sans plus attendre, Lumian continua à descendre la rue, mettant de la distance entre lui et l’établissement.

Alors qu’il montait à bord d’une calèche publique en direction du quartier du marché, l’horloge sonna deux heures avec une précision impeccable. Instinctivement, Lumian récupéra sa montre à gousset et l’ouvrit pour vérifier l’heure.

À son grand étonnement, la montre à gousset, qu’il avait méticuleusement étalonnée une heure plus tôt, avait de nouveau ralenti….

Une minute de retard.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser