Lord of Mysteries 2 Chapitre 335

Un autre monde

Traducteur: Ych
———

Lumian se désintéressa du grimoire et reporta son attention sur Franca.

“Y a-t-il un problème avec ça ?”

Il avait méticuleusement étudié le sort d’invocation d’âme à de nombreuses reprises. S’il y avait eu un problème, il aurait dû le découvrir plus tôt.

Sa limite résidait dans son incapacité à apprendre le sort et à discerner ses effets ultimes. Cependant, en tant que pyromane, il ne possédait pas la capacité nécessaire pour de tels apprentissages, étant incompatible avec la Séquence correspondante.

Franca resta silencieuse pendant quelques secondes avant de prendre la parole : ” Que se passe-t-il lorsque le sort d’invocation d’âme est utilisé sur d’autres personnes ? ”

“Il permet à un esprit de retrouver le corps dont il a été séparé, fournissant un moyen de rappeler les projections astrales perdues dans le monde des esprits, offrant ainsi une opportunité de reconnexion avec leurs formes physiques”, commença Lumian, décrivant le sort en se basant sur le grimoire d’Aurore avant de proposer un exemple personnel pour plus de clarté. “Lors de la bataille précédente, si j’avais été affligé par le sort mystique d’assimilation d’âme de Guillaume Bénet, entraînant une grave désorientation, le sort d’invocation d’âme aurait pu me faire sortir de l’inconscience. Naturellement, la prémisse ici est qu’il existe des Beyonders ayant la capacité d’apprendre et d’employer ce sort.”

Franca ne tint pas compte de la réponse de Lumian et s’enquit avec gravité : “Et si on l’employait sur soi-même ?”

Quel genre de question est-ce là ? Lumian réfléchit un instant et demanda : “Ce serait inefficace. Si aucun signe de séparation entre l’esprit et le corps n’est évident, le sort n’aura aucun impact lorsqu’il sera lancé sur soi-même. S’il y a déjà un problème ressemblant à un tel état, alors on ne pourrait pas employer de sortilèges du tout.”

“Mais si, hypothétiquement…” Commence Franca avant de s’interrompre.

Jenna, observatrice et vive d’esprit, jeta un coup d’œil à Franca, puis à Lumian avant de se lever de son siège et d’afficher un sourire.

“Nous sommes absorbés par la discussion depuis un bon moment. Vous n’avez pas faim tous les deux ? Et si j’allais chercher un thé pour l’après-midi ?”

“Bien sûr”, acquiesce Lumian au nom de Franca.

Il sentait que Franca était sur le point de révéler quelque chose qui pourrait être problématique si Jenna en avait vent. C’est la raison pour laquelle elle s’est arrêtée net au milieu de son discours.

Lumian avait déjà envisagé d’initier Jenna à la foi de M. Fou. Ils étaient désormais des camarades, destinés à de nombreuses entreprises communes. Dans de tels scénarios, certains secrets ne pouvaient être dissimulés, et en le faisant constamment, ils entraveraient inévitablement la collaboration.

Quant à savoir s’il fallait partager les informations sur le club de tarot et la société de recherche sur les babouins à poils bouclés, Lumian n’était pas parvenu à une conclusion.

Après mûre réflexion, il avait déterminé que prêcher à Jenna serait plus approprié une fois qu’elle serait devenue une sorcière. Sa séquence était encore trop basse, et elle n’avait pas la force d’assumer le poids d’un tel savoir. Trop d’informations pourraient la rendre vulnérable et divulguer des secrets par inadvertance. Cependant, les sorcières de la Séquence 7 de la voie des Assassins représentaient une transformation qualitative inférieure en dessous du niveau des demi-dieux, donnant à Jenna les moyens de se débrouiller seule.

Bien que Lumian ne connaisse pas la séquence 5 de cette voie particulière – son nom et les pouvoirs du Beyonder qu’elle englobe – il pense qu’une démone du plaisir de la séquence 6 ne manifeste pas une métamorphose radicale par rapport à une sorcière. Cette dernière pouvait même modifier le sexe d’un individu, illustrant l’écart considérable entre leurs capacités.

Le regard de Franca suivit la silhouette de Jenna jusqu’à ce que le bruit de ses pas, qui s’estompait peu à peu, parvienne à ses oreilles. Elle s’installa en position jambes croisées sur le fauteuil inclinable, en émettant un doux soupir.

“Ce n’est pas que Jenna ne pouvait pas être au courant, mais je crains que cela ne la rende craintive à mon égard, qu’elle prenne ses distances et me considère d’une manière différente.”

Lumian n’a pas posé la question : “Tu ne crains pas que je réagisse de la même façon ?”. Il reprit sa place, la patience gravée sur ses traits en attendant les explications de Franca sur le sortilège d’invocation d’âme.

Les lèvres de Franca se pincèrent, son attitude oscillant entre l’hésitation et l’appréhension. Au bout d’un moment, elle gloussa d’autodérision.

“C’est aussi la raison pour laquelle j’ai senti une aura dangereuse dans cette affaire – sinon, je n’aurais même pas pensé à partager cela avec toi. Je l’aurais gardé dans ma tombe. Euh, il y a une autre raison : les origines de ton sortilège d’Harrumph sont très importantes pour moi. J’espère que tu mettras tous les détails à nu avec moi, tout comme je suis sur le point de te révéler mon secret.

“Soupir, nous, membres de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés, avons un point commun : nous venons tous d’un autre monde !”.

Sur ce, Franca s’affale un peu plus dans son fauteuil, apparemment vidée de son énergie.

Observer une démone du plaisir adopter une telle posture alimenta involontairement une chaleur subtile en Lumian, bien que ses pensées soient dirigées ailleurs.

“Un autre monde ?” reprit Lumian, une véritable surprise colorant sa voix.

Cette éventualité ne lui avait même pas traversé l’esprit.

Une telle possibilité était à peine envisageable pour les individus ordinaires et une rareté même dans les limites de la fiction.

Pendant un instant fugace, il a senti un alignement étrange avec cette notion.

Avec un effort conscient pour maîtriser ses émotions, il demanda pensivement : “Est-ce la ‘maison’ dont ma sœur parle souvent – l’endroit où elle prétend ne jamais pouvoir retourner ?”

Au départ, Lumian avait supposé que la patrie de sa sœur avait été ravagée par un conflit ou une catastrophe, d’où son affirmation d’être incapable d’y retourner. Sinon, armée de sa force de sorcier, elle aurait pu subrepticement y retourner, même si elle était poursuivie par le monde entier.

Par la suite, Lumian a découvert le statut d’Aurore en tant que Trevienne, ce qui l’a rendu perplexe quant à ses références à un “foyer” énigmatique.

L’expression de Franca s’est transformée en une expression complexe en entendant la question de Lumian. Son visage est un mélange de nostalgie, de mélancolie et de chagrin.

“Parle-t-elle souvent de ‘maison’ ?” Franca s’enquiert, les yeux brièvement fermés pour masquer les émotions changeantes qui l’habitent.

Sans attendre la réponse de Lumian, les lèvres de Franca se pincèrent et elle poursuivit : ” Considère que c’est une autre planète ou une autre dimension. ”

Lumian plongea dans ses souvenirs, marmonnant pour lui-même : “Pas étonnant qu’elle aime monter sur le toit pour contempler le cosmos…”

“Le cosmos…” Franca lui fait écho en soupirant.

Une ambiance feutrée enveloppait l’appartement 601 tandis que Lumian et Franca se plongeaient dans leurs rêveries introspectives.

Après une pause, un souvenir refit surface dans l’esprit de Lumian.

Madame la magicienne avait mentionné des dieux maléfiques comme l’Arbre Mère du Désir qui existent en dehors de notre monde, séparés par une barrière. Ces entités cherchent perpétuellement des méthodes pour franchir cette frontière.

Le regard de Lumian se porta sur Franca, et il exprima ses pensées : “Se pourrait-il que vous soyez tous des rejetons d’un dieu maléfique relâchés dans ce monde ?”

“Pfft !” Franca se débarrasse immédiatement de son état contemplatif. “Est-ce que nous ressemblons à ça pour toi ?”

“Non”, répondit Lumian après une brève réflexion, “vous êtes bien trop faibles pour que les efforts des dieux maléfiques soient dépensés pour vous envoyer ici. Ils auraient pu se concentrer sur l’envoi d’un plus grand nombre de leurs saints. Ou peut-être placent-ils leurs espoirs dans votre croissance potentielle ?”

Après tout, être faible avait ses propres avantages. Une infiltration à travers la barrière aurait moins de chances d’être détectée.

Amusée et légèrement agacée, Franca était tentée de réfuter ses propos, mais les preuves tangibles lui échappaient, ce qui lui laissait peu de recours.

“En tout cas, j’en suis venue à croire en M. Fou. Aucun des membres de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés que j’ai rencontrés ne partage la foi en un dieu maléfique.”

“Même si c’était le cas, ils ne te le révéleraient peut-être pas…” marmonne Lumian.

Franca ignora son commentaire et poursuivit : “Je reste également incertaine quant au pourquoi de notre transmigration. Je cherche une réponse depuis un certain temps. Ce que je sais, c’est que nous sommes arrivés dans ce monde en tant qu’esprits et que nous nous sommes retrouvés à renaître dans le corps d’autres individus. C’est comparable au processus de renaissance de Guillaume Bénet.”

En s’appuyant sur cette analogie, Lumian a compris sans peine la situation de Franca et de ses compagnons de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés.

“En d’autres termes, vous habitez le corps d’autres personnes ?”

“Oui.” Franca jeta un regard en coin à Lumian et remarqua : “Es-tu découragée d’apprendre que la sœur que tu chéris est essentiellement un esprit errant qui occupe le corps d’une autre personne ?”

“Pourquoi serais-je découragé ?” Lumian répond avec désinvolture. “Aurore Lee, la personne qui m’a recueilli et a partagé ma vie à Cordu pendant près de six ans, est ma sœur. Je ne me soucie pas du passé de ce corps ni de son histoire.”

Franca sembla chercher le point de vue de Lumian pour son propre compte, “Ne trouves-tu pas cette situation moralement douteuse ? Ne nous considères-tu pas, ta sœur et moi, comme des voleurs qui s’approprient les cadavres et les vies d’autrui ? Cela ne te pose-t-il pas des dilemmes ou des conflits moraux ?”

“Je n’ai pas de morale”, répond Lumian avec calme.

Développant sa déclaration, il ajoute : “Je fais preuve de gentillesse envers ceux qui sont gentils avec moi.”

La bouche de Franca légèrement ouverte, elle peinait à trouver une réplique immédiate.

Lumian lui jeta un coup d’œil et dit : “Cette personne est déjà décédée. C’est une utilisation pragmatique des ressources disponibles. Si la culpabilité te pèse, traite-la – non, sa famille – correctement. Peut-être même réaliser certains de ses désirs inassouvis.”

“C’est vrai.” Franca a serré les lèvres l’une contre l’autre, hochant la tête en signe d’assentiment.

Ramenant la conversation à sa trajectoire initiale, elle demanda : “Que pourrait-il se passer si des individus comme nous employaient le sort d’invocation d’âme sur nous-mêmes ?”

“Cela pourrait-il invoquer un esprit disparu ? Et s’il y a un problème sous-jacent avec l’esprit lui-même…” Le fil de la pensée de Lumian s’élargit brusquement.

Simultanément, il se souvint d’une piste d’enquête introduite par Madame Hela, la vice-présidente de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés.

“Les parents et les autres membres de la famille de Muggle sont probablement encore en vie dans ce monde. Pour une raison ou une autre, elle s’est éloignée d’eux et s’abstient de retourner à Trèves. On ne sait pas si quelque chose ne va pas chez eux ou s’ils sont entrés en contact avec des hérétiques…”

Madame Hela nourrissait-elle déjà des soupçons ? Les sourcils de Lumian se froncent tandis qu’il murmure,

“Roche Louise Sanson pourrait-elle être l’esprit du corps d’origine ? Est-ce qu’elle et certains membres de sa famille sont associés à l’inévitabilité, peut-être même liés à l’organisation des pécheurs ?”

“Poursuivre notre enquête dans cette direction est en effet une possibilité”, admet Franca après un moment de contemplation. “Deux autres questions se posent . Pourquoi Muggle a-t-elle eu recours au sortilège d’invocation d’âme pour elle-même ? Le membre du poisson d’avril qui lui a vendu le sortilège avait-il prévu cette issue ?”

Franca avait choisi de partager le secret de leur transmigration avec Lumian, sentant que quelque chose pouvait clocher au sein de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés et discernant une menace imminente.

Lumian fait un signe de tête discret, son expression étant dénuée d’émotion. Un sourire subtil se dessina sur ses lèvres lorsqu’il osa dire : ” Tu as mentionné que le poisson d’avril a été créé par des membres de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés qui sont découragés par l’avenir et qui ne recherchent que la joie. Se pourrait-il que l’individu qui a vendu à Aurore le sort d’invocation d’âme ait espéré connaître un tel amusement ?”

Franca est tombée dans un bref silence contemplatif avant de répondre : “Je ne sais pas. Je vais me charger de localiser le membre du poisson d’avril et de creuser ses motivations.”

Lumian répondit sèchement. “Je suivrai la piste de Roche Louise Sanson.”

La conversation autour du sort d’invocation des âmes étant terminée, un calme provisoire s’installa dans le salon de l’appartement 601.

Après une pause, Franca expira doucement et dit à Lumian : “Tu peux maintenant me parler du sort d’Harrumph.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Eheh il est au courant mtn.
Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser