Lord of Mysteries 2 Chapitre 323

Profil psychologique

Traducteur: Ych
———

Lumian se tenait à une intersection, les mains négligemment enfoncées dans ses poches alors qu’il se dirigeait tranquillement vers la rue de la Muraille.

Cette rue avait plus d’importance pour les habitants de Trèves que la célèbre avenue du Boulevard. C’est ce à quoi ils aspirent.

Avant que l’empereur Roselle ne déclenche la révolution industrielle, le paysage urbain de Trèves ne s’était pas étendu autant qu’aujourd’hui. Elle était nichée dans le coin le plus à l’est, fortifiée par de solides remparts et gardée avec vigilance par des soldats. Leur campement militaire n’était pas loin, ce qui a provoqué l’émergence de nombreux bordels et prostituées à proximité.

Au fil du temps, la rue de la Muraille a acquis sa réputation et la population de Trèves s’est développée. Un marché modeste s’est transformé en un royaume de prestige et d’extravagance qui s’étendait sur les continents du Nord et du Sud.

Lumian passa sous le couvert des arbres parasols d’Intis, son regard s’attardant sur les structures opulentes ressemblant à des palais, à côté d’appartements modestes. Ils avaient tous un point commun : des fenêtres ornées d’un verre dépoli et, de temps en temps, d’un volet vert.

La rue de la Muraille semble sortir de son sommeil de midi. La route accueille peu de piétons, mais chacun d’entre eux a un air distinct. Certains passaient en tenue de travail gris-bleu, poussés par la hâte, tandis que d’autres portaient des atours désuets. Ils jettent un coup d’œil autour d’eux avant de se glisser dans les immeubles d’habitation. Des appareils photo portés autour du cou ont capturé des instants candides avant que ces vagabonds ne disparaissent dans des édifices ornés. Les tentatives de projection d’une façade Intisienne ne pouvaient pas masquer les vraies identités, trahies par les lignes de cheveux et les tailles exagérées.

De plus, l’œil aiguisé de Lumian a aperçu un robot gris-fer, haut de deux mètres. Une sortie de vapeur ornait son dos, accompagnée d’engrenages, de ressorts de torsion, de vis et de tuyaux tordus – une symphonie de mécanique décorative.

Perché sur l’épaule gauche du robot, un homme richement vêtu arborait un maquillage complexe. Il observait tranquillement les piétons, les dignitaires enveloppés dans des masques d’or ou d’argent et les hommes groggy qui s’éveillaient en trébuchant.

Ici, l’ordinaire et l’élite s’entremêlent dans une harmonie particulière.

Tout en avançant, Lumian étudiait méthodiquement son environnement, son regard poursuivant sans relâche sa cible.

En un éclair, il aperçut Albus qui s’approchait d’une ruelle.

Le membre de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang, qui arborait des mèches rouge foncé, reconnut Lumian avec un sourire narquois. Il leva la main droite et la pointa vers sa propre tête – une provocation en mouvement.

Selon les directives de Gardner Martin, Albus a été chargé de retrouver le Padre Guillaume Bénet. Il semble qu’Albus insinue une sorte de compétition, opposant Lumian à lui-même pour voir qui découvrira la “proie” en premier.

Au-delà d’Albus, l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang déployait vraisemblablement plusieurs affiliés officiels ou périphériques. En cela, Gardner Martin avait tenu ses promesses.

Nullement découragé par le geste d’Albus, Lumian s’enfonça dans la rue de la Muraille.

Guidé par les révélations de la démone du plaisir Franca sur la divination par le miroir magique, le domaine de la prophétie se rétrécit :

La présence de Guillaume Bénet était attendue dans cinq rues, dont la rue de la Muraille et la rue du Cheval Blanc, dans la semaine.

Cependant, la longueur de la rue de la Muraille, son étendue et la foule qui s’y presse créent un paysage nébuleux pour la quête de Lumian. Il était pratiquement impossible de faire des recherches dans la rue et d’utiliser les réseaux à grande échelle. Le succès dépendait de la possibilité d’obtenir l’aide des autorités et de rassembler une armée pour sceller ce domaine, en surveillant avec vigilance chaque entrée des souterrains de Trèves.

Auparavant, Lumian ne pouvait qu’espérer que l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang, une organisation secrète regorgeant de redoutables Chasseurs, se vantait de posséder des techniques supérieures de pistage et de chasse à l’homme. Ou peut-être que Termiboros – un ange de l’inévtabilité – pourrait les pousser à converger. Tant que la distance entre Lumian et Guillaume Bénet serait modérée, ils se “réuniraient” comme s’ils étaient prédestinés.

Cependant, une nouvelle piste s’est dessinée.

Cette avancée était principalement le fruit des connaissances mystiques qu’il avait acquises en tant que contracté !

Dans ce trésor de connaissances se trouvait une ménagerie de créatures étranges, qu’il était possible d’invoquer ou de recruter, avec les coûts requis pour forger des contrats. Le recueil détaillait les capacités que l’on pouvait obtenir et les pénalités encourues après le contrat.

En fusionnant l’exposition des capacités des contrats de Guillaume Bénet avec sa mémoire et son rêve, Lumian a reconstitué un fragment de perspicacité :

L’invocation des fleurs du démon du gouffre nécessite un sacrifice de sang humain frais. L’inconvénient : un désir accru de coït.

L’invisibilité nécessite treize portions de viande préparée. L’inconvénient – une sensibilité accrue à la faim.

Le vol lent sacrifie perpétuellement l’engouement romantique. L’inconvénient – une envie de se montrer.

La malédiction des os prévoit le sacrifice d’une personne vivante. L’inconvénient : la somnolence.

Le sort mystique d’assimilation des âmes exige pas moins de trois âmes humaines. L’inconvénient : des vertiges aléatoires, au nombre de quatre à cinq par jour.

L’explosion interne exige le sacrifice de n’importe quelle caractéristique du Beyonder. L’inconvénient – un drainage spirituel incessant, qui équivaut à une réduction permanente de la capacité de spiritualité.

À partir de la description détaillée du sort mystique d’assimilation de l’âme, Lumian a supposé que le padre avait rencontré par inadvertance un coût supplémentaire caché.

C’était son nom !

Le sort mystique d’assimilation d’âme affecte le corps spirituel de la cible en invoquant son véritable nom, ce qui provoque chez elle des vertiges et d’autres réactions, amplifiées par une compréhension plus profonde de la cible et l’emploi d’un verbiage faisant écho au monde des esprits.

En contractant avec une entité du monde des esprits armée du sortilège mystique d’assimilation de l’âme, Guillaume Bénet a révélé par inadvertance son véritable nom. Les entités dotées de tels pouvoirs peuvent utiliser le véritable nom d’une personne pour accomplir de multiples exploits – un risque latent potentiellement profond.

Ce péril clandestin n’est qu’une des nombreuses énigmes que recèle la sagesse mystique d’un contracté. Lumian a donc opté pour un examen approfondi des créatures du monde spirituel, une interaction personnelle suivie d’un engagement expérimental.

En se basant sur les inconvénients connus des capacités contractées, Lumian a formulé une hypothèse éclairée.

Après que Guillaume Bénet, un homme animé par des désirs insatiables, ait constaté que son appétit pour le sexe augmentait, il avait définitivement cherché des femmes. L’alignement de la prophétie sur le Quartier de la Princesse Rouge s’harmonise avec les résultats de la divination par le miroir magique sur les cinq rues voisines.

De plus, sa faim était plus vorace que jamais, et l’acte d’intimité le laissait vidé de toute vigueur. Il y avait donc de fortes chances qu’il gravite autour d’une maison close répondant à la fois aux besoins charnels et culinaires ou qu’il invite une femme chez lui.

Guillaume Bénet n’était pas seulement un homme aux désirs ardents, mais aussi une âme ambitieuse, assoiffée de pouvoir. Étant confiné dans le village et avant que les capacités contractuelles n’imprègnent sa vie d’effets néfastes, sa luxure reflétait une expression de pouvoir. Autrement, il était impossible d’expliquer comment ses désirs s’étendaient à toutes les femmes, un penchant qui s’étendait entre les compagnes estimées et celles de moindre envergure.

Pour lui, s’approprier les compagnes d’autres hommes devenait un témoignage de son statut, de sa puissance et de son attrait.

En foulant le sol de Trèves, un endroit où son accent provincial attire le mépris des citoyens, il a sans aucun doute cherché à se faire valoir, en manifestant ses revendications à sa manière.

En plus de sa quête incessante de force et de son style passé, Guillaume Bénet s’est très probablement lancé à la poursuite de courtisanes recherchées, attisant ainsi la jalousie des habitants de la région. Il se peut même qu’il ait emmené une ou deux de ces femmes convoitées dans sa maison.

Cette analyse complète du caractère et de la psyché du padre n’est pas le fruit d’un travail solitaire de Lumian. Elle est le fruit de l’expertise d’Anthony Reid, un psychiatre. Armé du portrait complexe de Guillaume Bénet dressé par Lumian, Reid a peint une toile psychologique, un portrait vivant des rouages de cet hérétique.

Ainsi, deux voies distinctes s’ouvrent à lui pour piéger sa proie. La première consistait à surveiller les maisons closes de luxe, où l’attendaient aussi bien des repas que des courtisanes célèbres. L’autre piste s’oriente vers des enquêtes autour des courtisanes qui se sont mariées, qui ont pris des rôles de maîtresses ou qui ont même disparu au cours des deux derniers mois.

Dans le premier cas, c’est l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang qui s’en charge. La tâche actuelle de Lumian consistait à trouver un moyen d’obtenir des renseignements sur les histoires clandestines de la rue de la Muraille.

Anthony Reid, un habile courtier en renseignements, détient une clé. Il connaît bien Bühler, un chroniqueur de Ghost Face réputé pour ses révélations sur les scandales et les chuchotements qui agitent la rue de la Muraille.

Bühler, connaisseur en matière de boisson et d’écriture, fréquentait un coin du Café de l’Espoir où il pouvait arpenter l’entrée avant de s’aventurer dans les maisons closes.

Son objectif étant clair, Lumian se dirigea d’un pas assuré vers le café niché au milieu de la rue de la Muraille.

En chemin, il repense à l’ensemble de la tâche à accomplir, agité par une émotion indescriptible.

Ses capacités de divination n’ont rien à envier à celles de Franca. Un seul sort de prophétie reposait dans son arsenal, un outil qu’il n’osait pas manier avec témérité. La finesse du profilage psychologique d’Anthony Reid et son expertise en matière de collecte d’informations éclipsaient celles de Lumian. Cependant, la mobilisation de ces alliés lui a permis d’exploiter ces forces, un peu comme s’il prenait possession de ces capacités.

Lumian ne pouvait pas prédire les ramifications de l’accession à la divinité. Pourtant, une chose est sûre : sous la séquence 4, les prouesses rencontrent des contraintes. Les escouades coopératives exploitent le potentiel de synergie, ce qui leur permet d’affronter des séquences encore plus élevées, sans ceux qui ont la divinité.

Lumian aperçut bientôt le Café de l’Espoir, dont l’entrée était ornée d’un placage blanc laiteux.

Après avoir poussé la lourde porte, il jeta son regard sur le coin qui offrait un point de vue à tout le monde.

Un homme d’une trentaine d’années au visage fin, dont les cheveux ébène encadrent des yeux azur et dont la barbe est taillée et cirée avec précision, croisa le regard de Lumian, dont l’attention était fixée sur l’entrée.

Sentant l’attention de Lumian, le visage de l’homme se transforma. Il attrapa le carnet à couverture souple et le stylo à plume cramoisi posés sur la table, prêt à s’éclipser par la porte de derrière.

En réponse, Lumian sortit son revolver et tira en direction de la sortie arrière du café.

Avec une détonation retentissante, la balle s’est incrustée dans le bois.

Les clients du café s’alarment, leurs réactions oscillent entre la dissimulation et l’interrogation, ce qui engendre le chaos.

L’homme barbu est immobilisé, ne sachant pas s’il doit fuir ou rester.

Sous le regard collectif du barman, des clients et du personnel, Lumian s’avança vers sa cible, revolver à la main, l’amusement jouant sur ses traits.

” Es-tu Monsieur Bühler ? ”

“Oui, c’est moi.” Bühler se force à sourire.

Lumian fit un geste vers le siège d’origine de Bühler et parla avec nonchalance,

” Assieds-toi. Je suis venu acheter des informations.”

Un soupir de soulagement échappa à Bühler qui se cambra, revenant sur ses pas pour s’installer dans le fauteuil.

Lumian occupa le siège opposé, posant son revolver. Avec une trace d’espièglerie, il interrogea : “Pourquoi cette préférence pour un coin aussi peu éclairé ?”

Bühler soupire et répond : ” Dans mon métier, les représailles sont une préoccupation constante. Tu sais bien que certaines personnes détestent voir leur nom ou leur image mêlés à la toile des scandales dans les journaux et les périodiques.

“Ce coin me donne une vue imprenable sur l’entrée, ce qui me permet de détecter rapidement les fauteurs de troubles potentiels. Et si le besoin s’en fait sentir, je peux m’échapper rapidement par l’arrière.”


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
1 jour il y a

Merci pour le chapitre!
À ce que je vois Lumian, ton rituel d’avancé à la séquence 4 risque d’être fort facile

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser