Lord of Mysteries 2 Chapitre 252

Les temps anciens

Traducteur : Ych
———-

La boule de feu de Lumian a manqué sa cible, Charlotte, et en réponse, d’innombrables branches et lianes se sont glissées dans l’Auberge du Coq Doré depuis toutes les directions, enlaçant les murs, le sol, les fenêtres et le plafond. Elles se tordirent dans un enchevêtrement de brun et de vert, créant une barrière impénétrable.

En un instant, la scène entière s’est transformée en une illusion surréaliste avant de se solidifier à nouveau.

Devant lui se tenait un arbre immense, dont les nuances de brun et de vert se mêlaient harmonieusement. Ses racines s’enfonçaient profondément dans la terre, tandis que sa couronne majestueuse s’élevait toujours plus haut vers les cieux.

Les yeux de Lumian s’écarquillèrent lorsqu’il réalisa qu’il avait été transporté sans le savoir. Cela lui rappelait ses précédents voyages dans Paramita, où il se retrouvait dans un nouvel endroit sans avoir conscience de la transition.

L’Auberge du Coq Doré avait disparu. À présent, ses pieds foulaient les nœuds enchevêtrés des racines d’arbres qui tapissaient le sol. Son regard s’éleva jusqu’à l’arbre colossal, rappelant les légendes anciennes, tandis que la vaste étendue du ciel, avec sa teinte bleue semblable à de la peinture et ses nuages blancs cotonneux, se profilait au-dessus.

La surface de l’arbre était marquée par des excroissances humides et répugnantes, et chaque branche semblait porter le poids d’une structure – un bâtiment, une route, et d’autres particularités.

L’Auberge du Coq Doré en faisait partie, perchée sur un tronc d’arbre vert brunâtre, entrelacé d’innombrables branches et lianes, révélant une douzaine de fenêtres sur le monde.

À travers l’une des baies vitrées, Lumian aperçut le couple en fuite en train de faire l’amour passionnément, tandis que le courtier en informations, Anthony Reid, se recroquevillait sous une table en bois, tremblant de peur…

Les autres troncs d’arbres contenaient des objets enveloppés de branches, de feuilles et de lianes, apparaissant éthérés et brumeux, comme s’il s’agissait de scènes enregistrées par un champ magnétique à travers un air brumeux.

Dans ce royaume, des bâtiments anciens avec des frontons, des toits à chevrons et des fenêtres à cadre de plomb ont émergé. Des femmes agrippées à des lampadaires à gaz étaient embrassées par derrière, des prêtres se tenaient devant des hommes nus et des individus sautaient par des fenêtres en verre tout en se couvrant le derrière. Des corps exquis ont été transportés sur des plateaux vers des tables à manger, des orgies se sont déroulées avec des vêtements éparpillés, et une beauté diabolique a tourné la tête pour révéler deux cornes de chèvre noire. Un évêque nu de tout son long écoutait les confessions des croyants devant un emblème sacré.

Les scènes variaient en termes de styles architecturaux, de vêtements et de coiffures, certaines évoquant des temps anciens tandis que d’autres semblaient s’être déroulées hier.

Derrière Lumian, des corbeaux de feu cramoisis se sont matérialisés, à moitié illusoires. Il balaya rapidement la zone du regard, mais Franca était introuvable.

Franca n’avait pas été transportée dans cet endroit entre réalité et illusion !

Dans la rue Anarchie, au milieu des racines d’arbres, des branches et des lianes, les vendeurs ambulants et les piétons dévoraient la nourriture qu’ils vendaient. Même après avoir vomi, ils continuaient à manger avec une détermination inébranlable. Certains épinglaient avec force les membres du sexe opposé dans la rue, d’autres dégainaient des poignards pour attaquer des pairs qui les avaient provoqués ou qui avaient osé leur voler leur place. Dans des scènes de chaos total, certains individus se sont approchés des vitres, tentant d’entraîner leurs reflets dans une danse avec une révérence de gentleman.

Les piétons et les calèches traversaient les rues, apparemment inconscients des circonstances extraordinaires. Les vendeurs ont poursuivi leur activité de colportage et les magasins sont restés ouverts. Les passants semblaient captivés par l’atmosphère animée, ne voulant pas s’éloigner.

Ce qu’ils n’ont pas remarqué, c’est l’absence de toute personne ayant pénétré dans cette zone – elle s’est tout simplement volatilisée pour ne plus jamais revenir.

Au quatrième étage de l’immeuble couleur kaki qui abrite la permanence du député de l’avenue du Marché.

Hugues Artois, perdu dans ses pensées, regarde les rues avoisinantes.

Cassandra, avec ses cheveux d’un roux ardent, se retourna vers lui et demanda avec curiosité : “Qu’est-ce que Susanna, de la société Bliss, est en train de préparer ?”

Un sourire se forma sur les lèvres d’Hugues Artois qui répondit : ” Ils ont beaucoup parlé, mais ma compréhension était limitée. Je me souviens qu’ils ont mentionné un plan visant à immerger l’arbre divin souterrain dans les profondeurs de Trèves de la quatrième époque et à l’étendre à un endroit appelé le monde astral.”

Cassandra, Rhône, Margaret et Boduva échangèrent des regards perplexes et inquiets, incapables de cacher leur confusion.

“Mais cela ne va-t-il pas provoquer un énorme tumulte ? Notre force actuelle est loin d’être celle des Beyonders officiels. Il vaut mieux éviter un affrontement direct avec eux. Tu ne le sais peut-être pas, mais je suis issu de la famille Sauron, et je comprends assez bien les autorités. Je sais à quel point elles peuvent être puissantes et redoutables.

“Tout ce que nous avons fait jusqu’à présent, nous l’avons fait en secret, en échappant aux enquêtes du mieux que nous pouvions. Si nous devions être démasqués, il est fort probable que nous soyons confrontés à un saint ou à un artefact scellé de grade 1. Et au-delà, il y a les anges et les artefacts scellés de grade 0.”

Hugues Artois a appuyé sur sa main droite et les a rassurés en souriant.

“N’ayez crainte, ils ne nous mettront pas en cause.

“Je ne les ai pas incités à entreprendre cette démarche. Je ne leur ai même pas offert un indice ou de l’aide. On peut seulement considérer que j’étais au courant de leur plan à l’avance et que j’ai consenti silencieusement à leurs actions.

“La seule chose qui pourrait potentiellement nous lier à cette affaire est l’explosion de l’usine chimique qui a reçu une quantité excessive de bénédictions de décomposition. Cependant, cela s’est produit parce que Bono Goodville a mal compris les intentions de Rhône et a commis un crime impardonnable. Les diverses émotions et désirs issus de l’accident ont été exploités, amplifiés et utilisés comme nourriture. Qu’est-ce que cela a à voir avec nous ?”

Alors que l’expression des membres de l’équipe se détendait, Hugues Artois s’est éloigné de la fenêtre en émettant un profond gloussement.

“S’ils réussissent, cela marquera une nouvelle étape solide dans nos poursuites. Nous serons encore plus près d’accueillir la descente de grandes existences. Si, malheureusement, ils échouent, nous ferons preuve de retenue pour le moment et nous nous efforcerons de faire en sorte que nos activités restent cachées aux Beyonders des deux Églises. Nous continuerons à être les souverains du quartier du marché.

“Réussite ou échec, c’est notre opportunité.

“Au cours des discussions de la Convention nationale, j’exposerai la corruption et les capacités médiocres des Beyonders des deux Églises. Ils ont permis aux hérétiques de ravager à plusieurs reprises le quartier du marché, chaque fois pire que la précédente !

“Je demanderai au Bureau 8 d’établir une branche dans le quartier du marché pour aider les Beyonders ineptes de l’Église et partager leur fardeau.

“Le Bureau 8, toujours désireux d’étendre son autorité, soutiendra sûrement ma proposition.

“Avec trois forces officielles différentes présentes simultanément dans le quartier du marché, les conflits entre elles tourneront à notre avantage.

“Comparé aux Beyonders orthodoxes des deux Églises, le Bureau 8 peut être influencé, corrompu et progressivement basculé de notre côté.

“Voilà mon plan. À long terme, la victoire sera la nôtre !”

Rhône, le secrétaire aux lunettes à monture dorée et aux cheveux soigneusement peignés, glousse.

“C’est ma spécialité.”

Influencer, corrompre et décrépir progressivement une organisation, ce qui entraîne son déclin et sa dégradation morale.

Hugues Artois ajuste sa queue de pie et son nœud papillon, se préparant à partir pour la salle de banquet.

Avant de partir, il examine son environnement, son regard se déplaçant entre Cassandra, Rhône, Boduva et Margaret. Un sentiment inhabituel de confiance et de certitude l’envahit.

Ces quatre subordonnés possédaient des pouvoirs Beyonder impressionnants, Cassandra la rousse étant particulièrement redoutable, ce qui lui inspirait un sentiment de sécurité.

À l’extérieur de la porte du bureau, près des escaliers, se tenait une équipe officielle de Beyonders chargée de le protéger.

Tous les membres du parlement n’ont pas eu le privilège de bénéficier d’une équipe de protection composée de trois membres. Certains étaient déjà de puissants Beyonders, tandis que d’autres étaient issus de milieux nobles et avaient leurs propres gardes du corps Beyonder. Pour certains, un niveau de force personnelle justifiait la présence d’un compagnon Beyonder pour assurer leur sécurité. Seule une personne comme Hugues Artois, dépourvue de capacités Beyonder et de soutien familial, avait besoin d’une telle protection.

Selon les règles, la responsabilité de la protection d’Hugues Artois incombait à tour de rôle à l’Église du Soleil Flamboyant Éternel, à l’Église du Dieu de la Vapeur, à l’Église des Machines et au Bureau 8. Aujourd’hui, c’était le tour de l’Église du Soleil Flamboyant Éternel.

En plus des Beyonders, le bâtiment entier abritait dix agents de sécurité professionnels bien entraînés et armés d’armes à feu. Ils étaient membres du Bureau 7, une branche du Comité de renseignement et de sécurité intérieure d’Intis – le Bureau des services spéciaux – chargée d’assurer la protection de base des membres du parlement et des hauts fonctionnaires du gouvernement.

Debout près de la porte, Hugues Artois attendait que Rhône, son secrétaire, lui ouvre. Le sourire aux lèvres, il lève légèrement la tête, bombe le torse et sort avec assurance en descendant les escaliers.

Sur le sol recouvert de racines d’arbres enchevêtrées,

Lumian s’entoure de corbeaux de feu semi-illusoires et repère à nouveau Charlotte Calvino, la vedette du Théâtre de l’Ancienne Cage à Pigeons.

Dotée d’un remarquable talent de comédienne, Charlotte déambulait avec grâce dans les scènes illusoires formées par les différents troncs d’arbres. Parfois, elle se pare d’une robe à corset et coiffe ses cheveux en un élégant chignon. D’autres fois, elle embrasse la mode contemporaine, revêtant une robe ajustée, un petit manteau et de longues bottes. À certaines occasions, elle s’est même transportée à l’époque de la famille royale de Sauron, incarnant leur amour pour les vêtements masculins et se fondant parfaitement dans la toile de fond correspondante.

Dans ce processus éthéré, chaque fois qu’elle quittait une scène illusoire et brumeuse, elle émergeait rapidement dans une autre, comme si elle se promenait tranquillement à travers les différentes époques de Trèves.

Sous la faible lueur des lampadaires, Charlotte sourit en s’adressant à Lumian : “Tu devrais te considérer comme honoré. Tu es le premier dissident à pénétrer dans l’arbre divin et à fusionner avec lui.”

Les corbeaux de feu cramoisis qui encerclaient Lumian se condensèrent mais s’abstinrent d’attaquer. C’était parce que Charlotte vacillait constamment entre des scènes illusoires, modifiant son apparence à chaque transition.

Sa voix résonnait dans toutes les directions, formant des phrases.

Lumian avait déjà enfilé des gants noirs. Sa main droite était dans sa poche et tenait fermement le doigt de Monsieur K.

Charlotte poursuivit son discours, introduisant la situation comme par un aria, comme si cela ne suffisait pas à satisfaire ses désirs intérieurs.

Cet ancien arbre de l’ombre est antérieur à la construction de la ville actuelle de Trèves. Ses racines étaient profondément enfouies sous terre.

“Il apporte plaisir et subsistance aux habitants de Trèves. Avec l’aide de la lignée du diable et de disciples dévoués, l’ambiance ici s’est progressivement transformée selon la voie souhaitée par la divinité. Les habitants de Trèves n’y ont jamais manqué. La débauche comme le plaisir sont inhérents à la nature humaine. Année après année, ils l’ont abreuvée de divers désirs excessifs, la nourrissant ainsi.

“Plus d’un millénaire s’est écoulé. Bien que Trèves n’ait pas atteint l’apogée attendu de la joie débridée et de l’indulgence jusqu’à la mort, elle a pris forme. La croissance de l’arbre divin a maintenant atteint un tournant crucial.

“Dans une telle situation, les désirs et les émotions pures ne peuvent plus jouer leur rôle premier. Ils ne peuvent que servir de bois de chauffage pour l’incendie. Nous avons besoin d’un sacrifice d’une ampleur considérable. Et toi, qui possède une corruption de niveau angélique mais qui manque d’une force proportionnelle, tu es le choix parfait !”

Le cœur de Lumian a sauté un battement en entendant cela. Ses pupilles se dilatèrent, comme s’il souhaitait voir clairement le visage de Charlotte.

Sait-elle que je porte en moi le pouvoir scellé de l’inévitabilité ?

Charlotte sourit.

“La première fois que tu as invoqué la grande prêtresse Susanna, elle a senti le terrifiant pouvoir angélique scellé en toi. Elle n’a pas osé te posséder. Ses tentatives ultérieures pour te tuer n’étaient pas uniquement motivées par Charlie !”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser