Lord of Mysteries 2 Chapitre 134

Courtisane

“Quoi ?” L’incrédulité de Charlie était palpable.

Lumian partagea sa surprise, jetant un regard compatissant à Charlie.

Il était convaincu que Charlie n’avait aucune raison de tuer Madame Alice. Après tout, tant qu’elle vivait, Charlie pouvait gagner 500 verl d’or par mois pendant les six prochains mois. Selon diverses publications, cette somme était presque équivalente au salaire mensuel d’un médecin, d’un avocat, d’un fonctionnaire de niveau moyen, d’un professeur de lycée supérieur, d’un ingénieur supérieur ou d’un lieutenant de police adjoint. Pour quelqu’un qui avait failli mourir de faim et n’avait pu trouver qu’un travail d’apprenti préposé, c’était une petite fortune.

Alors que ses deux collègues se dirigent vers l’étage, l’officier qui a menotté Charlie explique laconiquement : “Madame Alice a été découverte morte dans sa chambre à l’Hôtel du Cygne Blanc ce matin. Plusieurs témoins confirment que vous y avez passé la nuit et que vous n’êtes parti que vers minuit.”

La peur et la confusion de Charlie montent d’un cran.

“Comment est-ce possible ? Comment est-elle morte…”

Marmonnant pour lui-même, il se tourne soudain vers l’officier, l’inquiétude gravée sur son visage, et insiste : “Elle était vivante quand je suis parti ! Je le jure par Sainte Viève !”

La voix grave de l’officier lui répond : “Le rapport préliminaire d’autopsie situe l’heure du décès de Madame Alice entre 23 heures et 1 heure du matin cette nuit. En dehors d’elle et de toi, la présence de personne d’autre n’a été détectée.”

…..

L’autre présence pourrait-elle ne pas être humaine ? Lumian réfléchit en silence, considérant le fantôme de Montsouris.

S’il n’avait pas manqué d’un déguisement adéquat et s’il n’avait pas voulu éviter le regard des détectives, il aurait exprimé ses pensées.

“C’est impossible ! Ça ne peut pas arriver !” Les yeux de Charlie s’écarquillent, sa voix s’élève en signe de protestation.

Un policier, qui s’était éclipsé plus tôt, descendit du quatrième étage, un collier de diamants scintillants tenu dans sa main gauche gantée de blanc.

“J’ai trouvé ça !”, informe-t-il l’officier principal.

L’officier a acquiescé sans donner plus d’explications à Charlie. Il le fixe solennellement en déclarant : “Charlie Collent, vous êtes en état d’arrestation pour meurtre. Vous avez le droit de garder le silence ; tout ce que vous direz pourra et sera utilisé contre vous au tribunal.”

“Je n’ai rien fait ! Vous m’entendez ? Je ne l’ai pas fait !” Charlie hurle en se débattant futilement.

Malgré ses protestations, il a été conduit hors de l’Auberge du Coq Doré par les deux policiers.

Entre-temps, plusieurs locataires avaient été attirés par l’agitation dans l’escalier, où ils regardaient la scène se dérouler.

Parmi eux se trouvait Gabriel, qui semblait avoir terminé une séance d’écriture sur son manuscrit qui avait duré toute la nuit.

“Tu penses que c’est Charlie qui l’a fait ?” Lumian demande au dramaturge, plongé dans ses pensées, alors qu’il fixe le couloir désormais vide.

Gabriel avait émergé plus tôt et comprenait à peu près la situation difficile dans laquelle se trouvait Charlie.

Il secoua la tête et répondit : “Je ne pense pas que Charlie soit coupable. Ce n’est pas un saint, mais il n’est pas méchant non plus.”

“Pourquoi dis-tu cela ?” Lumian s’enquiert, en se tournant vers lui.

Gabriel ajusta ses lunettes à monture noire.

“Charlie s’est fait escroquer son argent et a failli mourir de faim, pourtant il n’a jamais envisagé de nous voler.

” Cela signifie que soit il a des principes et un sens moral, soit il est terrifié par la loi. Dans les deux cas, ça suffit à prouver qu’il n’aurait pas assassiné cette dame.”

Lumian acquiesce, puis ricane.

“Les gens peuvent être impulsifs et changer.”

Sur ce, il monta les escaliers jusqu’au cinquième étage.

C’était le dernier étage de l’Auberge du Coq Doré. De grandes parties du plafond au-dessus de la tête présentaient des signes de dégâts causés par l’eau, comme si de fortes pluies provoquaient des fuites.

Lumian s’approcha de la chambre 504, la chambre de Charlie, et extrait un petit fil qu’il portait sur lui pour déverrouiller la porte en bois.

À l’intérieur, la valise, le lit et la table en bois de Charlie avaient été fouillés par les deux policiers un peu plus tôt. Des objets étaient éparpillés, mais ils étaient peu nombreux.

Lumian se souvenait que lors d’une conversation avec Charlie au bar du sous-sol, il avait mentionné avoir mis en gage son unique costume formel et de nombreuses autres affaires alors qu’il était au chômage. Il n’avait toujours pas les moyens de les récupérer.

En entrant, son regard s’est déplacé, et Lumian a soudain repéré un portrait.

Scotché au mur en face du lit, il représentait une femme vêtue d’une robe verte.

La femme semblait avoir une vingtaine d’années, avec des cheveux auburn, des yeux vert jade et des lèvres d’un rouge lustré. Elle possédait une beauté exquise et rayonnait d’élégance.

Lumian fut déconcerté. La femme du tableau lui semblait étrangement familière.

Il réalisa qu’il devait s’agir de Susanna Matisse, l’infâme prostituée que Charlie avait confondue avec Sainte Viève.

Pourtant, il n’avait jamais rencontré cette femme auparavant, il n’y avait donc aucune raison pour qu’il la trouve familière.

Après avoir réfléchi, Lumian se souvint soudain de quelque chose.

Lors de sa danse d’invocation dans la salle 207, il avait attiré une silhouette translucide qui était clairement plus puissante que les autres entités.

Cette figure, elle aussi, était de sexe féminin et ressemblait étrangement à Susanna Matisse dans le portrait. Cependant, l’une avait des cheveux turquoise, l’autre des cheveux auburn ; les cheveux de l’une étaient assez longs pour couvrir son corps nu, tandis que ceux de l’autre étaient juste assez longs pour former un chignon.

De plus, la silhouette était encore plus séduisante, apparemment capable d’éveiller des désirs cachés chez n’importe qui. Le portrait de Susanna Matisse n’a pas provoqué de tels sentiments chez Lumian. Une conséquence de prières malencontreuses ? Lumian acquiesce silencieusement.

Autrefois, il n’aurait pas remis en question les actions de Charlie. S’il s’agissait d’éviter la famine, Lumian aurait prié sincèrement une prostituée, et encore moins l’ange gardien de Trèves.

Mais maintenant, grâce au grimoire d’Aurore, Lumian avait acquis une compréhension de base des Séquences de premier niveau des vingt-deux voies divines, des tabous sacrificiels et des connaissances mystiques associées. Il savait que des prières imprudentes pouvaient s’avérer périlleuses.

Après avoir cherché pendant un certain temps, il quitta la salle 504, attrapa la lampe à carbure et héla un tramway sur l’avenue du Marché, en direction du Quartier de l’Observatoire.

Alors qu’il s’aventurait dans les souterrains en direction de la zone où Osta Trul se cachait habituellement, Lumian examinait périodiquement les ombres derrière les piliers de pierre.

Il rit de lui-même en pensant : “Je ne rencontrerai plus jamais le fantôme de Montsouris, n’est-ce pas ?” Si c’était le cas, il devrait se demander si le fantôme de Montsouris avait un lien particulier avec quelque chose qu’il possédait, ou si la corruption avait indirectement modifié son “horoscope”, entraînant une malchance exceptionnelle. Heureusement, les inquiétudes de Lumian ne sont pas fondées. Il trouva Osta Trul assis sous un pilier de pierre, un feu de camp crépitant à proximité.

La silhouette encapuchonnée et vêtue de noir jeta un coup d’œil à Lumian et lui offrit un sourire sincère. “Monsieur K t’a accordé la permission d’assister à notre réunion bihebdomadaire sur le mysticisme, qui aura lieu à neuf heures le mercredi soir.”

Le regard d’Osta était empreint d’une nette sincérité, comme pour dire que le paiement était dû.

À 21 heures, après-demain… Lumian acquiesça en souriant.

“Où se déroule le rassemblement ?”

“Retrouve-moi chez moi une heure avant. Je t’y emmènerai”, répondit Osta sans hésiter. Lumian a acquiescé de façon laconique.

“Je te paierai le reste alors”.

“D’accord.” Bien qu’Osta semble légèrement déçu, il acquiesce.

Lumian s’enquit : “De quoi dois-je me méfier lors du rassemblement ?”

“Couvre-toi le visage et cache ton identité”, conseilla Osta, fort de son expérience. “Tu ne veux pas que les autres participants t’exposent s’ils sont attrapés par les autorités, n’est-ce pas ? À part monsieur K, personne ne doit tout savoir.” Lumian grimace et rétorque : “Tu as déjà vu mon visage et tu connais mon identité. Dois-je envisager de t’enterrer dans un coin dans les souterrains de Trèves après le premier rassemblement ?” Osta a involontairement frissonné et s’est forcé à sourire.

“Tu es un sacré farceur. Mais je ne sais pas vraiment qui tu es, ni où tu vis, ni ce que tu fais. De plus, il est peu probable que tu m’aies montré ta véritable personnalité.”

Prenant plaisir à déstabiliser son interlocuteur, Lumian trouve un rocher et s’y assoit. Profitant de la chaleur du feu, il demanda nonchalamment : “As-tu déjà entendu parler de Suzanne Matisse ?”

“Oui”, répondit Osta, dont l’excitation était évidente. “Pendant un certain temps, elle a été la femme de mes rêves. J’ai acheté de nombreux posters et cartes postales à son effigie. Il y a quelques années, elle était la prostituée la plus célèbre de Trèves, celle qui assistait aux banquets de la haute société. Elle était liée à d’innombrables scandales impliquant des députés, des hauts fonctionnaires et des personnes fortunées. La rumeur dit qu’elle gagnait des centaines de milliers de verl d’or par an, mais elle n’est plus sous les feux de la rampe depuis deux ou trois ans. Nana a depuis pris sa place en tant que courtisane renommée de Trèves. Soupir, elle est peut-être devenue la maîtresse permanente de quelqu’un.” Des centaines de milliers de verl d’or ? Lumian fut interloqué.

“Une courtisane de haut niveau gagne plus que la plupart des auteurs de best-sellers ?”.

“Ce n’est pas normal ?” Osta arborait une expression particulière. “Une courtisane de haut niveau peut coucher avec des députés, des banquiers et des fonctionnaires de haut rang, mais pas un auteur de best-sellers[1].”

Amusé et plein d’autodérision, Lumian remarque : ” C’est vrai. Le poète Boller a dit un jour qu’il n’y avait pas de différence entre un poète et une prostituée. Le premier vend le produit de son imagination, la seconde son corps.”

“Je préfère les corps”, admet candidement Osta. Lumian s’enquit à nouveau : “As-tu entendu parler de la légende d’une femme fantôme ? Elle a des cheveux turquoise, assez longs pour s’enrouler autour de son corps. Ses traits sont exquis, capables d’enchanter la plupart des hommes et d’éveiller leurs désirs.”

“Non.” Osta secoue la tête. Avec une expression nostalgique, il ajouta : “Si un tel fantôme féminin existe vraiment, j’aimerais beaucoup la rencontrer ne serait-ce qu’une fois.”

Lumian se leva et gloussa. “Alors prépare-toi à une mort subite après l’avoir fait des dizaines de fois par nuit”.

“…” L’expression d’Osta se figea.

15 heures, 27 avenue du Marché, Le Marché du Quartier du Gentleman Quartier général de la police. Lumian, après avoir dépensé près de 300 verl d’or pour trois ensembles de vêtements de grades différents, des cosmétiques abordables et d’autres accessoires de déguisement, entra dans la salle inhabituellement bruyante. Certaines personnes étaient en train d’être amenées, d’autres avaient eu la chance de partir, tandis que d’autres encore discutaient bruyamment, faisaient du tapage et juraient – certains claquaient les tables et donnaient des coups de pied dans les tabourets….

Lumian, ses cheveux blonds soigneusement peignés en arrière, ses lunettes à monture noire perchées sur l’arête de son nez et une moustache ornant ses lèvres, apparut les joues exagérément claires. Vêtu d’un costume de soirée noir et portant une mallette marron, il s’est approché d’un agent de police masculin qui surveillait l’accueil.

Il s’arrêta devant l’homme, leva légèrement la tête et annonça avec assurance : ” Je suis l’avocat bénévole de Charlie Collent. J’aimerais voir mon client.”

[1] Je me souviens que Baudelaire en a parlé, mais je n’ai pas pu retrouver la source pour l’instant. Il pourrait s’agir de quelqu’un d’autre.


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
6 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Voici Lumian l’avocat bénévoles

Sigurd Goudard
2 mois il y a

Merci pour le chapitre

Thewether Thewether
2 mois il y a

Le courage de se brave
Merci pour le chapitre !

error: Le contenu est protégé !
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser