How to get my husband on my side – Chapitre 77

Chapitre 77

Chapitre 77 – Traduit par : @thaneetea_

 

Pourquoi se comporte-il bien tout d’un coup ? Il a l’air très sincère, mais je ne sais pas si je rêve.

Bien sûr, s’il avait vraiment été sincère depuis le premier jour, il m’aurait renvoyée chez moi dès le lendemain…..

« Pas un mot de tout ce que je t’ai dit à l’époque n’était vrai……. »

« Bon, ce n’est pas grave, de toute façon je ne me trompe pas, je n’ai pas mal compris, donc tu n’as pas à t’inquiéter….. »

« Ce n’est pas comme ça ! Non, ce n’est pas comme ça, je suis désolé. »

« …quoi ? »

Il était naturel que je doute de mes oreilles pendant un moment.

Ce protagoniste arrogant s’est-il excusé volontairement ? Il faudrait que je l’entende à nouveau.

Mon mari, qui était resté immobile comme une statue, a tendu les bras très lentement sans prévenir et m’a serrée dans ses bras, et le hoquet qui s’était arrêté était sur le point de ressortir.

Alors que mon visage était enfoui dans son épaule semblable à un roc, la confusion s’est emparée de moi.

« Si je n’avais pas été aussi confus depuis le début, tu n’aurais pas été comme ça, mais finalement… »

Il y avait une note complexe dans sa voix tandis que ses bras me tenaient fermement.

Une voix suffisamment basse pour être proche du chuchotement. Presque un gémissement.

J’étais juste hébétée. Mon esprit était complètement vide.

De quoi parlait-il ?

À ce stade, je devais donner une réponse appropriée.

Cependant, contrairement à mon esprit, ma bouche avait son propre plan.

« Je n’ai pas fait ça. »

« Je sais. »

« Ce n’est pas vraiment moi. »

« Je sais. »

Quelque chose qui était étroitement agglutiné dans le coin de ma poitrine s’est fissuré et a éclaté.

Des vagues de passion inconnue semblaient avoir englouti tout ce qui restait de raison en moi.

« Je n’ai rien fait, je n’ai rien fait. Pourquoi tout le monde me fait-il ça… ? »

Ses bras se sont refermés sur mon corps qui se débattait.

Je sanglotais et frappais les épaules de l’homme qui m’avait enfermée.

Je ne me rendais pas compte de la folie de ce que je faisais. Pendant ce temps, Izek me maintenait immobile et silencieux.

S’il était comme tout le monde, tout serait beaucoup plus facile. S’il était comme tous ces gens maudits.

S’il ne m’avait pas regardée comme ça tous les soirs, s’il ne m’avait pas regardée comme une vraie princesse dans ses bras, je n’aurais pas eu cette peur stupide de le perdre.

Je pensais qu’il importait peu qu’il soit Barbe Bleue tant que je vivais.

Pourquoi continues-tu à me faire ça ?

Pourquoi continues-tu à me donner envie d’être avide ?

Avec tout ce que je faisais, j’ai finalement décidé que je n’en pouvais plus, mais il a attrapé ma main, qui le frappait.

Bien sûr, ce n’était pas parce qu’il était blessé.

C’est ma main qui a frappé son armure de métal qui a ressenti de la douleur.

« Ruby, arrête. Arrête. Tu vas te casser les mains. »

« Ugh, je ne veux pas me…… ! »

« D’accord, alors tu devrais me gifler. »

Comment oserais-je faire cela ?

Le bon sens qui avait quitté mon esprit à une vitesse ridicule est revenu un peu.

Alors que je sanglotais et essayais de reprendre mes esprits, Izek avait soupiré et tenu ma main en murmurant : « Pour une fois, j’aurais dû planter des champignons de givre à l’avance. »

« …Pourquoi tout d’un coup ? »

« Tu aurais pu me les lancer, au lieu de faire ça. »

Le silence s’est installé.

Je l’ai regardé, perdue de vue, et il a mis sa main sous mon aisselle et m’a légèrement soulevée.

Ah, il ne plaisantait décidément pas…

Qu’est-ce que je viens de lui faire ?

« Hé, Iz… ? »

« Mmm. »

« Tu vas bien ? Je t’ai frappé trop fort… »

« Tu m’as frappé comme un gamin de neuf ans, mais c’est supportable. J’ai peur de ne pas avoir de bleus avec ça. »

Mon mari a continué à caresser ma main d’une main et l’a embrassée.

Des gestes courts et simples.

En le regardant d’un air absent, j’ai ressenti une douleur insupportable d’un côté de ma poitrine.

En même temps, je me demandais pourquoi je faisais cela.

Après tout, j’étais la seule à avoir été blessée après l’avoir frappé.

J’étais soulagée qu’il ne soit pas blessé, mais pourquoi avais-je l’impression de me mettre lentement en colère ?

J’aurais dû le gifler quand il m’a dit de le faire tout à l’heure !

J’ai été idiote de gâcher une chance que je n’avais jamais eue auparavant !

« …frère ? »

Quand je suis revenu au manoir, j’ai croisé Ellenia sur mon chemin. Non seulement Ellenia, mais aussi mon beau-père.

Mon cœur s’est remis à battre la chamade alors qu’elle sortait du bureau, se tenant côte à côte avec lui.

De quoi parlaient-ils ? Parlaient-ils de moi ?

Le visage d’Ellenia, qui avait toujours été inexpressif, était rempli d’une agitation indescriptible.

Étant donné que mon mari m’avait ramenée en larmes, c’était compréhensible.

Le père aussi essayait de ne pas cacher son air consterné.

Dans un élan de honte, j’ai cessé de fermer les yeux et j’ai enfoui mon visage dans l’épaule de mon mari.

« Qu’as-tu fait ? »

« Qu’est-ce que tu as fait à Ruby, mon frère ? »

……Le sujet de la question était un peu étrange.

Au premier coup d’œil, Izek avait un air très triste sur le visage, mais il est quand même passé devant et a répondu sans aucune hésitation.

« Je suis marié. »

« Quoi… ? »

La réponse était tout aussi étrange.

Eh bien, cette famille était tout simplement étrange.

Au fait, Ellenia aurait dû savoir que j’avais frappé la femme de chambre.

Je ne le regrettais pas, mais cela me laissait un goût amer dans la bouche.

Je ne pouvais plus faire marche arrière.

***

« Viens ici. »

Quelle scène romantique que de s’asseoir sur le balcon face au clair de lune.

La torche verte qui brûlait dans la cheminée semblait sur le point d’invoquer un redoutable loup-garou à tout moment.

Et en face de moi se trouvait un monstre qui n’avait rien à envier aux loups-garous.

L’odeur du cacao chaud et mousseux était douce.

Tandis que j’attrapais avec précaution une cuillère à café et récupérais les marshmallows qui flottaient, Izek s’assit en face de moi, détacha ses gantelets et ses menottes, et les jeta brutalement.

Est-ce que c’est bien de tout jeter comme ça ?

« Qu’est-ce qu’il y a dans ton verre ? »

« C’est juste de l’alcool de mélasse. »

Je vois. Plutôt que de savourer l’alcool, j’ai fixé la gorge proéminente qui engloutissait la mélasse comme s’il buvait une boisson gazeuse, et j’ai demandé à l’improviste.

« Je peux essayer aussi ? »

Izek a fait une pause et m’a regardé, mais il m’a rapidement tendu la bouteille sans dire un mot de ce qu’il avait en tête.

Je n’ai pas compris la raison de cette impulsion soudaine.

Cependant, c’était probablement parce que je me souvenais de l’image de Freya à laquelle j’avais été confronté au temple ce jour-là.

Et de ce qu’Izek avait dit à l’époque.

Il a dit qu’elle essayait toujours de lui voler sa boisson…..

Ha, quoi ? Les jeux émotionnels enfantins ne vous intéressent pas ?

Quoi qu’il en soit, j’ai immédiatement regretté d’avoir bu ce verre de liquide épais de couleur miel.

Comme je m’y attendais, je ne supporte pas bien l’alcool.

D’ailleurs, pourquoi était-ce si fort ? C’était un dur à cuire pour boire une telle chose aussi bien.

« Je ne pense pas que cela corresponde à ton goût. »

« Je le savoure juste un instant. Je suis aussi une bonne buveuse. »

« ……. »

« ……. »

J’ai arrêté d’engloutir cette boisson dans ce silence gênant.

Je n’avais bu que quelques gorgées et je me sentais déjà malade.

C’est parce que j’avais l’estomac vide…..

« Ça ira si tu en mets un peu là-dedans. »

Pour une raison que j’ignore, mon mari, qui murmurait à voix basse au lieu de faire des histoires, a repris le verre et en a versé quelques gouttes dans ma tasse de cacao.

Oh, ce n’était pas mal non plus.

Je n’avais pas l’intention de boire.

« Dis à Letler si tu as une boisson préférée. Il la préparera. »

« Je ne voulais pas vraiment boire. »

« Alors quoi ? »

« Je suis juste curieuse de savoir ce que tu bois. Qu’as-tu fait aujourd’hui ? »

« Eh bien, je n’ai rien fait d’autre que d’attraper quelques gnomes. C’est ennuyeux ces jours-ci, alors si les loups de givre reviennent à des moments comme celui-ci, les paladins seront tous à court d’excitation. »

C’est compréhensible. Vous avez attrapé quelques gnomes, n’est-ce pas ?

Lorsque j’ai bu une gorgée de cacao sucré, la chaleur s’est répandue dans tout mon corps.

Ouf, je crois que je vais aller acheter de la mélasse.

Il n’y a pas eu de paroles échangées pendant un moment. Nous avons tous les deux bu dans nos verres sans dire un mot.

Tout en buvant du cacao, j’ai jeté un coup d’œil de l’autre côté de la rue, et Izek a baissé les yeux d’un air inconnu, sans savoir s’il était fatigué ou perdu dans ses pensées.

Que dois-je penser ?

« Qu’est-ce que tu veux savoir d’autre ? »

« Quoi ? »

« Tu regardes devant toi depuis un moment. »

« C’est juste…… bien, tout le monde en parle beaucoup. Tu assisteras aussi à ce combat de gladiateurs ? »

« Pourquoi, tu ne veux pas que j’y aille ? »

« Non, non, j’ai juste entendu dire que c’était très dangereux……. »

J’ai secoué la tête précipitamment, car je pensais avoir l’air inquiète de l’issue du match.

Izek m’a jeté un regard un peu étrange, mais il a repris la parole : « Mais ceux qui sortent sont un peu différents du genre d’amis que tu as. »

J’en étais consciente.

C’était un type de monstre que je n’avais jamais vu auparavant, contrairement à ceux que j’avais rencontrés dans la forêt de givre.

Je me souviens avoir lu les scènes où les ogres et les trolls se déchaînaient lors du tour préliminaire, les attaques mentales et même les morts-vivants étaient mobilisés.

Malgré tout, le premier sur la liste aurait été le dragon de givre.

Heureusement qu’il cachait ses traces.

« C’est pourquoi je suis encore plus inquiète. Bien sûr, tu es déjà devenu le vainqueur une fois……. »

« Mais je ne sais pas ce que cela signifie pour toi. »

« Quoi ? »

D’un geste plutôt indifférent, Izek posa le verre et poussa vers moi la plaque de chocolat blanc.

Tu veux que j’arrête de dire des bêtises et que je mange ?

Tu veux que je mange ça et que j’en vienne au fait ?

« Tu peux savoir ce qui se passe rien qu’en regardant les yeux du loup de givre. Si je ne peux pas t’empêcher de t’asseoir dans le public, je ferais mieux d’en finir au plus vite. »


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Satoru monamour
2 mois il y a

Merci pour la trad 🥰

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser