How to get my husband on my side – Chapitre 73

Chapitre 73

Chapitre 73 – Traduit par : @thaneetea_

 

À cause de son ton, Camu toussa un peu et choisit soigneusement ses mots.

« Je veux dire, si votre femme fait une erreur… Bon sang, pensez de façon réaliste. Je serais confus, moi aussi. Imaginez qu’un jour, un cochon grillé sur une table vous parle ! Si elle pouvait comprendre tous leurs cris, ne serait-elle pas perturbée si c’était vous qui vous battiez ? Cela ne poserait-il pas de problème ? Et s’ils regardent votre femme assise dans le public et qu’ils ont un comportement étrange ? »

La métaphore du cochon grillé était un peu illogique, mais Galar exprima également son accord.

« C’est aussi ce qui me préoccupe le plus, Izek. Même si la duchesse sait s’y prendre, on ne sait pas ce que feraient les monstres fous. Si vous essayez de vous précipiter dans l’auditorium, si c’est impossible, ou si vous essayez d’envoyer un signal……. »

« Qu’entendez-vous par signal ? »

« Eh bien, je ne sais pas, le langage du corps ou quelque chose comme ça. »

Un silence mystérieux s’installa pendant que Galar ergotait sur le manque de bon sens d’Izek.

Izek, qui affichait un air las, finit par murmurer, comme s’il soupirait : « Qui ne le sait pas ? C’est pour cela que j’y participe. »

« Quoi ? »

Izek se détourna de ses collègues qui le regardaient fixement et observa le coucher de soleil rougeoyant.

Les ruses utilisées lors des combats de gladiateurs pour dompter les monstres s’étaient emballées au fil des mois.

Ainsi, ces monstres renaissaient en un monstre parfait par la faim, la torture, la stimulation et l’injection de drogues.

A l’heure actuelle, personne ne pouvait dire ce qui se passerait si ces monstres détectaient Rudbeckia.

C’est pourquoi le cardinal Valentino ne pouvait être exclu des tribunes puisqu’il venait prendre le contrôle du comité.

Alors…

« Je suis le seul à pouvoir les tuer le plus vite possible sans douleur avant qu’ils ne se ridiculisent. »

C’était un argument sérieux et malheureux, mais il n’y avait aucune fierté ou arrogance dans sa voix qui coulait lentement.

Camu et Galar n’eurent même pas envie de réfuter pour une fois, car les mots qui sortaient n’étaient pas simples mais secs, et un fait tout à fait naturel et compréhensible.

« C’est donc pour ça… mais que se passe-t-il si on perd au milieu ? »

« Il n’y aura pas de défaite. Je serai le vainqueur final de ce tournoi. »

« Tu es sérieux ? »

« Je ferai de mon mieux pour sauver l’esprit du Nord et donner de la fierté à mon oncle. Cela ne me suffirait-il pas pour faire ce que je veux si je suis démasqué plus tard ? Ma femme a quelques manies, il y aura moins de gens pour la questionner avec un homme comme moi pour mari. »

Camu se détourna et fouilla dans sa poche de ceinture pour y trouver une cigarette en feuille.

Pendant ce temps, Galar laisse tomber sa cigarette et cracha : « Alors, nous devrons y assister. »

« Comment ça, ‘nous’ ? »

« Toi et moi, Camu. Et peut-être Ivan et……. »

« Cet ours est fou, pourquoi me mêles-tu soudain à tout ça ? Et tu ne sais pas qu’il est interdit de commettre un acte criminel ? »

« Qui a dit qu’il s’agissait d’un jeu déloyal ? Partons pour une nouvelle aventure. »

« Tu parles si facilement de ça, qu’est-ce que c’est qu’un combat de gladiateurs, d’après toi ? »

« Tu n’es pas sûr de toi, Camu ? Je suis déçu. »

« Cet homme, vraiment……. ! »

C’est alors que le bruit de sabots se rapprochant rapidement vint du fond.

Camu, gêné, détourna le regard de Galar, qui secouait la tête d’un air déçu.

Izek était coincé à regarder le lent coucher de soleil.

« Ah, putain. Qu’est-ce que c’est que cette merde ? »

« …Quoi, Ivan, c’est toi ? Où étais-tu passé ? C’est seulement maintenant que tu te montres, espèce de salaud sans sincérité. »

« Mange de la merde, espèce de connard. Tu veux perdre ta bouche ? »

Bien qu’Ivan ait toujours été un homme à la langue bien pendue, il parlait rarement de cette façon, si bien que Camu resta sans voix plutôt que d’être enragé par cette violence verbale inattendue.

Ivan sauta de la selle et s’approcha d’Izek. Camu et Galar le regardaient de loin.

« Iz, il faut qu’on parle. »

« Où étais-tu pour arriver si tard ? »

« …J’étais chez toi. A cause de Leah. »

Ivan, qui avait donné une réponse bien différente à la même question, avait l’air très mal en point.

Il semblait nerveux, préoccupé par quelque chose, mais en un mot, il était dans un sale état.

L’expression joyeuse d’Izek devint également sérieuse.

« Votre sœur a-t-elle eu un accident ? »

« Non, ce n’est pas ça. Elle jouait bien. »

« Alors pourquoi fais-tu semblant d’être inquiet ? Oh, tu as vu le thé organisé ? »

« ……Oui, c’était presque fini quand je suis arrivé. »

« Tu as dû rencontrer Ruby aussi. Elle s’est amusée ? »

Ivan ne répondit pas tout de suite.

Il y eut un moment de silence.

« Ivan. »

« Hein ? »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Pourquoi ne réponds-tu pas ? Comment allait ma femme ? »

À la question d’Izek, Ivan se tut.

Bon sang, comment vais-je pouvoir expliquer cela ?

Ivan pensa soudain qu’il aurait été bien d’avoir un esprit dans son épée, comme Rudbeckia l’avait demandé un jour.

Ainsi, l’épée aurait pu le lui dire à sa place.

 

***

 

« Je n’ai vraiment pas fait ça…… »

« Calme-toi. Tu crois que je suis là pour me disputer avec ça ? »

Une tape amicale sur ma joue, presque apaisante.

C’était une touche de tendresse et d’affection, comme la caresse d’un trésor bien-aimé.

D’un autre côté, la main qui m’enserrait les cheveux était si impitoyable et barbare que je n’arrivais pas à croire qu’elle se trouvait sur mon corps.

« J’ai entendu dire que l’ambiance avait été gâchée. J’aimerais que tu ne fasses pas tant d’histoires et que tu laisses tomber, et je pourrais m’en occuper pour toi… si tu venais me voir. Tu ne me fais pas confiance à ce point ? »

« C’est… »

Plus j’y pense, plus c’est étrange. Pourquoi a-t-il autant d’énergie ces jours-ci ?

Ces yeux d’un bleu profond brillaient d’une lumière dangereuse.

Un signal d’alarme retentit dans ma tête.

Mon corps tremblait comme un chien effrayé.

« …Oh, c’est aussi à cause de lui ? Tu as l’air en forme ces derniers temps, il t’a promis quelque chose ? »

Au lieu d’utiliser ma langue gelée, j’ai essayé de secouer la tête.

Cependant, sa forte poigne sur ma tête m’a maintenue coincée.

Bientôt, un murmure sinistre me fit frissonner.

« Je suppose que tu as oublié pour qui tu es dans cette maison. »

« ……AHHH ! »

Je me suis réveillé en sursaut, surpris par mon cri nocturne.

Il m’a fallu un certain temps pour me rappeler clairement où j’étais et ce que je faisais.

J’étais tombée à genoux.

J’avais dû m’assoupir dans un fauteuil sans m’en rendre compte.

J’ai essayé de reprendre mes esprits en secouant ma tête lourde.

Quelle heure était-il ?

« Madame, vous allez bien ? »

Ronja est apparue en frappant à la porte. C’était un visage rarement en larmes.

Alors que je restais les yeux dans le vide, elle s’essuya les yeux du revers de la main et fit entrer son chariot à plateaux.

« Je vous ai apporté un repas, madame. La princesse a dit…. Sniff, je suis désolée. »

« Ronja, pourquoi pleures-tu ? »

« Je suis désolée, madame, madame…… Votre thé organisé……. »

Apparemment, l’agitation qui régnait lors du goûter d’aujourd’hui s’est répandue parmi les domestiques.

Je ne sais pas comment Ronja, ma bonne, l’a appris, mais elle avait l’air bouleversée.

« Ce n’était pas forcément mon goûter. Ne pleure pas, ce n’est pas grave. »

« Oui, mais……Uhnnn…… ! »

La naïve Ronja ne montrait aucun signe d’arrêt de ses larmes.

J’ai essayé de parler calmement, mais j’avais aussi envie de pleurer.

Non, j’avais littéralement envie de me jeter à terre et de gémir.

Je suis folle, vraiment folle ! Qu’est-ce que j’ai fait ?

Bon sang, je n’aurais pas dû dire quoi que ce soit.

Si je m’étais tu, la situation aurait été moins grave qu’elle ne l’est maintenant.

Est-ce ainsi que le château, qui venait d’être aménagé avec le plus grand soin, s’effondrait ?

Ce cas est différent de ce qui s’est passé l’autre jour à la réunion d’équitation.

Je pensais que nous venions de nous rapprocher un peu plus, mais maintenant ni Ellenia ni Sir Ivan ne me verront plus jamais de la même façon.

Et Izek…….

Lucille, qui suivait, enfouit son visage dans un tablier et jeta un torchon sur Ronja qui reniflait.

« Tu ne peux pas arrêter de te plaindre ? Que fais-tu devant madame ? »

« Mais le Seigneur……. »

« C’est pour cela que les enfants sont si fatigants. »

Lucille a commencé à préparer mon repas en faisant claquer sa langue.

Elle avait l’air très professionnelle lorsqu’elle retroussait ses manches et s’activait avec diligence.

Je pense qu’elle était un peu excitée.

L’état d’esprit de Lucille était évident.

Elle pensait que j’avais une chance de la soudoyer à nouveau.

Ronja ne connaissait pas encore très bien l’intérieur de ce château, alors si tout le monde commençait à être aussi froid qu’avant, j’aurai besoin de sa présence.

De toute façon, tout le monde était toujours le même.

« Venez, madame. »

L’odeur de la salade de fromage frais et de viande, de la soupe à l’oignon épaisse et des tranches de saumon était très stimulante, mais elle ne me donnait pas du tout d’appétit.

Il semble que mes humains les plus importants se soient envolés d’un seul coup, alors ce serait drôle s’il me restait de l’appétit.

Ellenia était au courant de mon anorexie.

Je ne savais pas pourquoi elle lui avait ordonné de m’apporter un repas, moi qui étais coincée dans ma chambre après avoir sauté le dîner, mais je devais le manger pour l’instant.

Et puis je le vomirais soigneusement pour ne pas me faire prendre.

C’était tellement déprimant que je ne pensais même pas à en vouloir à Freya.

A quoi bon la maudire dans mon cœur ?

Comme elle l’a dit, ici, elle et moi n’étions même pas comparables, et nous savions depuis longtemps que si quelque chose arrivait, ils la choisiraient.

Considérant la vérité que la dignité de l’amie d’enfance est partout, les clichés de tous les âges et de toutes les époques se sont rassemblés pour donner la possibilité zéro que je batte Freya dans le monde de la fiction fantastique.

Mais pourquoi ma bouche était-elle si amère ?

Peut-être que j’étais inconsciemment dans l’erreur.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Satoru monamour
9 mois il y a

Merci pour ton travail !

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser