How to get my husband on my side – Chapitre 4

Chapitre 4

Chapitre 4 – Traduit par : @thaneetea_

 

 

« Je leur ai demandé de le faire léger pour que vous vous sentiez mieux. »

« Non, tout est si bon. Je suppose que j’étais vraiment nerveuse. Merci pour votre sollicitude. »

Qu’est-ce qui ne me convient pas ici ?

Le parfum de la confiture de cerises appliquée en douceur sur le pain fin, la soupe à l’oignon bien chaude et la viande de poisson recouverte d’une sauce inconnue était absolument tentant.

J’avais toujours une faim folle.

Ce n’est pas que je n’ai jamais voulu manger, mais quoi que je mange, je finis toujours par le vomir.

En ce sens, il était plutôt plus confortable d’avoir un événement semblable à un bal.

Personne ne se souciait de savoir qui mangeait quoi dans ces événements.

La seule personne qui pouvait me contrôler était moi-même.

Ellenia, qui m’a dévisagé un moment, a souri comme une enfant heureuse et m’a dit de vite finir.

Au bout d’un moment, les assiettes vides ont été emportées. Un thé parfumé et un dessert simple ont été apportés.

« Comme vous le savez, ici à Erendil, il y a du monde chaque été, alors je vous demande de comprendre que mon frère pourrait être un peu en retard. Mon père ne reviendra pas dans la capitale avant la fin du mois en raison de problèmes politiques. Je suis désolée pour le manque d’hospitalité. »

« Oh, non, je vais bien, cela ne me dérange pas. »

« Depuis la mort de ma mère, je vis dans ce manoir. J’avais la charge du ménage, mais je peux le changer selon les préférences de Madame. Si vous n’aimez pas cela ou si vous n’êtes pas à l’aise avec une chose, vous pouvez demander à une femme de chambre de changer ce qui vous ennui. »

Ah, « Madame », Un titre étrange et maladroit.

J’ai fait semblant de jouer avec la tasse de thé, mes yeux regardant vers le bas.

« Merci pour votre considération, mais je préfère que cela reste inchangé pendant un certain temps. Je ne suis pas encore habituée aux coutumes d’ici et j’ai peur d’avoir des tracas si je vais trop loin. »

Avec cet air impassible sur le visage, Ellenia, qui avait reposé la tasse de thé, me fixa à nouveau.

« Aucune raison de s’inquiéter. Personne n’oserait penser à vous de cette façon. »

Mots formels. Réactions professionnelles.

Néanmoins, il y avait des signes de surprise et d’anxiété. Je souris innocemment comme si je ne savais rien et changeai de sujet.

« Plus important encore, j’aimerais vous demander autre chose. »

« N’hésitez pas à me demander quoi que ce soit. »

« Pouvez-vous simplement m’appeler Ruby pour le moment ? »

Ellenia ne répondit pas immédiatement.

J’ai regardé attentivement son parfait visage impassible et j’ai fait semblant de déglutir de nervosité.

« Comme vous le savez, je suis une étrangère ici, et même si je savais ce qui allait arriver, je ne sais vraiment pas comment je vais m’adapter. Si j’avais quelqu’un comme vous comme amie, j’aurais beaucoup plus de courage… »

« D’accord. »

« Vraiment ? »

« Oui. »

« Ouah, merci ! »

Alors que je me penchai en avant et tins ses mains avec un large sourire, je la sentis trembler. Je lâchai rapidement ses mains et m’éloignai en bégayant avec embarras : « Je suis désolée, j’ai été impolie ».

« C’est bon. »

« Alors puis-je vous appeler Ellen ? »

« Ce serait bien d’être à l’aise les uns avec les autres. »

Je ne pouvais pas imaginer cette beauté froide être à l’aise avec quelqu’un. Elle baissa calmement les yeux.

Puis, elle ajouta comme si elle soupirait : « Ce n’est pas bien d’être trop poli. Trop d’humilité peut provoquer des malentendus. »

Elle ne l’a pas dit par inquiétude pour moi.

C’était une suggestion implicite que si nous cachions toutes les deux nos vraies couleurs, nous devrions plutôt apprendre à nous connaître confortablement et rapidement.

Je ne m’attendais pas non plus à ce qu’elle lâche déjà sa garde avec moi, mais je pense que j’ai réussi à faire une impression inattendue.

Je ne voulais pas que les gens d’ici m’aiment, Ellenia comprise.

Mon but était de paraître la plus inoffensive possible. Paraître pour une imbécile qui n’est pas comme les autres dans la famille de Borgia. Une imbécile aux manières douces, contrairement aux rumeurs qui circulent dans le monde.

« J’ai l’habitude d’être incomprise. Je vais essayer de ne pas devenir comme n’importe qui. »

Une fois de plus, Ellenia me regarda en silence.

Je me suis soudain souvenue de ma sœur. A quoi elle ressemblait à la fin. Des caillots de sang collaient à son poignet frêle.

« Je vais te montrer tes appartements. »

Je pouvais voir la mer à travers la fenêtre avec les rideaux tirés.

Le coucher de soleil, qui peignait l’horizon tout rouge, s’étendait jusqu’ici et réchauffait la chambre blanche.

Ellenia s’est approchée de moi derrière la ligne, regardant par la fenêtre.

« J’ai fait de mon mieux pour décorer la pièce, mais je ne sais pas si tu apprécies ? »

« J’aime beaucoup. »

« Je te ferai visiter le manoir demain. Si tu aimes une autre pièce… »

« Non, je l’aime vraiment comme ça. J’aime la vue. J’ai toujours voulu une chambre avec vue sur la mer. »

Ellenia n’a pas bronchée quand je lui ai tenu la main cette fois.

Au lieu de cela, elle baissa les yeux comme si elle était prise au dépourvu, et fixa la main que je touchais. Elle parlait d’un ton un peu feutré : «  Tu dois être fatiguée aujourd’hui, alors il vaut mieux se reposer tôt. Mon frère est en retard à cause de son emploi du temps… »

« C’est bon Ellen. »

Je voulais juste dormir. Je savais que cela se passerait comme ça depuis le premier jour. Il n’y a pas de quoi être blessée pour cela.

Non, je me sentais plutôt soulagée.

De toute façon, mon but n’était pas de gagner son amour. Peut-être même pas de la compassion.

Je pouvais voir une grande servante comme une perche au-dessus de l’épaule d’Ellenia, me regardant en silence. Pour décrire son expression…

C’était un mélange de ridicule et de mépris, mais cela n’avait pas d’importance.

Être considérée comme insignifiante m’est familier et acceptable.

***

Le froid.

Je me suis réveillée en remarquant que mes dents claquaient toutes seules.

J’ai entendu dire qu’il faisait un peu froid à l’aube même si c’était l‘été, mais je ne pensais pas que les températures seraient aussi basses.

Tenant fermement la couverture et tremblante, j’ai vite découvert que le feu dans la cheminée s’était éteint.

Les flammes vertes allumées partout la nuit dans les maisons aristocratiques du Nord, où habitaient les monstres, n’étaient pas seulement pour se réchauffer.

C’était une source précieuse qui pouvait être construite à partir d’un moine officiel ou d’une personne de rang supérieur.

Quand le soleil se couche, il imprègne partout comme une ombre et se bat contre les monstres, qui cherchent les humains.

Je savais bien qu’il ne pouvait pas s’éteindre tout seul à moins qu’une personne ne le fasse exprès.

Qui a fait une chose aussi puérile ? La bonne de tout à l’heure ?

« Achoo ! »

J’ai essayé de me rendormir, mais il faisait si froid que je ne pouvais pas le supporter. Je frissonnai hors du lit et me glissai jusqu’à la cheminée.

Je me demandais s’il restait des braises.

Ce genre d’intimidation était enfantin.

Shuuuu- Shuuuuuu-

Au début, j’ai pensé que c’était juste le bruit du vent qui frappait à la fenêtre.

Mais ce n’est pas le vent qui m’est venu à l’esprit. A moitié figée devant la cheminée, je tournai lentement la tête.

En Romagne, il y avait peu d’occasions de rencontrer un démon. Non seulement moi, mais même un noble décent du Sud n’en rencontrait pas.

A l’exception de la forêt hurlante et de très peu de zones extérieures, les États pontificaux étaient toujours aussi propres et je n’ai jamais vu de démons.

La première fois que j’ai rencontré l’existence d’un démon, c’était un jour à la fin de l’hiver de l’année de ma première annulation de mariage.

Cesare m’a emmené au sous-sol du musée en disant qu’il me montrerait quelque chose.

Je ne me souvins pas vraiment de ce qu’il avait dans la tête à ce moment précis.

Quoi qu’il en soit, dans ce sous-sol, j’ai été enfermée toute la nuit avec une gargouille, qui était sur le point de briser la chaîne et de me déchirer.

J’étais probablement folle de peur à ce moment-là.

Je pensais que la gargouille, qui dégageait une lueur verte et hurlait, avait l’air moins dégoûtante qu’une tortue.

‘Cesse !’ ‘Arrête !’, me suis-je contenté de dire en poussant des cris futiles. Moi qui étais terrifiée, j’ai dû donner une sacrée impression, car le monstre s’est arrêté de bouger à un moment donné. Il s’est recroquevillé et m’a regardé toute la nuit.

Ou c’était juste une coïncidence.

« Oh, ne viens pas… »

Le démon aux ailes noires se déplaçait doucement à travers la fenêtre fermée, me fixait tout en flottant.

En supposant que les joyaux verts entre les ailes en forme de chauve-souris étaient ses globes oculaires. Si je criais ou me retournais et commençais à fuir, il me rattraperait en un instant.

Ma bouche bougeait avec fluidité, même si mes genoux tremblaient.

« Ne t’approche pas de moi. »

Le démon du Nord semblait admirer mon combat.

C’était assez bizarre de voir ses ailes s’affaisser, même s’il était suspendu dans les airs, me regardant.

C’est sa position d’attaque ?

Il n’avait pas l’air confiant.

« Madame, vous devez vous lever. »

La bonne qui venait de pousser la porte, hurla.

On aurait dit qu’elle avait crié à gorge déployée. Il y avait un écho si parfait et si long que je me bouchai les oreilles des deux mains.

A ce moment, le démon avec ses ailes noires tombantes déployées, courut vers la servante hurlante.

« Ruby ! »

J’ai entendu la voix d’Ellenia. Puis, un grondement, semblable à celui d’un orage, emplit mes oreilles et un éclair couvrit ma vision.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser