Supreme Magus Chapitre 388

Dame Chance (Partie 2)

Traducteur: TheCounterspell
————

Il ne laissa qu’une seule Ombre en vie et lança un sort de terre qui ouvrit une brèche dans le sol.

Cela ralentirait la vague entrante suffisamment longtemps pour qu’il puisse réaliser son expérience.

Kamila lui avait dit que les Ombres utilisaient des attaques bizarres. Lith voulait voir si c’était quelque chose qu’il pouvait imiter ou au moins lui apprendre quelque chose sur les capacités de l’Étoile Noire.

Une fois que l’Ombre fut à dix mètres de Lith, elle leva les bras vers lui. Les membres s’allongèrent en serpents de ténèbres et les doigts s’étirèrent en aiguilles de plusieurs mètres de long visant le noyau de mana de Lith.

Bien qu’inattendu, le mouvement n’avait pas la vitesse nécessaire pour être une menace. Lith s’élança sous les bras tendus, frappant le corps de son adversaire de son poing nu. L’Ombre explosa en flocons noirs qui se dissipèrent lentement.

‘J’ai eu l’impression de frapper un coussin. A part un petit bourdonnement dans les oreilles quand les fragments m’ont touché, il ne s’est rien passé d’étrange. Je comprends pourquoi les faux mages doivent garder leurs distances, mais avec ma vitesse, ce genre d’attaque est inutile. Solus ?’

‘Rien d’important. Les dégâts physiques fonctionnent comme n’importe quel autre type de dégâts.’

Lith fit de même pour la vague suivante. Il ne laissa qu’une seule Ombre en vie, mais cette fois-ci, il la laissa frapper son avant-bras. Les aiguilles des doigts n’étaient ni assez pointues ni assez fortes pour percer son armure du Marcheur de peaux.

L’Ombre changea d’approche, ses extrémités s’enroulant autour du bras de Lith tout en aspirant sa force vitale et son mana. A la grande surprise de Lith, l’apparence de l’Ombre commença à se transformer en une copie obsidienne de sa proie.

Lith libéra un petit éclair qui détruisit le sosie, obtenant deux résultats inattendus. Avant de se briser, l’Ombre reprit son apparence humaine pendant une seconde. Cela permit à Solus de le reconnaître.

‘C’est l’un des marchands des stands de nourriture.’ Sa bonne mémoire surprenait toujours Lith. Il se souvenait à peine des visages des villageois de Lutia, et encore moins d’un étranger dans la foule.

‘On s’en fout. C’était une perte de temps. Au moins, la quantité d’énergie qu’il m’a volée n’a pas d’importance. Je me demande ce que…’ La deuxième bizarrerie était que l’un des flocons était bleu au lieu de noir. Cela attira l’attention de Lith.

Contrairement aux autres fragments, il ne disparaissait pas. La tache de lumière bleue se dirigea vers l’abdomen de Lith, là où se trouvait son noyau de mana. Il tenta de la bloquer avec sa main, mais la vit passer comme un fantôme. Au moment où le flocon bleu pénétra dans son corps, Lith fut pris d’un violent mal de tête.

Des souvenirs qui ne lui appartenaient pas défilèrent devant ses yeux, lui montrant des visages inconnus et lui faisant écouter des mots inconnus qu’il parvenait à comprendre.

Lorsque la vague d’ombres suivante arriva, Lith réalisa qu’il connaissait la recette secrète d’une sorte de sauce à douze épices. Il était encore trop confus pour prendre le moindre risque, alors il utilisa ses baguettes pour se débarrasser rapidement des ennemis avant de sortir de la barrière.

‘Qu’est-ce qui vient de se passer ?’ pensa-t-il en revoyant le souvenir de l’étranger jusqu’à ce qu’il puisse presque sentir les épices sur ses mains qui émettaient leur parfum familier mais inconnu.

‘Je n’en suis pas sûr.’ répondit Solus. ‘Peut-être que les Ombres sont les esprits des Kaduriens, ou du moins un écho de ceux-ci. Cela expliquerait pourquoi ils n’ont pas de noyau de mana ou de force vitale. C’est peut-être un moyen pour l’Étoile Noire de se débarrasser de leurs émotions les plus violentes ou simplement de récolter plus de pouvoir.’

‘Ce dont je suis sûr, c’est que la force vitale que l’Ombre t’a volée a disparu, mais que tu as récupéré tout ton mana. Mon hypothèse est qu’à l’intérieur de l’esprit de la créature, il est devenu temporairement le sien.’

‘Lorsque tu as tué l’Ombre, le flocon contenait encore une partie de sa conscience. Donc quand tu as réabsorbé ton mana, tu as aussi eu un aperçu de l’esprit du vendeur ambulant.’

‘Oui, et maintenant je peux ouvrir un Kansas Fried Chicken.’

‘Eh bien, à quoi t’attendais-tu ? Un souvenir aléatoire provenant d’un étranger aléatoire est forcément quelque chose d’insignifiant. Qu’aurais-tu pensé si tu avais découvert le secret de l’Étoile Noire du premier coup ?’ répondit Solus avec un petit rire.

‘Que cette satanée chose m’avait tendu un piège. Faisons encore quelques essais. Il n’y a rien à perdre, rien à gagner. Mon seul espoir est que Dame Chance me sourit pour une fois.’

Après plusieurs tentatives, Lith était au bord de la crise de nerfs à cause du processus de récolte de la mémoire. Ce qu’il n’avait pas envisagé, c’est que Dame Chance avait déjà été clémente avec lui.

Trouver une recette dans un esprit rempli de siècles d’agonie était un coup de chance. C’est pourquoi cela ne s’était pas reproduit. Tous les souvenirs de Lith étaient des souvenirs de douleur, de désespoir et de mort.

‘Ces pauvres bougres sont dans une situation bien pire que la mienne. Au moins jusqu’à ce que j’arrive à me maintenir en vie, je peux éviter de me réincarner. Ils souffrent d’une mort atroce plusieurs fois par jour. L’Étoile noire n’est rien d’autre qu’une malédiction.’

‘Scarlett avait raison, la seule option face à une telle chose est de la détruire.’

Lith sentit Solus frissonner à ses mots. Il lui fallut quelques secondes pour se rappeler que le Scorpicore avait tenté de la tuer par préjugé.

‘Ne t’avise même pas de te comparer à cette monstruosité. Tu me donnes de l’espoir chaque jour. Tu es ma première et ma plus chère amie dans mes trois vies ! L’Étoile noire ne fait que prendre. Elle a tout volé aux Kanduriens.’

L’esprit de Lith fut à nouveau envahi par le souvenir d’un fermier qui, pendant les années de folie, avait été contraint de tuer ses propres enfants au début de chaque cycle pour éviter que ses voisins ne souillent leurs corps.

‘J’en ai marre de cet endroit.’ pensa-t-il avec dégoût. ‘Finissons notre mission et partons d’ici.’

L’agonie et la folie des souvenirs acquis lui brûlaient le cerveau comme de l’acide. Dès que le cycle lumineux suivant commença, Lith entra dans la barrière. Il savait déjà ce qui allait se passer et où trouver la foule.

Son esprit était à nouveau froid. Il considérait sa situation comme on enlève un pansement. Le plus vite sera le mieux.

De l’autre côté, un homme labourait la terre près de sa maison. Il savait que c’était une activité insensée, mais après des siècles d’enfermement, c’était la seule partie de sa vie qui avait encore un sens.

C’était le même fermier qui avait accueilli Lith lors du cycle précédent. Dès qu’il vit l’étranger s’approcher, il laissa tomber la houe sur le sol et courut vers lui.

“Comment es-tu entré, étranger ? Es-tu là pour nous aider ?” demanda-t-il encore.

Lith s’apprêtait à renvoyer l’homme lorsqu’il se rendit compte que les mots n’étaient plus du charabia.

“Qu’est-ce que vous avez dit ?”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser