Supreme Magus Chapitre 128

Contingences |

“Tu ne regretteras pas ton choix, Lith.” Le professeur Marth lui tapota le dos, avec un air fier sur le visage.

“Une fois que tu seras diplômé, tu découvriras que les mages de rang A, comme toi et moi, sont chéris presque autant que les rangs S, sinon plus.” Il a gloussé.

“Quoi ? Pourquoi ?” Lith ne savait pas s’il devait considérer cela comme une bonne ou une mauvaise nouvelle.

“Parce que comme vous l’avez vu, les génies comme Manohar ne sont pas seulement brillants. Ils sont aussi volontaires, inconstants et imprévisibles. Nous ne sommes peut-être pas aussi productifs, mais nous sommes beaucoup plus équilibrés et faciles à manipuler.”

***

Après l’accident dans la salle d’entraînement, le professeur Rudd avait perdu beaucoup de sa méchanceté. Il répondait maintenant quand on lui demandait des explications, et chaque fois qu’il voyait Quylla ou Lith, il soupirait profondément en secouant la tête.

Les semaines suivantes, Lith s’est investi corps et âme dans le Forgemastering, harcelant sans relâche le professeur Wanemyre de questions. Il recherchait à la fois les runes qui gardaient les boîtes verrouillées et une construction capable de se sentir comme un humain.

La bibliothèque l’a beaucoup aidé dans sa première tâche. Même si la séquence exacte des runes ne se trouvait nulle part, Lith a pu déterminer leur pouvoir et leur but. Il est arrivé à la conclusion qu’il était possible d’ouvrir au moins une des boîtes, s’il avait le niveau de maîtrise de Wanemyre et une bonne équipe de recherche.

Comme c’était impossible, il a décidé de prendre un chemin détourné. Au lieu d’attaquer la serrure de l’extérieur, comme un Forgemaster normal, il allait détruire son pseudo noyau comme seul un Eveillé pouvait le faire.

La serrure et la boîte avaient chacune un pseudo noyau, tous deux maintenus en place par les chemins de mana respectifs dont leur créateur les avait entourés, grâce aux motifs des runes. La principale différence entre un pseudo noyau et un vrai noyau de mana, était que le premier n’avait aucun moyen de reconstituer ses énergies sans le mage qui l’avait imprimé.

Donc, si d’une manière ou d’une autre Lith arrivait à endommager les voies, l’énergie stockée dans le pseudo noyau était supposée fuir sans déclencher l’explosion, et le sort de verrouillage serait annulé.

Avant de faire ce genre d’expériences, Lith utilisait toujours son sort de silence et plusieurs barrières, pour éviter qu’une explosion ne détruise sa chambre ou ne soit remarquée de l’extérieur.

Un mois après le début du second semestre, Lith avait déjà perdu trois boîtes. Elles ont toutes explosé sans laisser de traces derrière elles, mais il considère que c’est un succès.

Ni lui ni ses affaires n’avaient subi de dommages, et à chaque boîte, l’explosion était de plus en plus faible. Ce n’était qu’une question de temps avant que Lith ne trouve le bon moyen de perforer les chemins runiques sans que le pseudo noyau ne devienne instable.

– Maintenant je comprends pourquoi la vision voulait que je sauve Nok et que je rencontre Kalla. (AN : le petit Byk et sa mère.) Avec seulement la boîte de Rodimas, je n’aurais jamais réussi à l’ouvrir.

Je pouvais soit la donner à la Marquise ou à Linjos, me laissant les mains vides, soit essayer et échouer par moi-même.” Il soupira.

“Eh bien, pour être autodidacte, tu te débrouilles très bien. Marth et Wanemyre ne tarissent pas d’éloges sur ton talent et tes réalisations. Je crois que Wanemyre te considère déjà comme le meilleur élève de la quatrième année.”

“Oui.” Il soupira de nouveau.

“Quelqu’un va forcément se mettre en colère contre moi, encore une fois. Sans compter que je prends du retard en magie dimensionnelle. Sans les nuits blanches, même Yurial me rattrape lentement, et je n’ai pas encore appris le sort de restauration, que Quylla connaît déjà. Je dois travailler plus dur !”

“C’est peut-être parce que Quylla n’a qu’une seule spécialisation, alors que Yurial n’en a que deux, et qu’elles sont aussi travailleuses. Toi, au contraire, tu es un tel fainéant.” La voix de Solus suintait le sarcasme.

“En plus de vos deux spécialisations officielles, vous apprenez d’autres spécialisations par vous-même et les convertissez en véritable magie. Tout cela en travaillant sur cette serrure, en recherchant un corps pour moi et en raffinant ton noyau de mana pendant ton temps libre.

Ce qui signifie généralement quand tu es obligé d’utiliser une salle de bain ou pendant les cours théoriques. Tu ne dors pas depuis presque un mois. Honnêtement, je suis étonné que vous ayez accompli autant de choses avec seulement vingt-quatre heures par jour.

Le progrès, pas la perfection. Tu te souviens ? Tu dois ralentir.”

“Je ne peux pas. L’examen du second trimestre approche, et personne ne sait de quoi il va s’agir. Il faut faire en sorte que chaque seconde compte !” –

***

Depuis l’explosion du laboratoire alchimique de Coirn Hatorne, la ville de Kandria avait rapidement plongé dans l’hystérie collective. Quelques jours seulement après l’événement, des maladies et des meurtres étranges avaient commencé à se produire dans toute la ville, et au fil du temps, les choses n’avaient fait qu’empirer.

Des guérisseurs de tout le Marquisat et d’ailleurs avaient été appelés à l’aide, mais malgré le fait que la Couronne et l’Association des Mages ne ménageaient pas leurs efforts pour trouver l’origine du problème, ils n’arrivaient à rien.

Un black-out de l’information avait été décrété, pour éviter que la panique ne se propage en dehors des frontières de la ville. Ceux qui étaient au courant du phénomène parlaient d’un fléau mystérieux qui hantait la province de Kandria, et s’inquiétaient de sa propagation.

Le nombre de cadavres avait déjà atteint les centaines, et chaque jour qui passait, de plus en plus de cas apparaissaient, obligeant la Couronne à déclarer le statut de quarantaine deux semaines après le début de l’épidémie.

Quiconque tentait d’entrer ou de sortir de la ville serait exécuté sur place, toute la région ayant été enveloppée par un réseau qui empêchait les sorts de vol et les pas de Warp de fonctionner.

Sylpha, reine du Royaume du Griffon et chef suprême de l’Association des Mages, était au bord de la crise de nerfs. Elle n’avait pas dormi correctement depuis le début de la rébellion des anciens nobles, et maintenant, avec le mystère non résolu de la peste, elle avait l’impression de perdre la tête.

La reine n’avait pas manqué de remarquer que la situation actuelle s’était produite juste après la disparition d’Arjîn, le problème était de déterminer comment les deux événements étaient liés. Connaissant les prouesses d’Arjîn, elle soupçonnait que tout cela était l’œuvre d’un Eveillé.

Il était impossible qu’un membre du Cadavre soit tué par des moyens conventionnels lors d’une simple mission de reconnaissance. De plus, le fait que les meilleurs esprits du Royaume étaient toujours dans l’ignorance, était une preuve suffisante que ce n’était pas quelque chose que la fausse magie pouvait réaliser.

Son problème était qu’à part les membres du Cadavre, la Couronne n’avait pas d’Eveillés, et Lady Tyris refusait d’en former plus de sept à la fois. Les six membres restants étaient déjà engagés dans des situations de vie ou de mort, sinon elle n’aurait jamais rappelé Arjîn si tôt.

Les équipes de secours le cherchaient toujours sous les débris du laboratoire, mais jusqu’à présent rien n’en était sorti. En désespoir de cause, elle a sorti son amulette de communication, essayant de joindre Krishna Manohar, le dieu de la guérison.

Il était le meilleur guérisseur du Royaume, et son dernier espoir. En dehors d’un fléau magique, cela aurait pu être l’effet d’un ancien artefact. Une arme aussi puissante, si elle existait, une fois trouvée devait rester secrète, et c’était la raison pour laquelle elle l’avait gardé en dernier recours.

Cet homme était un électron libre, la discrétion et la fiabilité n’étaient pas ses points forts. L’amulette ne donnait aucune réponse, même après de multiples tentatives.

N’ayant pas le temps pour ses pitreries, Sylpha a appelé Linjos à la place, demandant où se trouvait Manohar et la raison de son indisponibilité.

“Je n’oserais jamais désobéir à un ordre direct de votre part, votre Majesté, mais hélas, votre première demande me dépasse. Même moi, je ne sais pas où il se trouve. Quant à la seconde, je pense que vous ne me croiriez pas sans l’entendre de la bouche du cheval.”

Le directeur prit un morceau de papier et le posa sur la gemme de l’amulette, permettant à la reine de lire son contenu.

{Chère Linjos…} Le nom était suivi d’un gribouillis représentant un cheval ayant une ressemblance frappante avec le directeur, portant même ses vêtements.

{…Je suis sur le point de faire une incroyable découverte magique. Je ne peux pas risquer que mes recherches soient ruinées par le harcèlement constant d’esprits médiocres, je vais donc m’absenter un moment.

K.M.}

“Comment ose-t-il encore disparaître ? C’est déjà la troisième fois cette année !” Sylpha a donné un coup de poing à son bureau assez fort pour le casser en deux.

“Envoyez-moi votre deuxième meilleur diagnosticien. S’il ne résout pas mon problème, je mettrai ta tête à côté de celle de Manohar dans ma salle des trophées !”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser